TV : trop s’attacher

As-tu déjà aimé le personnage d’une série télé au point de ne plus être capable de t’en détacher ?

Des fois, on regarde une série et on s’attache littéralement à un des personnages au point d’avoir la certitude qu’il est réel. Je sais de quoi je parle parce que je suis ce genre de personne. Non, je ne suis pas folle. C’est juste que quelquefois, une émission me rejoint tellement que le personnage me semble vrai et je crois qu’il fait partie de ma vie.

Oui, oui, je suis consciente que c’est absolument dingue ce que je suis en train de dire !

Allons-y avec un exemple concret. Ma série favorite de tous les temps est Six feet under (Six pieds sous terre). J’ai écouté les 5 saisons en un très court laps de temps (un mois et demi), ce qui fait que ATTENTION SPOILER lorsque Nate Fisher est décédé, j’ai pleuré comme si c’était une personne de mon entourage. Pourquoi ? Je n’en ai aucune idée. Encore pire, le dernier épisode de la série ATTENTION SPOILER on voit comment chaque personnage meurt, j’ai encore une fois pleuré à chaude larme, j’ai même été déprimé pendant au moins une semaine en tentant de me convaincre que ce n’était que de la fiction ! C’est incroyable l’attachement qui peut se créer entre toi et un personnage. Il suffit quelquefois d’avoir des affinités qui font en sorte que tu te voies littéralement en lui et que tu ne peux tout simplement plus t’en passer.

Dans d’autres cas (enfin, pour moi), on fantasme sur un personnage au point d’en rêver la nuit. J’ai également vécu cette situation en écoutant True Blood et en voulant dur comme fer qu’Éric Northman soit à moi ! On s’entend que quelquefois ça devient pathétique. Mais il ne faut pas oublier que rêver et imaginer fait partie de l’intelligence humaine et crée une certaine adrénaline qui mène au bonheur.

karine folie urbaine tv
Crédit

Oui, j’avoue que je pousse fort la chose, mais fantasmer ou s’attacher à un personnage de télévision est parfois bénéfique dans certains cas où ce personnage est un modèle positif dans ta vie. Si tu rêves juste de coucher avec un des personnages et que tu te donnes du plaisir en pensant à lui avant de dormir, pourquoi pas, go for it ! Mais si tu vas jusqu’à demander à ton ou ta partenaire d’interpréter le personnage parce que tu y es accro ? Je ne juge pas, mais ta vie manque peut-être de piquant ou de réalisme.

Dans mon cas, je suis une accro de la télévision et une critiqueuse hors pair (tape sur l’épaule). J’adore les émissions québécoises parce qu’elles traitent de ce qui se passe au Québec. Ce que j’écoute en ce moment : Unité 9, Ruptures, District 31 et Mémoires Vives qui traitent de l’incarcération des femmes au Québec, du monde juridique, de la réalité dans un poste de police et de la cause des enfants disparus.

Je suis consciente que c’est en partie de la fiction, mais le fond est basé sur des faits. Je ne comprends pas pourquoi, mais je parle aux personnages. Quand Marie Lamontagne pète une coche ou est sur le bord de se confier sur son terrible secret, je lui parle littéralement à travers mon téléviseur. Imaginez la scène : moi, devant mon écran de télé qui jase ? Eh oui, je suis de même ! Quand je vois qu’il reste à peine 5 minutes à l’épisode, je panique parce que je sais que j’ai une semaine à attendre avant le prochain épisode. Ou bien, il est rendu minuit, je travaille le lendemain à 8 h, mais je suis incapable de ne pas mettre un autre épisode ! Je suis ce genre de personne. Est-ce que cela fait de moi une personne qui a besoin d’une aide psychologique pour déterminer ce qui est réel de ce qui est fictif ? Non, j’ai tout de même une vie sociale bien remplie et je ne panique pas si je manque un épisode (vive les terminaux enregistreurs, illico, netflix, etc.).

Par contre, certaines personnes vont se créer un univers autour du personnage fictif et ne réussiront plus à différencier la fiction de la réalité ce qui peut causer des troubles mentaux et sociaux sévères.

J’ai lu sur Google que certaines personnes se sont rendues au suicide. Ok, c’est le côté dark du sujet, mais il ne faut pas le prendre à la légère. Des chercheurs ont fait une étude et ont ciblé les groupes à risque. Ce sont majoritairement des jeunes ou des adultes dont le cercle social est restreint ou inexistant. Ces personnes créent des liens directs avec les personnages de séries télé et alimentent cette relation fictive. Dans d’autres cas, des personnes prennent possession d’un personnage fictif pour devenir celui-ci. Ils prennent donc l’apparence physique et changent leurs comportements, certains vont même jusqu’à utiliser la chirurgie esthétique pour devenir une copie conforme. Il y a quand même du chemin à faire entre fantasmer sur le beau mec de Gossip Girl et vouloir devenir la cheerleader chicks de One tree hill ! Il ne faut pas confondre les deux extrêmes !

De savoir que des gens se rendent malades à cause de la télévision me donne une leçon de vie.

J’avoue consommer énormément de télévision en même temps, cet automne, j’écoutais 14 émissions. Mais je garde les pieds sur terre. S’attacher aux personnages montre surtout le talent des acteurs. On voit beaucoup de conversations sur Twitter et Facebook de certaines émissions ou séries et sérieusement, il y a du monde en titi qui s’identifie aux personnages. J’ai même déjà vu une vague de personnes frustrées qu’un personnage soit décédé dans une émission, menaçant même de ne plus écouter celle-ci. J’avoue avoir arrêté d’écouter Walking Dead, ATTENTION SPOILER lorsque Glen est mort, je n’ai pas recommencé la série depuis cet épisode.

La télévision au Québec est ancrée dans nos gènes et notre culture, et ce, depuis son invention. Les familles passent leurs soirées à regarder les émissions offertes sur les différentes chaînes. C’est encore la même chose, sauf qu’aujourd’hui, c’est tellement accessible, qu’on n’a plus besoin d’attendre la semaine suivante pour connaître la suite, ce qui provoque selon moi l’attachement plus rapide à certains personnages.

Je parle par expérience après avoir visionné les 7 saisons de Gilmore Girls en moins d’un mois, j’ai eu une grosse adaptation à faire quand j’ai eu fini. Tu deviens comme dépendante de la vie des personnages et tu en veux toujours plus.

Mais savez-vous quoi ? On finit par s’en remettre parce qu’après tout, les séries télé, ça reste quand même juste de la fiction !

 

karine-signature-02verifiedjenevieve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *