Le lieu de toutes les rencontres

L’aéroport est souvent simplement un moyen pour arriver à une fin, en soi beaucoup plus intéressante. Mais moi, je dois dire que j’aime bien les aéroports. J’aime l’attente avant le vol, me permettant d’observer la faune humaine autour de moi et les multiples rencontres inusitées qu’on peut y faire.

On y voit de tout : des gens impatients, heureux, en vacances, au téléphone à discuter d’affaires… Je me plais à observer les gens et imaginer le but de leur voyage, leur état d’esprit.

Il y a les vacanciers entourés de leur famille, qui arborent déjà leur casquette de Disney World avant même d’avoir pris place dans l’avion les amenant en Floride. Il y a les gens d’affaires, facilement reconnaissables au port du pantalon propre et à l’ordinateur portable fusionné à leur main. Les amoureux, eux aussi aisément reconnaissables par leurs démonstrations excessives de petits gestes affectueux et leur aptitude à ignorer tout ce qui ne fait pas partie de leur îlot de bonheur. On peut aussi voir les groupes d’amis, hommes ou femmes, généralement installés au bar le plus près de leur porte d’embarquement.

Après avoir observé ceux qui sautent aux yeux, les miens s’attardent aux autres visages plus mystérieux. La jeune fille de 20 ans qui voyage seule. Peut-être est-elle allée voir sa famille? Le vieil homme et son chien, qui semblent tous les deux anxieux. Les familles revenant de vacances, qu’on reconnaît à leur air complètement exaspéré devant leurs enfants turbulents. Certains m’intriguent de par leur air distant et rêveur. Je m’imagine qu’ils s’en vont rencontrer un ami de longue date ou un membre éloigné de la famille.

J’aime me demander aussi ce que les gens imaginent sur mon compte. Qu’est-ce que ma posture, mes vêtements, mes hobbys leur inspirent? Je suis en train d’écrire ce texte dans un avion. La jeune fille à mes côtés, est-ce qu’elle se demande si je travaille, si j’écris un roman, un journal, un blogue? A-t-elle essayé de lire quelques mots pour se rendre compte que c’est dans une langue qu’elle ne comprend pas? Si j’étais elle, ma curiosité m’aurait poussée à tenter de lire du coin de l’œil…!

Les aéroports sont le lieu de tellement de rencontres surprenantes. Tout le monde a deux points en commun dans un terminal d’aéroport : l’attente et le voyage. C’est avec un commentaire sur un de ces deux faits que plusieurs conversations impromptues s’amorcent. Flirts, échanges culturels, amitiés improbables. C’est sur ces chaises inconfortables qu’on discute avec un vieil homme nous racontant sa vie tumultueuse, qu’on partage une revue avec une inconnue ou qu’on amuse un enfant aux yeux curieux.

Je comprends pourquoi il y a autant de films ou livres avec des scènes se déroulant dans un aéroport. Tout peut arriver dans un aéroport, autant plaisant que malheureux. Vous pouvez y perdre quelqu’un de cher partant pour l’étranger, tout comme vous pouvez y retrouver une connaissance éloignée depuis trop longtemps.

Même si on ne connait pas les acteurs de la scène qui nous entoure, certaines images ou conversations vont rester avec nous. Une des plus belles images que j’aie vue était à Heathrow. J’étais assise sur un banc à attendre, comme tout le monde et face à moi se trouvait un jeune garçon d’environ 10 ans. La grande majorité des gens voulant passer le temps, enfant comme adulte, ont le nez sur leur tablette ou téléphone. Mais ce petit garçon, pendant plus d’une heure face à moi, n’a jamais levé le nez de son livre. Il n’y a pas grand-chose que je trouve plus beau qu’un enfant captivé par un livre. Ce garçon, à l’aéroport, je me suis dit que non seulement il voyageait physiquement, mais il avait la chance de faire voyager son esprit également. Doublement chanceux.

On dit que c’est le chemin qui compte et non la destination. L’idée derrière cette phrase est souvent appliquée à grande échelle, à l’échelle de toute une vie. Ce serait bien si l’on pouvait penser à adopter cette philosophie quotidiennement. L’aéroport est intimement lié à la destination. Mais si l’on prenait le temps d’être présent de corps et d’esprit et d’observer ce qui se trouve sur notre chemin, certains rencontreraient peut-être leur âme sœur, un meilleur ami ou encore un inconnu qui influencera leur vie par ses conseils avisés.

Quand on y pense, rares sont les occasions dans une journée, une semaine ou même une vie où nous sommes entourés d’autant de personnes à la fois. Ce serait vraiment surprenant qu’aucune d’entre elles ne puissent nous apporter quelque chose… il suffit simplement d’ouvrir les yeux et de s’ouvrir tout court pour pouvoir en profiter!

Folie Marianne logo auteur 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *