Melanie Dunn

Le camping avec des adolescents

Les vacances, ce moment tant attendu, cette période de l’année où l’on peut décrocher, mettre la « switch » à off. Il y a trois ans, nous avons acheté une roulotte de 17 pieds et c’est à ce moment que nous avons commencé l’expérience du camping. J’adore me promener, quoique c’est tout un sport installer la roulotte et après deux jours, avoir à tout ramasser et repartir. Mais en vacances, on s’installe pour une semaine et j’aime vraiment cela, ne pas stresser, juste la plage, le feu, des guimauves.

Je regarde tous les parents avec les jeunes enfants et les trouve vraiment courageux d’apporter tout ce qu’il faut aux enfants pour la plage. Je les vois super-équipés et je me dis « mon Dieu que je n’aurais jamais fait cela moi! ». Puisque les miens ont 11 ans et 15 ans, je me disais que ça n’allait pas être compliqué avec toutes les activités du camping, puisqu’ils sont autonomes. Et bien non, détrompez-vous. Je pense que c’est pire car au camping il n’y a pas d’ordinateur, de PS4 et ça, c’est vraiment poche.

Ma fille de 11 ans, elle, ce n’est pas un problème. Elle se fait des amis facilement et durant trois jours elle a presque disparu avec ses amis, ne venant me faire un coucou que de temps en temps. Pour l’ado de 15 ans, c’est plus difficile d’aller aborder les autres. Mais c’est vrai qu’il est timide, je me reconnais beaucoup en lui. Donc, peu importe ce que l’on propose, rien ne fait jamais l’affaire. Et là-bas, nous n’avions qu’un accès wi-fi limité, donc pas facile de gérer ça.

Nous sommes allés passer sept jours au camping Choisy à Rigaud. J’aime vraiment ce camping. Pour moi, c’est un des plus beaux. Il y a tellement de choses : tennis, mini-putt, piscine, parc, trampoline, piscine pour les adultes avec un spa, sentier dans le bois, petit train, table de pool et hockey sur air. Et malgré tout cela, mon adolescent n’a voulu participer qu’à une journée piscine, mini-putt et tennis.

Je me pose la question : peut-être aurais-je dû acheter la roulotte plus tôt, lorsqu’il était plus jeune? Plus d’organisation, mais les enfants s’amusent d’un rien : une pelle, une chaudière, du sable, la plage et on est parti pour la journée. Sinon, un parc, une balançoire, un ballon de soccer, des guimauves et un feu.

Peut-être que si on devenait saisonniers à un endroit, ils finiraient par se faire des amis à voir chaque fin de semaine puisque ce serait toujours les mêmes personnes aux activités? Encore là, ce n’est pas facile, il y a tellement de campings au Québec. Je me questionne pour l’été prochain. Où trouver le camping qui pourrait le rendre heureux? Car peu importe les activités, rien ne semble le satisfaire. Je ne sais pas si un camping technologique existe. Peut-être faudrait-il inventer cela : une grande salle pleine d’ordinateurs et d’adolescents qui jouent en réseau à CS GO ou à Minecraft. Ce serait le lieu de rencontre pour ados timides.

 

Folie Melanie logo auteur 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *