Dominique Babin·Folie culturelle & artistique·Folie intime

Si j’étais à Occupation Double…

Lorsque les auditions pour Occupation Double ont été annoncées cette année, mon amie et moi étions célibataires et je lui avais dit que nous devrions nous essayer, juste pour le fun. J’imaginais déjà l’émission sans grand suspense avec nous deux, étant introverties et pas trop sociables, préférant passer nos journées à lire et écrire plutôt que d’aller voir les gars ou mémérer sur qui voulait frencher qui. Ça aurait été plate pour les spectateurs, mais ça aurait été plus réaliste.

Finalement, l’émission a commencé à être diffuser et je me surprends à regarder ça presque religieusement. J’aime ça regarder des émissions où j’peux sortir toute ma haine pour la société, les individus, les hommes… J’aime ça pouvoir avoir la distance nécessaire pour savoir que sur le lot, j’pense pas qu’il y en a tant que ça qui cherche l’amour. J’veux dire, c’est quoi les chances que tu sois plus content de repartir avec une amourette qu’avec la grosse maison pis le char? Si l’amour était le but du jeu, me semble que le prix en argent serait beaucoup moins gros. Comment faire confiance à un gars qui dit développer des sentiments quand tu sais qu’il vit sûrement dans un deux et demi avec 3 colocs pis qu’il dirait pas non à avoir plus grand d’espace? En tout cas! 

 

Si j'étais à Occupation Double

Bref, j’écoute l’émission et je joue encore très souvent à “et si j’étais à occupation double”. Donc, si j’étais à Occupation Double, voici quelques scènes dans lesquelles vous pourriez me voir:

Cette première scène m’est venue pendant que je regardais le tapis rouge, assise dans le confort de mon salon, et que je consultais la face des candidats possibles pour entrer dans l’aventure. Si j’étais une fille sur le tapis, en train de devoir décider, vous m’entendriez sûrement dire non à tous les gars en disant qu’ils ont l’air de fuckboy. Ou en tout cas ben fort dans ma tête, j’me serais dit «au moins avec les gars plates de Tinder, j’peux swiper ça dans le confort de ma maison». 

Vous me verriez aussi rire chaque fois que quelqu’un dise les mots «chercher l’amour». Come on, j’pas née de la dernière pluie comme qu’on dit. Si dans une île grande comme Montréal, j’réussis pas à en trouver un qui actually cherche l’amour, tu vas m’faire accroire que là, vous avez réussi à trouver la dizaine des «plus beaux célibataires du Québec» prêts à s’engager? 

Aussi, vu que Poppers est un des commanditaires de l’émission, vous me verriez à jeun pendant tous les party, parce que no way que m’a me saouler à la Poppers rendue à 28 ans. J’me rappelle encore trop clairement de la St-Jean de mes 16 ans.

True story, vous parleriez sur Twitter du fait que j’ai dont ben pas l’air d’avoir du fun pendant mes dates pis que si j’ai si peu du plaisir, j’pourrais retourner chez moi. Je maîtrise bien la resting bitch face et le look jaded en permanence, mais je vous jure que ça montre pas mon réel sentiment intérieur, qui est sûrement un sentiment de panique de devoir parler à quelqu’un dans le but de le charmer. D’ailleurs, j’pourrais presque garantir qu’à un certain moment, on entendrait un des participants dire que j’suis difficile à cerner. La vérité c’est que y’a probablement un d’eux qui va m’plaire, mais j’aurai pas fait le message à ma face. 

Les drama de filles, c’pas vraiment mon genre. J’me préoccupe pas trop de comment les autres peuvent être; tu veux mettre les pieds sur la table, mets-les sur la table. M’a juste la laver avant d’y manger mon sandwich. Alors, durant les chicanes, je serais celle qui se contente de rouler les yeux devant les filles qui s’crient après, pis finalement juste aller dans une autre pièce écouter d’la musique en paix (remarque, j’sais même pas si t’as le droit d’apporter de la musique ou même de t’isoler).

Un des grands avantages d’aller à ce genre d’émissions, on se mentira pas, c’est les voyages. Dans l’émission, y’arrêtent pas de dire que les “voyages changent tout”, pis j’en doute pas qu’ils te mettent les endroits les plus propices à vouloir frencher sous des couvertures pendant que la caméra en night vision te filme. Vous me verriez être enthousiaste et excitée par les voyages (mais probablement pas tant que ça, oubliez pas que ma face montre très peu la joie), mais trouver que c’pas pour autant une raison pour des rapprochements. J’suis très bien capable de savourer mon coucher du soleil balinais sans m’faire licher entre deux orteils. 

J’suis pas une grosse dormeuse. Vous me verriez être insomniaque, parce que dormir à plusieurs, pas capable, pis c’est clair que ça doit ronfler. Mais en même temps, ça rendrait plus captivant l’émission Occupation Double la Nuit, qui consiste ben souvent à des plans de piscines tranquilles où il se passe rien parce que tout le monde dort. Eh bien, pu maintenant! Vous allez me voir errer toute la nuit. 

Vous pourriez voir, en gros plan, mes expressions faciales variées. Un peu comme ils font avec Joanie mais cent fois plus. Y’aurait sûrement même un montage fait de toutes mes faces sur le site.

J’ai même, pensé à mon speech si jamais j’avais à me vendre aux candidats comme les filles du deuxième tapis rouge. Ça sonnerait un peu comme ceci:

«La prod a refusé que j’garde mes converses et y’ont insisté pour que j’mette une brassière faque imaginez moi juste un peu plus petite mais pas tant que ça parce que j’mesure quand même 5’10’’ pis imaginez-moi aussi avec une moins grosse craque de sein. J’aimerais ça que vous me choisissiez parce que j’aimerais ça connaître Jay Du Temple un peu mieux. Pour vrai, j’arrête pas de le pogner sur Bumble pis on fait toujours un match, mais après il me répond pas. Kbye ! »

Me choisirais-tu?

 

 

Dominique signature Folie Sofia logo reviseure

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *