Dominique Babin·Folie intime

Reste avec moi un instant

J’aurais voulu écrire quelque chose de cute. J’aurais voulu dire que le plus beau cadeau de Noël qu’on pourrait me faire, ça serait toi. J’aurais voulu te comparer à quelque chose de contextuel, quelque chose par rapport aux feuilles d’automne qui tombent ou à l’hiver qui s’en vient. Pourtant, ça ne me vient pas. Ça ne me vient pas parce que je ne sais pas si je possède cette vulnérabilité ou même si je veux te la montrer. Je sais même pas si ce «toi» est vraiment quelqu’un en particulier ou si c’est le froid qui me donne envie de t’inventer. Bon, j’imagine qu’on peut cocher «comparaison avec quelque chose par rapport à l’hiver» sur la liste.

Ce que je sais, c’est que des fois tu me regardes, tu me touches ou tu fais attention à moi. Le mot-clé ici, c’est «des fois». Tout me semble tellement pas compliqué dans ces moments-là, dans ces occasions où tu sembles avoir envie de moi, d’être avec moi… dans ces instants où j’te fais pas trop chier. Le problème c’est que ça semble durer toujours qu’une minute. C’est pas vraiment la faute à quelqu’un, sauf le maudit temps.  Et en dehors de ce petit cocon que l’on se crée à chaque visite, tout est tellement compliqué. Parce que la distance physique semble aussi créer en toi une distance émotive. 

Puis je me mets à douter, à douter de toi, d’un nous qui en est pas un, de ta capacité à tenir à moi. De ma capacité à moi, d’aller vers quelqu’un qui me mérite. Je me mets à me demander si je perds mon temps, mon précieux temps. Et je le perds pour quoi? Simplement pour un bisou ici et là et des caresses au compte-goutte devant ma personne assoiffée?

J’aimerais que tu restes avec moi, l’espace d’un instant. Un instant qui sera pas nécessairement éternelle mais qui n’en est pas moindre. J’aimerais pouvoir arrêter le temps quand je suis avec toi et que le matin ne vienne pas aussi vite. Est-ce qu’on peut juste ne plus bouger, collés comme nous sommes? Rester en silence et juste profiter du moment où nos cerveaux sont à off.

Si tu dois partir, pars mais reste avec moi encore un peu.

 

 

Dominique signatureFolie Sofia logo reviseure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *