Folie familiale·Folie locale·Jennifer Martin·Tous les articles

Noël, t’es pas comme d’habitude

Habituellement, la période des Fêtes est de très loin ma préférée de l’année. C’est le moment que j’attends pendant 12 mois et je suis réputée parmi mon entourage pour être la freak de Noël par excellence.

Cependant, cette année, c’est différent. Et je ne sais pas vraiment pourquoi.

Plutôt que de faire mon sapin dans les premiers jours de novembre comme je le fais habituellement, j’ai attendu au 18 et je crois bien que même si j’avais patienté quelques jours de plus, ça ne m’aurait pas fait grand-chose. Et lorsque j’ai sorti mes cartons remplis de décorations et mon sapin de sa boîte, je n’ai pas ressenti la petite excitation habituelle. J’ai eu beau mettre ma playlist de Noël préférée et convaincre mon chum de participer, pour une fois, à ce moment festif auquel mon fils et moi adorons collaborer, rien n’y fut. Je n’arrivais pas à y croire complètement. J’avais l’impression de faire mon sapin par obligation plutôt que par réel plaisir.

Que se passait-il ?

Est-ce que c’est juste une question de sapin ? Parce qu’il faut dire que mon sapin est identique depuis au moins 5 ans. Les mêmes boules, les lumières blanches qui scintillent en 8 modes différents que je choisis toujours selon mon mood de la soirée. Pourtant, depuis le 18 novembre, il est sur le même mode, celui qui clignote très vite. Peut-être pour m’inciter à me réjouir un peu plus ? J’adore toujours passer mes soirées bien installée sur mon sofa avec une doudou à me perdre dans le fil de mes pensées en admirant les lumières qui s’amusent à me ramener à un état de nostalgie apprécié.

Mais le cœur y est moins cette année.

Nous sommes à 6 jours de Noël et pourtant je ne suis pas encore totalement dans l’ambiance, alors qu’habituellement la semaine précédant le réveillon, je suis à mon apogée côté excitation. Mes cadeaux ne sont pas encore terminés, il n’y en a toujours pas sous le sapin et même le lutin que je capture depuis 5 ans pour mon fils commence à être sérieusement à court de mauvais tours. Où est passée ma magie de Noël ? Envolée quelque part entre le Pôle Nord et l’Équateur ? Dissimulée si profondément sous les roches qui tapissent mon cœur à la suite d’une succession d’événements qui font en sorte que j’ai le bonheur moins léger cette année ?

Je ne saurais dire…

Il y a longtemps que je sais que les Noëls d’autrefois ne seront jamais comme les festivités d’aujourd’hui. Les grandes familles se font rares, les chicanes divisent les gens, les plaisirs simples sont oubliés au profit des plaisirs dispendieux. Ce n’est plus une question de tradition, mais plutôt d’exhibition. De grands débats du genre : « Mon Noël est mieux que le tien. » Les tablées, décorées simplement d’une nappe à carreaux et remplies de gens qui mangent du ragoût et des sandwiches pas de croûtes, font maintenant place à des tables décorées à coup de nappe en lin brodée hors de prix et de cuisine sans gluten, sans agent de conservation ou sans gras trans.

On ne prend plus le temps de discuter, on se contente de s’écouter parler. On ne joue plus à des jeux pour égayer nos soirées et avoir du plaisir avec ceux qui sont importants pour nous. On fait des stories sur Instagram à tous ceux qui ne le sont pas afin d’avoir une approbation inutile de la qualité de notre soirée.

On offre des cadeaux trop chers et qui ne sont pour la plupart du temps qu’un bonheur éphémère dans la vie de la personne que l’on gâte, mais un malheur à long terme pour celui qui s’est endetté pour l’acheter. Si tout le monde prenait 2 minutes pour s’interroger sur le plus beau cadeau qu’il a reçu dans sa vie, je ne suis pas certaine que ce serait le plus cher qui ressortirait du lot, mais bien celui qui nous a fait vivre une plus grande émotion.

C’est peut-être à force de ressasser tout ça dans ma tête que l’esprit de Noël s’estompe un peu plus chaque année.

Mais je compte bien la retrouver d’ici le 24 décembre.

Je compte sur toi, père Noël, pour user de ta magie afin de me réconcilier avec le temps des Fêtes.

Parce que Noël, t’es pas comme d’habitude.

          

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *