Jean Samuel·Tous les articles

L’étoile de mes nuits

Chaudement emmitouflé dans mes doux draps, l’image de ton visage envahit mes pensées et me garde éveillé toutes les nuits. Ta souffrance de femme esseulée rongée par son angoissante séparation me déchire, et mon cœur paternel, devant l’image de mes trois petits, est troué de pénibles remords. Comme je voudrais qu’ensemble, nous séchions les chaudes larmes de nos cœurs meurtris, tels deux consolateurs assoiffés de réconfort, en ces nuits n’en finissant plus de finir.                                                                                                                                                                                                                    Chère et unique étoile de mes nuits parfois agitées.

Au grand plaisir de voir ton visage souriant dont la bienfaisante sérénité m’est un baume. Ta beauté a toute ma faveur avec ses merveilleuses couleurs porteuses de si grandes bénédictions. Moi, tout indigne d’une neuve amitié bienfaisante dont je perçois à l’horizon l’aube d’un joyeux printemps.

J’attends tes clartés avec gourmandise, dépose-les sur mon cœur, qui battra à l’unisson de toutes les vibrations de ton jeune cœur et de ton esprit si alerte. Tous les deux étant affamés de bonheur qui nous ferait revivre nos si bels âges tendres du tiers de nos vies, que la saleté ne saurait en rien effleurer. Tu restes pour moi la merveille de mon jeune âge, souriant en mon cœur en fleur, tel un nouveau printemps, me redonnant goût de neuve vie. Je sens en moi des ondes se transmettre entre nous deux. Mon cœur s’est remis à fleurir, me permettant de te révéler ton miracle de la surrection effectuée en moi, grâce à toi rajeunit de vingt ans.

Je remercie le ciel de nous avoir mis sur nos chemins maintenant entrecroisés, pour notre plus incroyable et indicible bonheur encore insoupçonnable. Grâce en soit rendue au Père créateur de toutes les beautés et bontés d’un monde toujours à découvrir. C’est en train de se vivre merveilleusement. Grand merci, mon étoile de nuit, perdue dans mes nuits d’insomnie, celle qui devient de plus en plus chère à mon jeune cœur de trentenaire, et qui éprouve une vraie fête à ses contacts nocturnes bénis.

Folie Jean samuel logo auteur marieve duchaine reviseure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *