Charline Ibarra·Folie intime·Tous les articles

Pourquoi j’aime autant les films d’Amour

La fan des films d’Amour, c’est moi !
C’est clairement un besoin, une nécessité. Pas seulement pour pleurer comme une Madeleine, mais aussi pour aimer.

Pour Aimer : les personnages, aimer les décors somptueux et les gestes grandioses.

Pour Rêver : rêver de Destin et de coïncidences incroyables, rêver d’une fin heureuse.

Pour Vivre : ressentir les émotions partagées, vivre les peines d’amour, vivre pour me sentir vivre.

Je suis une romantique invétérée, je le répète souvent.

Les films d’amour sont comme une thérapie pour moi. Une échappatoire au stress quotidien. Le temps d’un film, je suis celle que je regarde à l’écran et je me fais courtiser, aimer, blesser…

Je passe par la même gamme d’émotions que l’actrice : je subis les palpitations, les trémolos dans la voix, les déchirements des échanges, mais aussi la moiteur des mains, l’électricité corporelle et même l’excitation des étreintes.

J’aime sentir, ressentir!

Mon côté empathe m’en fait déjà vivre lorsque je côtoie les gens ; leurs états d’âme venant me chercher souvent par un simple regard.

Néanmoins, ceux qui se rattachent à la passion, à l’inattendu sont ceux que je préfère. Ils ont un brin d’authenticité et de sincérité qui m’attire.

Le film « Les pages de notre amour », est un choix simple, commun, voire banal, je le sais. Or, c’est réellement l’un des films d’amour qui m’a marqué. Encore et toujours.

Cette histoire impossible, cet Amour divisé, la beauté dans la simplicité de leur Amour. J’ai craqué. J’ai adulé. Plusieurs fois même, plus que je ne voudrais révéler.

Allie et Noah m’ont transportés. Je n’étais certes plus dans mon salon, j’étais dans leur univers. Entièrement. Totalement.

À ce moment même, je n’ai qu’une envie, c’est d’aller regarder ce film, juste parce que j’en parle.

Pathétique, pas vrai? Ha! Ha!

Je suis ainsi. Poétique et sensible à souhait. Et je m’assume, pleinement.

 

Le film « Geisha » m’a, quant à lui, envoûté.

Les paysages du Japon, dans toute leur splendeur avec leurs sakuras (les cerisiers en fleurs), ainsi que les couleurs vives et les tissus soyeux des kimonos. Majestueux.

L’histoire de ces Geishas, qui sont éduquées, préparées et presque dressées dès un très jeune âge, m’a interpellée. Pourtant, tout cela n’est que dans le seul but de divertir les hommes et flatter leur égo. Ces Geishas qui sacrifient leur liberté et leur vie en échange d’une éducation, d’un toit et d’une certaine notoriété.

Dans cette histoire, la petite Chiyo est vendue par son père et devient une grande Geisha adorée de tous : elle devient la belle Sayuri. Or, elle n’a pas le droit aux sentiments, elle ne peut ouvrir son cœur à l’Amour … mais l’Amour aura son mot à dire!

 

Plus récemment, le film « Nos étoiles contraires » m’a littéralement jeté par terre. Beaucoup d’émoi et d’affection forts dans ce film.

La maladie, la peur de la Mort, l’Amour.

Hazel Grace et Gus sont dans la fleur de l’âge et pourtant, ils doivent faire face à des obstacles au-delà de ce qui les rattachent. Vivre le moment présent, craindre le futur, survivre pour une qualité de vie. Dramatique et inspirant. Cela porte à réflexion, surtout que les maladies nous touchent de plus en plus jeunes malgré le progrès médical. Je m’y suis projetée, mise dans leur peau, imaginée en train de vivre cet Amour éphémère, interrompu physiquement. Et des larmes, j’en ai versées.

J’aime les films d’Amour.

Pour leur diversité. Parce qu’ils montrent que l’Amour se vit de millions de manières. Que personne n’a le droit de juger, ni même d’opiner.

Ces films sont nos histoires, séquence par séquence, citation par citation.

Je crois que l’on se reconnaît tous dans une scène, dans une émotion… et cela nous réconforte aussi. De savoir que malgré la différence, l’Amour reste le point en commun.

Nous comprenons que dans la Vie aussi, il y a de belles histoires.

Photos : Via Cinoche.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *