Charline Ibarra·Folie intime·Tous les articles

Ma jeunesse à Montréal Partie 1 – les années 80

1985

La rue Parthenais.

 

Ma meilleure amie Nathalie est dans sa fenêtre et me salue, d’en haut.

Je viens de descendre de la voiture de mon père, où j’étais assise sur lui, côté conducteur.

Je me sens fière. Grande.

 

Quelques fois, j’avais le droit à ce moment unique, seul avec lui…

 

Il arrêtait au début de notre rue, je sautais sur ses genoux et je pouvais «conduire» jusqu’à devant notre appartement de la rue Parthenais. Quel magnifique souvenir!

 

« Nathalie! Tu viens jouer?»

Elle hoche la tête, me sourit et disparaît.

La voilà aussitôt qui arrive, son cloche-pied rouge fraise dans les mains.

Super! Elle se met à sauter sur un pied et ses deux lulus vont dans tous les sens.

 

Lili, c’est comme ma sœur.

On se comprend, on s’amuse et on a toujours de quoi à se dire. Il n’y a pas une journée où on ne se voit pas.

J’aime bien aller chez elle, jouer dans sa chambre. La chanceuse a sa propre pièce! On s’amuse alors avec Fraisinette ou on se déguise et on fait semblant d’être des dames avec nos chapeaux et nos colliers.

 

Et puis, il arrive que j’y croise son grand frère Sylvain. (Soupir)

Le beau grand Sylvain. Ses yeux clairs et ses longs cheveux blonds en bataille. Il ressemble à un de ces musiciens, qu’on voit dans les vidéoclips à Musique Plus.

 

Quand il se fait tard, après le souper, on se parle depuis nos balcons pendant qu’on prend soin de nos poupées respectives.

 

Même que quelques fois, discrètement, je monte sur le bord de ma baignoire et je lui parle depuis la minuscule fenêtre du puits de lumière, qui donne sur sa chambre.

Mais chut, c’est notre secret!

À l’école, on se jase un peu moins. Nathalie est déjà en première année tandis que moi, je viens à peine de commencer la maternelle.

 

J’adore l’école!

 

Dessiner, apprendre, jouer, bricoler, chanter.

Vanie, notre enseignante est chaleureuse et aimante. Elle nous fait des câlins rassurants et nous regarde avec des yeux compréhensifs et patients.

 

Elle m’a marqué par sa gentillesse et par l’amour inconditionnel qu’elle nous offrait. Avec le temps, je me suis même rendue compte qu’elle a façonné l’éducatrice que je suis devenue, un peu à son image.

 

À l’heure de la récréation, je cours vers l’immense arbre qui se trouve dans le fond, près de la clôture. J’aime bien sentir ses écorces sous mes paumes. Je marche sur ses grosses racines et tourne autour de lui, en chantant des comptines. Il me fait du bien. Je ressens sa vieille âme, son vécu, je communique avec le seul bout de nature qui existe dans notre cour d’école.

Un peu plus tard vers nos 7-8 ans, Lili et moi, on aimait se promener sur nos vélos et aller jouer dans le champ qui était juste à quelques mètres de nos maisons. On essayait d’y faire de la gymnastique ou on se faisait des longues parties de Tag, avec d’autres enfants de notre rue.

 

Quand Nathalie est allée dans la cour des grands, on s’est naturellement perdues de vue. Nous avions alors chacune nos amis et c’était un peu «insensé» qu’elle puisse avoir une amitié avec une plus jeune…

 

Il y a quelques années, elle m’a avoué sur Facebook qu’elle avait trouvé cela triste qu’on se soit côtoyées durant tout ce temps, primaire et secondaire, sans jamais renouer d’amitié. Mais je ne lui en ai jamais vraiment voulu. Je garde de merveilleux souvenirs d’elle et de nos temps de jeux…

 

(Revenez me lire dans 2 semaines, je vous emmènerai faire un tour dans les années 90, cette fois-ci)

       Folie Sofia logo reviseure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *