Charline Ibarra·Folie intime·Tous les articles

16 paires d’yeux et un cœur comblé

Assis en cercle devant moi, j’ai 16 paires d’yeux qui me regardent, qui me sourient et qui patientent.

Bref, presque tous…

Nous sommes lundi matin et je suis comme un juke-box humain pour ce petit groupe de 2 ans.

 » Les crocros… » demande l’un d’eux.

« Ain-ti font font » supplie l’autre.

Une quinzaine de minutes plus tard, ma shortlist de comptines et leurs temps d’attention presque épuisés, ma collègue et moi les disposons en coins libres et procédons aux diverses routines de la journée.

J’ai un travail, que dis-je, une passion formidable!

Je suis éducatrice en petite enfance.

À en croire certain, ce titre pourrait devenir l’équivalent d’être une super héroïne ou une sacro-sainte, juste en voyant leurs yeux s’écarter lorsque je leur dis que je passe 8 heures par jour avec 16 petits terrible two.

Il y a les couches, certes, les crises de larmes, ok, les gestions de crise de bacon, oui.
Je peux comprendre que cela peut paraître éreintant, voir psychologiquement drainant…

Mais ô combien valorisant, voir physiquement bénéfique!

Chaque matin, j’ai droit à mon comité personnel de bienvenue dès que je franchis le pas de la porte.

Me rendre à mon armoire, au fond du local est une course à obstacles parsemée de câlins, de cris de joie, de petites mains qui veulent se faire prendre ou d’yeux qui cherchent mon regard.

J’entends au moins 7 versions personnalisées de mon prénom et déjà une dizaine de demandes différentes pour un bac de jouets en particulier ou un disque à faire rejouer.

Ma jauge de bonheur est donc remplie dès ma journée à peine entamée.

Quelle belle sensation que celle d’être attendue, espérée, salutaire pour ces enfants en pleine découverte de leur autonomie.

En toute humilité et surtout, loin de vouloir prendre la place de leurs parents, je ressens cette vague d’amour quotidienne comme ma réserve exclusive d’infimes doses de bonheur encapsulées.

Ma fontaine de jouvence, c’est eux!

À vouloir apercevoir leurs sourires s’illuminer comme des lumières de Noël en intermittence, je retrouve ma fougue d’enfance et je me mets soudainement à ramper sous les tables, sauter comme une grenouille ou même danser le boogie sans gêne.

Leurs rires aux éclats sont des incitatifs à leur faire d’amicales sursauts, des coucous à profusion ou même des grimaces dignes des plus vieux singes!

Il n’y a pas d’emploi plus donnant-donnant que celui que j’ai choisi, à mon avis.

En leur apportant de la sécurité, de l’aide, de l’attention, je recueille de l’agrément, de la confiance, du bien-être.

En leur offrant des activités diverses, des apprentissages amusants, des outils pour se développer et grandir sainement, je récolte de la créativité vive, de l’émerveillement face à leurs créations et de la fierté vis-à-vis leurs progrès.

Je m’investi cœur et âme pour leur offrir le meilleur de moi et de ma personnalité généreuse.

Le soir et la fin de semaine, je ne peux pas juste éteindre l’organe qui me sert de pompe pour vivre et ne pas penser à un nouveau bricolage ou une disposition du local plus avantageuse.

Et encore moins lorsqu’ils ont été malades à la garderie ou que je sais qu’ils ont eu une semaine plus demandante côté émotions. Je ne peux m’empêcher de leurs envoyer des ondes positives et d’espérer les retrouver en meilleure forme au retour de la fin de semaine.

En plus d’être éducatrice, je suis maman de 2 merveilleux enfants que j’adore.

Quand on me demande si j’en veux d’autres, je me dépêche de répondre que j’en ai 16 autres!
Pas légalement…. mais personnellement et sincèrement, OUI.

Mon amour pour ces petits monstres est sincère.

Leurs personnalités disparates, toutes plus adorables l’une de l’autre me conquis à chaque fois.
Chacun de ces petits êtres apportent une couleur unique au groupe, une petite tornade par ici, une gênée par là, un boute-en-train là-bas… et autant que je deviens différente avec eux selon leurs particularités, autant que dans mon cœur, ils sont égaux et aimés de la même façon.

Je ne me sens pas mère, je me sens leur amie, leur grande sœur, leur épaule pour consoler, leur oreille pour écouter, leur main pour chatouiller, et quelquefois leur mouchoir pour s’essuyer… arkkkk… oui cela arrive!

Je ne peux leur en vouloir quand je suis malade par leurs microbes attachants.
Comme cette semaine, où la méchante gastro m’a mise le grappin dessus: trois jours sans pouvoir travailler.

Vendredi quand je les ai aperçu à la fenêtre de mon local lorsque je suis allée chercher ma fille à la garderie, j’en ai eu les larmes aux yeux… De les voir, sans pouvoir aller les prendre dans mes bras.

Ils étaient tous là, entassés dans chaque fenêtre, le sourire aux lèvres, scandant mon nom en émerveillement et m’envoyant la main comme si cela faisait des mois qu’on était séparés…

Oui, il faut avoir le cœur solide pour être éducatrice … mais pas pour les raisons que vous croyez!

 Folie Sofia logo reviseure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *