Folie intime·Folie sexuelle·Karolann Gauthier-Sauvé·Tous les articles

Ça mange quoi en hiver?

Avec le mouvement #metoo, les medias ont explosé sur la culture du viol. Pourtant, cette culture était présente bien avant le mouvement. Si tu n’avais pas bien compris ce à quoi ça fait référence, la culture du viol c’est quand la violence sexuelle, les agressions sexuelles, le viol sont normalisées et perçues comme inévitable en plus d’être banalisées par les autorités, les médias, les produits culturels et la société en général. Ainsi, les croyances et les représentations peuvent être assimilées de façon inconsciente entre autre par le biais de consommation de produits populaires (cinéma, musique, publicité…)

Les signes distinctifs pour reconnaître le problème:

-Le harcèlement sexuel/l’intimidation;

-Banaliser un comportement problématique en le qualifiant de «plaisenterie»;

-Nier l’ampleur du problème;

-Diminuer/Banaliser/Ridiculiser le traumatisme lié au viol/agression sexuelle ainsi que toute la violence;

– Mettre la faute sur la victime et/ou l’accuser de mentir;

-L’objectification sexuelle des femmes;

-Laisser les hommes se vanter d’agressions sexuelles;

-Faire l’équation entre masculinité et domination sexuelle;

Revenge porn;

-Ignorer les crimes sexuels de personnalités connues;

-Diminuer les dénonciations faites plus tard;

-L’attente culturelle qu’un homme doit forcer la relation sexuelle avec une femme et que c’est ce qu’elle désire (être forcée)

-La socialisation des jeunes filles qu’elles ont le devoir de remplir les demandes sexuelles des hommes

Slut-Shaming;

-Croire que de discuter de la relation sexuelle et obtenir le consentement n’est pas attirant/sexy;

-Croire que ça arrive tellement que ça ne peut pas changer;

-La peur des répercussions négatives sur soi lors de la dénonciation d’un viol;

-Croire que le viol n’est que du sexe «hard»;

«Boys will be boys»;

-Utiliser un langage qui diminue l’ampleur des agressions sexuelles/du viol;

-Faire des jokes sur le viol;

-Penser que les femmes recherchent les agressions sexuelles de par leur attitude et leur habillement;

– Dire que les femmes doivent se défendre en cas d’agression;

– Penser que le viol est impossible dans une relation amoureuse;

Croire que seuls les hommes mal intentionnés violent et que seules les mauvaises femmes se font violer.

La Culture du viol, ça existe et on te croit.
Mais ça a l’air de quoi? Ça se transmet tu dans l’air?

Je peux t’imager ça avec des affaires que tu vas reconnaître, des images que tu as vues des millions de fois et des références populaires, non obscures afin de te permettre une meilleure accessibilité. Ben oui, je te facilite la vie dans l’espoir que ça puisse faciliter la mienne et celle de bien d’autres personnes. Garde à l’esprit qu’il y a des personnes dans ta vie à qui tu ne souhaiterais pas ça.

Empire Strikes Back-Star Wars: Han Solo qui à la suite des refus répétés de Leia décide tout de même de l’embrasser et ce, dans un coin du vaisseau alors qu’il n’y a aucune issue possible et qu’elle est donc contrainte. Le non est perçu comme un oui et décrit comme tel par son abandon à l’acte.

Blurred Lines-Robin Thicke : Les paroles banalise la violence sexuelle et le consentement (blurred lines définit les signaux mixtes envoyer par la femme quant à son attraction sexuelle donc consentement non clair) en plus d’objectifier la femme avec un désir de la domestiquer – «[I] tried to domesticate you/ But you’re an animal, baby it’s in your nature».

La Senza: Magasin de lingerie féminine dont la publicité s’adresse principalement aux hommes avec des images de femmes aguichantes et peu habillées dans le but d’attirer les hommes afin d’acheter les produits pour réaliser un certain idéal/fantasme présenté par la publicité donc le corps des femmes comme pouvoir d’achat-objectification.

Concrètement, ça s’attaque pas à ta possibilité de coucher avec une fille sur Tinder que tu as swipe il y a 2h.

Concrètement, ça t’empêche pas de dater et de faire savoir tes envies.

Concrètement, ça ne demande que le consentement de l’autre partie pis de voir qu’il y a une problématique.

Concrètement, c’est juste un petit effort pour changer.

Les munitions contre la culture du viol?

Déconstruire la masculinité toxique/hypermasculinité en encourageant tous les représentants «masculins» à exprimer les émotions.

Donner des cours d’éducation sexuelle et de consentement présentant le concept de consentement aux enfants dès un bas âge ainsi que l’appropriation de leur propre corps en lien avec leurs limites.

Statuer que les femmes ne sont pas des objets sexuels en changeant entre autre les codes vestimentaires des écoles pour permettre un code plus égalitaire et moins défini par des limites sexualisantes.

Interpeller les spectateurs pour leur signifier que quelque chose est entrain de se produire. Les gens ignorent trop souvent lorsque quelque chose de mauvais arrive et qu’ils en sont témoins, en les rendant actifs, on force l’action.

Ah pis j’aimerais ça avant de terminer de défaire cet argument selon lequel «elle était habillée comme une slut»: prends le temps d’aller voir la vidéo de l’exposition «Tu étais habillée comment?» qui mélange le témoignage et l’habillement de diverses victimes de viol. Tu vas voir qu’il y en a qui était juste en grosse laine, tu vas voir qu’il y en a qui était en habit de Ski-Doo parce que ouais, le viol ça n’arrive pas qu’en été. Pis on va se le dire, l’hiver on est pas les mieux attrimés. Voilà. Les victimes ne sont pas ces personnes évidentes à qui on collerait «automatiquement» cette étiquette: ce n’est pas Vanessa en mini-jupe, ce n’est pas Audrey qui est maquillée, ce n’est pas Tamara avec ce corps à «faire rêver». Malheureusement les personnes les plus touchées sont les vulnérables, les personnes handicapées, les minorités; ce sont les personnes dont tu te dirais: «Ah ben non c’est pas possible!» Justement par ce manque de crédibilité.

Les féministes peuvent être tes pires ennemies, juste si tu leur donnes des raisons de l’être. Non les hommes ne sont pas tous des agresseurs, mais il y a la possibilité et ça, ça suffit pour alimenter la peur. (Oui, les hommes peuvent aussi être victimes de viol et c’est important de les croire… Ce n’est pas de la chance! Sauf qu’il faut savoir distinguer le viol et la culture du viol, qui elle, est dirigée spécifiquement envers les femmes)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *