Ariane Martineau·Folie bien-être·Folie gastronomique·Folie locale·Karine Caron-Benoit·Tous les articles

Anorexie et boulimie : ces sujets qui ne devraient pas être tabous

L’autre soir, Karine et moi sommes allées à une soirée ANEB, mettons de l’avant la nourriture et le plaisir de la manger. Pour se faire, Jérôme Ferrer et Helena Loureiro ont été invité.es à partager des plats variés, sous forme de bouchées. Tout le long de la soirée, qui se tenait au Portus 360 au centre-ville, ce restaurant qui tourne, nous avons pu découvrir des plats uniques et qui donnent l’eau à la bouche.

La soirée a permis d’amasser la somme de 133 000$ pour aider ANEB à continuer à aider les gens et soutenir les personnes touchées par les troubles alimentaires, ainsi que leurs proches. Un encan silencieux se déroulait également sur place.

 

Anorexie et boulimie Québec

ANEB, c’est un organisme sans but lucratif qui est très important à connaître et à faire connaître. Ayant comme porte-paroles Catherine Brunet et Félix-Antoine Tremblay. Plus que comédiens, ces deux deux personnes prennent à coeur la cause, qui a comme mission d’offrir une aide immédiate et, ce, gratuitement, aux gens atteints d’un trouble du comportement alimentaire et aussi à leurs proches. Depuis plus de 30 ans, ANEB s’immisce dans plusieurs services d’éducation pour enlever le tabou qu’est cette maladie mentale. Lors de ses événements, l’argent récolté sert à atteindre ce but.

Besoin d’aide? ANEB est là pour vous.

Vous aimeriez vous impliquer? C’est aussi possible.

 

LIGNE D’ÉCOUTE

1 800 630-0907      |      1 514 630-0907

 

ENTREVUE AVEC JERÔME FERRER, chef d’Europea

Pourquoi vous avoir associé avec ANEB?

« De nombreuses causes me tiennent particulièrement à coeur et surtout celles reliées de près à l’alimentation et à l’univers de la gastronomie, donc avec les bonnes habitudes alimentaires. Pour moi, c’est essentiel d’apporter un peu ma contribution, ce n’est pas toujours évident, en tant que cuisinier, parce qu’on est souvent sollicités pour des événements, mais ayant moi-même traversé des moments de ma vie où il y a eu des hauts et des bas, où j’ai eu certaines perturbations au niveau de l’alimentation, je voulais m’impliquer. J’ai moi-même subi une intervention ‘bariatrique’, il y a quelques années, parce que je m’étais vraiment laissé aller. J’ai analysé rapidement que la relation qu’on peut avoir avec l’alimentation, c’est un peu comme l’amour en couple, il peut y avoir des hauts comme il peut y avoir des bas. ».

Étant une soirée où l’on fête le plaisir de manger, qu’est-ce que vous aimez le plus comme plat?

« Tout. Je n’ai pas d’ingrédients favoris. Chaque jour, je m’aperçoie que tout va tellement vite dans le monde de l’agro-alimentaire, artisanal, de petits producteurs que j’ai l’impression de ne jamais savoir quoi que ce soit, il y a toujours quelque chose de nouveau qui apparaît sur le marché. C’est ce que j’aime, toujours apprendre et découvrir.».

Des projets à venir?

« Oui. Un de mes plus gros projets est de continuer de m’investir dans La Boîte du chef, c’est un peu comme le service au restaurant, mais à la maison. Ça s’adresse à tout le monde : au gourmet, du type casse-croûte à la haute gastronomie à la cuisine familiale, on fait des brunchs, on fait de la cuisine minceur avec mon amie Isabelle Huot, on va faire des coffrets fitness pour les gens qui font du sport. C’est un projet qui m’allume, puisque je peux toucher à plein de champs d’horizon au niveau alimentaire. »

C’est quoi votre plus grande folie culinaire?

« Quand je vais dans une ville ou un pays que je ne connais pas et que je visite pour la première fois il faut que je me jette dans un marché local. Pourquoi? Parce que comme dit le dicton  » Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es  », on peut en apprendre beaucoup sur la société  dans laquelle on se trouve quand on va dans un marché local et moi j’ai vraiment la fièvre acheteuse, il faut que j’achète de tout. De la charcuterie, du pain et je me retrouve avec plusieurs sacs, alors que je suis simple touriste et je me dis que je vais faire un pique-nique, mais il y a de la bouffe pour trente personnes. C’est une petite folie sympa.»

 

 

Photo de signature d'Ariane Martineau en aavril 2018.  karine signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *