Ariane Martineau·Collaborations·critique du mois·Folie critique·Folie culturelle & artistique·Folie gastronomique·Folie locale·Tous les articles

Critique du mois : romeo’s gin en version prêt-à-boire

Un faux poisson d’avril

Le 1er avril dernier, j’ai vu le plus beau faux poisson d’avril : romeo’s gin a posté une photo de superbes canettes de style prêt-à boire. Du gin et tonic déjà mélangé. Avant que vous vous le demandiez : OUI, c’est très bon. NON, ça ne goûte pas le ” mélange-pré-fait-qui-a-trop-de-sucre-pis-pas-assez-d’alcool-de-qualité “. Je ne verrais probablement pas de grande différence si on me servait ce cocktail versus un gin & tonic concocté 30 secondes au préalable. Et, en plus, il contient seulement 67g/L de sucre, le plus bas de sa catégorie, yay!

Malgré le fait que plusieurs personnes croyaient à une blague, le produit était clairement déjà en demande en voyant les nombreux commentaires positifs sous la publication Facebook. Pour ma part, j’ai été charmée au premier coup d’oeil. Les couleurs vibrantes, avec l’art accrocheur d’Antoine Tava, forment un tout qui ne peut pas passer inaperçu. Je voulais donc absolument goûter à ce produit, étant passionnée de gin depuis déjà plusieurs années.

La dégustation

Nous avons donc été invitées à aller rencontrer le vice-président, Stéphane Rochefort, pour une dégustation dans les locaux de romeo’s gin et Pur Vodka (qui ne forment qu’un, en passant). Dès notre arrivée, deux choses me sautent aux yeux : l’espace aéré sur De Gaspé avec sa vue sur la ville, ainsi que le coin ” musée ” avec leurs différentes éditions de romeo’s gin. La recette restant la même, c’est le visuel en arrière-plan qui change. L’image de marque est tel un canevas en constante évolution et on adore! Attention, certaines éditions sont produites en petite quantité, il faut garder l’oeil ouvert!

Lors de notre rencontre, Stéphane nous a invitées à comprendre l’évolution de leur démarche qui a menée au Gin & Tonic prêt-à-boire. Tous les tonics montréalais ont été essayés pour y trouver la parfaite balance avec leur gin, malheureusement sans victoire. Celui qui les attirait le plus n’étant pas d’ici, ils se devaient donc de concocter leur propre recette pour garder un produit 100% local! Nous nous sommes souvenues de notre premier événement pour le blogue, en tant que Folie Urbaine, où nous avions été sur une terrasse sur un toit pour assister à une soirée de lancement des magnifiques oeuvres de Sandra Chevrier. Nous avions pu y boire des gins tonic romeo’s gin et nous avons été tout de suite charmées! À cet effet, restez à l’affût pour une certaine future collaboration possible entre ces deux artistes locaux!

 

Le verdict

Grâce à leur langage anti-conformiste artistique qui les démarquent des autres, leur histoire d’amour avec l’art les propulse loin et on comprend en prenant une seule gorgée de leur gin! Leur marque est intemporelle, tout en s’adaptant aux artistes locaux et en s’assurant d’offrir continuellement des produits de qualité!

romeo’s gin, c’est une histoire d’amour. Quétaine, mais hey! le romantisme peut prendre différentes formes, non?

 

Cheers!

 

 

Photo de signature d'Ariane Martineau en aavril 2018.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *