Après la tempête, il y a le beau temps

Vous avez lu ma série de textes sur la dépression, l’histoire de ma vie. Il y aura une suite en automne. Mais aujourd’hui, j’avais envie de parler de nouveaux défis dans ma vie. Oui, beaucoup de choses ont changé. Je suis séparée, j’habite seule et j’ai maintenant un nouveau travail. Disons que les derniers mois m’ont beaucoup appris sur la vie. On peut être au plus bas, au plus mal, mais on finit toujours par trouver la force pour se remonter. J’aime espérer que c’est le cas pour tout le monde. Pour ma part, je vis actuellement une belle remontée. Après la période creuse, je vis une renaissance et je compte bien emmagasiner le plus de parcelles de bonheur possible. Garder en tête qu’il y a du bon après le mauvais. De toujours garder l’espoir que du beau ça existe encore, même quand on a l’impression que notre vie entière s’écroule.

J’ai maintenant un nouveau travail ; une nouvelle routine qui prend place. Ce fut un long processus pour arriver à être choisie pour ce poste. Je ne peux m’empêcher de ressentir de la fierté pour moi-même. Je sais que c’est drôlement dit, mais je n’en reviens pas, je suis vraiment heureuse d’être enfin arrivée au poste que je convoitais depuis un long moment déjà. C’est une belle promotion, 10 ans plus tard.

Ayant été habituée à une certaine routine, aujourd’hui je dois m’adapter à une autre réalité. Premièrement, mon nouvel emploi est en plein centre-ville. Fini le confort de ma voiture et l’air climatisé! Dorénavant, je me rends au travail en transport en commun : ouf! Il fait assez chaud et le déplacement est complètement différent. J’ai un sac à dos et de bonnes chaussures, maintenant que je sais que le matin on est tassés comme des sardines dans les wagons du métro. J’avoue ne pas être encore super à l’aise d’être à proximité d’autant d’inconnus. J’ai besoin de ma bulle, mais les matins à l’heure de pointe, c’est impossible d’avoir de l’espace. Le but? Faire entrer le plus d’humains dans un petit espace. J’ai ajouté un jeu de sudoku dans mon cellulaire et c’est mon nouveau truc pour éviter une crise de panique quand je sens des mains, des corps, des sacs frôler mon corps sans le vouloir.

J’ai toujours eu une certaine liberté dans le choix de mes vêtements, mais maintenant, je dois m’habituer à porter autre chose. J’ai dû aller faire une virée shopping qui m’a demandé beaucoup de discipline. J’étais tentée par des vêtements qui me donnaient des étoiles dans les yeux, mais je voulais réussir à trouver des vêtements adaptés pour mon nouveau poste. J’ai eu de la chance et j’ai quand même trouvé de belles choses, mais cela m’a demandé et me demande toujours un peu d’adaptation.

Je suis super heureuse de ce nouvel emploi qui est un tout nouveau défi pour moi. Disons que lorsque je regarde la dernière année, je ne suis pas très surprise de voir à quel point j’ai évolué et de voir que beaucoup de choses ont changé dans ma vie. Oui, il y a du négatif, mais tellement de positif aussi. J’aime faire la comparaison qu’après la pluie, il y a le beau temps. Eh bien! C’est vrai dans la vie aussi. On a beau avoir un immense nuage noir au-dessus de notre tête pendant longtemps, des fois même durant des années, mais en s’accrochant et en faisant ce qu’il faut pour garder le cap, le beau temps finit par revenir. Je n’aurais pas cru qu’il m’arriverait autant de belles choses aujourd’hui si on me l’avait dit il y a un an. Maintenant, je sais que la vie a de la valeur, qu’il faut en prendre soin et ne jamais baisser les bras. C’est souvent dans l’épreuve qu’on ressort plus fort. Je vais continuer à profiter de chaque journée, de traverser les tempêtes, parce que oui, il y en encore, la vie n’est pas faite uniquement d’arcs-en-ciel et de tornades, non, il y a des montagnes russes et c’est ce qui fait qu’on bâtit des fondations solides dans nos vies.

J’ai un nouvel emploi, j’habite seule, j’ai de nombreux projets personnels, j’apprends à m’aimer, je suis toujours ma thérapie, je lis beaucoup et j’essaie d’aider les gens comme je peux à traverser, tout comme moi, des tempêtes.

Photo de signature pour Karine Caron-Benoit. Valérie_réviseure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *