Les mythes sur la sexualité

Depuis mon adolescence, j’ai entendu plusieurs mythes qui existaient sur différents sujets incluant la sexualité. De nature curieuse, je me suis amusée à chercher les réponses par de nombreuses études qui ont su démystifier ces nombreux mythes. C’est un plaisir pour moi de vous en présenter quelques-uns.

 Plus tu as la danse dans la peau, mieux tu vaux au lit

L’avez-vous déjà entendu cette expression? Serait-il possible qu’une personne qui sait danser et dont elle a appris à suivre le rythme de la musique soit capable de suivre le rythme de son partenaire sexuel avec facilité? Un mystère pour lequel plusieurs personnes se sont peut-être interrogées. Mais la performance sexuelle se développe par l’expérience. Lors des ébats sexuels, on apprend à connaître ce qu’on aime de ce qu’on préférerait éviter, tout comme on apprend à connaître les plaisirs de l’autre et ses limites. Une bonne performance est dans la capacité de deux partenaires de trouver leur rythme et de se partager du plaisir. Et ce, dans le respect.

Un maximum de plaisir par la taille de ton pénis

Il n’y a pas que les femmes qui ressentent la pression par rapport à leur apparence physique. Les hommes aussi. Pourtant, il n’y a que 1% des femmes qui trouvent que la taille du pénis est une considération importante auprès de leurs partenaires (Francken et al. (2002) Urologue européen). Peut-être que vous avez déjà entendu des personnes mentionner leurs préférences par rapport à la taille du pénis. Il y a des personnes qui peuvent peut-être préférer quand la taille est petite. D’autres peuvent peut-être préférer quand c’est plus gros, tandis que d’autres, ça les importe peu. C’est possible. Pour ces quelques discours, il y a la possibilité que la cause soit reliée à la taille vaginale. Malgré la capacité du vagin d’être extensible lors de la pénétration, certaines femmes peuvent éprouver du plaisir et/ou de la douleur et/ou ne rien ressentir en fonction d’une taille. Bien sûr, il peut exister d’autres raisons. Par ailleurs, est-ce qu’il y a une possibilité que ce soit simplement une préférence, tout comme des personnes qui préfèrent des fesses plus grosses ou plus petites? Peu importe la raison, il y en a tant. Le plus important est de savoir qu’il existe différentes pratiques sexuelles qui peuvent mener au plaisir, sans pour autant prendre en considération la taille du pénis. De plus, il y a plein d’autres critères, autant physiques que dans la personnalité d’un individu qui peuvent la rendre attirante.

 La vérité sur ta virginité se dévoilera par les draps blancs

Il y a plusieurs années, des ancêtres de différentes cultures utilisaient les draps afin de déterminer la virginité d’une femme. Ne vous méprenez pas, je respecte la pratique culturelle. Je ne suis pas là pour juger. Mais je tiens à sensibiliser qu’il y a existence d’un mythe qui s’est instauré dans l’attente de voir quelques gouttes de sang sur les draps après la première relation sexuelle chez le couple. En fait, il suffit d’une seule fois à faire du sport comme l’équitation ou du vélo afin que ces quelques gouttes de sang apparaissent sur les sous-vêtements d’une fille/femme. Ce n’est pas parce qu’une fille/femme est vierge qu’elle va saigner sur les draps blancs.

Le dysfonctionnement provient principalement chez les hommes

Les dysfonctionnements sexuels peuvent se passer chez les différents sexes. Lors d’un sondage, il a été relevé auprès des personnes volontaires que le dysfonctionnement est de 40-50% chez les femmes et de 20-30% chez les hommes (Lewis et al. (2010) Journal of Sexual Medecine). Qu’est-ce qui expliqueraient ces dysfonctionnements? Des problèmes de santés physiques, de santé mentale, etc. Malgré le dysfonctionnement, plusieurs personnes font dans le mieux pour trouver des solutions pour s’épanouir dans leur vie sexuelle. N’hésitez pas à en parler à des professionnels.

On le sait bien, les jeunes le font que pour le plaisir

Chez les adolescents de 16-17 ans, 39% affirmeraient qu’ils ont un rapport sexuel par amour et 21% le font juste pour l’envie d’expérimenter. Chez les adolescentes, 60% confirment que les motifs pour leurs rapports sexuels sont par amour et 14% affirment qu’elles l’ont fait par curiosité (Étude adaptée par Boyce et al. (2006)). Ce sont donc les sentiments qui l’emportent.

En bref, malgré que les mythes soient intéressants, ils peuvent apporter quelques confusions auprès des gens. C’est un soulagement de savoir que des chercheurs prennent le temps de démystifier les mythes pour nous permettre de connaître la vérité. J’espère que pour vous, ce fut un plaisir de lire ces quelques démystifications.

Signé : L’escarpin Rouge

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *