Quand je suis tombée enceinte

Quand je suis tombée enceinte, ce fût pour moi la plus grande des surprises. J’étais plus que contente, ce n’était pas explicable comme sentiment. J’ai sauté sur le téléphone pour appeler le papa, qui lui aussi, était fou de joie. C’est ainsi que nous l’avons appris, assez rapidement, aux autres de notre entourage. Étant moi-même une personne de nature anxieuse, j’avais un peu comme un tourbillon de questions sans réponses dans ma tête. J’avais beau appeler ma mère toute les deux minutes pour lui poser une dernière question sur l’accouchement, j’avais vraiment besoin d’entendre l’histoire d’autres mères ayant passé par là. Pouet, pouet, pouet… Mais quelle idée. Vous savez, les fameuses questions : allaitement ou biberon, couches lavables ou couches jetables, cododo ou directement dans le lit, 5-10-15 ou bercer bébé, etc. Il n’y a pas de bonnes réponses, vraiment il suffit de s’écouter et de se respecter. Je me souviens m’être dit qu’il fallait que je sois saine d’esprit pour pouvoir être la meilleure maman pour ma fille.

En parlant avec mes amies mamans, je me suis rendue compte qu’on reçoit aussi vraiment des commentaires étranges avant de mettre au monde notre enfant, style : « Tu vas vraiment être fatiguée, profites-en avant qu’elle naisse », « t’auras plus d’intimité avec ton chum, tu vas voir ça change un couple », « ton corps va changer, ce sera plus jamais pareil », « l’accouchement c’est l’enfer comment ça fait mal, surtout si ça se complique ». Pourquoi, pourquoi mais pourquoi dire des choses comme ça.

On a tous notre vision de la maternité, mais maintenant que ma fille est née, je peux te dire que oui je suis fatiguée, mais jamais je ne manquerais une journée auprès d’elle à la voir se développer, oui ça a changé mon couple, on est devenus plus proches, on partage toutes nos observations sur notre petite qui grouille, oui l’intimité a changé, mais selon nous, elle est encore plus précieuse qu’avant et on en profite lorsqu’on a un moment. Mon corps a changé oui, pas tant que ça, mais oui j’ai les seins plus mous, oui j’ai du gras sur le ventre, oui mes cuisses sont molles, mais entre toi pi moi, qu’est-ce que ça change si ma fille est en santé et que j’ai toute la vie pour me raffermir si j’en ai envie, ce sont des marques qui ont donné la vie.

Oui pour certaines, c’est difficile à accepter et cela touche la confiance en soi, mais c’est le travail d’une vie s’accepter comme on est, alors dites-vous qu’on a encore le temps. Finalement, le jour J, l’accouchement. Je vais te dire, j’ai été vraiment chanceuse. J’ai accouché en vingt minutes. J’ai eu toute les scénarios possibles en tête pour cette journée, que j’allais perdre mes eaux comme une avalanche, tsé le vrai SPLASH et que j’allais devoir passer au bistouri. Finalement, j’ai poussé 4 fois et j’ai rien eu de majeur à recoudre.

Donc chère maman ou future maman, le seul conseil que je peux te donner, c’est que oui c’est difficile être maman, oui c’est de mettre ta vie sur pause et de mettre quelqu’un en priorité, tout le temps, même quand tu vas aux toilettes. Mais comme c’est beau aussi de voir un petit sourire t’attendre chaque matin, et de découvrir les facettes de la personnalité de ton bébé, alors courage et surtout, écoute ta petite voix, c’est la meilleure. Je dois retourner chanter une belle chanson à ma demoiselle. À bientôt.

«Ma mère chantait toujours la la la, une belle chanson d’amour, que je te chante à mon tour,
Ma fille tu grandiras, et puis tu t’en iras, mais un beau jour, tu la chanteras à ton tour, en souvenir de moi..».

Marie-Pier Carle alix marcoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *