Folie intime·Karine Caron-Benoit·Tous les articles

Être célibataire en 2018

J’avoue avoir été un peu naïve en croyant que d’UN, je serais en couple avec mon ex pendant au moins une décennie ou plus et que de DEUX, qu’après ma séparation, je me crisserais royalement d’être toute seule. La réalité m’a vite rattrapée, disons-le !

Ça va bientôt faire 9 mois que je suis célibataire et depuis quelques semaines, je me sens prête à retourner sur le marché. Avant de rencontrer mon ex, j’étais un peu plus wild que je le suis en ce moment. J’étais frivole et je profitais tout simplement de la vie : why not ? Mais là, j’ai l’impression que la game a changé et beaucoup même. Je suis complètement désorientée. Ça fait 5 ans que je n’ai pas cruisé et je ne sais plus du tout comment m’y prendre, mais surtout : où aller pour rencontrer des potentiels? Bref. Premier réflexe : Tinder. Mais c’est quoi cette affaire-là? Honnêtement, je n’ai absolument aucun plaisir ni aucun résultat avec cette application. J’y vais par réflexe et par curiosité en me disant, «On ne sait jamais, tsé !», mais ça me décourage. Je ne cherche pas le père de mes enfants, je cherche du plaisir à court ou moyen terme, un rebound digne de ce nom.

M’embarquer dans une relation sérieuse là, maintenant? Honnêtement, je ne crois pas en avoir envie. J’ai tellement eu du mal à me remettre de ma dernière séparation compte tenu de ma situation particulière (j’étais belle-mère) que je ne suis pas prête mentalement à faire de la place à quelqu’un dans ma vie au niveau émotionnel. Mais, physiquement? Ça, c’est une autre histoire !

Ce que je veux dire, c’est que j’ai changé en 5 ans. Premièrement, je n’ai plus le même body, ça m’insécurise un peu puisque ce n’est pas comme c’était avant. Mes années de célibat ont été amusantes dans le passé, j’avais une totale confiance en mes capacités de séductrice. Aujourd’hui, j’avoue avoir encore quelques croûtes à manger pour être assez à l’aise pour aller voir une personne qui me turn on et juste lui dire «Hey, ça va?». La majorité de mes amies sont en couple, même au travail. Est-ce que ça me met de la pression? Pas du tout. Mais j’ai juste envie de ne pas gaspiller mon temps à me poser des questions, à appréhender ou peu importe. Je veux m’amuser et me dire « Ouin pis?» et surtout « why not? », foncer, vivre mon célibat, m’épanouir et juste regarder devant.

C’est facile de dire tout cela, mais reste que souvent, on fini par prendre une débarque et se rendre compte à quel point les gens sont rendus superficiels. Autant les gars que les filles. On a beau prôner que le physique c’est pas important…eh bien ce l’est et c’est ce qui selon moi crée le méga gouffre dans lequel autant de célibataires se retrouvent sur Tinder, à gratter l’écran de son cellulaire à droite en espérant voir l’immense mot tant attendu apparaître. J’aimerais réussir à aborder une personne qui m’intrigue et lui parler sans me soucier dès le départ si je fit dans ses standards. Je dois entamer ce travail sur moi-même avant de le tester sur le terrain, mais je compte bien essayer.

J’aime me dire que même si ça a l’air compliqué en 2018 d’avoir des dates qui ont de l’allure, les gens vont peut-être finir par être moins fermés à rencontrer des filles en fonction de ce qu’elles dégagent et non de ce qu’elles ont l’air? À suivre.

UPDATE : ce soir, j’ai ma première date!

 

Photo de signature pour Karine Caron-Benoit. Valérie_réviseure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *