Folie intime·Folie masculine·Folie sexuelle·Jennifer Martin·Série : Tinder·Séries de textes·Tous les articles

On a testé Tinder… en couple – 1ère partie

Mon chum et moi, on est en couple depuis bientôt 14 ans.

Ouais. Ce n’est pas pire, je trouve.

On considère qu’on est un couple solide, puisqu’on a traversé plusieurs tempêtes et moments difficiles et on a survécu pour en parler.

Ça nous a rendus plus fort et, même si notre couple est loin d’être parfait, on s’aime vraiment beaucoup pis on a confiance en notre relation.

On possède notre maison depuis près de 7 ans et nous sommes les parents d’un garçon de 12 ans. J’ai 36 ans et lui, 43 ans.

Ça, c’était la petite intro pour te mettre en contexte.

Parlons maintenant de notre idée. Plutôt la mienne, je tiens à préciser. Parce qu’une auteure tente toujours de trouver de nouvelles thématiques d’articles et que j’aime bien en trouver qui sont originales.

J’ai donc proposé à mon chum de tenter l’expérience Tinder… en couple.

Je vous explique.

Il y a 14 ans, quand nous nous sommes rencontrés, Tinder n’existait pas. Il y avait bien le site Do You Look Good et le défunt MSN, mais nous n’avons jamais tenté l’expérience ni l’un ni l’autre. À l’ère des réseaux sociaux, nous avons eu envie de savoir comment se déroule la chasse au candidat potentiel dans la jungle du célibat. Est-ce que c’est plus facile ou plus difficile de cruiser aujourd’hui qu’à l’époque? Comment se passent les relations à l’ère d’Internet et de ses multiples applications pour trouver l’âme sœur ou son prochain one night? Est-ce dangereux de tenter l’expérience ou simplement une idée originale à explorer?

Je t’avoue qu’au début, quand je lui ai parlé de mon idée, sans la développer et lui donner d’explications, la première réaction de mon chum a été de dire non.

Catégoriquement, sans même y réfléchir.

Il ne voyait pas l’intérêt de risquer de mettre notre couple en péril juste pour un article. Sur le coup, je me suis demandé : c’est en moi qu’il n’a pas confiance ou c’est en lui? Il a peur que je sois trop sollicitée ou tentée d’aller réellement voir ailleurs ou il a peur d’être tenté lui-même d’aller voir si le gazon est plus vert chez la voisine? Il ne pense pas que nous sommes un couple assez solide pour passer au travers d’une expérience comme celle-ci sans que ça se termine en lancés de casseroles et en valises sur le bord de la porte?

J’ai quand même pris le temps de lui expliquer exactement comment je voyais les choses. On allait tout faire ensemble. Créer nos profils, choisir nos photos et décider de nos descriptions, swiper à gauche ou à droite et vraiment tout se dire. Au fur et à mesure que les matchs ou les messages allaient entrer dans la boîte de réception, on allait vraiment tout vivre ensemble et ne rien se cacher. Interdiction d’aller sur l’application sans la présence de l’autre sauf en cas d’exception (comme genre, je le laisse deux minutes seul pendant qu’on swipe le temps d’aller aux toilettes!). Je voulais vraiment qu’on mette des limites claires et précises afin d’éviter tout malentendu ou situation potentiellement conflictuelle.

Il a quand même refusé ma proposition.

Je dois avouer que j’ai ressenti un certain soulagement sur le coup.

J’étais fière de mon idée, mais je n’étais pas si certaine d’avoir envie de la développer. J’avais confiance en moi et en lui, mais j’avais quand même peur que notre relation devienne un terrain glissant sur lequel on pourrait déraper. Pas nécessairement en allant voir ailleurs. Juste parce que, parfois, à jouer avec le feu, en se pensant immunisé contre les brûlures, ça peut nous jouer de vilains tours.

C’est revenu à quelques reprises dans nos conversations au cours des semaines qui ont suivi. Parfois, je sentais que l’idée le titillait quand même un peu. Il semblait réfléchir et peser le pour et le contre. Je faisais pareil de mon côté. Je le rassurais en lui disant que je l’aimais et que je n’avais pas proposé cette idée en ayant un plan derrière la tête et que je voulais vraiment juste le faire pour avoir un bon sujet d’article pour les lecteurs du blogue. Il a même pensé que la popularité de mon blogue était plus importante que la solidité de notre couple! Je l’ai rassuré en lui disant que jamais je ne choisirais ma carrière au détriment de notre couple et notre famille.

Alors que je croyais le sujet clos, il m’a annoncé un jour vouloir tenter le coup.

Pour le plaisir, pour vivre une expérience ensemble et peut-être aussi parce que la curiosité l’a emporté.

Mon chum, fidèle à lui-même, a transgressé dès le départ la première règle : il a créé son profil et choisi ses photos sans moi. Est-ce que j’ai été fâchée? Non, je m’y attendais même un peu. Je le connais mon chum quand même. Quand il décide quelque chose, c’est maintenant. Pas plus tard. Un jour où je n’étais pas à la maison et qu’il s’ennuyait (de moi, j’espère…), il a décidé de tenter le coup. Télécharger l’application sur son téléphone et suivre les indications. Mon chum n’étant pas très techno côté réseaux sociaux, il a encore du mal à transférer ou télécharger des photos, a alors éprouvé un peu de difficulté avec cette étape. Il a choisi une photo un peu floue où il porte des lunettes de soleil et il a ajouté une photo ou deux prises de son profil Facebook. Rien de bien accrocheur. Sa description était plutôt simple : intéressant et intéressé, j’aime les bonnes choses de la vie. Sens de l’humour très développé. Ça ne dévoile pas grand-chose (il voulait se la jouer mystérieux) et c’est plutôt simple. Il a publié sa fiche et a attendu les propositions. Nous avons mutuellement décidé qu’il serait le premier à tenter l’expérience quelques jours et, qu’ensuite, ce serait à mon tour de jouer le jeu.

Au début, ça a été plutôt tranquille.

Au point où on s’est demandé si ça fonctionnait vraiment ou s’il fallait prendre la version payante pour que ça donne des résultats. Mon chum, ayant un historique assez développé côté conquêtes avant de me rencontrer, c’était un peu dur sur l’orgueil. Les filles qui attiraient son attention étaient toutes au début de la vingtaine (ça, c’était un peu dur sur le mien) et personne ne semblait faire de matchs avec lui. Au point où, après 2 jours, il était prêt à supprimer son profil et laisser tomber le projet.

Après une semaine à le laisser apprivoiser l’application, swiper compulsivement à différents moments de la journée (je n’étais pas toujours avec lui finalement, je lui faisais confiance et on ne se voit pas beaucoup dans une journée) et regarder ce que le marché du célibat a à offrir, j’ai décidé de mettre mon grain de sel dans son profil. Choix de la plus belle photo (je le trouve tellement hot sur celle que j’ai choisie), je corrige les fautes dans sa description et j’ajoute une photo de lui avec notre fils (c’est quand même sexy un papa avec son fils, même si ça peut décourager certaines filles). Il approuve les changements et s’anime d’un petit espoir de voir sa boîte à message exploser. Il ne me le dit pas, mais encore là, je connais mon chum!

On publie sa nouvelle fiche et on est tous les deux prêts à faire face à cette nouvelle offensive sur Tinder.

Pour connaître la suite, ne manque pas mon prochain article qui sortira la semaine prochaine.

Ben oui. Plate de même.

Pas le choix de revenir me lire la semaine prochaine… les détails les plus crunchy s’en viennent! 😉

Photo de signature pour Jennifer Martin.     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *