Charline Ibarra·Folie intime·Tous les articles

Être empathe

Je ne suis ni devineresse, ni diseuse de bonne aventure.

Je suis empathe.

Cela signifie que je suis une éponge humaine des énergies et des vibrations qui m’entourent.

Au quotidien, cela veut dire que lorsque je suis entourée de gens, je passe par une gamme très diverses d’émotions. Tantôt triste, tantôt souffrante, je me sens souvent comme si je tenais le Monde sur mes épaules.

Mes amis aiment bien se confier à moi, les vieillards me sourient, les bébés m’adorent.

À vrai dire, c’est quand même ardu à expliquer… sans paraître trop bizarre ou très différente, aux yeux des autres.

Imaginez, par exemple, être dans votre milieu de travail et ressentir physiquement ce que vos collègues vivent intérieurement; mal de dos, stress, peine, fatigue, etc.

Il m’est déjà arrivé d’éprouver une tristesse momentanée, une incompréhensible envie de pleurer à m’en fendre l’âme. Puis me rendre compte, qu’une collègue vit justement une situation qui explique mon récent malaise.

Cela surprend. Cela fait réfléchir, surtout.

Aujourd’hui, je suis plus en maîtrise de ce don, ou de cette malédiction, pour certains.

J’ai appris à vivre avec ce bagage supplémentaire qui m’arrive dessus comme une tonne de briques. Sans que je ne le demande. Sans que je puisse vraiment l’éviter.

Cela peut sembler lourd à vivre, certes, par contre je crois que je suis tout de même apte à gérer le tout. Je dois parfois me retirer et être seule, pour être en mesure de me ressourcer, de remplir mon énergie à nouveau.

Je suis comme une décharge à émotions, plus souvent qu’autrement négatives, mais quelquefois positives heureusement.

Comme vous le savez déjà, je suis éducatrice en petite enfance et plus particulièrement avec les 2 ans. Eux, ils en vivent des émotions, à grandes pelletées, je vous dirais; de fierté, de peine, de peur ou d’euphorie. Je vis des montagnes russes à chaque jour et autant que je puise dans leurs énergies débordantes, autant qu’ils viennent gruger dans la mienne; dans mon assurance, ma confiance en moi, mon énergie zen ou ma tendresse.

Ma réserve de ressources peut facilement se décharger avec ces mignons petits êtres attachants.

Mais, je ne le répèterai jamais assez «j’adore mon métier, ma passion», parce qu’en bout de ligne, détenir une porte ouverte sur leurs états affectifs me donne, en vérité, un net avantage pour les aider à s’épanouir mieux et à les réconforter. Mes petits lapins aiment se retrouver dans mes bras.

Je suis en mesure de me mettre à leur place, d’éprouver leur sentiment du moment et de faciliter ainsi mon approche avec eux.

Avec les parents aussi, je deviens empathique à leur affliction de devoir aller travailler et de laisser leur bien le plus précieux, qui a les larmes aux yeux ou qui réclame un 32ème câlin.

Sans me décrire ou me prétendre comme une magicienne, quelquefois je me sens comme une ingénieure de son, qui peut atténuer la tristesse que vivent les enfants, quand ils doivent voir partir leurs parents le matin. Ou même, qui augmente leur sérénité au moment de la sieste, pour leur permettre de retrouver leur calme et de se laisser emporter plus aisément dans les bras de Morphée.

être empathe

Je vous dirais que j’ai compris que j’étais empathe le jour où je suis allée dans un salon funéraire voir une connaissance décédée tragiquement, un ami de mon conjoint, et qu’en mettant les pieds dans la salle, j’ai dû prendre une grande respiration, bruyante de surcroît, parce que j’ai manqué d’air, tellement il y avait de peine, d’incompréhension et de rage parmi ceux présents. J’avais à peine 19 ans.

Je suis sortie à reculons et mon chum m’a immédiatement dit de rester dehors et de reprendre mon souffle. Ce jour-là, marqué au fer rouge dans ma mémoire, j’ai su, consciemment que je vivais, une situation disproportionnée.

Un trop plein d’émotions pures qui m’a presque jetée par terre par sa force sur moi.

Sur mon âme qui m’a blessée, qui a explosé dans mon être si sensible à cette détresse.

Plus récemment, j’ai rencontré un nouvel ami lors d’une sortie et cette personne m’a immédiatement confiée des bouts de son Existence qu’il a subit, qui l’ont meurtri au plus profond de ses abîmes.

Là, pour ceux qui me connaissent, j’aime donner des massages, c’est un moyen de communication (!) très commun chez moi. Une sorte de manière d’échanger, de comprendre l’autre. On pourrait même dire de thérapie…

De cette manière, je vais au noeud du problème et je peux canaliser mon énergie pour aider.

Donc, tout en continuant de parler, au milieu de la foule, je le massais et puis j’ai immédiatement ressenti une douleur vive sur mon flanc droit. Je lui demande s’il a mal dans cette région et il me dit: «OK, tu es weird, toi!»

Je l’ai bien ri!

Il m’a par la suite dit qu’il avait quelques côtes de fêlées, d’un incident qui lui était arrivé!

J’en suis moi-même restée bouche-bée.

Cela fait peur, je peux vous l’assurer.

Par ailleurs, je me suis toujours fiée à mes instincts, à mon intuition, d’aussi loin que je me souvienne. Sans détenir la science infuse, je vous avouerais que je marche dans la Vie, en ayant les yeux fermés, métaphoriquement parlant, bien sûr!

Je ne jure que par mon feeling, ma petite voix intérieure qui me guide constamment, qui choisi pour moi lorsque je me sens subitement à une croisée des chemins.

Et par chance, elle ne m’a jamais faillie, pour le moment.

Grâce à elle, je devine et je perçois les intentions d’autrui.

Quelquefois, je découvre des aspects inattendus ou inavoués des gens. Néanmoins, il m’arrive aussi de discerner du bien chez d’autres qui me surprennent alors.

Quelques-uns disent qu’il faut faire attention autour de moi, car je lis dans les pensées, mais je vous rassure que même s’il m’est arrivé quelquefois de savoir des faits sans que la personne ne le dise tout haut, je ne l’ai jamais fait intentionnellement et encore moins, pour en tirer un bénéfice quelconque…

En ce moment, je «ressens» que vous avez adoré mon article et vous le partagerez à profusion! (ha! Ha! ha!)

Plus sérieusement, je vous laisse des liens qui font référence aux personnes empathes, et peut-être certains ou certaines d’entre vous se seront reconnus dans mon expérience, alors vous pourrez en apprendre un peu plus sur cet aspect de la Vie, qu’est d’être empathe.

Liens internet:

Les 11 types d’empathes. Lequel êtes-vous?

Les 30 traits de caractères d’un empathe.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *