Folie bien-être·Folie intime·Jenny Ouellette-Levesque·Tous les articles

L’écriture : Ma thérapie, Ma psychologue

Depuis que je suis toute jeune, j’ai une fascination pour l’écriture. Bien que je ne sois pas très bonne dans la portion grammaire, j’ai toujours eu de très belles notes à l’école pour la portion histoire. J’ose espérer que ma facilité à écrire des histoires vient de mon intérêt pour le cinéma et la musique. Encore aujourd’hui, je ne suis pas capable de répondre à cette question. Du plus loin que je me souvienne, j’adorais écrire. J’en ai passé des soirées et des nuits à écrire dans un petit journal : des mots, des rêves, des idées et même de petites histoires.

Avec le recul, chaque mot, chaque rêve, chaque inspiration étaient une forme de thérapie pour moi. Une façon de rendre mon quotidien meilleur et ajouter un peu de beau sur la réalité. J’ai eu une jeunesse et une adolescence super, cependant ce n’était pas parfait. Comme beaucoup de jeunes, j’ai vécu l’intimidation, le manque de confiance en soi, ainsi que j’avais l’impression ne pas faire partie d’aucun groupe. Je me cachais derrière mon petit livre et je m’évadais dans un monde imaginaire. Je suppose que les heures que j’ai passé à écrire les hauts et les bas de ma vie de jeune a fait sauver beaucoup d’argent à mes parents en honoraires de psychologue.

Je pense que la petite fille que j’étais n’est jamais bien loin de moi, puisqu’encore aujourd’hui, je me cache derrière ma tablette ou mon cellulaire pour écrire quand je ne vais pas bien. Je ne passe pas mes soirées à mettre un peu de beau dans ma réalité de femme de 30 ans. Cependant, j’écris sur des opinions, des évènements que j’ai vécus ou ce que j’aimerais être. Je ne crois pas que j’aurais eu une plus grande ouverture d’esprit pour en parler à une personne comme un psychologue. L’écriture m’a permis de rêver plus grand que nature tout en gardant les deux pieds sur terre. L’intérêt que j’ai pour l’écriture d’histoires s’est estompé au fil des mois suivant l’annonce de la maladie de mon grand-père. L’étoile qui brillait dans moi s’est éteinte le jour où il nous a quittés. Au courant des dernières semaines, une petite étincelle s’est ré-allumée. Bien que j’aie plein d’idées dans ma tête, je n’ai pas encore écrit autre que pour le blogue. Lorsque ma grand-mère nous a quittés durant mon voyage, le goût d’écrire des belles petites histoires est revenu. L’émotion qui m’habite suite à son départ ma permis de me reconnecter avec mes idées, mes projets et mon envie d’écrire davantage.

J’ai toujours aimé écrire en forme de lettre et les faire brûler pour que cette émotion quitte mon corps au même moment que chaque particule de papier brûle vers l’univers. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise méthode pour passer autre travers une émotion heureuse ou triste.

Pour ma part, mettre en mots ces sentiments sur un papier blanc m’aide énormément à tout simplement tourner la page et débuter un nouveau chapitre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *