Dépression : Des lectures qui font du bien

Introduction : Cette série est mon histoire, chaque texte est personnel. En parler est important et j’ai décidé de le faire. Chaque semaine, un texte sortira en rapport avec une thématique. Pour lire la série en entier, rendez-vous ICI.

Une des choses qui m’avait manqué le plus, c’était la lecture. Parce que oui, je n’arrivais plus à lire. J’avais du mal à me concentrer et je devais relire plusieurs fois la même page. Quand je suis tombée en arrêt de travail, une des choses que je voulais le plus faire était de lire. Mes médecins me disaient que pour m’aider à aller mieux, établir une routine saine en faisant des choses que j’aime chaque jour était primordial. Marquer une pause dans ma journée, à mes obligations et prendre un moment juste pour moi. C’est au Centre de crise que j’ai lu mon premier roman après plusieurs mois sans être capable de le faire. Le fait d’être à off, de n’avoir rien d’autre à faire que ça, m’a fait le plus grand bien. En quatre jours, j’ai dévoré trois livres (à mon plus grand bonheur!). En plus de lire des romans, j’ai lu des ouvrages, des collectifs et plusieurs autres genres pour m’aider à comprendre les choses. La lecture est une forme de thérapie. J’avais donc envie de vous partager les lectures qui m’ont fait du bien.

Les filles sont-elles folles de Carolane et Josiane Stratis

J’étais allée au lancement et à ce moment là, je ne croyais pas être en dépression. J’avais acheté le livre et il était sur ma pile. Je l’avais feuilleté, mais je ne l’avais pas lu en entier. Quand je suis entrée en centre de crise, c’est donc le premier livre que j’ai lu. J’ai passé au travers des pages; j’ai souris et j’ai pleuré. Ça m’a réconforté, je me suis sentie moins seule. Merci encore aux deux merveilleuses femmes derrière Ton Petit Look.

La communication non-violente au quotidien de Mashall B. Rosenberg

C’est mon médecin qui m’a suggéré de lire ce livre là pour apprendre à gérer mes émotions. Au début, j’avoue que je n’en avais pas trop envie parce que j’étais certaine que ce serait trop scientifique, pas fluide et que je ne comprendrais probablement rien. Finalement, le livre est interactif, bien écrit et il pousse vraiment à réfléchir. Les trucs partagés sont faciles à appliquer. C’est un livre qui m’a permis de comprendre un peu plus comment je me sentais et qui m’a aider à mieux exprimer mes émotions.

Le petit cahier d’exercices d’estime de soi

J’ai un gros problème de confiance en moi depuis ma prise de poids. Je n’en parle pas souvent parce que j’ai honte de ce côté sombre qui m’habite. Je tente de m’aimer comme je suis, mais j’ai une pression immense sur mes épaules et c’est moi qui l’a créée. Ce petit livre est vraiment amusant à essayer: il est interactif, il y a des questions, des textes, des jeux et même des dessins. C’est un cahier qui te fait entrer dans ton toi intérieur. Je crois que de faire l’exercice plusieurs fois dans une vie est bénéfique. Pour ma part, j’apprends encore à m’aimer et j’essaie d’appliquer ce que le cahier projette, un jour à la fois.

Mes tempêtes intérieures de Vanessa Beaulieu

C’est un livre que j’ai lu dernièrement. J’ai été bouleversée par les témoignages, mais c’est rassurant en même temps de lire l’histoire des autres. Ça montre à quel point on n’est pas seul dans notre situation et que malgré la différence, on partage des similitudes. Pour moi, c’est quelque chose qui me fait du bien. De sentir que je ne suis pas si différente parce qu’on l’est tous à notre manière, peu importe ce qu’on vit ou ce que l’on traverse comme épreuve. Bravo pour cette initiative!

Borderline – Retrouver son équilibre de Dominique Page

Il y a tellement de textes, de références sur internet qui explique ce trouble. C’est difficile d’avoir un diagnostique et de ne pas le comprendre. Alors que tu ne te comprends pas toi-même, on te donne l’explication du pourquoi, mais ça reste flou. Ce livre m’a donné les grandes lignes de la maladie, il m’a permis de comprendre certains aspects et de faire des liens avec moi. J’avais peur de me créer de nouveaux symptômes en lisant tout cela, mais au contraire, j’ai l’impression que j’y ai réalisé beaucoup de points positifs. Et surtout, que c’était tout de même possible de vivre pleinement sa vie en étant borderline.

Personnellement, ces lectures m’ont donné un bon coup de main. Nous sommes tous différents; on ne vit pas les choses de la même manière et c’est bien correct comme cela.

 Audrey photo de signature

N’oubliez pas que si vous avez besoin d’en parler, il existe des ressources :

Centre de prévention du suicide 1-866-277-3553

Centres de crises : Santé Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *