Trilogie de dentelle 3ème partie

Trilogie de dentelle 3ème partie

Pour lire les deux première parties, c’est ICI et ICI.

À mon retour à la maison, je me dirigeai vers ma baignoire et commençai à revoir en boucle dans ma tête cette vedette de pub. Au même moment, une petite clochette sortant de mon téléphone intercepta mon attention, je sorti du bain et regarda mon portable. Un numéro inconnu m’envoyant le texto : « bonsoir la femme à la jupe de cuir. » Le souffle coupé, je compris très vite que c’était le chanteur ! Je lui répondis : « êtes-vous le chanteur du pub ? » Quelques minutes plus tard je reçu : « oui, que faites-vous à cette heure ? » D’un élan et d’une incontrôlable pulsion, je lui dis : « je vous attends impatiemment. » Dix secondes suivirent : « seriez-vous assez aimable pour me donner l’adresse où je puisse me rendre ? » Je lui donnai et prise de panique, commençai à courir dans tous les sens.

Je décidai de me faire une queue de cheval, de me mettre une camisole et d’assumer de ne pas porter de brassière, j’enfilai mon jeans le plus sexy, me maquillai à nouveau mais cette fois-ci avec un gloss naturel. J’ai mis une culotte rouge en dentelle, rien de plus séduisant et féminin que la dentelle selon moi. Je replaçai très vite mon appartement et entendis trois petits coups venant de ma porte. Mon cœur s’arrêta ! Je m’approchai de l’œil magique et aperçu le chanteur à la barbe sexy.

J’ouvre la porte et aperçois qu’il tient une bouteille de whisky dans une main et une bouteille de blanc dans l’autre. Je trouve le geste poli, mais je suis déjà très avancée côté alcool et je suis tellement emballée par son physique que je ne pense qu’à lui sauter dessus. Je l’invite à entrer vers le salon, il dépose les bouteilles sur ma table et me prend tout doucement le ventre pour me ramener vers lui. Je me laisse guider. Il me chuchote à l’oreille qu’il n’a pas cessé de me regarder toute la soirée, cela me fait un velours et enflamme mon corps. C’est alors que tout doucement, il me glisse sur le sofa, me couche tranquillement et faufile ses mains partout sur mon corps. Je sens la fermeté et la tendresse que dégagent celles-ci. Il me lèche le lobe de l’oreille et descend jusqu’à mon cou. Il retira ma camisole tranquillement vers le haut et commença à explorer ma poitrine de manière à me faire sentir que c’est la plus belle qu’il ait vu de sa vie.

Son haleine de bière et de scotch envahit tout mon corps, il commence tranquillement à descendre vers le bas et descend ma fermeture éclair avec ses dents, je ne me gère plus. Il retire son chandail, son corps est athlétique et bien défini, il retire son jeans et ses boxers et j’arrive à voir les muscles découpés de ses cuisses. Ses fesses bombées me donnent juste l’envie de les croquer. Il me souleva du divan, me transporta vers la salle de bain et me guida vers la douche.

Il ouvrit l’eau, me prit par derrière et me fit l’amour comme si c’était la dernière fois, ses mains recouvrant les miennes vers le haut, l’eau coule sur mes cheveux ainsi que dans ma bouche, je n’arrive plus à contrôler mon corps qui est complètement inondé de frissons. Sa barbe frottant dans mon cou et lui me tenant avec autorité mais avec douceur à la fois; un mélange assez unique pour le sexe.

L’orgasme se pointa le bout du nez presque en duo, maintenant rendu yeux dans les yeux, j’arrive à voir qu’il n’en peut plus, j’essaie de prolonger le plaisir que je ne voudrais jamais voir se terminer. C’est alors que je me laissai aller et lui aussi. Après quelques minutes enlacés, satisfaits du plaisir procuré l’un à l’autre, nous décidons de sortir et d’aller dormir nus dans mon lit. La tête sur l’oreiller, le bonheur étampé au visage, la sensation des endorphines libérées par le sexe me laissant faire totalement confiance à Morphée pour dormir profondément des heures et des heures.

Nous voici au matin, à la lumière du jour, un peu mêlée, résultat de la boisson d’hier, sans aucuns regrets, je l’observe, lui, ses muscles, son corps… je n’ai pas le choix  de goûter à son odeur une deuxième fois . Je lui grimpe dessus , l’embrasse , le caresse n’étant plus capable de m’arrêter tellement nos corps fusionnent.

Pas de doute, ce fut une nuit rempli de tempo.

      Folie Sofia logo reviseure

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *