Dépression : avoir la sensation de retomber

Série dépression : J’ai toujours la sensation que je pourrais retomber

Introduction : Cette série est mon histoire, chaque texte est personnel. En parler est important et j’ai décidé de le faire. Chaque semaine, un texte sortira en rapport avec une thématique. Pour lire la série en entier, rendez-vous ICI.

 

Je me sens mieux, oui. Mais le sentiment de peur de retomber en dépression ne me quitte pas. J’ai beau avoir l’impression que j’ai soulevé des montagnes depuis un an, que j’ai enfin la liberté de réfléchir, voir loin. J’ai toujours peur qu’un immense nuage noir ne revienne assombrir qui je suis et me fasse retomber. Ce trou dans lequel j’ai vécu trop longtemps est un cauchemar. Malgré que cette étape de ma vie m’aie rendue plus forte et que ça a changé ma vie, je ne veux plus jamais le vivre.

Je vais bien. Je vais mieux. Mais il reste encore des moments où je me sens plus fragile et que j’ai peur que la ligne soit si mince, au point de non-retour. La mort ne fait plus partie de mon quotidien, c’est un poids immense en moins. Mais reste que quelques fois, j’y repense. Je repense à ses idées que j’avais en tête et ça me brise le cœur. Après les nombreux changements qui me sont arrivés dans ma vie dans la dernière année, je ne peux qu’être reconnaissante. Je sais que j’ai eu beaucoup d’aide, de l’appui et énormément d’amour. Mais je sais aussi que tout part de moi et que si je suis où je suis aujourd’hui, c’est en grande partie grâce à moi. J’ai pris la décision de me battre, même si c’était parfois plus facile de simplement prendre le chemin de l’abandon, je n’ai pas lâché. Il m’est arrivé d’abandonner, mais j’ai toujours fini par retrousser mes manches et continuer de bâtir mes nouvelles fondations. Plus solide, en ciment, inébranlable. Mais malgré la perfection des fondations d’une maison, il reste qu’elle a des défauts de fabrication, qu’elle n’est pas infaillible et j’en suis consciente.

Je me suis fais la promesse de toujours regarder le beau avant le laid quand des moments difficiles allaient survenir. J’ai décidé de vivre et ne plus simplement survivre et ce simple choix a été une victoire. Je me sens quelques fois fragile, mais tout le chemin que j’ai fait me rappelle à quel point c’était difficile. Aujourd’hui, je crois avoir la force et les outils nécessaires pour déplacer des montagnes encore plusieurs fois. Si je venais à retomber, parce qu’on le sait que cela peut se produire, la dépression n’aura encore pas le dessus sur moi. Je m’en suis fait la promesse. Je souhaite de tout mon cœur, de toute mon âme que je continuerai à me mettre en priorité et que ma vie sera toujours celle que j’ai choisi, avec ses bons et ses mauvais côtés, mais ce sera toujours par choix : le mien.

Vous avez été plusieurs à m’envoyer des messages concernant ma série de textes. Cependant, celui-ci est le dernier. Je ne sais pas si je reviendrai avec de nouveaux textes, mais aujourd’hui, j’ai besoin de tourner la page. Merci d’avoir suivie chaque semaine depuis un an, mon histoire.

N’oubliez pas que si vous avez besoin d’en parler, il existe des ressources :

Centre de prévention du suicide 1-866-277-3553

Centres de crises : Santé Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *