La crise de la trentaine

Je sais, c’est cliché. Reste que ça fait partie de la réalité. Je n’y croyais pas non plus, à cette vision préfaite qui parle du questionnement de soi, des 1000 et 1 doutes, du renouveau… Et pourtant, je suis passée par là il y a peu de temps, par ces chemins différents, inexplorés pour la plupart. Je pourrais presque dire que j’y suis allée les yeux fermés, en toute confiance. Presque. Un peu comme un leap of faith, un grand saut de confiance, une confiance en quoi? Sûrement avec le concept que advienne que pourra, que je vais dealer avec ce qui arrivera. En y mélangeant beaucoup de « au jour le jour ». Je sais que ce n’est pas un état d’esprit à avoir à long terme, que c’est juste une “passe”, alors j’en profite.

J’ai su que c’était quelque chose de vrai, cette crise, quand j’étais en plein milieu, quand je la vivais intensément. Si quelqu’un m’avait dit que ça allait m’arriver, je ne l’aurais pas cru. J’aurais probablement dit que c’est quelque chose d’inventé pour justifier ses actions. Pis je le crois encore un petit mini peu? Mais le timing est trop parfait pour que ça soit simplement une coïncidence.

Là, vous vous demandez sûrement ce que représente cette étape dans ma vie? Je n’entrerai pas dans les détails, car ils ne sont pas très importants, mais, en résumé, je me suis concentrée sur moi, j’ai réalisé plusieurs choses sur ma personne et sur les gens qui m’entourent. Du positif comme du négatif. Mais surtout du positif. Par contre, c’est peut-être dû au fait que je me concentre principalement sur ce qui est bon pour moi, sur ce qui me rend heureuse. Sans nécessairement éliminer les gens négatifs, je leur fais juste plus abstraction inconsciemment. Et je focuse sur les personnes qui m’apportent un bien-être facile et agréable.

Si je mets des choses derrière moi, ça ne veut pas nécessairement dire qu’elles n’ont eu aucune importance ou incidence sur ma vie, au contraire.

Je souhaite quand même que plusieurs personnes passent par cette étape, parce qu’elle m’a ouvert les yeux, elle m’a permise de me prioriser et j’en suis bien heureuse. Je sais pas ce que la crise de quarantaine représentera pour moi, mais j’ai quasiment hâte!

2 réponses sur “La crise de la trentaine”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *