réorganiser sa vie dans la joie

Réorganiser sa vie… dans la joie!

Depuis janvier, et à mon grand bonheur, la très sympathique Marie Kondo fait beaucoup parler d’elle! En effet, la consultante en organisation devenue auteure bestseller à travers le monde agrandit son empire scintillant de joie et épuré au max en ajoutant à son curriculum « star de téléréalité ».

On est loin ici toutefois des téléréalités très américaines à la Hoarders se nourrissant de scénarios extrêmes et de drama. C’est en toute douceur et avec beaucoup d’empathie que Marie préfère changer les vies de ses « étudiants ».

Via : condo living

Un changement très rafraîchissant et beaucoup plus interpelant. Suis-je la seule qui ne s’est jamais sentie motivée par les émissions traditionnelles de nettoyage? Je finissais toujours pas me dire « Ah! Je suis ne suis pas si pire… ».   L’émission Netflix de Marie est toutefois totalement différente, car il est question de gens qui ont besoin d’ajuster leur espace de vie suite à un décès, à une rupture, à un grand déménagement, à l’arrivée d’un nouveau bébé, au début d’une vie commune, etc.  Il s’agit donc de gens « normaux » et humains qui, suite à l’évolution d’une situation, ne peuvent plus se satisfaire de leurs vieilles habitudes ménagères inefficaces qui grugent d’autres aspects de leur vie. Une réalité qui, je me doute bien, touche beaucoup de gens!

Bref. La méthode de Marie Kondo diffère beaucoup des modèles traditionnels de désencombrement. On ne parle pas de règles mathématiques faciles à suivre (un nouvel objet = un vieil objet à la poubelle), d’achats de contenants innovants pour l’organisation, ou encore, de minimalisme pur et froid.

Tout se fait à partir du bonheur. Le but n’étant pas de réduire pour réduire, mais bien de posséder que des choses qui nous rendent heureux (et de délaisser le reste pour ne consacrer notre énergie qu’aux choses qui nous animent d’une petite étincelle de joie).

Au-delà des objets, la philosophie sort du contexte ménager et promet de nous apprendre à réorganiser notre vie en fonction de nos joies,  à nous écouter, et surtout, à avoir confiance en notre voix intérieure lorsqu’elle nous pointe vers ce dont on a besoin ou pas.

Pour ce faire, Marie propose un ordre dans lequel nettoyer sa maison de façon rigoureuse et optimale. Pourquoi tout faire d’un coup? Justement pour mettre une limite claire dans sa psyché entre le avant et le après – l’objectif étant de remettre à zéro son environnement pour mieux se propulser vers l’avenir. Aidés de notre nouvel instinct aiguisé pour le bonheur et d’une nouvelle habitude à ne plus… se laisser traîner!

Sommairement, l’ordre préférable est le suivant :

1) Les vêtements

Marie nous propose de commencer par une section qui est plus « facile émotionnellement » pour apprendre à se faire confiance. Après tout, du linge, ça se rachète. Et il s’agit bien souvent d’une catégorie d’objets où l’on a tendance à trop accumuler. 

2) Les livres

Probablement la section la plus controversée en ce moment — particulièrement dans une ère où un certain président se vante de ne pas avoir lu de livres depuis 20 ans…

À noter : le livre de Marie détaille la raison pour laquelle elle croit qu’il est important de faire le tri de ses livres, mais… de façon concrète, si les livres vous apportent de la joie (comme ils m’en apportent) vous avez le droit de garder ceux que vous voulez.

3) La paperasse

Probablement la section qui m’effraie personnellement le plus. Assurances, impôts, factures, etc.  En tant que travailleur autonome et gestionnaire d’entreprise, la paperasse a toujours été mon point faible et j’ai des années de retard. Un retard qui, d’ailleurs, me coûte cher et m’empêche de grandir. Est-ce que la méthode « Konmari » serait la solution à mon grand problème?

4) Les « Komonos » ou « objets divers »

C’est-à-dire la vaisselle (avons-nous besoin de toutes ces tasses dépareillées?), les produits cosmétiques, de sports et autres trucs qui encombrent nos placards. La section « non émotionnelle » où, selon moi, on doit surtout se questionner en fonction de « en ai-je vraiment de besoin? »

5) Les objets sentimentaux

La dernière étape, la plus intense, est celle qui consiste un peu à purger son passé. L’objectif de la leçon ici est surtout de réaliser que nos souvenirs ne tiennent pas à des objets encombrants… et qu’il faut aussi parfois « laisser aller » le passé pour aller vers un avenir plus serein et plus joyeux!

Pour chaque section, la méthode est la même. Rassembler l’ensemble de nos possessions de la catégorie en une seule grande montagne. Constater la quantité impressionnante d’objets accumulés dans la même catégorie. Prendre, un par un, les objets et se poser la question suivante : « Est-ce que ça m’apporte de la joie? ».  Jeter/recycler/donner ou garder en fonction de la réponse.

Personnellement, je n’ai jamais complètement maîtrisé la méthode. Sans surprise, je me suis toujours heurtée à un grand blocage à la section paperasse. Je peux toutefois affirmer avec conviction qu’il y a effectivement eu des changements de comportements à long terme de mon côté au niveau des vêtements et des livres suite à mon premier essai de la méthode. Prendre davantage soin de ce qu’on a, revisiter des livres (choses que je ne faisais jamais), être capable de laisser aller ce qui ne nous sert plus au lieu de l’accumuler, etc.

L’émission m’a donné envie de me replonger dans tout ça. En relisant le livre, surtout, qui va beaucoup plus en profondeur que l’émission, je prends conscience de toutes les autres sphères de ma vie dans lesquelles j’ai envie d’appliquer la méthode. De vieilles relations interpersonnelles auxquelles je m’accroche, mais qui ne m’apportent plus aucune joie, à des choix de carrières que je veux faire, animée par le désir d’avoir une vie remplie de joie plutôt qu’une vie menée par l’angoisse de vivre dans le manque.

Au-delà du ménage, Marie Kondo promet de nous apprendre à nous écouter et à avoir confiance en notre capacité de choisir notre bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *