Mon crush pour les humoristes

Mon crush pour les humoristes

Tu le sais, je suis en couple depuis 14 ans et très heureuse de l’être.

J’espère sincèrement ne jamais avoir à affronter la jungle du célibat, mais si je devais le faire, je crois bien qu’il y a un genre de garçon qui aurait certainement une longueur d’avance.

Ce ne sont pas les adeptes du fitness qui accumulent les entraînements et les shakes protéinés.

Ni les geeks qui passent des heures à jouer à des jeux vidéo.

Ou encore des hommes d’affaires qui passent plus de temps en réunion, en 5 à 7 de réseautage ou en conférences téléphoniques.

Crois-moi, je n’entretiens aucun préjugé. Je fais simplement un constat du genre d’homme qu’il y a dans mon entourage et dans ma vie en général, et je sais pertinemment que nous sommes aussi classées selon diverses catégories.

Pis non, je ne te dirai pas à quelle catégorie j’appartiens. De toute façon, il n’y a pas vraiment de consensus là-dessus.

Si jamais je dois me remettre sur le marché de la cruise, je sais très bien vers quel type d’homme je vais me diriger.

Je suis plus du type humoriste.

T’sais celui qui raconte des blagues, qui aime faire rire et qui a toujours un nombre incalculable d’histoires à raconter et surtout qui possède un sens de la répartie très aiguisée ?

C’est totalement mon genre.

J’ai même déjà eu des crushs totalement platoniques pour des humoristes établis, des gars avec qui je jase sur Facebook, dont j’ai déjà parlé dans mes articles sur Folie Urbaine ou dont je vante le dernier spectacle à mes amis.

Pis oui, mon chum est au courant que je peux facilement être charmée par le style d’un humoriste et qu’il m’arrive d’avoir une petite étincelle dans le regard pendant un show d’humour. Mais sois sans crainte, je ne laisserai pas l’homme de ma vie pour Jeremy Demay, Dave Gaudet, Daniel Tirado ou Alex Douville. Ni pour Louis-José ou Martin Matte.

Simon Gouache peut-être, mais c’est le seul.

Je blague, chéri. T’es le plus beau et le plus drôle d’entre tous. Et j’ai la chance d’être une des seules à profiter de ton humour.

Tout ça pour dire que, pour moi, il n’y a rien de plus stimulant intellectuellement qu’un humoriste. J’ai toujours eu un faible pour les garçons qui me font rire, et si, dans le temps de mon adolescence, ce n’était pas nécessairement le clown de la classe qui me tombait dans l’œil, j’ai toujours été un très bon public pour ceux qui essaient d’être drôles.

Mais attention, j’aime qu’un homme soit drôle, mais sans tomber dans les gags stupides ou les grosses anecdotes qui prennent 30 minutes avant d’aboutir. J’ai plutôt un faible pour l’humour plus subtil, les petites craques qu’on lâche au détour d’une conversation, un rire communicatif qui me fait rire à mon tour ou les blagues sur la vie quotidienne.

Tu vois le genre ?

Ça, je trouve ça sexy chez un gars et ça m’allume beaucoup plus que des pectoraux moulants dans un t-shirt qui semble sur le point d’éclater ou un gars en complet qui a peur de mouiller sa Rolex.

Quelqu’un qui s’exprime bien et fait rire, tout en faisant réfléchir les gens, ça me stimule et me donne envie d’en apprendre plus à son sujet.

Ce n’est pas plus compliqué que ça.

Je sais que la politique, les jeux vidéo, la philosophie, les affaires ou l’entraînement peuvent être aphrodisiaques pour d’autres, mais il est également possible d’aborder ces sujets dans des numéros humoristiques. Alors pour moi, c’est le meilleur des deux mondes.

Et toi, pour quel genre de gars craques-tu ?

Photo de signature pour Jennifer Martin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *