l'univers de constance prévost

Critique du mois de février : L’univers de Constance Prévost

L’automne dernier, Folie Urbaine a reçu beaucoup de livres en services de presse et parmi eux : L’univers de Constance Prévost par Les Éditeurs réunis. J’avais hâte de le lire parce qu’il m’intriguait beaucoup. Il s’agit du premier roman de l’auteure, Amélie Vallée, qui a d’ailleurs déjà écrit pour un petit journal, l’Hebdo du St-Maurice. C’est 408 pages d’humour, de divertissement, d’amitié et tout ce qu’on aime d’un bon chick lit.

L’histoire est celle de Constance Prévost, une jeune femme qui a du mal à entretenir ses relations amoureuses : disons qu’elle a le défaut de vouloir materner ses chums, de chercher à tout prix LA perfection, de se lasser et passer au prochain. Elle désire un homme qui lui donnera des frissons, qui se dévouera pour elle, qui a de l’ambition, etc. Selon moi, c’est légitime, mais Constance s’accroche aux petits détails. Ses amis Tess et Étienne décident d’intervenir en lançant un défi à Constance : celui de s’inscrire à un site de rencontre et de devoir respecter des règles que je vous laisse découvrir par vous-mêmes. J’ai adoré les personnages de Tess et Étienne : le trio d’ami.es est très hétéroclite et ça rend le tout très divertissant. Tess est une femme un peu naïve qui accumule les conquêtes qui lui font vivre plein d’expériences, attirée par des hommes d’autres cultures et très ouvertes à essayer de nouvelles choses ; Étienne, le tombeur des dames, homme confiant et un peu baveux qui aime obtenir ce qu’il désire.

Il n’y a pas de mots pour décrire comment s’est déroulée ma lecture. J’avoue qu’au début, j’ai eu un peu de mal à embarquer — peut-être trop pressée d’entrer dans le vif du sujet ? —, mais, dès la première date du personnage principal, les pages se sont défilées dans le temps de le dire. On y découvre une femme qui évoluera avec vous, une belle amitié et, malgré le défi qui sort tout de même de l’ordinaire, celui-ci m’a fait vivre beaucoup d’émotions. Je me suis même demandé si, moi-même, je laisserais mes amies m’embarquer dans ce genre d’histoires : les laisser choisir mes prétendants et analyser ceux-ci pour peut-être trouver le bon. Je crois qu’il faut le vivre pour le savoir et, à travers ses pages, on devient complice de la vie amoureuse de Constance.

Si vous cherchez un roman qui se lit bien, avec une écriture unique et fluide, je vous recommande celui-ci.

Karelle gauthier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *