La fois où...j'ai rendu hommage à l'homme de ma vie

La fois où… j’ai rendu hommage à l’homme de ma vie

Je n’ai jamais eu peur de m’exprimer, que ce soit de vive voix ou par écrit. J’avoue le faire surtout par écrit, ma forme d’expression préférée, que je partage sur Internet ou dans des petits cahiers de notes.

Je parle de tout, de mon travail, ma famille, mes amis, mon quotidien, mes états d’âme, mes cris du cœur, mes frustrations, mes défauts et mes qualités, entre autres.

Un vrai livre ouvert qui s’accepte de plus en plus, mais qui reste fragile quand même.

Au fil du temps, j’ai réalisé que l’écriture me permettait de dire des choses délicates, parfois controversées, mais surtout de me vider le cœur sur des sujets qui sont importants pour moi.

J’ai toujours mieux dealé avec les mots qu’on écrit qu’avec ceux qu’on prononce.

Le 1er janvier dernier, j’ai célébré 14 années d’amour avec mon conjoint. Un record absolu dans notre cas. Sans aucun doute ma plus belle réussite avec la naissance de notre garçon.

Au fil des années, j’ai toujours tenté de trouver les bons mots pour émouvoir mon chum et surtout, pour lui faire comprendre à quel point je l’aime.

Ce matin-là, je me suis lancée une fois de plus…

Il y a 14 ans, t’as volé mon cœur. Tu l’as volé tellement vite que je n’ai rien vu aller. Rien pantoute. Je venais pourtant de me dire que j’allais lui donner un break pour un maudit boute parce qu’écorché comme y’était, ça ne pouvait pas y faire de tort.

Mais je t’ai trouvé beau. Pis drôle. Pis fin. Pis je me suis juste laissé aller. Quitte à ce que tu me fuck le cœur toi avec.

On ne nous donnait pas deux ans. Nos amis, qui ne le sont plus depuis, et même nos parents n’y croyaient pas.

Même si je t’ai rejoint dans ton petit 3 1/2 avec presque pas de lumière après 1 mois, et qu’un beau bébé atterrissait dans mon ventre sans crier gare à peine 1 an plus tard.

Parce que j’étais trop naïve, trop jeune. Toi, trop fou, trop irresponsable. On était trop TOUTE aux yeux de tout le monde. Ça pouvait juste pas marcher selon eux.

J’espère que les 4956 jours qu’on vient de passer, que la famille parfaitement imparfaite qu’on a construite et que les années d’amour qu’on continue de compiler leur montreront à quel point ils ont eu tort de ne pas y croire plus que ça. Qu’ils comprendront que, des fois, il faudrait faire un peu plus confiance à la vie.

Ça a été tough par boute. Pas digne des contes de fées ni d’en faire une série télé. Mais avec tous les couples soi-disant parfaits que j’ai vus se casser la gueule malgré leur valeur sûre au box-office, ça me va qu’on ne nous donne pas un Oscar pour notre performance à s’aimer.

Mais j’ai quand même eu envie de te faire un discours de remerciement.

Merci de croire en moi, de dédramatiser une grosse partie de mes angoisses. Pis moi, j’essaie de faire pareil avec les tiennes. Même si des fois, ça se fait avec des mots qui blessent ou des maladresses dont on s’excuse.

Merci pour l’humour, le ciment de notre couple. Parce que maudit que ça nous a soudé souvent quand notre bateau prenait l’eau de partout à travers les tempêtes.

Je ne me tannerai jamais de notre quotidien. Même quand on le trouve un peu pareil, un peu trop gris et qu’on a juste envie de sacrer notre camp au bout du monde pis de ne jamais revenir. On le fera peut-être un jour. J’fais confiance à la vie pour toujours nous pitcher des paillettes de couleurs quand on voit tout en noir.

J’aime notre passé un peu tout croche, notre présent qu’on redresse encore régulièrement et notre avenir que j’imagine à peu près droit.

Je t’aime pour ce que t’es.

Mon Dom imparfait xxx

Ça reste à ce jour, la plus belle déclaration d’amour que j’ai faite à quelqu’un.

J’espère trouver les bons mots pour exprimer mes sentiments encore plusieurs années.

Photo de signature pour Jennifer Martin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *