L'amour, mais à quel prix?

L’amour, mais à quel prix?

En cette ère d’Internet, nous tentons de trouver notre tendre moitié comme si nous défilions dans les allées des supermarchés, en regardant ce qui se trouve sur les tablettes, sans jamais vraiment prendre le temps de lire l’endos où se trouvent les étiquettes. Quel prix sommes-nous aujourd’hui prêts à payer dans le seul but de ne pas finir nos jours tout(e) seul(e)?

Elle est bien loin l’époque où nous avions des rencontres au détour d’un corridor, un coup de foudre lors d’une soirée entre amis et même un béguin pendant un été trop court. L’amour naissait moins rapidement, il mûrissait entre les saisons et prenait sa force dans le temps qui passe lentement.

Rien ne nous avait préparés à devoir chercher l’âme sœur via nos téléphones ou nos tablettes, brisant les limites physiques de notre recherche existentielle de l’amour avec un grand A. On a tous dû passer par les mêmes questions incessantes et dépersonnalisées via des conversations sur les médias sociaux où on remâche les mêmes sujets encore et encore….

On y parle de nos goûts, on aborde ce que nous faisons dans la vie et ce que nous recherchons comme type de personne ou pas… Semblable à une entrevue d’embauche, on se limite à des questions simples alors que les choses sont loin d’être blanches ou noires dans la vie.

On aligne les gens côte à côte sur les tablettes, les comparant et les jugeant selon nos innombrables critères. On les passe en revue comme si on pouvait d’un seul coup d’œil et en une fraction de seconde comprendre l’âme, le passé ou la personnalité d’une personne.

Nous sommes là, avec notre liste d’épicerie, de qualités et de défauts, cochant tranquillement les cases pendant notre recherche. On regarde les profils des personnes en se laissant trop souvent séduire par les images alors que c’est seulement en s’attardant au contenu et non au contenant qu’on peut vraiment apprécier quelque chose.

Si cette abondance devait multiplier nos chances de trouver notre tendre moitié, elle a eu plutôt un effet pervers en nous menant à s’empiffrer de rencontres sans lendemain, de rendez-vous insatisfaisants ou de relations incompatibles.

Elle est rendue où la magie? L’anticipation d’une rencontre à l’autre? Les papillons d’excitation devant l’inconnu? Le plaisir de savourer chaque étape un jour à la fois? Le désir intense de connaître une personne profondément? Quand avons-nous cessé de découvrir les gens prenant le chemin facile? Depuis quand refusons-nous de les voir tels qu’ils sont sans nos illusions, nos jugements, nos craintes ou nos propres désirs?

Au lieu de nous attarder sur la personne devant nous, on ne cesse jamais de se fier à cette liste de la personne parfaite, notre idéal, qu’on trimbale comme un bouclier devant notre cœur, trop souvent déçu par l’amour pour essayer de nous laisser aller et de faire confiance à la vie.

On se retrouve désormais devant des gens qui consomment l’amour par peur d’être seuls ou, au contraire, trop insensibles aux frémissements de réels sentiments parce qu’ils sont occupés à essayer tout ce qui se trouve sur leur chemin, croyant peut-être à tort, qu’on peut toujours trouver mieux.

Un bon nombre d’entre eux se lancent aussi rapidement dans une nouvelle histoire qu’ils s’en lassent après quelque temps. Ils s’entichent facilement sans s’attarder aux détails, sans penser aux conséquences d’une relation sans avenir, au ravage d’un cœur déchiré et meurtri par l’amour. On le consomme comme tout ce que nous achetons, en y accordant peu de valeur.

Il est difficile de croire à cette magie des anciennes années, alors qu’on trouvait l’amour dans notre quartier, parmi les amis de notre fratrie ou dans une amitié de jeunesse. Pourtant, il y a de ces petites histoires de couples dans notre entourage qui nous réconfortent puisque malgré toutes attentes, ils se sont formés dans une époque qui ne compte pas de limites physiques dans le monde des rencontres amoureuses. Certaines aiment s’attarder à la personne devant elle ne se laissant pas duper par leur écran et la facilité. Pour elles, l’amour est une chose qui n’a pas de prix et elles sont prêtes à tout risquer pour le bonheur de trouver quelqu’un qui partagera leur chemin, sans toutefois délaisser qui elles sont par simple inconfort d’être seule avec soi-même. Elles le font à tâtons, doucement, acceptant les sacrifices et elles prennent leur temps afin de trouver la bonne personne, car que vaut l’amour s’il n’est pas apprécié à sa juste valeur?

Sophia réviseure signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *