Céline, 32 ans, stagiaire

Moi, Céline, 32 ans, stagiaire

Tu fais quoi dans la vie?

Je dois dire que depuis 1 an, je ne sais pas trop comment répondre à cette question… et à vrai dire, je l’évite pas mal.

Mais quand je me retrouve face à elle, je n’ai pas d’autres choix que d’avouer tout : je suis stagiaire.

Et généralement s’en suit très rapidement le : « mais t’as quel âge? »… avec des gros yeux qui se demandent pourquoi je suis encore stagiaire…! « euuuuhhh, 32 ans… ».

Depuis que j’ai décidé de changer de carrière professionnelle pour retourner dans mon domaine de formation, je me retrouve à faire des stages… à 32 ans. Oui! Oui !

J’avoue que ces derniers temps, être «la stagiaire», ça commence à me gosser.

Je savais que repartir de zéro voulait aussi dire : prendre son temps, faire des concessions, être patiente… etc.

Mais ma patience, justement, est mise à rude épreuve ces derniers mois.

Alors oui, je pourrais lâcher tous ces stages et me mettre à trouver un emploi rémunéré. Mais le stage me rassure, me permet d’apprendre, de faire parfois des erreurs et de gagner un maximum d’expériences et de confiance en moi et mes capacités, pour assurer les missions qui pourront m’être confiées dans le cadre du nouveau métier que je veux exercer.

Il y a plein d’autres choses que j’aime dans ces stages.

Par exemple, j’aime beaucoup le fait qu’on me fasse entièrement confiance. Les personnes pour qui je travaille voient que j’ai déjà une grosse expérience professionnelle, dans un autre domaine certes, mais une grande expérience tout de même. Et cela leur donne envie de me faire confiance rapidement!! Pour mon plus grand plaisir. Car j’aime beaucoup être autonome et avancer dans les tâches qui me sont confiées. 🙂

J’aime aussi le fait que «qui dit stagiaire» dit, pour moi : avoir le droit à l’erreur… et comme je vous l’ai dit ça me rassure un peu. 😉

Mais finalement des erreurs, dans les missions qui me sont confiées, je n’en fais pas tant, voir pas du tout. Car au final, je veux tellement réussir mes stages que je m’implique à 300 % dans chacun de mes mandats.

À vrai dire, ce qui est plus dur pour moi dans le fait d’être toujours en stage… c’est de ne pas (toujours) être payée, de ne pas avoir l’indépendance financière et la juste reconnaissance de tout le travail fourni.

Au début ça ne me «dérangeait» pas trop. En tout cas ,je ne m’étais pas rendu compte que ça allait avoir autant d’importance pour moi.

Mais au fil du temps, je me suis rendu compte que OUI la reconnaissance passe par les «mercis pour ton travail» MAIS AUSSI par des indemnités financière, ou mieux : un salaire!!

Repartir de zéro était un choix.

Redevenir complètement dépendante financièrement de mon chum n’en est pas un!

Même si je m’estime chanceuse de pouvoir le faire sans trop me soucier du côté financier, j’ai hâte que la roue tourne. 🙂

Et puis, mon grand garçon de 7 ans ne sait pas trop quoi répondre lui non plus à la question «Elle fait quoi comme travail ta maman?».

Alors voilà, si tu te demandes qui je suis, et bien oui : moi c’est Céline, 32 ans, stagiaire!

Céline Guérin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *