Aux hommes de ma vie

Aux hommes de ma vie

Pour moi, mon papa c’est un roc. Grand émotif au cœur tendre avec des bras durs comme de l’acier, il a toujours été, pour moi, ma stabilité rassurante. Routinier, sécurisant, présent,  et ô combien drôle. Je me rappelle encore lorsque adolescente je rentrais tard à la maison, une des premières choses que j’entendais c’était ses ronflements et aussi absurde que cela puisse paraître, ça me rassurait. Comme lorsqu’il est venu nous rejoindre en bus en Abitibi parce que ma maman était malade. J’ai su que tout allait être correct lorsqu’il s’est endormi parce qu’il était là à côté de moi à ronfler. Parce que ses ronflements aussi bruyants étaient-ils me rappelaient que j’étais en sécurité, que j’étais à la maison. Mon papa a longtemps été ma maison. Encore aujourd’hui, il répond présent à l’appel dès que mes frères ou moi avons besoin d’aide. Pour en avoir de besoin, j’en ai eu de besoin en titi de l’aide durant les quatre dernières années et j’ai toujours pu compter sur lui. Je peux toujours compter sur lui.

Pis un jour je l’ai rencontré. Lui. Ce beau grand ténébreux mystérieux qui est devenu au fil des ans mon port, mon attache, mon roc. Celui qui me fait sentir à la maison peu importe où je suis tant que je suis avec lui. Il est mon mari, mon meilleur ami, mon amant, mon confident, mon complice. Il est celui qui apaise mes doutes;  qui me ramène sur terre;  qui m’élève toujours plus haut et surtout qui me fait le plus rire au monde. Rapidement j’ai su que je désirais et espérais qu’il soit le père de mes enfants. Sa force tranquille, son coté rassurant, sa beauté, sa gentillesse, sa patience, son humour, je n’avais aucun doute qu’il ferait un jour un père formidable et je ne m’étais pas trompée. Papa deux jeunes enfants, il s’investit corps et âme à bâtir des relations uniques basés sur l’amour, la complicité et le jeu. Malgré les huit heures de travail par jour et le peu d’heures de sommeil la nuit, il est toujours fidèle au poste le matin pour débuter la journée avec eux et il répond présent à l’heure du bain pour un moment privilégié  avant de les accompagner vers leur sommeil. Malgré qu’avant, l’idée de la paternité pouvait le terrifier, il a plongé tête baissée, le cœur grand ouvert dans cette belle et terrifiante aventure. Et je le trouve beau et bon à voir évoluer chaque jour au contact de nos enfants. Oui, il est parfois impatient, oui il est parfois maladroit, mais il est surtout rempli de bonne volonté et d’amour. À voir les étoiles dans ses yeux lorsque nos p’tits mousses courent à la porte pour l’accueillir… à voir la fierté se dessiner sur ses lèvres alors qu’il s’accroupit pour les prendre tous les deux dans ses bras… à voir son regard se poser sur moi lorsqu’il vient m’embrasser en arrivant…je ne peux que me sentir privilégiée et reconnaissante d’avoir trouvé mon homme si rapidement dans ma vie. Treize ans maintenant que l’on se choisit jour après jour.

Pis un jour, mon mari m’a permis de le construire lui. Celui qui a changé ma vie. Celui qui me fait voir la vie différemment. Celui qui me fait sentir vivante et impatiente. Celui que j’aime d’un amour infini maintenant et pour toujours. Notre beau petit garçon. Peut-être un jour sera-t-il papa. Papa de sang, papa de cœur, papa en rêve…Il a bien toute la vie devant lui du haut de ses 18 mois avant d’envisager ce rôle, mais pour le moment, il a la chance d’être entouré de modèles masculins forts, présents, investis et aimants. Je lui souhaite de se laisser inspirer et imprégner par l’amour de son papi qu’il voit dans sa soupe et par l’entièreté de son papa, cet aimant à fiston.    

Une très Joyeuse Fête des Pères à tous!

Catherine Héroux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *