La danse n'a pas d'âge

La danse n’a pas d’âge

2019 L’année où je me suis promis de prendre soin de moi. Physiquement et mentalement. Mon plan : commencer par la base et me refaire une santé. Physiquement et mentalement. Mais par où commencer? Clairement par prendre enfin du temps pour moi. De trouver quelque chose qui m’allume, qui me permet de mettre mon hamster à off. De décrocher de mon rôle de maman, le temps d’une petite activité. D’assouvir mon besoin de bouger. De retrouver mon souffle. D’être bien dans mon corps. D’aimer ce que je vois dans le miroir. D’être en cohérence avec mon cœur et ma tête. Je sais que tout doit partir de moi.

Mon p’tit hic : je ne suis pas du genre sportive. Je n’aime pas m’entrainer, je n’aime pas les activités solitaires et parlez-moi même pas de la course… je me suis toujours pas remise d’un 5 km que j’ai fait il y a 6-7 ans.

Bref! Alors que je cherchais l’illumination qui allait changer ma vie, je faisais du sport de salon en écoutant Révolution avec ma maman. C’est alors qu’elle m’a dit : «pourquoi tu n’en ferais pas de la danse? Tu aimais tellement ça». Voyant mon hésitation de fille qui depuis 30 ans n’ose pas se lancer seule dans une nouvelle activité, ma mère m’a dit : « et si on le faisait ensemble?». OMG! J’étais tellement emballée (et ô combien impressionnée d’une fois encore réaliser à quel point ma mère me connait bien). C’était le petit coup de pied que j’avais de besoin pour plonger. Pis aussi, je me trouvais dont chanceuse de pouvoir partager ce moment avec ma maman. Une activité mère-fille, yé! On s’est donc inscrites à des cours de danse de Hip-Hop au Studio Shake à Blainville. L’école de danse des gagnants de Révolution (Allô Team White!). Une école familiale avec des propriétaires ouverts, à l’écoute, rassurants, motivants et inspirants.

Bref! C’est âgé de 30 ans et de 57 ans que l’on a osé. Osé faire quelque chose pour nous parce qu’on en avait envie. Sans jugement, sans pression. Pouvez-vous croire qu’au mois de juin, c’était notre spectacle? Nous qui ne voulions rien savoir en s’inscrivant au cours. Oui, plusieurs fois je me suis demandé pourquoi je m’infligeais un tel stress, mais la seconde d’après, je me rappelais que c’était parce que j’aimais ça. Que je me trouvais bonne. Que je bougeais. Que je me sentais bien dans mon corps. Que tous les muscles de mon corps travaillaient ensemble. Que mon souffle avait augmenté. Que j’avais du plaisir, mais comme beaucoup. Que je faisais enfin un sport qui me ressemble et qui me donne envie de me dépasser. (Je répète: moi, je faisais un sport!). Pis j’ai fait tellement de belles découvertes : Des femmes de tous les milieux, de toutes les professions, de tous les backgrounds, de toutes les formes, de tous les âges, mais surtout toutes unies par l’amour de la danse.

Outre le fait que je suis tellement impressionnée et fière de ma mère, la plus belle chose que je retiens de toute cette expérience, vient d’une petite fille d’environ 13 ans, qui a dit à ma maman : « On est jamais trop vieille pour danser!». Pis vous savez quoi, elle a tellement raison. Elle a saisi l’essentiel pour son jeune âge. On peut tout faire ce dont on a envie. Enlevez vos barrières, faites tomber vos craintes et laissez-vous inspirer. À toi qui veut aussi commencer à bouger, mais qui ne sait pas trop par où commencer, je te souhaite de trouver l’activité qui va résonner jusque dans tes tripes. Qui va te permettre de bouger sans te rendre compte que c’est le cas. Prendre soin de ma santé mentale et physique, best cadeau ever!


Je dois juste faire un aparté pour dire que l’équipe du Studio Shake est fantastique. Ma découverte reste notre prof Sam. Âgée de 20 ans, elle nous enseigne, dans le plaisir, à nous un groupe de moms AKA des femmes qui aiment être en contrôle de tout pour bien faire, bien performer le plus rapidement possible, et ce, sans se décourager et en restant encourageante. Elle croit en nous et ça nous permet de nous surpasser. C’est un beau cadeau qu’elle nous a fait. Son talent, sa passion et ses cours m’ont redonné la piqure de la danse et je lui en suis reconnaissante.

Catherine Héroux
Sophia Bédard

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *