Mon amour, j'ai pas toujours raison

Mon amour, j’ai pas toujours raison

Je sais qu’avoir raison est souvent plus important pour moi que la vérité telle qu’elle est.

Que j’en fasse parfois mon cheval de bataille parce que je suis persuadée qu’avoir raison me donnera satisfaction et un bref sentiment de puissance.

Que parfois je peux tellement être têtue et obstinée que j’en perds toute objectivité pour faire place à une certaine mauvaise foi!

Déjà, juste de l’écrire m’en coûte beaucoup parce que ce n’est jamais facile de faire face à soi-même pour s’avouer les vraies choses.

Mais je me lance quand même…

Mon amour, je n’ai pas toujours raison.

Quand je te dis que j’en fais plus que toi dans la maison, c’est souvent plus parce que je veux que tu me dises «Qu’est-ce que je ferais sans toi, chérie?» et non pas parce que je veux que tu me dises : «T’as raison, c’est vrai que t’en fais plus»

Mais j’ai tort d’agir ainsi parce que c’est mon choix d’en faire toujours plus. Parce que je suis de même. Il faut trop souvent que je me prouve que je suis capable d’en prendre.

T’as raison de me dire que je suis un paquet de nerfs qui s’enflamme rapidement et qui passe vite en mode panique.

T’es souvent celui qui voit le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide comme je le fais. Même si souvent je considère avoir raison de m’énerver, je le sais que t’as raison de dire qu’en fin de compte tout finit par se replacer. Mais prendre ça cool et ne pas m’énerver, on dirait que je ne sais pas vraiment comment faire. Être zen, garder la tête froide et ne pas laisser mes émotions prendre le contrôle de mon corps et mon esprit n’est pas dans mon ADN. J’essaie de travailler ça, promis.

T’as peut-être raison de dire que je vais finir par rentrer dans une voiture à force de conduire trop proche de celles-ci. Même si ce n’est jamais arrivé encore. Donc, j’ai encore raison sur ce coup-là, du moins pour l’instant.

T’as raison de dire que j’aime avoir de l’attention, même si je ne pense pas être narcissique ou vaniteuse.

Reste que je n’aime pas être considérée comme une personne ordinaire. Simple, oui, mais ordinaire, jamais. Mais si je m’expose beaucoup sur les réseaux sociaux, ce n’est pas parce que je cherche l’approbation des autres ou que je veux me faire remarquer. C’est vraiment juste parce que j’aime ça et que ça me rend heureuse.

T’as raison de dire que des fois, je ne pousse pas plus loin. Que je ne m’interroge pas assez sur certains faits de société, sur les conspirations de ce monde. Que je peux être un peu superficielle dans ma vision des choses! Que je vais souvent juste en surface par manque d’intérêt!

Mais je pense que c’est juste parce que je n’ai pas envie de me casser la tête avec le fait qu’on est juste de passage sur Terre et que mon opinion ne vaut pas grand-chose parmi 8 milliards d’habitants. Mais t’as raison, je pourrais me forcer un peu plus.

T’as raison de dire que de faire le lit quand personne ne vient nous visiter et qu’on va se recoucher dedans le soir est une perte de temps. Mais j’aime ça quand y’est fait. Ma chambre a l’air plus en ordre et je me sens mieux, pis ça, ça ne fait de mal à personne.

Je pense que je viens de te prouver assez que je n’ai pas toujours raison. Et ce n’est pas trop bon pour ma réputation.

Mais tu n’auras pas le choix de me donner raison là-dessus.

Finalement, que j’aie tort ou pas, l’important est qu’on s’aime, non?

Jennifer Martin
Jeneviève Brassard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *