Maman en trois temps

Maman en trois temps

Je me surnomme moi-même ironiquement la maman en trois temps.

En trois temps car j’ai vécu mes grossesses à trois périodes différentes de ma vie.  La première début vingtaine, la seconde fin vingtaine et ma dernière à la mi-trentaine. Trois périodes bien différentes de la vie d’une femme, de ma propre vie. En trois temps aussi car mes enfants sont eux aussi à trois périodes bien distinctes de leur propre existence. Une ado de 14 ans, un petit homme actif de 9 ans et une petite boule d’amour remplie d’énergie de 17 mois.

Essoufflant comme rythme de vie?? OUI!! Mais tellement du pur bonheur et une chance sans pareille.

Entre faire le taxi pour la plus vieille, organiser des activités stimulantes pour mon petit monsieur dynamique et avoir les yeux rivés sur ma plus jeune qui est si téméraire, j’essaie de trouver le temps de simplement  prendre un café. Lorsque je les regarde tous les trois collés à se dire qu’ils s’aiment et qu’ils seront toujours là l’un pour l’autre,  quand mon aînée aide son frère dans ses devoirs ou un exposé oral ou quand je dois faire un horaire de partage pour le bain de la petite puce, je vois que j’ai réussi et que je possède trois diamants à l’état brut comme enfants. D’ailleurs j’ai au poignet un tatouage de trois diamants en honneur à la chance que j’ai. Oui je gère aussi des conflits, oui je suis parfois épuisée et je prendrais un congé de ma petite vie mais je n’échangerais rien pour tout l’or du monde à mon quotidien.

À 36 ans, recommencer la maternité n’a pas été si évident que ça. Le corps et l’esprit se fatiguent plus vite que dans la vingtaine certainement. Ce recommencement valait tellement la peine, ma petite dernière est si adorable,  curieuse et affectueuse. Entre le travail, les enfants et les activités sportives des deux plus vieux, je cours souvent après mon temps. En fait, quel temps?? Cernes et poches sous les yeux font partie de mon quotidien. Par chance que ça existe le cache-cernes et encore là, il fait sa job à moitié vu l’étendue des dégâts, hihihi, mais quand petite louve #3 court vers moi et me donne un gros bec mouillé, mes cernes sont ma dernière préoccupation. Quand le petit homme de ma vie me dit que je suis la plus belle du monde et qu’il m’aime plus que l’univers, quand mon ado me demande de jaser avec elle, qu’elle a envie de se confier, ma fatigue quasi omniprésente, je ne la ressens plus.

Chaque jour je remercie la vie d’avoir ces trois petits humains. Il y cinq ans je me suis séparée du père de mes deux premiers enfants et si quelqu’un m’avait dit à ce moment-là que je rencontrerais à nouveau l’amour et que je mettrais au monde un autre enfant, je lui aurais ri au visage et l’aurait traité de cinglé. Jamais je ne m’imaginais reconstruire mon univers et par le fait même, l’agrandir.

C’est en fait la meilleure décision que je pouvais prendre. Un homme formidable qui a pris mes enfants comme les siens et qui nous bâtit une vie formidable et meilleure jour après jour.  Approchant la quarantaine, j’ai un cocon familial hors du commun où je vais gérer à la fois des crises d’adolescence et de Terrible Two mais où je vais aussi voir une complicité entre trois êtres uniques, authentiques et merveilleux. L’entraide et le partage sont primordiaux pour chacun chez moi. Lorsque je serai moins d’actualité dans une dizaine d’années auprès de ma plus jeune qui sera rendue une ado, j’aurai ma grande adulte de mi-vingtaine qui sera là pour lui donner des conseils de vie, de maquillage, de coiffures tendance ou qui l’emmènera faire une virée de magasinage. Quand mes filles auront besoin de bras pour un déménagement, qu’un gars leur fera de la peine ou d’un simple conseil de  gars eh bien mon fils y sera. Quand mon fils aura besoin d’une gardienne pour ses enfants, ma plus jeune sera sûrement disponible et enjouée d’aller amuser ses neveux et nièces.

Mes trois amours, plus tard faites-vous des soupers, avec vos chums, vos blondes et vos enfants. Racontez-vous des anecdotes plus cocasses les unes que les autres, mais surtout invitez-moi car je veux voir ma réussite, ma fierté ultime.

Maman en trois temps

Restez unis à jamais, aimez-vous plus que tout car vous avez une chance inouïe, celle d’être trois humains liés par le sang, les sentiments et les souvenirs.

Je vous aime et merci de m’avoir choisie pour être votre mère.

Mélanie Charbonneau
Sophia Bédard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *