Un été sans vacances

Un été sans «vacances»

Tel que mentionné dans un texte précédent que tu peux lire ICI, mon chum, ma petite famille et moi avons déménagé loin de nos racines, il y a quatre ans. Ceci a pour conséquence que pour améliorer notre qualité de vie, il nous a fallu changer d’emplois à quelques reprises, tous les deux.

Je peux dire maintenant que j’ai un travail que j’aime vraiment, dans une équipe formidable, avec des patronnes exceptionnelles. Mais ce fabuleux travail, ça ne fait que peu de temps que je l’ai. Alors, même si j’ai droit à des vacances cet été, je n’ai pas accumulé beaucoup d’heures payées, ni eu le temps de mettre des sous de côté. Aussi, afin d’éviter que nos enfants soient mur à mur en camp de jour, tout l’été, nous avons fait le choix de ne pas prendre nos vacances ensemble. (Je n’ai rien contre les camps de jour en tant que tel, j’ai été moi-même responsable des loisirs d’une municipalité et donc du camp de jour par la bande. Mais personnellement, je crois profondément que si nous en sommes capables, il faut donner le temps à nos enfants de ne rien faire, d’avoir des journées calmes durant l’été, question de recharger leurs batteries. Et ce n’est habituellement pas en camp de jour que c’est possible.)

Donc, pas de vacances ensemble, pas beaucoup de moyens financiers, ça fait qu’on ne part nulle part. Ben, pas très loin en tout cas. Peut-être une petite fin de semaine dans le coin de Québec. Pas de voyage à l’autre bout de la province, pas de mer ou de véritable dépaysement.

À un autre moment de ma vie, j’aurais été bien déçue de cette perspective. Mais j’ai appris à avoir un autre angle de vue. Nous avons la chance d’avoir des parents impliqués (et à la retraite), qui peuvent prendre soin de nos belles coquettes à plusieurs reprises cet été. Bien que je trouve dur de les voir partir pendant plusieurs jours (puisqu’on se rappelle que nous vivons assez loin de nos familles respectives), j’apprécie énormément cette belle occasion qu’elles ont de pouvoir se rapprocher de leurs grands-parents et apprendre à mieux les connaître. Tisser des liens de la sorte, c’est un cadeau précieux.

Nous avons aussi la chance d’avoir un grand terrain, adossé à une forêt. Nous avons donc la nature à portée de main (ou de pied, hihi). Faire de la randonnée, c’est chose facile. Passer les journées à flâner, à cueillir des fleurs ou encore des centaines de fraises sauvages, se balancer ou courir dans l’herbe. En plus d’avoir un voisinage fantastique, où les soupers improvisés se multiplient. C’est aussi ça les vacances.

Un été sans vacances

Ça ne m’empêche pas de rêver qu’un jour, on puisse partir en voyage ailleurs dans le monde, ou encore dans l’ouest canadien, visiter de la famille et des amis, et descendre jusqu’en Californie, visiter San Francisco. J’aimerais aller au Costa Rica, en Australie, au Japon, en France : il y a tellement de destinations qui m’intéressent! J’aimerais faire découvrir ces mondes à mes enfants. Mais en attendant, on profite de ce qui est plus près de nous, des gens qui nous tiennent à coeur, des activités touristiques de notre région. Je nous trouve chanceux!

Je crois que je vais arriver à avoir un bel été. Le soleil s’est mis de la partie, la chaleur aussi. Il y a comme un autre rythme qui s’installe en été, même quand on travaille. Quand l’école sera de retour, mes enfants auront eu le temps de faire le plein d’énergie et auront plein de choses à raconter : kayak, baignades en piscine et en lac, randonnées en plein-air, cinéma, Funtropolis, Foresta Lumina, sorties au resto, deux semaines de camp de jour, deux semaines au chalet des grands-parents, une semaine chez mamie, apprendre à faire du vélo, passer des journées en pijama, faire la chasse aux papillons, apprendre le nom des fleurs et des oiseaux, fabriquer un herbier, et j’en passe. Et de mon côté, j’aurai pu me promener pieds nus dans l’herbe, profiter du foyer extérieur, prendre l’apéro avec une voisine, regarder le soleil se coucher ou danser sous la pluie.

Vive l’été!

Catherine Duguay
Catherine Duguay

One Comment

  • Jocelyne blais

    Encore une fois, je suis ravie de lire tes écrits. Tu as vraiment du talent. Je suis également fière de réaliser que tu es capable de voir le verre à moitié plein…une grande richesse qui amène des parcelles de bonheur. Je t’aime de tout mon cœur, JocelyneX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *