Plus sur Karelle

On t’en apprend plus sur…notre réviseure Karelle

*Chaque mois, on te présente un membre de notre belle équipe que ce soit un.e auteur.e ou un.e réviseur.e. Comme nous pouvons compter sur des humains magnifiques et bourrés de talent, il nous fait plaisir de les mettre en lumière afin de te les faire découvrir autrement sur le blogue.*

Ce mois-ci, on laisse la parole à Karelle, la cadette de nos réviseures que nous avons la chance d’avoir dans notre équipe depuis près d’un an. Elle est minutieuse, disponible, souriante et c’est un plaisir de la compter parmi nous.

Travaillant souvent dans l’ombre, nos réviseures ont la tâche de corriger les textes et de s’assurer que la qualité du français de ceux-ci soit irréprochable. Grâce à leur travail minutieux, nos réviseures s’assurent d’offrir crédibilité et professionnalisme à Folie Urbaine. Comme nous n’avons pas la chance de lire leurs histoires, nous les connaissons moins personnellement et c’est d’ailleurs pour les mettre plus de l’avant que nous avons créé cette chronique.


Voici donc l’occasion de la découvrir davantage, grâce à ces quelques questions.

Dans la semaine, tu ne prends jamais assez de temps pour…

Karelle : Faire de nouvelles découvertes. Je bâtis mes semaines sous la même routine : travail, entrainement, sorties occasionnelles dans les mêmes lieux, la plupart du temps. Pourtant, j’aime la nouveauté et découvrir de nouvelles choses que ce soit de la nourriture, des activités, des lieux… Le monde est tellement grand, la vie, si courte. Je n’ai pas de temps à perdre !

3 choses que tu amènes sur une île déserte ?

Karelle : J’amènerais d’abord un arc. Je serais donc en mesure de me divertir, de me défendre ainsi que de trouver de la nourriture. Je glisserais ensuite une brosse à dents dans ma trousse de secours, parce que je déteste avoir les dents sales. (Mon dentiste serait fier de moi ! Haha.) Puis, un livre, bien entendu. J’adore tout ce qui touche à l’histoire, alors je choisirais Les piliers de la terre de Ken Follet dont l’histoire se déroule en Angleterre au XIIe siècle. Même si j’ai bien aimé écouter la minisérie, je n’ai pas encore eu la chance de lire le roman.

Quel est ton pêché mignon ?

Karelle : Ma réponse peut vraiment surprendre. On s’attend à ce que je réponde le chocolat, ou les bonbons, mais non ! J’aime les sucreries, mais mon véritable pêché mignon, chose dont je ne peux refuser de manger, ce sont des langues de porc, saupoudrées de poivre, c’est un vrai délice !

Quand tu étais petite, tu voulais pratiquer quel métier ?

Karelle : À l’école primaire, j’hésitais entre deux métiers. Je préparais mon plan d’études pour devenir vétérinaire, parce que j’adorais, et encore aujourd’hui, les animaux. Mais, secrètement, je rêvais d’être célèbre, d’être une actrice d’Hollywood. Je voulais marcher sur les tapis rouges, prendre des photos et signer des autographes.

Quel est le dernier cadeau que tu t’es fait ?


Karelle : Ma remise en forme. Ce n’est pas un cadeau matériel ni le dernier cadeau, mais je considère que je m’offre un cadeau chaque fois que je prends soin de mon corps. En fait, depuis 2018, j’ai décidé de prendre ma santé en main. Je m’entraine quotidiennement et je me suis inscrite dans une équipe de DEK. Je fais des activités sportives depuis comme monter des montagnes, faire de la randonnée ou du surf à pagaie…, et j’adore cela ! Prendre soin de moi, c’est l’un des plus beaux cadeaux que j’ai pu m’offrir. Je me sens bien dans mon corps, et je ne me sens plus aussi essoufflée qu’avant en montant des escaliers. Haha.

Tu ne pourrais vivre sans…

Karelle : Je ne pourrais vivre sans musique. Elle permet de me vider l’esprit, m’accompagne dans différentes étapes de ma vie, représente mes émotions, me rappelle des souvenirs… Je me sens bien quand j’entends de la musique : je ne peux m’empêcher de chanter ou de danser !

C’est quand la dernière fois que t’as éteint ton cellulaire ?

Karelle : Malheureusement, c’est très rare que j’éteigne mon téléphone, puisque je l’utilise pour tellement de raisons dans une journée, que ce soit pour les réseaux sociaux, mon calendrier, le bloc-notes, etc. J’ai véritablement éteint mon téléphone quand je suis allée à Cuba, à la fin juin de cette année, parce que je ne voulais pas l’utiliser durant mes vacances. Je voulais le mettre de côté pour vraiment profiter de ce qui m’entourait, pour déconnecter de tout. Ça en a valu la peine, les paysages en valaient tellement la peine !

Dans 5 ans, tu te vois où ?

Karelle : Je me vois dans mon petit chez-moi avec un animal de compagnie, un petit cochon miniature (allez voir le site Internet d’éleveurs de cochons miniatures, vous tomberez en amour, vous aussi !), un travail bien établi que j’apprécie ainsi que des souvenirs et des projets pleins la tête. Heureuse, quoi ! J’envisage de me remettre plus sérieusement à l’écriture pour aller vers mon rêve d’écrire à temps plein. Qui sait, dans cinq ans, j’approcherai de mon but ! Et pourquoi pas être en couple, pour couronner le tout ! Question de penser peut-être tranquillement à fonder une famille !

On te partage également 3 textes coups de cœur qu’elle a eu à corriger. Tu peux ainsi peut-être les relire ou les redécouvrir à nouveau.

Parlons consentement de Karine Caron-Benoit

Mes cauchemars de Karine Caron-Benoit

Quand le SPM s’en mêle de Céline Guérin

Jennifer Martin
Karelle Gauthier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *