La mémoire qui fait défaut

La mémoire qui fait défaut

Un quotidien, une routine bien rangée et un horaire fixe, tout est si cartésien que rien ne peut lui échapper.

Le passé, elle peut en parler, elle peut le dessiner et elle peut le mémoriser. Elle ne peut oublier ses racines et le portrait de sa famille. Mais les rencontres d’un soir restent dans l’oubli et dans l’anonymat. Cette maladie arrive lorsque tu penses avoir barré la porte de la maison, lorsque tu penses avoir payé un vêtement au magasin, lorsque tu retournes au même endroit pour plusieurs raisons sans en connaître le sens. Un jour il sera trop tard, tu ne seras plus maître de ton corps et de tes pensées. Les jours seront toujours les mêmes, les heures s’arrêteront et le temps s’arrêtera.

En attendant, tu essaies de te trouver des moyens pour survivre à cette dégradation qui te détruit petit à petit, puisque tu as toujours conscience de ce qui t’arrive. L’acceptation reste dans le déni jusqu’ au jour où tu oublies complètement ce qui t’arrive, mais que tu réalises que tu ne vas pas bien. Après quelque secondes, tu risques de voir la vie en rose. Ça me fait peur et ce texte reste une fiction, mais si près d’une réalité quelconque. À tous les jours, des gens reçoivent ce type de diagnostic et ensuite leur vie bascule et ces personnes essaient de vivre leur vie le plus normalement possible jusqu’au jour où  elles décident de quitter la maison la nuit,  sans raison.

Les inconnus te regarderont normalement, les enfants auront l’impression de jouer avec toi et les gens de ton entourage ne te regarderont plus comme autrefois.

Tu laisseras des post-it sur toutes tes armoires pour essayer de te retrouver, tu liras des livres pour comprendre la maladie, tu changeras ton alimentation en espérant que cela pourra aider.

Tu profiteras de la vie, tu n’as plus rien à perdre : simplement  vivre chaque jour et te rappeler de tous les petits plaisirs qui te rendent heureuse.

Tu peux te permettre de dire ce que tu veux, car un jour tu n’auras plus le souci de la pensée. Les gens t’aimeront quand même.

Un jour les cloches sonneront, il sera l’heure de ton départ, celui vers une vie nouvelle. De nouveaux souvenirs qui seront parfois brefs ou très courts. Une nouvelle âme habitera ton corps car la tienne sera disparue avec ta mémoire. Laisse-la voyager en toi et t’habiter pour le temps qu’il reste, elle s’occupera du moment présent tout simplement.

Bonne nuit…

Cynthia Martin
Sophia Bédard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *