Passion lecture

PJ’adore lire. C’est un passe-temps qui m’accompagne comme ami depuis que je suis enfant. Depuis quelques années déjà, je tiens à jour la liste des livres que je lis durant l’année. Cela me permet de visualiser le temps que j’ai pris pour moi, et d’y annoter mes coups de cœur au passage. J’ai donc toujours un livre à suggérer, au besoin.

Au début de 2018, j’ai décidé de me challenger. J’avais lu 35 livres en 2017, je me suis donc lancé le défi d’en lire 40 pour 2018. Avec un nouveau-né à la maison, je me suis questionné à savoir si c’était un défi réalisable. Allais-je avoir le temps ou du moins prendre le temps ? Le simple fait de me poser la question m’a motivé. Pourquoi me suis-je lancé ce défi ?

Premièrement, cette année, nous avons décidé de couper le câble et je voulais diminuer mon temps de réseaux sociaux . Principalement, c’était pour m’obliger à prendre du temps pour moi. Pour prendre davantage de bains. Pour rêver. Pour me sortir de la routine, de mon quotidien. Pour m’évader, le temps de quelques pages, de ma réalité de maman. Mais surtout, parce que j’adore lire, tout simplement.

Finalement, je me suis inquiétée pour rien. À la fin juin, j’avais déjà atteint mon objectif de 40 livres. C’est à ce moment que mon défi s’est transformé en 100 livres. Parce que 100, c’est un beau chiffre ! Je trouvais challengeant et gratifiant de parvenir à m’y rendre.

Sachez d’ores et déjà que je lis rapidement, très rapidement, et que cette année, ma liste est majoritairement remplie de chicklit. Que du bonbon pour la mère sans sommeil que je suis.

En résumé :

  • Mon meilleur mois : septembre avec 15 livres lus.
  • Mon mois le moins productif : décembre avec 4 livres lus.
  • À 2 reprises, je me suis remis en question à savoir si mon défi allait être réalisable et pour quelle raison je le faisais.
  • Ma découverte de l’année : Colleen Hoover. J’ai même décidé d’inclure le défi de lire toute sa bibliographie cette année. Sachez que je suis à jour. Je vous recommande : Ugly love, November 9, Confess, et tous les autres.
  • Ma découverte québécoise en matière de chicklit : Johanne Pronovost. Léger bien écrit et les personnages sont attachants. Je recommande : Quand l’amour change d’adresse ; Un été pour faire la cour ; Robe soleil et bottes de pluie.
  • Je compte une dizaine de livres loués, sans jamais avoir eu le temps de les lire.
  • J’ai découvert de merveilleux albums jeunesse, mais ils ne sont pas comptabilisés.
  • Le dernier livre de la trilogie d’Alexandra Larochelle sortait cette année, Des papillons pis des fins du monde. Je me suis donc fait le plaisir, pour la 3e fois, de relire la série au complet.

Outre mes coups de cœur annoncés ci-dessus, voici mon petit top 5 :

On porte donc à 103 le nombre de livres lus en 2018 (défi accompli !), totalisant 32 477 pages (oui ! oui ! je les ai comptés !).

Je suis fière d’être parvenue à mettre ces moments à l’agenda, avec deux enfants à temps plein à la maison. Le jour, lorsque les enfants dormaient, j’en profitais pour exécuter une ou deux tâches plates avant de me récompenser en lisant quelques pages. Le soir, au lieu d’écouter un film ou une série, je m’assoyais avec un livre ou je me faisais couler un bon bain. C’était mon me-time. Sans téléphone, sans tablette, sans dérangement. La lecture m’a aussi permis d’avoir plusieurs discussions intéressantes avec des amies. Recommander mes coups de cœur, et m’en faire recommander également. Explorer, découvrir. L’année qui vient de se terminer a été remplie de découvertes littéraires. Pour l’an prochain, je prends congé de défi !

Catherine Héroux

Lectures jeunesse des Éditions de la Bagnole

des lectures des éditions de la bagnole

Supergroin contre les infâmes mitaines.

Carole Tremblay et Bach forment une équipe dynamique et talentueuse.

Troisième de la série de Supergroin, que je ne connaissais d’ailleurs pas du tout, je suis embarquée dans leur Univers dès la première page!

Pour mon coeur d’enfant qui a toujours adoré les bandes dessinées, telle qu’Archie, Boule & Bill ou Tintin, je me suis retrouvée au beau milieu d’une histoire rocambolesque, rafraîchissante et loufoque!

Les onomatopées m’ont charmé; elles ont donné un rythme particulier à l’histoire et surtout m’ont gardé sur le qui-vive du début à la fin.

Supergroin apparaît dans un casier et nous emmène dans un récit hilarant avec Toinette une jeune fille typiquement dramatique!

Sans vous en dire trop sur l’histoire, je vous dévoilerai seulement que l’image des mains gelées qui tombent est ma favorite…

Je suis restée sur ma faim, j’aurais aimé que la bd puisse continuer encore quelques pages de plus.

Je vais certainement aller chercher les deux autres livres de la série et les dévorer avec mon fils de 7 ans.

Parlant de lui, de mon Javier, il était tordu de rire et m’a dit qu’il avait adoré le personnage de Supergroin, le cochon super-héros.

Pour les petits et les grands amateurs de ce style de lecture, je vous invite à lire les aventures de ce personnage attachant!

Petit-Beurre et Grand-Gredin

Une belle histoire, de famille, d’amitié et d’amour.

J’ai bien apprécié les illustrations douces au travers du livre, même lorsque l’histoire parlait de faits plus sombres et grotesques.

Le récit est en soi simple, une famille d’adoption avec de bonnes valeurs qui se voit confrontée à un ignoble personnage qui vient chahuter l’essence du bonheur qui unit Petit-Beurre aux siens.

Mon fils de 7 ans, Javier, a bien aimé la ruse utilisée par Petit-Beurre; il l’a aussi trouvé courageux d’avoir affronté Grand-Gredin.

Quant à moi, j’y ai vu l’opportunité de parler avec lui de sujets plus profonds; comme l’influence des autres sur nous et sur ceux qui nous entourent, de l’intimidation et des conséquences qui en découlent, puis aussi de manière pacifique de régler des conflits, notamment en se joignant à un leader positif.

Je recommande ce type de lecture à tous les enseignants, éducateurs et parents qui veulent utiliser un média intéressant pour parler de valeurs et d’outils pour gérer des conflits intelligemment et surtout respectueusement.

Le courage de Bébé Lionne

Mon coup de cœur va à cet ouvrage magnifique… il m’a touché directement dans l’âme. C’est un bijou!

J’ai bien aimé que l’histoire soit à la fois en métaphore, d’une famille de lions et en parallèle, avec le vécu de l’auteure même, Mai Duong.

Tout en délicatesse, nous sommes transportés dans le milieu de la savane où vivent une famille adorable de lions.

Un nuage gris ténébreux, la maladie de la mère, vient assombrir la sérénité de ceux-ci et nous passons par une gamme d’émotions en même temps qu’eux…

Nous lisons, mon grand de 7 ans et moi, la fable ensemble, page par page, et je souhaite que la fin soit heureuse ou du moins empreinte d’espoir…

Mon fils Javier, hypersensible depuis sa naissance, me regarde à la fin avec ses yeux luisants et me demande; la leucémie c’est juste pour les animaux, hein Maman?

Nous avons eu une bonne discussion, pendant 30 bonnes minutes; il me posait des questions, je le sentais fragile et anxieux… puis rassuré.

Je remercie madame Duong de nous avoir laissés accéder à une période de sa vie où courage et résilience ont fait équipe pour survivre à ce genre  d’événement qui arrive telle une bombe, au cœur d’une famille.

C’est un réel joyau de pouvoir avoir ce livre pour expliquer l’inexplicable.

Pour aborder un sujet délicat et malaisant avec ceux qui nous entourent.

Pour les plus petits et même pour les plus grands, je souhaite que son œuvre soit partagée le plus possible dans les foyers et partout où elle pourra soit redonner espoir ou simplement aider à mieux comprendre ce qu’est la maladie.

Je me suis aussi rappelée mon père, décédé d’un cancer, il y a 3 ans…

Cela m’a fait un petit baume sur le coeur.

Les illustrations d’Amélie Dubois sont d’ailleurs réconfortantes et donnent dans une simplicité fragile. C’est un beau mariage entre l’histoire et les images.

Révision par Jennifer Martin.

Père Noël, amène-moi des histoires

père noël amène-moi des histoires

Des beaux-livres de Noël, qui n’a jamais aimé ça?

Je vous propose trois lectures des Fêtes, toutes testées et approuvées par mes loulous (7 ans et 3 ans).

«La doudou qui disait NON au Père-Noël » – écrit par Claudia LAROCHELLE, illustré par Maira CHIODI –

Et si la doudou, cet objet étrange que votre enfant ne quitte jamais (et qui souvent à une odeur très… étrange… faut l’avouer), ne voulait pas croire au Père-Noël?

Après « la doudou qui sentait pas bon » (ah je vous l’avais dit!), « la doudou qui avait peur des dinosaures » et « la doudou qui mangeait trop de chocolat », nous sommes emmené.es, cette fois-ci, dans une nouvelle aventure de La Doudou, avec cet homme à la barbe blanche bien connu.

Jeanne, aidée de sa famille, va devoir trouver une solution pour que sa Doudou puisse croire, elle aussi, au Père-Noël!

Très habilement, nous retraçons, au travers de cette belle histoire, les « traditions » de Noël : de la lettre reçue en réponse à notre courrier au Père-Noël, en passant par la photo avec lui au centre commercial, aux biscuits déposés à côté du sapin, ou bien encore à ce fameux renne au nez rouge… rien n’est oublié!

Mais est-ce le NON de La Doudou, la persévérance de Jeanne ou la magie de Noël qui l’emportera?

« Le Père-Noël a peur des chiens » – écrit par André POULIN, illustré par Jean MORIN –

Comment ça le Père-Noël a peur des chiens?! … Mais alors, comment fait-il pour nous livrer les cadeaux?… C’est ce qu’ont dû se dire mes garçons lorsque nous avons commencé à lire cette histoire ensemble.

Il s’avère que, pour notre plus grand bonheur, nous avons un chien. Et depuis quelques temps, cette question revient souvent : « Mais comment il va faire le Père-Noël pour rentrer avec le chien et s’il en avait peur? »

Et bien oui, le Père-Noël, lui aussi, peut ressentir de la peur.

Dans cette histoire, c’est avec le si fidèle ami de l’Homme que le Père Noël se retrouve bien embêté!

Il doit faire face à cette peur, avec un chef lutin très pressé de terminer la livraison des cadeaux. Mais c’est qu’il y en a beaucoup des maisons à livrer avec des chiens! Et puis ils ne sont pas tous sympathiques… Mais le Père Noël rencontrera quelqu’un qui écoutera ses craintes. Avec son aide, arrivera-t-il à surmonter sa peur?

Première neige – écrit et illustré par Sabrina GENDRON –

La première neige! Ah nous l’attendons tous avec impatience (ou presque !). En tous cas, quand elle est là, on est tous un peu émerveillé.es.

Mais ce qui émerveille notre petit raton, ce n’est pas cette première neige, mais plutôt le dernier signe du passage de l’automne… là-haut dans le chêne. Une petite feuille qui l’amènera vers l’inconnu sans qu’il ne s’aperçoive qu’il a quitté sa maman et ses frères et sœurs. Jusqu’où va-t-il aller? Que va-t-il lui arriver?

Nous suivons ses aventures dans une forêt bien silencieuse qui lui réserve quelques surprises.

Ces 3 livres nous emportent dans des histoires différentes, en nous faisant vibrer au rythme de la magie de Noël.

Ici elles ont séduit toute la famille et, désormais, elles feront partie de nos histoires du soir du temps des Fêtes… et peut être parfois en dehors, parce qu’il est toujours bon d’aller, le temps d’une histoire, dans cette ambiance féérique que ce soit le temps des fêtes ou pas!

Bonne lecture!

Céline Guérin

5 livres pour ados ou jeunes adultes à mettre sur sa liste de cadeaux

5 livres pour ados

La rentrée littéraire de l’automne a été riche en romans, et l’hiver qui s’est installé plus tôt que prévu te donnera l’occasion parfaite d’agrémenter tes journées à l’intérieur avec un bon bouquin.

J’avoue ouvertement adorer la littérature qui s’adresse aux adolescentes et surtout aux jeunes adultes, et ce, malgré ma trentaine bien avancée. J’adore les dialogues pas compliqués, mais qui font réfléchir, et surtout les anecdotes qui me ramènent à mes années d’études où mon quotidien était très différent de ce qu’il est aujourd’hui.

Alors, que ce soit pour faire plaisir à une adolescente de ton entourage, à une amie qui aime la chicklit autant que toi ou encore pour te dresser une liste de lecture pour les prochains mois, je te partage mes 5 récents coups de cœur littéraire.

Colocs Tome 4 de Nadia Lakhdari King

J’en ai déjà parlé ICI et ICI, mais la série Colocs est une vraie révélation pour moi. J’ai tellement dévoré les 3 premiers tomes que j’étais plus qu’impatiente de me plonger dans la suite des aventures de Béatrice, Emma et Mia. Je dois dire que je n’ai pas été déçue et j’ai ressenti un grand manque en tournant la dernière page. Heureusement, je n’ai pas à faire le deuil de ces personnages attachants puisque Nadia m’a confirmé avoir encore plusieurs choses à faire vivre à ces filles différentes auxquelles tout le monde s’identifie. Une série de la maison d’édition Les Malins à se procurer sans hésiter et à dévorer avant la sortie du prochain tome, prévue au printemps.

Troisième étoile Tome 1 : De L.A. à Laval d’Alexandra Larochelle

J’ai reçu ce roman des éditions La Bagnole et je croyais qu’il s’adressait exclusivement aux adolescentes de 10 à 14 ans, mais je me suis surprise à le feuilleter et à me laisser transporter par l’histoire de Sonia, jeune Québécoise de 13 ans dont le père joue dans la ligue nationale à Los Angeles et où elle demeure depuis ses 6 ans. Vivant à fond la vie californienne,sa vie est complètement chamboulée le jour où son père est échangé aux Canadiens et que toute la famille doit s’exiler à Laval. J’ai adoré ce livre, je l’ai lu en une journée et honnêtement, je crois qu’il plaira aussi à un public plus âgé que celui auquel il s’adresse au départ. Un beau roman que j’offrirai à ma nièce lorsqu’elle sera en âge de lire ses premiers romans. Je risque d’ailleurs de me laisser tenter par la lecture du prochain tome.

Veux-tu une gomme ? D’Anne-Marie Lobbe

Une autre belle surprise envoyée par les éditions Hurtubise, le roman d’Anne-Marie Lobbe, une journaliste du magazine Cool et du Journal de Montréal, entre autres. Je suis toujours heureuse de découvrir de nouvelles plumes puisque je ne sais pas à quoi m’attendre. Jusqu’à maintenant, j’ai rarement été déçue et la plume d’Anne-Marie ne fait pas exception. J’ai été charmée par l’histoire de Fannie, blasée par l’amour et qui tombe sur un garçon qui pourrait lui faire changer ses plus grandes convictions à propos des relations homme-femme. J’ai bien aimé le ton, les dialogues et les rebondissements. Une belle suggestion de lecture pour un public un peu plus âgé que les deux livres précédents.

La fois où j’ai écrit un livre de Rosalie Bonenfant

Si tu ne connais pas Rosalie, tu dois remédier immédiatement à la situation. Si au départ elle était surtout connue comme la fille de Mélanie Maynard, sa réputation dépasse maintenant ce simple statut. Comédienne, scénariste, animatrice, ses chroniques présentées à Énergie puis à Rouge FM sont maintenant des plus populaires à travers la province. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai été tout simplement ébahie par sa capacité à jongler avec les mots et à livrer des témoignages sincères et touchants. Elle fait preuve d’une admirable maturité et c’est avec bonheur que je me suis plongée dans ce premier roman qui ne m’a pas déçu. Les anecdotes sont rafraîchissantes, on retrouve avec joie sa plume qui la caractérise si bien et surtout, on passe un excellent moment plongé dans son univers. Un roman qui fait du bien !

Comment se débarrasser du marié de Marie-Claude Martel

Décidément, je suis sur une liste privilégiée auprès des maisons d’édition en ce qui a trait à ce genre de littérature, puisque j’ai aussi  reçu le premier roman de Marie-Claude accompagné d’un gentil message personnalisé me donnant envie de découvrir sa plume. Un livre qui parle de mariage alors que j’attends désespérément la grande demande après 14 ans de vie de couple ? Ça ne peut que tomber dans mes cordes ! Et c’est mission réussie puisque j’ai adoré ce roman et surtout ses personnages. Je ne veux même pas parler de l’histoire tellement elle mérite d’être lue, mais je peux seulement dire que le récit de Rachel qui tente par tous les moyens de faire foirer le mariage de sa sœur cadette qui n’a pas fait le bon choix est des plus divertissant. L’écriture de Marie-Claude est fluide, remplie d’humour et on se prend vraiment au jeu des manigances de Rachel pour réussir sa mission. Un autre beau coup de cœur littéraire en 2018.

Si la dernière année a été riche en excellents romans, je suis certaine que 2019 s’annonce aussi intéressante. Mais d’ici là, tu ne peux te tromper avec ces 5 suggestions de lecture.

Bonne découverte littéraire ou bon magasinage des Fêtes.

Photo de signature pour Jennifer Martin.

Critique du mois : Pour en finir avec mon ex

pour en finir avec mon ex

J’ai reçu le livre Pour en finir avec mon ex cet automne, celui-ci est paru en librairie le 19 septembre dernier. J’ai été surprise d’embarquer aussi rapidement dans l’histoire, habituellement, je prends du temps à me laisser emporter. Mais là, dès les premières pages, j’ai été conquise. J’avoue que la situation du personnage principal est venue me chercher. Elle mentionne que c’est l’automne, que le temps des Fêtes approche et que cela fera un an qu’elle n’est plus avec son ex. Non mais? Même histoire. Je lisais les pages presqu’au même moment que l’histoire se déroule et, pour ma part, en janvier, cela fera un an que je suis célibataire. Donc, je n’ai plus été capable de relever mon nez du livre. Deux jours plus tard, j’ai tourné la dernière page et j’ai eu une grosse tristesse en me rendant compte que c’était fini.

L’histoire est celle d’Éliane qui accumule les histoires avec des hommes, mais finit toujours par les laisser tomber parce qu’ils ne sont pas à la hauteur de son ex-mari. Celui qui, à ses yeux, était l’homme de sa vie l’a laissée pour une autre femme avec qui il l’a trompée. Pourtant Éliane pensait que leur couple allait très bien, surtout puisque le sexe était merveilleux.Chose qu’elle ne réussit pas à retrouver dans le lit des hommes qu’elle fréquente depuis sa rupture. Elle décide donc de relever un défi : un an sans sexe, et ce, pour tenter d’oublier son ex une fois pour toutes. Mais sa vie prend un tournant qu’elle n’aurait jamais vu venir. Éric le chum de sa meilleure amie Mylène et elle finissent par se rencontrer au début par hasard, mais bien vite, se donner des rendez-vous, s’échanger des messages textes et à vous  de découvrir la suite. Les personnages sont super intéressants et attachants. Les situations dans lesquelles ils se trouvent ne sont pas banales. Disons que c’est rare que l’on se retrouve dans la tête d’une personne qui entretient une relation avec le chum de sa meilleure amie. Être spectatrice de tout cela m’a montré une autre facette de l’infidélité, mais surtout, jusqu’où l’on va quelquefois pour tenter de sauver les meubles, même quand l’on sait très bien qu’au fond, la relation est terminée et qu’il est temps de passer à autre chose.

J’ai adoré le roman, je l’ai dévoré en deux jours seulement et j’en voulais plus. Je le recommande à toute personne voulant s’évader le temps de 360 pages et simplement emprunter l’histoire d’une autre.

alix marcoux

Turbulence du cœur, le petit dernier de Nathalie Roy

Jennifer parle du livre Turbulence du coeur

Grande fan de Nathalie depuis son tout premier roman, elle est toujours l’une de mes auteures québécoises préférées (et la liste s’allonge chaque année puisque le Québec compte de nombreux talents). Ses romans sont divertissants, bien écrits et surtout réellement captivants. Si j’ai lu Pourquoi pars-tu, Alice en quelques jours à peine, j’ai littéralement dévoré son 10e roman Turbulence du cœur en moins de temps qu’il m’en faut pour faire ma liste de cadeaux de Noël.

Si les héroïnes de Nathalie étaient exclusivement féminines jusqu’ici, Nathalie a décidé d’offrir à ses lectrices (et lecteurs aussi, j’en suis certaine !) une histoire qui met en vedette un personnage typiquement masculin en la personne de Louis-Philippe Rousseau, un avocat célibataire de 39 ans.

Un petit résumé de l’intrigue juste ici :

« À trente-neuf ans, Louis-Philippe Rousseau mène une existence étourdissante : 5 à 7 dans les bars branchés du centre-ville, liaisons avec de jeunes femmes qu’il tente d’impressionner avec ses costumes griffés et son luxueux loft, surentraînement au gym… Serait-ce pour oublier tout ce qui lui pèse ?

Son travail d’avocat spécialisé en litiges est certes payant, mais peu louable. Il a le sentiment d’avoir échoué dans son rôle de père, et sa mère semble déçue de ses choix de vie. En pleine remise en question, il rencontre une femme qui ne correspond pas à ses standards. Pourtant, il est fasciné par sa force et sa résilience… jusqu’à en être profondément bouleversé. Serait-ce ça, le véritable amour ? Une chose est certaine, avec elle, il se sent totalement vivant. Mais le passé qui les unit pourrait rendre leur histoire impossible… »

Je dois d’abord avouer que j’étais tellement attachée aux précédents personnages de Nathalie, que je n’étais pas totalement convaincue qu’elle réussirait à me détourner de mes habitudes de lecture en ce qui la concerne pour m’investir dans l’histoire de celui qui se fait aussi appeler LP.

Eh bien, je dois lui faire mon mea culpa parce que je me suis surprise à aimer ce gars qui représente plusieurs choses que je reproche habituellement à un homme. J’ai craqué pour son côté macho, qui cache un cœur plus tendre qu’on ne le croit, j’ai souri devant ses interrogations, ses interventions souvent maladroites ou digne des plus grands douchbags. J’ai été attendrie par sa relation avec sa mère, j’ai pesté contre ses mauvais choix et j’ai sincèrement apprécié certaines de ses décisions. Bref, je me suis totalement investie dans ma lecture et j’ai eu envie de rencontrer Louis-Philippe, comme s’il existait vraiment.

Je tournais les pages lentement, pour en savourer les mots et les intrigues en oubliant parfois où j’étais. J’ai retrouvé le même sentiment qu’en lisant La vie épicée de Charlotte Lavigne, sa première série que je croyais indétrônable. À plusieurs moments, je croyais savoir où m’amènerait l’intrigue, pour finalement me rendre compte qu’on m’amène ailleurs. Un vrai bonheur de se faire surprendre d’un chapitre à l’autre. Et que dire de l’épilogue qui annonce le retour de LP dans un deuxième volume, prévu à l’automne 2019, pour reprendre les intrigues, quatre ans plus tard, avec ces personnages attachants ! Parce qu’il n’y a pas que ce charmant avocat qui réussit à nous captiver, il est décidément bien entouré.

C’est donc mission accomplie pour Nathalie, encore une fois, et je ne peux que m’incliner devant sa plume magistrale qui comble mes attentes de lectrice de chicklit chevronnée.

Pour en apprendre plus sur Nathalie Roy, c’est ICI.

Merci au Groupe Librex pour la copie de presse.

Crédit photo de couverture : Page Facebook de Nathalie Roy

Photo de signature pour Jennifer Martin.

Mon bilan personnel du Salon du livre de Montréal 2018

Jen parle du salon du livre

C’est sous le signe du succès que s’est terminée la 41e édition du Salon du livre de Montréal qui se déroulait pour une dernière année à la Place Bonaventure, l’événement déménagera ses kiosques au Palais des congrès pour sa prochaine édition. Du 14 au 19 novembre, ce sont des centaines d’auteurs et des milliers de lecteurs qui se sont donné rendez-vous pour partager leur goût pour la lecture et l’écriture et je dois dire que j’avais prévu depuis longtemps à mon agenda de me joindre à eux pour l’occasion.

C’est en compagnie de mon papa que j’ai effectué ma première visite au Salon du livre depuis plusieurs années, ayant oublié à quel point ce genre d’événement pouvait être agréable en bonne compagnie. Armée de ma bonne humeur et d’un grand sac pour y glisser mes coups de cœur littéraires des dernières années, j’étais prête à prendre d’assaut le Salon et à profiter de ses kiosques pour y faire de nouvelles découvertes, mais surtout pour rencontrer les auteurs que j’admire tellement.

Pour bien planifier mon parcours, j’ai eu recours à la nouveauté offerte cette année, le carnet du visiteur. Accessible sur le site www.salondulivredemontreal.com, ce fut un outil pratique, à la fois imprimable et adaptable à la taille de mon écran, qui me permettait de choisir parmi les nombreuses séances de dédicace, tables rondes, conférences et ateliers auxquels je voulais assister. Grâce au WiFi offert gratuitement au Salon, je pouvais consulter facilement mon carnet et savoir exactement où aller et quand m’y présenter. Une belle innovation pour me permettre d’être organisée et me promener efficacement tout en profitant de mon expérience. Un plan détaillé était également offert à l’entrée du Salon, afin de mieux se repérer parmi les nombreux kiosques représentés par les maisons d’éditions québécoises, qui sont d’ailleurs beaucoup plus nombreuses que je ne le croyais.

Dès mon arrivée, vers 9 h 30, j’ai tout de suite repéré le kiosque des Éditions Cardinal qui représentent, entre autres, les livres de Marilou, des sœurs Stratis et celui d’Alexandre Champagne. Si les jumelles de la mode n’étaient pas sur place au moment de ma visite, les fondateurs de Trois fois par jour y étaient et trônaient bien évidemment au sommet de ma liste de dédicaces. Après une petite attente de 15 minutes, c’est le sourire aux lèvres que je me suis entretenue principalement avec Alexandre pour le féliciter pour son livre et lui faire part de mon admiration pour l’ensemble de son travail. Un beau moment à chérir longtemps.

C’est ensuite avec détermination que je me suis dirigée vers le kiosque des Éditions Goélette-Coup d’œil, pour y rencontrer Chantal Bissonnette, auteure des livres Les pierres bleues et l’excellent Et si on s’aimait. Ayant moi-même écrit la critique figurant sur la quatrième de couverture de ce dernier, je t’en parle d’ailleurs ICI, ce roman occupe une place chère dans mon cœur et surtout une place de choix dans ma bibliothèque personnelle. Devenue une amie virtuelle à la suite à notre collaboration professionnelle, ce fut un bonheur d’enfin la rencontrer en personne et d’échanger avec elle sur le bonheur d’écrire. Elle sera sans doute l’une de mes premières lectrices si je me décide à écrire un livre un jour. Elle lit d’ailleurs mes textes régulièrement et ça me rend bien heureuse.

Petit arrêt au kiosque des Éditions de Mortagne, pour y rencontrer Geneviève Cloutier, celle qu’on retrouve derrière les deux tomes de la série 1 week-end sur 2 desquels j’ai parlé ICI et ICI. Petit velours de constater qu’elle me reconnaît, et mon papa bien impressionné de me voir converser avec autant d’aisance. N’étant pas du tout sur les réseaux sociaux, mon père n’a jamais compris l’impact que ceux-ci peuvent avoir. Il ignorait donc que Geneviève et moi avions déjà communiqué par le biais d’Instagram et qu’elle savait que j’allais lui rendre une petite visite. J’ai même eu la chance de voir en primeur la couverture du troisième tome de sa série qui sortira en février 2019. Merci pour ce beau privilège Geneviève !

J’ai par la suite pris la tête de la file au kiosque de la maison d’édition Les Malins, pour y rencontrer Nadia Lakdhari King, afin qu’elle autographie mon exemplaire du premier tome de la série Colocs, une série qui s’adresse aux adolescentes et aux jeunes adultes que j’ai A-DO-RÉ ! J’ai dévoré les deux derniers tomes en 24 heures et c’est un bonheur complètement assumé de me plonger dans cette série qui raconte les aventures de trois filles au cégep. Nadia et moi avons discuté de longues minutes et j’ai été très touchée par sa gentillesse. Pour en apprendre plus sur cette série, tu peux lire CECI.

Après plus de 3 heures à déambuler dans le Salon, je n’ai malheureusement pas eu le temps et l’énergie pour attendre aux longues files afin de rencontrer les autres auteurs qui figuraient à mon carnet, mais c’est le cœur léger et comblé par cette belle sortie père-fille au Salon du livre de Montréal que j’ai repris le chemin de la maison, déterminée plus que jamais à y revenir un jour, cette fois-ci comme auteure.

On se revoit l’année prochaine, cher Salon du livre de Montréal.

Photo de signature pour Jennifer Martin.

Critique du mois : la suite du livre 1 week-end sur 2

Jennifer fait sa critique du mois de novembre

Après être tombée par hasard sur le premier tome de cette saga écrite par Geneviève Cloutier, je peux dire que cette fois-ci, j’attendais ce deuxième opus avec beaucoup d’impatience. C’est avec bonheur que je me suis vite replongée dans le quotidien de Caroline, 34 ans, séparée et mère de deux enfants, qui décide de profiter de son célibat. D’abord en ayant une aventure avec son voisin, William, maintenant au début de la vingtaine et qui fantasme sur elle depuis son jeune âge. C’est leur aventure aussi excitante que touchante que l’on a pu découvrir dans le premier tome.

Je te parle d’ailleurs de celui-ci juste ICI.

Les sorties littéraires étant nombreuses cet automne, j’ai dû attendre quelques jours le temps de terminer d’autres romans avant de me plonger dans celui-ci. J’avoue qu’au début, j’ai eu un peu plus de mal à me plonger dans l’histoire, mon cœur et mon esprit étant encore accaparé par d’autres personnages et surtout, j’étais un peu déçue de ne plus côtoyer William dans les premiers chapitres. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai vraiment eu un coup de cœur pour ce jeune homme attachant qui a réussi à charmer Caroline.

Mais c’est avec bonheur et soulagement que je suis retombée dans le quotidien de Caroline, qui vit encore des choses divertissantes et dont le sens de la répartie me fait toujours autant rire. J’ai vraiment l’impression que cette fille me ressemble et j’ai vraiment passé un excellent moment à lire ses péripéties.

Je ne peux que m’incliner devant la plume de Geneviève qui réussit à captiver le lecteur avec des rebondissements rafraîchissants et des dialogues dynamiques. On y découvre une Caroline forte, mais vulnérable, qui cherche à savoir si elle est prête à ouvrir son cœur pour y accueillir l’amour à nouveau.

J’aime m’attribuer le titre d’experte de la chicklit puisque c’est principalement ce que je lis depuis mon tout jeune âge. Pour moi, les ingrédients d’un bon roman de chicklit rassemblent tous ces éléments : de l’humour, des émotions, des questionnements, des situations qui nous rappellent nos propres expériences, des punchs efficaces et surtout, une fin heureuse ou une fin qui donne envie d’en lire plus. C’est exactement ce que l’auteure nous offre avec cette série et je dois dire que ce deuxième tome est particulièrement efficace puisque dès que j’ai tourné la dernière page, j’ai tout de suite eu envie d’en savoir plus.

Heureusement qu’un troisième tome est annoncé en février 2019 parce que je serais clairement insatisfaite de la conclusion de cette série que j’ai adorée. Je suis impatiente de voir ce que Geneviève réserve à Caroline et ses complices. Je t’invite d’ailleurs à inscrire les deux tomes sur ta liste de cadeaux de Noël parce que c’est certainement un beau présent à recevoir cette année. Ou à offrir, évidemment.

Pour en apprendre plus sur Geneviève Cloutier, c’est ICI.

Merci aux éditions de Mortagne pour la copie de presse.

Mes dernières lectures

mes dernières lectures

Je lis beaucoup. Des styles différents, mais toujours de la littérature québécoise, simplement parce que c’est ce que je préfère lire. Surtout depuis mon dernier article, où je vous ai parlé de huit livres que j’ai vraiment aimé lire. Je récidive donc aujourd’hui avec cinq œuvres que j’ai adoré et que je recommande à ceux et celles à la recherche d’idées de lectures.

Histoire de gars

Celui-ci, je l’ai reçu au printemps et je l’ai lu en deux jours tellement c’était un vrai délice! Je n’avais aucune attente et j’ai été divertie. C’est trois gars, trois histoires, trois styles. Jay du Temple, Simon Lafrance et Patrick Sénécal. J’ai ri, vraiment ri, parce qu’il n’y avait pas quoi pleurer dans les trois histoires, ce n’était pas touchant non plus. Et ça fait du bien! J’ai vraiment eu du fun à lire les trois histoires et je pense que c’était ça le but. 

La trahison des corps

Un roman que j’ai trouvé par hasard au Village des Valeurs! Le synopsis m’intriguait et je l’ai acheté. Au bout d’une semaine, j’ai passé au travers des pages. C’est l’histoire d’une femme qui apprend qu’elle va mourir. C’est son histoire, ses souvenirs, son présent et son passé. C’est écrit avec sagesse et beaucoup d’émotions. C’est un roman magnifique que j’ai aimé découvrir.

mes dernières lectures

Libérer la colère

C’est un collectif de 35 femmes en colère. Des textes de tous les genres, avec des témoignages, des réflexions entourant la femme et notre droit d’être en colère. Les textes sont magnifiques, touchants, poignants et c’est sans aucun doute un objet qui pèse lourd en émotions. J’ai adoré, j’ai été bouleversée, j’ai versé des larmes, je me suis fâchée. C’est une œuvre remplie de sens.

mes dernières lectures

Justine ou comment se trouver un homme en cinq étapes faciles

C’est un roman que j’ai lu il y a plusieurs années. En classant mes livres cet été, je suis tombée sur lui et je me suis souvenue que je l’avais tant aimé. J’ai alors relu le synopsis et parcouru quelques pages. C’est l’histoire d’une femme qui n’a pas de bonnes relations avec les hommes. Après s’être faite avoir par son amant, elle s’écroule. Elle tombe par la suite sur un livre intitulé ‘’Comment se trouver un emploi en cinq étapes faciles’’ et elle décide de l’utiliser pour trouver l’homme parfait. Cette histoire est drôle, captivante, touchante. Je me suis identifiée au personnage, car j’étais célibataire et c’était avant de rencontrer mon ex. Ce roman m’a donné un boost de confiance en moi sans savoir comment. Je le garde précieusement dans ma bibliothèque!

Borderline

Je n’ai jamais vu le film. Je n’avais jamais lu le livre. C’est magnifique. Une écriture comme je les aime. C’est difficile de le décrire ou simplement en faire une critique parce que c’est comme un classique au Québec. Les gens ont soit lu le livre, vu le film ou bien les deux et chacun s’entend pour dire que c’est super bon. Je l’ai lu, je l’ai aimé, je vous le conseille et c’est tout.

Alors voilà! De belles suggestions littéraires à ajouter à ta liste. Tu en veux plus? Je t’invite à cliquer sur notre section ‘’Critique littéraire’’ pour découvrir tous les livres que l’équipe de Folie Urbaine a eu la chance de lire.

 Audrey photo de signature

Tomber sous le charme d’une allégorie

Ce texte va clairement vous influencer à lire ce livre. Oui, oui! Il s’agit du premier roman de l’auteure Marie-Christine Chartier et je souhaite de tout cœur qu’elle récidivera à plusieurs reprises. C’est rare que je dis cela, mais c’était un réel bijou à lire. L’histoire est touchante, voire enivrante et le style d’écriture est parfait. J’ai été captivée dès la première page et j’ai eu un gros pincement au cœur lorsque j’ai tourné la dernière.

C’est la maison d’édition Hurtubise qui a pris cette auteure sous leurs ailes. Comme on peut le lire sur sa biographie sur leur site internet, Marie-Christine est présentement au doctorat en psychopédagogie à l’Université de Laval. J’ai lu beaucoup d’entrevues qu’elle a offerte à différents médias et je la trouve absolument captivante.

L’Allégorie des truites arc-en-ciel c’est quoi? À tour de rôle, on se retrouve dans l’univers de Cam et Max. Il s’agit de deux humains qu’on apprend à connaître au fil de l’histoire tout en voyant les deux côtés de leur relation pas très claire. Est-ce qu’ils sont amis? Veulent-ils plus? Ce qui est beau dans cette histoire c’est l’amour, dans toutes ses formes. L’histoire décortique à la perfection les émotions des deux personnages à travers le bagage de vie de chacun d’eux, leurs évolutions, leur passé, leur présent, leurs personnalités, leurs habitudes, etc.

C’est un roman où l’on apprend à connaître deux personnes qui s’aiment, mais sans savoir comment.

C’est un roman qui m’a donné le sourire le temps des 256 pages.

C’est un roman qui conservera une place de choix dans ma bibliothèque et que je risque de refuser de prêter par peur qu’il s’abîme.

C’est un roman qui donne un vent de fraîcheur aux histoires d’amour.

C’est un roman qui m’a donné le goût de rencontrer mon Max.

Le livre étant tellement populaire sur les réseaux sociaux, à un tel point que des photos de la couverture se retrouvaient constamment dans mon feed instagram. Jennifer l’a également lu, bien confortable dans son hamac cet été. Je ne pouvais faire autrement que de lui demander une petite critique du livre :

” L’allégorie des truites arc-en-ciel est sûrement mon roman coup de cœur de l’année 2018. J’ai complètement plongé dans l’histoire et je me suis beaucoup identifiée au style d’écriture de Marie-Christine Chartier. C’est fluide, accrocheur, remplis de nuances et surtout, c’est vrai. Si véridique comme récit qu’on ne peut qu’y croire et faire des rapprochements avec nos propres aventures de vie ou nos relations passées. J’ai été émue par le ton, le choix des mots et surtout le dénouement de cette belle histoire qui met en scène deux personnages à qui l’on s’attache après quelques pages seulement. J’ai beaucoup apprécié de pouvoir suivre la narration de Camille tout comme celle de Maxime. C’est franchement divertissant d’avoir les deux points de vue. Bref, je n’ai que de bons mots pour le premier livre de cette auteure dont je me ferai un plaisir de suivre la carrière littéraire. ”

Vous pouvez commander le livre directement sur le site internet de Hurtubise juste ICI ou vous le procurer dans une librairie!

Bonne lecture!

 Audrey photo de signature