Folie intime·Série : Dépression·Séries de textes·Tous les articles

DÉPRESSION : L’évaluation psychologique et le premier diagnostique 

Me voyant hyper-ventiler, pleurer et parler fort, l’infirmière s’approche de moi et me demande ce qui se passe. Je lui explique et elle prend le combinée un peu outrée. Elle insiste et demande à parler au médecin, que c’est une urgence. Elle raccroche et me dit de me calmer, qu’elle s’en occupe et comprend tout à fait. 

Folie intime·Karine Caron-Benoit·Série : Dépression·Séries de textes·Tous les articles

DÉPRESSION : L’hospitalisation 

C’est là que le médecin a mentionné sa tentative de suicide. Elle avait avalé un pot en entier et ils ont dû lui faire un lavage d’estomac. Elle insistait pour partir. Rien à faire. J’étais sous le choc. Ça aurait pu être moi 3 semaines plus tôt si je n’avais pas vomi tous les comprimés que j’avais avalés.

Folie intime·Karine Caron-Benoit·Série : Dépression·Séries de textes·Tous les articles

DÉPRESSION : La chute 

La semaine avant ma chute, je faisais de plus en plus allusion à l’hôpital. J’avais l’impression d’étouffer de l’intérieur, ma poitrine était tellement douloureuse, j’avais du mal à me concentrer et j’avais des pertes de mémoires. J’avais recommencé à prendre des antidépresseurs depuis 8 mois, mais ça ne changeait rien. 

Folie intime·Karine Caron-Benoit·Série : Dépression·Séries de textes·Tous les articles

DÉPRESSION : L’appréhension

Je savais que quelque chose clochait dans ma tête. C’est ma tête qui était malade et qui rendait malade mon corps. Mais j’avais la certitude qu’un arrêt de travail ou une thérapie, ce n’était pas nécessaire. J’étais sur qu’avec le temps j’irais mieux, mais non. Je n’ai pas écouté mon corps et il m’a lâché. J’ai dû me rendre au bout du rouleau pour accepter de l’aide. 

Folie intime·Karine Caron-Benoit·Série : Dépression·Séries de textes·Tous les articles

DÉPRESSION : série de textes 

Comme ma psychiatre m’a déjà dit: les gens ne comprennent pas ce qu’ils ne voient pas. La maladie mentale c’est quelque chose que les gens ne comprennent pas et jugent facilement puisqu’il n’y a pas de blessures physiques visibles, ou du moins, il y en a rarement.