Où perdre son temps quand on est tanné de Facebook

Où perdre son temps quand on est tanné de Facebook

J’veux juste te dire que depuis quelques temps, j’ai l’impression que notre relation stagne. Tu t’intéresses beaucoup moins à me partager des choses qui nous intéresse mutuellement, j’ai l’impression que j’te rends visite par habitude plus que d’autres choses. On est genre tombé dans une routine pis moi la routine, ça m’emmerde.

Même quand j’viens pas te voir pendant quelques jours, lorsqu’on reconnecte ensemble, je m’aperçois qu’on a rien de nouveau à se dire. J’t’ai même enlevé de mon cellulaire.

Fidèle à mon besoin de nouvelles aventures afin d’essayer de garder ma dopamine au bon niveau, j’ai perdu un peu intérêt envers toi. Pis c’est dans le but d’être honnête avec toi que je t’avoue que depuis quelques temps, j’passe beaucoup de temps ailleurs, avec d’autres…

C’est pas vraiment une rupture complète car au fond je sais que j’ai besoin de toi et que je vais te revenir de temps en temps et probablement même qu’un jour, j’te reviendrai complètement.

Mais pour le moment, Facebook, j’pense que j’vais passer plus de temps sur Twitch, Twitter, Youtube et les autres…

C’est avec cette lettre/cri du cœur que j’ai décidé que si vous étiez comme moi et que Facebook, ça vous tentait un peu moins ces temps-ci, je vous propose des alternatives de réseaux sociaux (que vous ne connaissez peut-être pas encore) afin que vous puissiez continuer à perdre votre temps:

 

Discord
Principalement un réseau pour la communauté de gamers, Discord te permet de communiquer sur plein de sujets dans des serveurs distincts. Beaucoup de chaînes YouTube en ont un, dont Pèse sur start. Y’a aussi une option de dialogue vocal, pour ceux qui veulent s’entendre de vive voix.

Twitch
S’accorde bien avec Discord, Twitch est le site de stream où on peut regarder en temps réel des gens jouer à des jeux. Parfait pour les gens comme moi qui passent leurs journées sur YouTube à regarder des gameplay. Pèse sur Start en possède un. (Psst! La chaîne YouTube Le jeu c’est sérieux s’est donnée comme mission de faire revivre leur chaîne pour 2018!).

 

Medium
Médium est un site où l’on peut partager des textes sans limite sur différents thèmes. Une espèce de réseau social pour les écrivains de ce monde, si on veut!

 

StumbleUpon
StumbleUpon c’est le site pour quand tu ne sais pu quoi regarder et que tu as l’impression que tu as tout vu. Tu indiques tes préférences et tes intérêts, et tu laisses le site te faire parcourir l’univers web! En cliquant sur un bouton, StumbleUpon t’amène sur tous les sites imaginables.

 

Pinterest
Peut-être que vous ne connaissez pas encore ce site ou peut-être que vous en avez entendu parler mais que vous n’avez jamais osé y jeter un coup d’œil. Ce site vous permet de parcourir un tas de sujets d’un seul endroit. Si l’image ou le sujet te tente, tu n’as qu’à cliquer dessus et il t’amène sur le site en question. Parfait pour les inspirations DIY.

 

Lynda et skillshare
Deux sites semblables qui te permettent de prendre des «cours» en ligne pour apprendre un tas de trucs. Y’a pas d’essai gratuit, mais ce n’est pas très dispendieux non plus. Ça ne semble malheureusement qu’en anglais, mais ça reste hyper pertinent!

 

Et toi, quel est ton réseau social préféré?

Dominique signatureFolie Sofia logo reviseure

Bye 2017!

bye new year

Bye 2017, bonjour 2018! On vous parle de notre année, sous toutes ses facettes.

 

bilan new year

J’ai à peine vu passer l’année… et elle est déjà finie! En général, je ne vis pas énormément de stress, mais cette année en a eu son quota. J’espère pouvoir commencer 2018 plus reposée et de trouver une balance agréable à vivre. C’était ma première année en tant que travailleure autonome à 100% et, même si ça apporte plusieurs avantages, c’est aussi une grande cause de stress et de gestion! Par contre, le fait de gérer son horaire presque comme on le souhaite, ça a ses avantages et je compte profiter de ce point pour entreprendre plus de projets dans la nouvelle année. Du côté de Folie, nous avons encore beaucoup d’adaptation à faire, mais on trouve constamment des compromis et des idées à réaliser pour toujours se faire du fun avec le blogue!

– Ariane

 

equipe folie urbaine filles femmes girlpower

Que dire de cette année. Ni particulièrement agréable, ni vraiment horrible, ce fût une année plutôt calme. Avec quelques nouveaux projets, dont mon podcast Parties intimes et certaines autres idées qui n’ont pas vues le jour.  Ces derniers temps furent consacrés à essayer de mettre mes priorités aux bons endroits et d’essayer de trouver un rythme de vie qui me satisfait et qui est efficace. Au niveau de Folie Urbaine, nous avons vécu quelques aventures tumultueuses et nous avons agrandi notre équipe également, je sais que c’est un projet qui va encore se peaufiner au fil du temps et que nous sommes qu’à la pointe de l’iceberg. Bien hâte de voir ce que 2018 nous réserve!

– Dominique

 

jen bilan new year

2017 a été riche en émotions de toutes sortes, que ce soit positif ou négatif. Côté personnel, j’ai eu le bonheur de fêter mes 13 ans de couple, de voir renouvelé mon mandat d’ambassadrice des Boutiques Pentagone, en plus d’être choisie comme ambassadrice des bijoux de V.création. Je suis vraiment heureuse des opportunités qui s’offrent à moi. En ce qui a trait à Folie Urbaine, je suis vraiment heureuse du chemin parcouru depuis nos débuts. Je suis fière des articles que j’ai écrits dans la dernière année et des collaborations que nous avons faites. J’espère que nous continuerons de gravir les échelons vers le succès en 2018. De plus, je suis vraiment contente de l’évolution de notre amitié les unes envers les autres.

– Jennifer

 

Ouf! 2017 a été assez intense pour moi, difficile, mais aussi importante. J’ai appris à m’écouter, prendre soin de moi et me mettre en priorité. Je suis passée par une dépression, j’ai également appris beaucoup de choses sur moi-même. J’ai également fêté mon trentième anniversaire, un événement que je n’oublierai jamais. Voir à quel point l’amour est important lorsqu’on traverse une tempête. J’y repense et je suis encore touchée. 2017 m’a fait vivre beaucoup d’émotions. J’apprends encore chaque jour par rapport à ma personne ; ça va mieux et je me souhaite que le meilleur. Mais j’avoue être bien heureuse d’accueillir 2018 et tourner une page de vie.

– Karine

 

photoshoot fall automne mode fashion look style

J’veux te gâter

j'veux te gâter Dominique

Noël approche et c’est une occasion comme une autre de faire plaisir à ceux qu’on aime. Dans le monde idéal, j’aurais l’argent et les idées géniales suffisantes pour le faire. C’est déjà pas un secret que je n’ai rien à envier au Grinch, et que dans une compétition contre lui, je gagnerais surement haut la main (surtout considérant qu’au final, il finit par sauver Noël, oops, spoiler!). Alors ça va sans dire que ce n’est pas l’occasion exacte qui me remplit de l’angoisse d’une jeune enfant à son premier récital, mais cette occasion exerce quand même chez moi une pression pour te faire plaisir de manière commune et matérielle, tsé, comme tout le monde là.

Bien sûr, je connais la chanson par cœur :
«  Fabrique quelque chose,
Ça fait plaisir.
C’est l’intention qui compte,
C’pas grave si ce que tu donnes c’est d’la marde »

N’empêche que c’est plutôt ironique, de faire une bricole sans l’aide d’une éducatrice d’école tandis que l’autre sort sa carte de crédit en te demandant ce que tu voudrais, alors que nous sommes tous les deux autant adultes. C’est surtout ironique parce que moi, tout ce que j’veux, ce sont tes bricoles alors que les miennes ne semblent pas suffisantes pour calmer le stress pré échange de cadeau. Ce n’est pas parce que la voix de la raison me parle à l’intérieur que je sais l’écouter. Me voilà donc à combiner différents cadeaux et bricolages pour espérer que la somme du tout saura te faire plaisir. Parce que je veux te gâter pour te montrer que tu es apprécié et que je sais vivre.

Quand tu ouvriras tes cadeaux, je veux que tu saches que derrière toute cette colle et ce carton, il y a l’intention d’une fille qui t’offrirait le monde s’il prenait les paiements mensuels.

 

Dominique signature Folie Sofia logo reviseure

Facebook, je ne me suis pas ennuyée de toi

Facebook, je ne me suis pas ennuyée

Au début du mois, j’ai eu la chance d’être invitée dans un manoir chalet. Une petite fin de semaine en Outaouais accompagnée de personnes pas pire pentoute afin de profiter d’un petit weekend resourceful garni de moments dans le spa et de jeux de toutes sortes. Avant d’y aller, j’avais indiqué à mes collègues de Folie Urbaine que j’allais me déconnecter. Pas de Facebook, ni de Messenger. J’ai pas fait abstraction des autres réseaux sociaux (bien que je ne les ai pas vraiment regardé non plus) parce que je savais que j’voudrais quand même alimenter mon story Instagram pour dire à tout le monde à quel point j’étais chanceuse. Le but était surtout de faire la coupure de tout ce qui concerne ce blogue car c’est comme un travail mais dont on ne dispose pas toujours de jours de congé. On a la chance d’être quatre, je savais donc que si jamais il y avait une “urgence”, elles pourraient gérer la situation sans moi OU au pire, me texter. 

De plus, Facebook est pas mal l’application démone dans mon téléphone. Comme probablement plusieurs d’entre vous, je peux regarder mon feed frénétiquement à toutes les cinq minutes. Ça devient un automatisme et je suis sûr que ça n’aide pas mon manque de focus général. J’avais donc supprimé Facebook la veille de mon départ et Messenger, aussitôt que mon lift soit arrivé. Pendant la ride d’auto de deux heures, j’ai eu quelques fois le réflexe de vouloir ouvrir mon Facebook, principalement parce qu’on me parlait de quelque chose qu’on avait publié ou juste par moment d’ennui. Le reste de la fin de semaine par contre, je ne m’en suis pas ennuyée. J’ai d’ailleurs pas sauté sur l’occasion dès que nos bagages étaient paquetés pour le redownloader. Ça pouvait attendre.

Quand j’ai enfin décidé de télécharger l’application de nouveau, j’avais une vingtaine de notifications, ce qui n’est pas énorme contrairement à d’autres fois. Toutes ces notifications étaient… inintéressantes. Facebook est pas mal devenu un site de spam, où la plupart de tes notifs t’aviseront qu’une personne a commenté également un statut où toi tu as commenté ou te rappelleront un événement où on t’a invité et dont tu te caliss. Je crois même, qu’inquiet de voir que je m’étais pas connectée depuis 2 jours, Facebook a essayé d’attirer mon attention en m’envoyant des notifications pour me dire que telle ou telle personne avait publié quelque chose. Bref, rien qui me parlait ou me regardait précisément. J’ai trouvé mon retour plutôt plate. J’ai donc, re-supprimé l’application. Messenger, c’est pas mal un “must” car c’est de cette façon que les autres co-fondatrices et moi communiquons, mais Facebook? Il peut attendre à ces moments où je suis sur un ordinateur. Du moins, pour l’instant.

Quand je suis revenue chez moi, je sais pas si c’est la suppression des applications pour la fin de semaine, le ressourcement ou avoir vécu simplement d’amour et d’alcool  d’eau fraiche pendant 3 jours mais lundi matin, ma motivation était beaucoup plus au rendez-vous. J’ai même, croyez-le ou non, été capable de regarder des vidéos sur Youtube et ensuite, m’arrêter pour retourner travailler par la suite. J’ai été productive comme je le suis rarement. Et bien que je ne puisse pas vraiment partir tous les weekends (même si c’est pas l’envie qui manque) et que j’en aie pas toujours l’occasion, ça m’a énormément fait du bien de décrocher. 

Et je ne me suis même pas ennuyée.

 

Dominique signature Folie Sofia logo reviseure

Des repas rapides et satisfaisants chez soi grâce à Cook it

food foodie bouffe faim cuisine

Suite au lancement du magazine Cook it, Judith, la fondatrice, nous a gentiment offert de tester quelques repas avec leur service de recettes et ingrédients frais livrés à domicile. Nous avons donc commandé 2 repas, ainsi qu’un plat prêt-à-manger afin de les préparer ensemble et les goûter. Nous devions donc faire des gnocchis au ricotta et un bol buddha vitaminé à l’aide des ingrédients amenés le jour-même. Le livreur livre le tout dans une boite de carton réfrigérée! On avait aussi commandé la lasagne en petite portion déjà faite dans des petits plats; parfaite pour les diners rapides! Puisque nous ne sommes pas de grandes cheffes cuisinières, il était primordial pour nous que ça puisse être simple et rapide, ce que Cook It promet d’ailleurs. Les instructions étaient claires et téléchargeables, au besoin, et c’était agréable de ne pas avoir à se compliquer la vie avec les portions, puisque tout arrive pré-mesuré.

 

food foodie bouffe faim cuisine food foodie bouffe faim cuisine food foodie bouffe faim cuisine food foodie bouffe faim cuisine food foodie bouffe faim cuisine

 

La moyenne de préparation semble tourner autour de 30 minutes et nous avons trouvé que c’est une bonne moyenne pour concocter des plats plutôt complexes. Le gnocchi nous a conquises et on en aurait pris encore plus! Miam! Malgré que nous ne soyions pas végétariennes, nous avons opté pour deux recettes qui le sont et elles ne donnaient pas leur place. On apprécie toujours qu’il y ait des options végé dans les restaurants, alors c’était un gros plus de voir qu’il y avait plusieurs possibilités sur le site!

Nous allons certainement recommander, surtout en sachant que le prix par portion tourne autour de 8-10$, ce qui revient moins cher qu’un repas acheté on-the-go et on ne parlera pas de restaurant! Pour ce qui est d’en commander pour remplacer son épicerie, ce n’est pas réellement une option pour tout le monde, mais, personnellement, on trouve que d’avoir quelques portions par semaine fait en sorte que les repas sont variés, santé et complètement délicieux!

Bon appétit!

 

Crédit photos : Ariane Martineau

 

 

 

ariane photographie cheveux verts portait  Dominique signature

Décembre: 5 coups de coeur de Dominique

Pour le mois de décembre, vous commencez à savoir comment ça fonctionne, voici mes coups de cœur du mois :

tadpole tap outermindsTadpole Tap

J’avais déjà essayé de jouer à ce jeu il y a quelques mois. Va savoir pourquoi, ces temps-ci j’y suis accro. J’ai décidé de le re-downloader après y avoir joué sur l’écran géant du jeu à MEGA et depuis, c’est mon application de prédilection. C’est surtout le cas quand j’ai besoin de faire autre chose que ma tâche principale; une game ou deux et mon focus est revenu, je peux retourner à ce que j’faisais avec une attention plus particulière.

 

 

 

 

 

 

grace and frankie
Crédit Photo : Netflix

Grace And Frankie

Ceux qui me connaissent savent que j’ai beaucoup de difficulté à commencer une nouvelle série et me concentrer sur celle-ci, c’est pour ça que je suis un peu en retard. J’ai découvert et binge watché Grace And Frankie que tout récemment. Ça fait différent de voir une émission de même et c’est particulièrement intéressant d’explorer le sujet; la sexualité et les relations amoureuses chez les personnes âgées. C’est là qu’on se rend compte que l’âge, ce n’est qu’un chiffre…

 

 

 

 

se ressourcerSortir de chez soi et aller se “ressourcer”

Ce coup de cœur ne se retrouve pas en magasin ni sur ton téléphone. Je vais définitivement en reparler dans un article bientôt, mais mon coup de cœur pour décembre, c’est certainement partir dans un “chalet”. Se ressourcer, se déconnecter des réseaux sociaux qui nous drainent et juste en profiter entres amis pour relaxer, rigoler et apprécier les gens qui nous entourent.

 

 

beautiful trauma album
Crédit Photo: Coverlandia

Beautiful Trauma

J’en ai parlé dans mon dernier coup de cœur, mais l’album n’était pas encore sorti. Et vu que je suis SUPER FAN de Pink, j’me dois de mentionner l’album comme étant coup de cœur. On y retrouve une Pink un peu moins “funné” et beaucoup plus centrée sur ses sentiments pour son mari Carey Hart. Tu vas sûrement m’dire “C’pas ça qu’elle faisait déjà?”. Bon, oui un peu, mais elle le faisait toujours de façon un peu drôle et bubbly. On a le droit à un album un peu plus sentimental, bien qu’on y retrouve quand même un peu une petite touche d’humour ici et là. Une mention spéciale pour “You get my love” ainsi que “Better life”.

 

 

 

pese sur start
Crédit Photo : Youtube Pèse sur start

 

Pèse sur start

Dans la dernière semaine, j’me suis surprise à être presque tous les jours sur twitch, à regarder un membre de Pèse sur start (lire ici; Kazzie) jouer à un jeu. J’ai une petite fascination pour les gameplay où je peux simplement regarder quelqu’un jouer. J’ai d’ailleurs souvent été la blonde qui va s’asseoir sur le sofa et regarder son chum jouer à un jeu comme si c’était un film. Ça demande très peu de concentration, c’est divertissant et ça t’inspire à savoir si tu veux jouer au jeu après. Pèse sur start, c’est un site sur lequel on te parle de tout ce qui concerne les jeux, consoles, PC, name it. On décrit ce site comme la référence geek et gaming au Québec.

 

 

 

Dominique signatureFolie Sofia logo reviseure

J’aime pas la routine

Une chose dans la vie que je déteste, c’est de décevoir les autres. Je sais que c’est quelque chose de probablement commun, mais dans mon cas, ça dépasse une limite raisonnable. Par exemple, je serais prête à endurer quelque chose que je ne veux pu faire, pu avoir dans ma vie beaucoup plus longtemps, pour ne pas avoir à dealer avec le processus de décevoir les gens que ça implique. Je suis de même pour le travail, mes amitiés et mes relations de couple. Le sentiment d’avoir échoué me vient facilement.

Ironiquement, il faut qu’on mélange cette façon d’être avec mon besoin insatiable de toujours me réinventer pour ne pas m’emmerder. C’est pas mal un mix très nocif pour ma part, puisqu’avoir de nouvelles idées et se désintéresser rapidement ne riment pas avec persévérance. Je suis donc souvent confrontée à vouloir abandonner des projets, aller dans d’autres directions et ne plus éprouver de plaisir plutôt rapidement. Bref, j’aime pas la routine.

Alors mettons que t’entends un gros rire gras de la vie quand tu sais que ce qui t’aiderait à t’organiser quotidiennement, ça serait de te créer une routine. Tsé du genre que je me couche à la même heure tous les jours, je me lève à tous les jours pareil. J’écris exactement 1h, j’fais ma p’tite marche rapide 30 minutes (j’fais pas de marche rapide, mais j’imagine que j’devrais), je travaille sur ci, travaille sur ça, un bloc de ménage tous les jours…  Et ce n’est pas que je n’essaie pas, des fois, j’réussi à me planifier une journée. Mais justement, c’est exactement ce temps-là que la résolution dure; une journée.

Je déteste avoir un travail où j’fais toujours la même chose. J’ai décidé d’étudier en travail social parce que j’voulais être avec des gens qui allaient me donner du thrill chaque jour, j’étais prête à me battre avec des gens en crise qui me menacent au couteau, à être en contact avec des toxicomanes en sevrage, à rencontrer des gens qui ont des histoires rocambolesques à me raconter. Au final, tout fini par se ressembler et on réalise que c’pas la crise si souvent. Bref, la routine s’installe pareille.

Je déteste aussi la routine de couple; se voir à la même heure, se coucher devant la même émission de télé jusqu’à ce qu’on ait fini la série. Baiser à la même heure, de la même façon, tout le temps. Voir la même face te sourire le matin, voir la même face arrêter de te regarder parce que t’as la même face que tu avais la veille. J’ai toujours eu de la difficulté avec le moment où la passion du début quitte, tout en me disant qu’il est normal qu’un moment donné, t’ailles envie que les babines arrêtent de te chauffer pour retomber dans une vie moins de passion enflammée. C’est normal, mais moi j’aime pas ça. J’vivrais d’eau fraiche et de mains-baladeuses-lâche-moi-jamais pendant ben plus longtemps que ça.

J’aime pas la routine et pourtant, dans la vie, c’est comme un incontournable. Pas nécessairement mais mettons, si tu veux pouvoir avoir une job stable, un chum stable, une vie stable, oui. Et j’aimerais ça des fois être moins étourdissante pour moi-même, me faire un p’tit horaire, ne rien oublier de faire parce que mon cerveau est pas partout en même temps, avoir mes pensées dans des p’tits classeurs, le chum dans le fond à droite, mes idées créatives dans le compartiment à gauche, etc.

J’aimerais ça être plus organisée et me satisfaire plus facilement des choses de la vie, mais en même temps, j’en veux pas de ta routine. J’en veux pas parce qu’elle ne me satisfera pas. Et au lieu de m’accommoder et de me plier aux exigences de la routine, pourquoi ma routine à moi, ça pourrait pas être de ne pas en avoir?

 

Dominique signature Folie Sofia logo reviseure

Le temps des fêtes avec Première Moisson

Noel 2017 avec Premiere Moisson

Mercredi dernier, j’ai eu la chance d’assister à l’événement des fêtes de Première Moisson. Soirée où la compagnie nous a dévoilé ses produits pour les festivités du mois de décembre, avec disons-le, beaucoup de générosité. Lors de la soirée, les invités ont eu la chance de faire leur propre pain à l’effigie des 25 années de la boulangerie, de déguster les produits offerts en magasin et de découvrir la bûche signature de l’année. Pour l’occasion, Youppi était présent et prenait des photos avec les invités. Nous avons eu le droit à l’hymne national interprété par une chanteuse ainsi qu’à la game des Canadiens diffusée. Des drinks aux couleurs bleues, blanches et rouges étaient également servis sur une table en glace. Une soirée organisée en grand!

Noël chez Première moisson 2017
Crédit : Dominique Babin

 

Cette année, Première Moisson a collaboré avec la Fondation des Canadiens pour l’enfance afin de créer une bûche festive; La glorieuse. Le maître-pâtissier Patrick Montreuil a donc concocté un dessert à l’effigie du Club de hockey Canadien. Le design inspire une patinoire, les saveurs varient entre chocolat, bleuet et Mélilot (une essence québécoise ressemblant à de la vanille). Ensuite, il y a des rondelles de hockey aux saveurs d’érable et de framboise. Un montant de 20$ pour chaque bûche est remis à la fondation, et Première Moisson garantie au moins 20 000$ de don avec le profit réalisé.

Noël chez Première moisson 2017
Crédit : Première Moisson

La fondation des Canadiens pour l’enfance favorise l’activité physique et les saines habitudes de vie chez les enfants défavorisés de 4 à 17 ans, une très belle cause. La vente de la bûche a commencé le 24 novembre, et ce, pour une quantité et durée limitée. Que ce soit par la bûche, son pain ou les autres mets préparés par Première Moisson, ça reste une belle alternative pour les repas du temps des fêtes en famille. Je parle surtout de la bûche aux deux saumons qui fait vraiment festif et qui est vraiment délicieuse, mon coup de cœur à moi.

Noël chez Première moisson 2017
Crédit : Première Moisson

 

Trouvez la succursale près de chez vous ICI

Crédit photo de couverture: Facebook Première Moisson 

Dominique signatureFolie Sofia logo reviseure

On vous parle de chats

chat animaux love pets

Comme chaque mois, les 4 co-fondatrices de Folie Urbaine vous parlent d’un sujet différent et, cette fois-ci, ça nous tient particulièrement à coeur. On ne pourrait pas vivre sans eux et, faut se le dire, on en a 8 à nous 4! Rien de moins. Voici donc un petit résumé de l’adoption de nos chats.

 

chat animaux love

Quand j’ai rencontré mon amoureux, il y a presque 9 ans déjà, je venais d’adopter un chaton à la SPA à Québec, Azur, et lui avait un chat d’environ 1 an, Naruto. Deux chats noirs et blancs, mais comme le ying et le yang. Donc, on vivait avec des pantoufles plutôt indépendantes, jusqu’en mai 2016, quand j’ai entendu les cris stridents d’un chaton dans les buissons. Je l’ai trouvé, bien abîmé, qui criait à en perdre la voix. Son petit oeil était mal en point, il était très sale et devait avoir environ 3 mois, pas plus. Cette petite boule rousse m’a tout de suite charmée. Je ne comptais pas l’adopter, mais je n’ai pas été capable de m’en départir après tous les soins prodigués. BB-8 a donc rejoint notre famille. Un troisième mâle. Et, pour finir, Rocket “Crapbag” Raccoon (références à F.R.I.E.N.D.S. et Guardians of the Galaxy) s’est ajouté et on ne pourrait pas avoir un chat plus colleux et adorable. Nos 4 chats ont été adoptés et c’est une de nos grandes valeurs! Nos minous font partie intégrale de notre vie et on ne serait pas capables de s’imaginer sans.

-Ariane

 

On vous parle de chat, les chats à Dominique

Un peu comme Jen (voir plus bas), mon premier chat, j’ai cru au début que c’était une fille et, finalement, c’est un beau gros matou! Son nom étant plutôt unisexe, j’ai pu garder le même; Chärly. Il a maintenant 8 ans, un peu d’embonpoint et un caractère en or. Il ne chiale jamais, trop habitué à mes niaiseries depuis sa naissance. Je l’ai depuis le tout début, en commencant par l’accouchement de la chatte à mon amie, ensuite, je l’ai spotté immédiatement. Chaque fois que j’allais chez elle (ce qui était quasi tous les jours) je le prenais dans mes bras. Bien qu’il soit moins colleux qu’à ses débuts, il est toujours aussi adorable. Par la suite, il y a deux ans, j’ai adopté Harley, une petite chatte grise. Au début, la rencontre entre les deux m’a donné beaucoup d’anxiété, je devais l’enfermer dans sa petite pièce, car l’ainé crachait chaque fois qu’il l’a voyait. Après quelques jours, je les ai rapprochés alors qu’ils étaient tous les deux dans le lit, Chärly lui a fait un lavage digne de ce nom et, depuis, ils ne se lâchent plus! On les voit souvent, les deux, collés l’un contre l’autre entrain de dormir. Une des plus belles histoires d’amour que je connaisse.

-Dominique

 

Folie Urbaine équipe chat

Elle s’appelle Sally. Après s’être appelée Léo pendant quelques mois. Hey oui, mon chum avait mal vérifié lorsque nous l’avons adopté, il croyait avoir pris un mâle parmi la portée. On a pas mal ri quand on s’en est rendu compte. Mais elle est vraiment restée Léo dans ma tête. Je dois aussi avouer que c’est plus la chatte de mon fils et de mon chum. À ma grande honte, ils s’en occupent pas mal plus que moi. Mais je la flatte souvent et je crois qu’elle m’aime bien. Elle aime monter sur le comptoir de la salle de bain pendant que je me maquille le matin. Elle s’amuse avec mon panier de cosmétiques et réussie toujours à faire tomber par terre mon gros pinceaux à maquillage. C’est une petite chatte toute mince, qui est en général très calme, sauf quand elle se met à chasser les mouches en claquant les dents ou à se cogner partout pour jouer avec un de mes élastiques à cheveux qui traine par terre. Elle est affectueuse et met de la vie dans notre famille.

-Jennifer

Mon Batman. Il a maintenant deux ans, c’est un merveilleux petit chat mâle tout noir. On l’a adopté lorsqu’il avait à peine deux mois, il a été abandonné par sa mère, lui et ses frères et soeurs. Une bonne samaritaine les a amenés chez elles et en a pris soin. Dès son arrivée à la maison, il est devenu dépendant de moi et c’est encore le cas aujourd’hui. C’est un chat vraiment colleux, il me suit partout. Impossible d’aller aux toilettes ou de prendre ma douche sans qu’il soit avec moi dans la salle de bain. Il aime se coller avec moi et dort collé sur mes jambes ou près de ma tête. Je suis sa maman. En plus de le nourrir et de faire sa litière, je peux facilement lui décrotter les yeux et le nez, puis lui nettoyer les oreilles sans qu’il bouge d’un poil. N’ayant pas de douche, quand il le faut, je le lave dans ma douche, dans mes bras. Il a encore ses griffes, mais ne les sort pas. Il reste collé sur moi et attend que ça finisse. Je vais toujours me souvenir du premier rendez-vous chez le vétérinaire. Pas besoin de cage, il avait besoin que mon cou pour se sentir en sécurité. Encore aujourd’hui, il a le même réflexe quand on a un rendez-vous. C’est un bon chat, je l’aime de tout coeur, même si des fois, il me mort les orteils parce qu’il est fâché. Au fond, je sais qu’il m’aime autant que je l’aime!

-Karine

 

equipe

Reste avec moi un instant

reste avec moi un instant

J’aurais voulu écrire quelque chose de cute. J’aurais voulu dire que le plus beau cadeau de Noël qu’on pourrait me faire, ça serait toi. J’aurais voulu te comparer à quelque chose de contextuel, quelque chose par rapport aux feuilles d’automne qui tombent ou à l’hiver qui s’en vient. Pourtant, ça ne me vient pas. Ça ne me vient pas parce que je ne sais pas si je possède cette vulnérabilité ou même si je veux te la montrer. Je sais même pas si ce «toi» est vraiment quelqu’un en particulier ou si c’est le froid qui me donne envie de t’inventer. Bon, j’imagine qu’on peut cocher «comparaison avec quelque chose par rapport à l’hiver» sur la liste.

Ce que je sais, c’est que des fois tu me regardes, tu me touches ou tu fais attention à moi. Le mot-clé ici, c’est «des fois». Tout me semble tellement pas compliqué dans ces moments-là, dans ces occasions où tu sembles avoir envie de moi, d’être avec moi… dans ces instants où j’te fais pas trop chier. Le problème c’est que ça semble durer toujours qu’une minute. C’est pas vraiment la faute à quelqu’un, sauf le maudit temps.  Et en dehors de ce petit cocon que l’on se crée à chaque visite, tout est tellement compliqué. Parce que la distance physique semble aussi créer en toi une distance émotive. 

Puis je me mets à douter, à douter de toi, d’un nous qui en est pas un, de ta capacité à tenir à moi. De ma capacité à moi, d’aller vers quelqu’un qui me mérite. Je me mets à me demander si je perds mon temps, mon précieux temps. Et je le perds pour quoi? Simplement pour un bisou ici et là et des caresses au compte-goutte devant ma personne assoiffée?

J’aimerais que tu restes avec moi, l’espace d’un instant. Un instant qui sera pas nécessairement éternelle mais qui n’en est pas moindre. J’aimerais pouvoir arrêter le temps quand je suis avec toi et que le matin ne vienne pas aussi vite. Est-ce qu’on peut juste ne plus bouger, collés comme nous sommes? Rester en silence et juste profiter du moment où nos cerveaux sont à off.

Si tu dois partir, pars mais reste avec moi encore un peu.

 

 

Dominique signatureFolie Sofia logo reviseure