Voix de Noël : 14 femmes, 4 chansons originales et une bonne cause!

J’adore l’ambiance du temps des Fêtes. Je suis très touchée par les causes de maladies mentales. C’est donc avec un immense OUI que j’ai répondu à l’invitation de Mathieu Caron. Un homme de passion avec qui j’ai de très beaux souvenirs lorsque je couvrais des événements artistiques pour Hollywood PQ. Touché directement par la cause, Mathieu s’est lancé dans un immense projet pour joindre sa passion pour la musique et pour pouvoir faire la différence en amassant des fonds pour la Société québécoise de la schizophrénie et des psychoses apparentées. Quand il a annoncé la sortie de l’album Voix de Noël via son compte Instagram, je lui ai immédiatement envoyé un message! C’est donc un album entièrement interprété par des femmes et 5 $ par album vendu sera remis à l’organisme. La SQS est un organisme à but non lucratif qui aide et informe les aidants naturels et les proches d’une personne atteinte de schizophrénie.

J’ai eu la chance d’écouter l’album en primeur et il est tout simplement magnifique. Les 13 chansons, dont 4 originales, sont interprétées avec élégance et l’ambiance des Fêtes transparait à la perfection. Les artistes qui ont uni leur voix pour ce projet sont Ariane Laniel, Annie Major-Matte, Marie-Pier Perreault, May Wells, Geneviève Racette, Julie Lefebvre, Elyann Quessy, Marilou Martin, Carissa Vales, Valérie Clio, Mégane Cyr, Charlène Blanchette, Koraly et Mélina Laplante. Toutes des artistes avec une voix puissante et unique. J’ai eu des frissons à plusieurs reprises lors de mon écoute, c’est plus qu’un album de Noël, c’est un collectif féminin qui chante avec leur âme.

J’ai eu un immense coup de cœur pour la chanson Je ne t’oublie pas, écrit et interprété par May Wells, chanson créée spécialement pour l’album avec 3 autres titres, ainsi que Miss you most, interprété par Geneviève Racette. J’ai également eu énormément de frissons pour la chanson Amazing Grace interprétée avec grâce par Mélina Laplante, j’avoue l’avoir écoutée à répétition et j’ai même versé une larme tellement c’est venu me chercher dans les tripes.

C’est le 5 novembre dernier que j’ai eu la chance d’assister au lancement officiel de l’album. Lors de l’événement, on a eu droit à 6 performances, dont les 4 chansons originales de l’album. De plus, je me suis entretenue avec 3 des 14 artistes du projet : Mélina Laplante, May Wells et Ariane Laniel.

Qu’est-ce qui vous a poussées à prendre part au projet de Mathieu?

Ariane : Mathieu, c’est quelqu’un de tellement passionné que peu importe le projet qu’il aurait fait, j’aurais dit oui sans même savoir c’est quoi. Mais là, en plus c’est pour une bonne cause et j’adore Noël, donc c’était évident pour moi que c’était un oui.

May : Moi, j’étais supposé faire une reprise de White Christmas. La première fin de semaine d’enregistrement en studio, j’ai demandé à Mathieu comment ça allait et il m’a répondu : peu importe ce qui se passe, ma mère veille sur moi. Là ça m’a vraiment travaillé en dedans. Mathieu est devenu un de mes meilleurs amis et ce projet, ça commémore les 20 ans du décès de sa mère. Comme Ariane l’a dit, Mathieu c’est un passionné de musique, je me suis dit que s’il y a bien un cadeau que je peux lui faire dans ma carrière c’est de lui écrire une chanson. Ça m’a pris 30 minutes et j’avais écrit la chanson qui s’appelle Je ne t’oublie pas. J’ai envoyé un mémo vocal à Mathieu en lui disant ‘’Écoute, je ne ferai plus White Christmas’’, là il croyait que je le chokait mais en fait je lui annonçais que je lui écrivais une chanson.

Mélina : Mathieu il est là depuis mes débuts, quand j’ai fait La Voix il était là, et il a toujours été super supportant dans ma carrière et dans ce que je fais. Quand il m’a approchée et qu’il m’a dit qu’il avait un projet d’album de Noël et qu’il voulait que j’y participe, c’était naturel pour moi de dire oui. Quand il m’a raconté l’histoire en arrière de cela, ça m’a vraiment touchée. J’ai choisi de reprendre la chanson Amazing Grace. La sœur de mon parrain avec qui j’étais très proche est décédée le 18 décembre dernier et c’est une chanson qui a joué beaucoup autour de sa mort, je l’ai chantée quand on l’a mise en terre, c’est une chanson très curative pour moi et elle m’a aidée à passer au travers.

Le fait que ce soit un collectif féminin, vous en pensez quoi?

Mélina : Je trouve ça tellement beau. May c’est vraiment une ambassadrice de ce mouvement-là, dans le sens où elle parle tout le temps du girl power et elle m’a sensibilisée à ça, dans le sens que je ne suis pas nécessairement quelqu’un qui va parler de ça, mais on en parle de plus en plus dans les médias.

Karine : On a vu dernièrement à l’ADISQ que c’était majoritairement des hommes qui ont remporté les prix.

Mélina : Exactement. Klô Pelgag s’est habillée en homme parce qu’elle était la seule femme nommée dans sa catégorie. C’est sûr que de faire un projet collectif comme celui-là, je trouve ça beau. Mathieu a voulu sensibiliser ce côté-là aussi et je trouve ça vraiment le fun.

May : C’est le fun de voir à quel point chaque fille s’est appropriée soit des chansons originales ou des reprises. Comme Mélina l’a dit, je suis très girl power, je trouve ça beau. Ce que je trouve tripant c’est qu’il y a des filles qui m’ont inspirée à faire ce métier-là comme Marie-Pier Perreault.

Ariane : C’est une fierté pour moi aussi de me retrouver sur l’album avec des filles talentueuses, des voix, des âmes que j’aime et que j’admire. J’admire toutes les filles sur l’album et plein d’autres filles dans le milieu artistique. En plus, Mathieu est un grand fan de femmes, de divas, de grandes voix, c’est juste parfait.

Votre plus grande folie c’est quoi?

May : J’aime être thématique, je suis une fille qui aime la vie.

Ariane : Je suis quelqu’un qu’on peut facilement voir gambader. Même quand je suis triste, j’ai un petit fond de Bambi en moi.

Mélina : Je suis un peu intense avec Grey’s Anatomy. D’ailleurs ATTENTION SPOILER quand Derek meurt, je pleurais tellement sur mon divan et je devais aller chercher ma mère à l’arrêt d’autobus. Mon père m’a regardée, super mal à l’aise, et il m’a dit : « Je pense que je vais y aller, t’es pas en état de conduire. » Je vis ça à fond, je suis une passionnée.

C’était un bonheur de m’entretenir avec ces trois grandes femmes. D’ailleurs, restez à l’affût pour ne rien manquer de leurs carrières.

Ariane : Son album est toujours disponible. Elle a lancé un single au début de l’été, Feel good song, et elle a quelques dates de spectacles à venir. (Site internet)

Mélina : Elle est présentement en studio pour terminer l’enregistrement d’un nouveau single : Hope. Elle a d’ailleurs terminé le tournage du clip le 4 novembre. La sortie du single est prévue pour cet hiver. (Site internet)

May : Elle lance son nouveau single dans les radios au début janvier. La chanson Je ne t’oublie pas sortira dans les radios en février. Un duo avec Will Murphy sortira en mars en même temps que la sortie du film Avant qu’on explose. (Site internet)

Ensuite, j’ai pu m’entretenir avec le cerveau derrière cet album, un homme qui était rempli de fierté bien que très émotif : Mathieu Caron.

Comment tu te sens?

Je pense que je suis à l’étape de me dire que j’ai fait le plus que je pouvais, j’ai mis tout mon cœur dans ce projet, après ça il arrivera ce qu’il arrivera, je ne peux pas faire plus. Ça fait un an que je suis là-dedans, on est prêts, les artistes sont super contentes du projet, c’est devenu comme une petite famille. De les savoir impliquées c’est une chose, de les savoir impliquées à ce point-là, ça me touche vraiment beaucoup.

Tu cherchais depuis un moment un projet pour rendre hommage à ta mère, l’album c’est ça?

Elle est décédée à 32 ans, je me suis toujours dis qu’à mes 32 ans j’allais me faire faire un tatouage. Mais mes 32 ans c’est dans 4 ans et je trouvais ça loin. Noël passé, j’ai eu une espèce de big click et je me suis : « Hey je pourrais faire un CD de Noël! J’ai tellement d’artistes autour de moi, ça pourrait être le fun. »

Pour l’album, je voulais que chaque chanteuse interprète une chanson qui la représente, donc je me suis dit qu’il fallait que je le réalise moi-même. Au début, ça devait être que des reprises et finalement il y a 4 chansons originales sur l’album. J’en suis très fier. Ma mère était quelqu’un de très festive, elle tripait sur la musique, elle était abonnée à Columbia et je tiens ça d’elle, je suis un grand collectionneur d’albums. Et là de me dire qu’il y a un album pour elle, que j’ai produit, réalisé, et pouvoir me dire « ça c’est moi », je trouve ça ben beau.

C’est quoi ta plus grande folie?

Je m’en crée à l’année longue parce que je tripe vraiment beaucoup sur la musique et j’encourage les artistes donc ça me coûte très cher, je me paye beaucoup de spectacles et je me promène. Je m’en vais voir Céline Dion à Las Vegas, Mariah Carey à Toronto et Cher à Ottawa. Mes plus grandes dépenses sont dans la musique, les shows et les CD. Je me suis d’ailleurs acheté une nouvelle voiture, 2015, parce que 2016 il n’y avait pas de lecteur CD, c’est à ce point-là!

Si vous désirez vous aussi vous procurer l’album, il est en vente partout dès maintenant. Vous pouvez également vous le procurer en cliquant ICI.

Pour tout savoir sur la Société québécoise de la schizophrénie, rendez-vous sur leur site internet.

Crédit photos : La petite photographe

 alix marcoux

Playlist du mois de novembre – Musiques de films

  • La musique ça a quelque chose d’apaisant, de troublant, d’émouvant. Les émotions peuvent nous chambouler au début d’une simple note. Pour moi, la musique a ce pouvoir et il m’arrive d’écouter en boucle des chansons justes pour ressentir ce qu’elles me font vivre. Je compare la musique au cinéma, il m’arrive souvent après un film d’avoir les deux jambes molles et vivre une montagne russe d’émotions. Une chanson, un film, c’est des histoires raconté qui nous heurtent quelques fois en plein cœur.

Dernièrement, je suis allée voir le film A Star is Born avec Bradley Cooper et Lady Gaga, un film puissant, émouvant et marquant. Je ne peux encore, quelques semaines plus tard, cesser d’écouter en boucle la chanson Shallow. Je ne sais pas pourquoi, mais elle vient me chercher et dès les premières notes, j’ai un frisson qui me traverse la colonne en entier.

Pour cette playlist, j’avais envie de combiner mon amour pour la musique et mon amour pour le cinéma, voici donc, 15 chansons de films!

Ce sont tous des films que j’ai adorée et les chansons me rappelles l’histoire. Dès qu’une chanson me fait penser à un film, je ne peux m’empêcher de me remémorer l’histoire et quelques fois il faut que je le réécoute. J’aime le fait que dans la majorité des films il y a une trame sonore qui sort au même moment. Tu peux réécouter le film à travers les chansons et ce, n’importe où. D’ailleurs, une de mes trames sonores favorites est celle de Dirty Dancing, c’est immanquable, dès que je l’écoute je me souviens de chaque scène!

 

Et vous, quelle est votre chanson de film qui vous fait vibrer?

 

 

Le retour d’Elisabetta Fantone

Vernissage d'Elisabetta Fantone

Découverte dans la défunte téléréalité Loft Story, Elisabetta est désormais célèbre pour ses talents artistiques. Peintre et actrice de talent, c’est maintenant à Miami, où elle a élu domicile avec son mari et sa fille, qu’elle coule des jours heureux. Revenue au Québec depuis peu pour endosser le rôle de conseillère auprès de Cary Tauben et Olivier Primeau dans la première saison de la nouvelle téléréalité XOXO, c’est avec bonheur qu’elle expose ses œuvres à Montréal pour la première fois en 10 ans.

C’est à la galerie 203, située dans le Vieux-Montréal, qu’elle a accueilli famille, amis et personnalités artistiques le 2 novembre dernier lors d’un vernissage des plus jet set afin de présenter ses plus récentes créations.

J’étais déjà une grande admiratrice du travail d’Elisabetta qui peint les plus beaux visages du cinéma et de la musique, mais à la vue de ses toiles colorées et magnifiquement exécutées, je suis littéralement tombée sous le charme. Elle consacre surtout ses coups de pinceau aux visages marquants associés au passé. David Bowie, Michael Jackson, Whitney Houston et Mick Jagger ne sont que quelques-uns des artistes dont on retrouve le portrait dans cette exposition qui porte le nom de Rétrospective.

Crédit photos : Jennifer Martin

Vêtue d’une magnifique robe et entourée de son équipe de candidates à XOXO, elle déambulait parmi les convives lors de ce rendez-vous où l’alcool et la nourriture étaient tout simplement savoureux. Souriante et disponible pour parler à tous ceux qui requérait un petit moment en sa compagnie, c’est avec bonheur que j’ai pu m’entretenir avec elle quelques minutes.

Folie Urbaine : Pourquoi une exposition à Montréal après toutes ces années ?

Elisabetta : « Comme je suis de retour à Montréal pour XOXO, j’avais envie de présenter mon travail aux gens d’ici, leur présenter mes toiles d’avant, mais aussi mes plus récentes afin qu’ils voient l’évolution depuis 10 ans. »

Folie Urbaine : Y a-t-il un artiste que tu n’oserais pas peindre ?

Elisabetta : « Non, parce que je peins vraiment les personnalités qui m’inspirent, mais aussi celles qu’on me demande en mandat spécial. J’avoue avoir une préférence pour les hommes comme Clint Eastwood et Jack Nicholson. Des hommes aux traits particuliers, qui vieillissent bien. J’adore peindre Marilyn Monroe ou Twiggy, mais faire le portrait d’hommes comme ceux-ci m’inspire particulièrement. »

Si son talent de peintre est indéniable, c’est surtout sa grande accessibilité qui m’a charmé. Elle est simple, sociable et totalement charmante, et ce, avec tous. C’est d’ailleurs en conversant avec Manuela et Molly, les deux candidates restantes de la Team Elisabetta de XOXO, que j’ai pu constater à quel point ma première impression était bonne. Les filles, hyper sympathiques d’ailleurs, m’ont dit à quel point Elisabetta est une fille géniale qui prend soin des autres.

Vernissage d'Elisabetta Fantone

Vernissage d'Elisabetta Fantone

Crédit photos : Justin Tremblay

Bref, si l’exposition a été une réussite totale, l’actrice est aussi de plus en plus populaire puisqu’on pourra bientôt la voir dans l’un des rôles clés de la série Paper Empire, diffusée sur Netflix en 2019. Elle prête ses traits à une agente du FBI et je suis certaine qu’elle maîtrisera ses textes autant que ses pinceaux.

Vernissage d'Elisabetta Fantone

Ne manquez pas votre chance d’aller admirer ses toiles exposées au 203 rue Notre-Dame Ouest dans le Vieux-Montréal jusqu’au 23 novembre.

Pour en apprendre plus sur Elisabetta Fantone, c’est ICI.

Merci à Marie-Annick Boisvert pour l’invitation ainsi qu’à Elisabetta pour son accueil généreux.

Photo de signature pour Jennifer Martin.     

Oktoberfest à la maison

Jenny parle de faire une soirée Oktoberfest

Mon conjoint et moi adorons faire et planifier des soirées thématiques. Que ce soit pour nos anniversaires, la soirée du Superbowl ou tout simplement l’Oktoberfest.  Que faut-il pour avoir une bonne et agréable soirée thématique Oktoberfest? Il faut de la bonne bière, un beau décor ainsi que de la bonne cuisine Bavaroise. Il faut espérer avoir une belle journée et soirée dehors, afin que cette thématique fonctionne encore mieux.

Le choix de bières est l’un des aspects les plus importants. Il faut absolument des bières en provenance de l’Allemagne, dans le meilleur des mondes. C’est toujours un plaisir de partager avec les amis(es) et la famille les sortes de bières achetées. De plus, il est toujours agréable de découvrir et de goûter à de différentes saveurs au courant de cette belle soirée.

L’organisation de cet événement a commencé 2 mois avant le jour J. J’ai fait l’acquisition, via un site internet, d’accessoires pour faire un photo booth. Je trouvais cela important que nos invités puissent prendre des photos comme souvenirs.  Certains d’entre eux ont publié sur les réseaux sociaux des photos de la soirée et même des vidéos. Dans chaque événement que nous organisons, j’essaie toujours de trouver un petit quelque chose pour que les gens puissent utiliser leurs réseaux sociaux. C’est de plus en plus difficile de nos jours de mettre les cellulaires et les tablettes électroniques de côté. C’est pour cette raison que je prends avantage des années 2000 pour nos soirées.

La nourriture est aussi importante que de la bonne bière. Nous avions acheté de bons fromages qui se mélangent bien avec les boissons alcoolisées ainsi qu’avec les autres plats.  En plus d’avoir une salade de patates au goût de l’Allemagne, nous avions des saucisses achetées au magasin ainsi que faites maison. Nous avons passé une soirée à faire nos mélanges de chair à saucisse jusqu’à la confection. Il y avait deux saveurs faites par nous. La première sorte que nous avons confectionné était épinard, feta et épices grecques. Lors de mon récent voyage à Calgary, j’ai visité un magasin de chasse et pêche qui était incroyable. Ils avaient plein de trucs inimaginables qui ne se retrouvent pas au Québec facilement. J’ai fait la découverte d’épices pour faire du charqui (nom francophone du Jerky) maison ainsi que pour faire des saucisses maisons. La saveur choisie fût Bratwurst, saucisse populaire en Allemagne, comme beaucoup d’autres dont le nom termine par «Wurst».

affiliation focus les guides ulysse

J’ai adoré mon expérience du jour 1 jusqu’au grand jour J.  Recevoir des amis(es) ainsi que la famille lors de soirées thématiques, c’est tellement amusant. J’adore le processus de la recherche des idées, de la nourriture, du décor ainsi jusqu’aux petits cadeaux. J’essaie le plus possible de rendre l’expérience à son meilleur. Je suis toujours à la recherche de la prochaine idée de soirée. De plus, j’essaie toujours d’ajouter une petite nouveauté à chaque année, lorsqu’une thématique revient.

Et vous quelles sont vos soirées thématiques favorites?

    

Malefycia : une expérience unique!

On a testé Malefycia et wow, quelle expérience!

ATTENTION : cet article peut vous donner le goût d’aller voir une maison d’horreur très spéciale!

Quand nous avons reçu une invitation pour aller voir Malefycia, j’ai hésité un peu, mais j’étais très curieuse de vivre cette expérience. J’en avais entendu parler les années précédentes, alors je savais qu’il fallait que je m’attende à quelque chose d’intense, de triggering et de pas doux. J’avais pas mal raison.

La Zone 4, l’édition de cette année, était remplie d’odeurs, de pièces très dégueulasses, mais, surtout, elle débordait de comédiens et acteurs très talentueux et talentueuses!!!

Pour ma part, lorsque je regarde un film d’horreur, je suis du genre à rire beaucoup. Et ça ne faisait pas exception dans cette maison d’horreur. J’étais donc souvent la victime pour les expérimentations. Ce qui me faisait encore plus rire, mais je sais que ce ne serait pas le cas pour tout le monde, donc assurez-vous de bien vous informer avant d’aller voir ce parcours!

Étant donné que nous avons eu 4 billets (merci beaucoup à Marie-Annick Boisvert, ainsi que Malefycia), j’ai amené des amis qui, je le savais, allaient bien profiter de cette expérience unique : Sylvain, Andrew et Anthony. Ces deux derniers en ont profité pour filmer, avec l’accord au préalable, et vous ont concoté une superbe vidéo juste ICI.

 

 

Sans vous révéler plus, voici leurs impressions finales, le lendemain.

 

Andrew Tchernilevskii :

C’était malaisant, ça rendait inconfortable, ça faisait pas peur, mais tu te sentais hors de contrôle. Le fait que tu sais pas ce qui arrive, c’est pas particulièrement le fun. C’est pas traditionnel, c’est une expérience à faire dans une vie c’est le fun à vivre.

 

Sylvain Savard :

Je trouve ça dur ça expliquer, parce que je suis quelqu’un qui est difficile à choquer facilement. Les props étaient vraiment bien faits, mais les odeurs m’écoeuraient vraiment. C’était très unique, comparé à d’autres places du même genre, c’était plus des situations inconfortables et ça faisait différent. J’ai été un peu déçu, parce qu’il manquait de storyline, de suivi. J’aurais préféré que le début de l’histoire se continue, soit moins disparate, ça me déconnectait un peu de l’expérience.

 

Anthony Airoldi :

J’ai été très émoustillé, le début était très turn on, la proximité, l’expérience faisait vraiment appel à tous tes sens. J’ai vraiment apprécié la durée, tu en as pour ton argent, pis c’est bien dosé par pièce, t’es pas trop rushé dans ton expérience. Les odeurs étaient intenses vers la fin. J’avais encore des flashbacks des odeurs le lendemain. Visuellement, c’était très bien recherché, les acteurs était sur la coche.

 

LES PROCHAINES PHOTOS PEUVENT CONTENIR DES SPOILERS SUR L’EXPÉRIENCE DE CETTE ANNÉE

 

On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage.

 

On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage. On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage. On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage. On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage. On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage. On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage.

 

 

Photo de signature pour Ariane Martineau.

De la décoration chez Bois & Cuir

Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir

J’ai souvent passé devant des vitrines des boutiques Bois & Cuir, mais je ne crois pas que j’y avais déjà mis les pieds. Lors de l’ouverture sur St-Denis, j’avais bien hâte de découvrir leurs produits, ainsi que ce nouveau local fort impressionnant. Depuis 2014, la compagnie en est rendue à sa 6e boutique, ayant même des points de vente en Ontario et en Colombie-Britannique! On ne parle pas seulement de décorations à rajouter dans sa maison, mais bien aussi de meubles pour changer l’ambiance d’une pièce, de luminaires pour illuminer différemment, de gros objets pour être le point focal et créer ainsi une thématique bien précise.

Justement, si vous cherchez un thème en particulier, n’hésitez pas à demander quelles sont les diverses collections offertes, car elles représentent toute une ambiance différente, que ce soit industriel, country, français, vintage ou autre, vous y trouverez assurément quelque chose à votre goût.

Dans le local de St-Denis, j’ai été impressionnée par le grand espace ouvert, ainsi que les multiples “pièces” formées par les articles. On peut se promener et vraiment imaginer la table ou le divan chez soi.

 

Les impressions de Karine

Je n’étais jamais entrée dans un Bois & Cuir avant l’événement. Ce qui m’a le plus attirée, c’est l’immense local avec de hauts plafonds. J’ai également beaucoup aimée le soucis du détail. Ils ne mettent pas l’accent uniquement sur les meubles, ils jouent avec le décor et les textures et c’est vraiment magnifique. Mes coups de coeur? Sans aucun doute les magnifiques têtes d’éléphant en marbre pour décorer le mur, je les ai trouvées vraiment belles. Puis, j’ai également beaucoup aimé l’abat-jour en suède que j’ai trouvé original par sa texture, mais également la couleur qui m’a plue. Je ne suis pas une top au niveau de la décoration, mais j’apprécie les belles choses, ainsi que la qualité des éléments et c’est ce qui reflète chez Bois & Cuir.

 

Je vous laisse donc sur plusieurs coups de coeur que j’ai photographiés sur place, mais une visite est nécessaire pour découvrir tout ce que la boutique Bois & Cuir a à vous offrir!

 

Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir Ariane vous parle de sa visite à la nouvelle boutique Bois & Cuir

 

Photos par Ariane Martineau

 

Photo de signature pour Ariane Martineau.

J’adore les films de zombies

J’adore les films de zombies. Ce n’est pas évident à expliquer, mais je tripe vraiment sur les zombies en général, je trouve ça captivant et je ne peux m’empêcher de capoter. Je me souviens du premier film que j’ai vu, 28 jours plus tard. J’étais avec une de mes cousines, chez moi, en plein après-midi d’école parce qu’on avait décidé de foxer. On était installées sur le divan avec un sac de chip Fritos et une barre de chocolat Mirage (notre duo traditionnel). Je me rappelle que j’avais tellement accroché sur l’esthétique des personnages et tout  ce qui entourait les raisons de l’arrivée des morts-vivants. Un virus. Le fait que, suite à une morsure, tu te transformes toi aussi en zombie et que le seul moyen de les tuer est d’atteindre le cerveau.

En effet, c’est quand même violent comme film. On y voit des morts, du sang, de la violence et ça peut également faire peur par bout, mais c’est mon plaisir coupable parce que c’est réellement fictif. Je n’aime pas tellement les films d’horreur où l’histoire est trop près de la réalité! Par exemple, un meurtrier qui tue les élèves d’une école un à un comme dans le film Scream. Je préfère les films qui ne sont pas réalistes et qui laissent place à l’imaginaire. Pour moi, un zombie, ça n’existe pas, ça me permet de m’évader et de me créer plein de scénarios. J’aime parfois partir sur une bulle et me créer des plans avec des amis en cas qu’un jour une attaque de zombie se déclarait. Je pense que je serais prête! Je ne cours pas vite, mais j’ai plein d’idées de cachettes!

C’est aussi peut-être parce que dans certains films, ce n’est pas le fait que les zombies soient des affamés de cerveaux, mais bien des gens qui sont revenus du monde des morts. Dans certaines fictions, les zombies sont comme les humains, mais ils mangent des humains et ne le sont plus réellement. Il y a tellement de différences d’un film ou d’une série à l’autre que la thermologie d’un zombie est sans cesse en changement et j’adore ça! On peut vraiment se laisser aller dans notre imagination, chose que je ne ressens pas quand l’on parle de sorcières, tueurs ou bien fantômes.

Malgré mon amour pour les films de zombies, j’avoue que ce n’est pas la totalité des films ou des séries qui m’ont plu. Alors, tant qu’à vous parler de ma passion pour ce type de films, voici mes favoris:

28 jours après ET 28 semaines après;

Walking Dead, saison 1 à 3

Dawn of the dead

I Zombie

Night of the living dead

World war Z

Glitch

Santa Clarita Diet

Sur ce, je m’installe confortablement devant ma télévision et je me fais un marathon de zombies!

 Audrey photo de signature

Hommage aux 2Frères

Charline fait un hommage aux 2Frères

Le 40ième Gala de l’Adisq sera présenté le 28 octobre prochain.

Pour moi, qui aura 40 ans l’an prochain, je peux presque dire que j’ai grandi avec la musique québécoise. Bien sûr, mes parents écoutaient souvent de la musique latine, surtout les fins de semaine, parcontre la télévision et la radio étaient  aussi sur des postes francophones car ceux-ci aimaient bien suivre l’actualité, les émissions et la culture d’ici.

Sans rien enlever à Harmonium, à qui on rendra d’ailleurs un hommage bien mérité cette année, j’aimerais rendre le mien à un groupe que j’ai malheureusement découvert, un peu sur le tard, les 2Frères.

La majorité du temps, en voiture comme à la maison, j’écoute les chansons sur les playlists de mon cellulaire, soit ; du dance des années 1990, des vieux de la vieille comme Jean-Jacques Lafon ou Francis Cabrel, des indémodables comme Ginette Reno ou Éric Lapointe, bref, je n’aime pas vraiment me faire interrompre quand je suis dans ma bulle auditive, alors je syntonise rarement la radio.

Par une journée que j’avais justement oublié mon cellulaire, je suis tombée sur une chanson qui dès les premières paroles, m’a fait voyagé dans un Univers qui m’était inconnu; celui des frères Caouette;

Derrière le comptoir d’un vieux magasin de disques 
Quequ’part à deux pas du Mile End
Tu vendais des vieux vinyles usés dans une boutique
T’avais 17 ans pis la vie c’tait loin d’être Disneyland” …
(extrait de la chanson 33 tours)

Je me suis faufilée dans le personnage momentanément. Ce fût si facile, tel une seconde nature. Cette chanson m’a parlée, elle m’a prise dans les bras et m’a fait naviguer.

En effectuant une brève recherche sur ce groupe, je me suis rendue compte que j’aimais beaucoup leurs manières de raconter, de chanter, de s’exprimer.

Leurs textes sont francs, ils sont vrais, ils sont empreints de simplicité désarmante. J’adore!

Cela me rappelle légèrement les Linda Lemay, Vilain Pingouin et La Chicane de ce monde.

Pour moi, qui suit une poète dans l’âme, une romantique assidue ainsi qu’une nostalgique assumée, les 2Frères sont une bouffée d’air frais, une vague remplie de douces paroles d’Amour et de Vie.

Même eux, semblent être de bons vivants, ayant le coeur à la bonne place et la joie de vivre au corps.

Avec leur chanson “M’aimerais-tu pareil?” ils ont réussit à se tailler une place dans ma fameuse playlist et je zieute leur site internet pour être à l’affut des dernières nouvelles qui les concerne. Plusieurs dates de concert sont justement affichées, dont une tout à fait   pourrai pas y aller, mais je crois que je vais regarder pour une autre date, car j’aimerais bien les voir live un jour!

Depuis cet été, je les écoute régulièrement et chaque fois je me laisse prendre au jeu, et je m’évade sur leurs mélodies séductrices. Il faut croire que je ne suis pas la seule puisque les 2Frères ont 4 nominations au gala de l’Adisq, cette année!

 

– Album de l’année (adulte contemporain)

– Album de l’année (meilleur vendeur)

– Groupe / duo de l’année

– Chanson de l’année (Comme avant)

 

Mon vote pour chanson de l’année a déjà été envoyé, et je leur souhaite encore plus de reconnaissance, pour tout le travail et le temps que cela a dû leur prendre pour se rendre là.

Continuez de nous faire vivre des histoires d’Amour et de Vie qui nous ressemble, dans un français qui nous réflète et qui donne une couleur unique aux chansons et aux paroles.

D’une fan de musique, de poésie et de chansons.

Merci.

Crédit photo de couverture : Google Image (magazine socan.ca)

      

 

 

 

 

 

Charlotte Legault : quand la simplicité côtoie un talent exceptionnel

Entrevue avec Charlotte Legault

Dans la vie, il y a des rencontres magiques et spéciales qui te tombent dessus sans que ton horoscope t’en ait prévenu. Et il y a des affinités qui existent avant même que les premiers mots soient alignés.

Quand j’ai vu Charlotte la première fois, dans le cadre du festival Juste pour ados, mon regard a tout de suite été accroché par son sourire lumineux, sa candeur et ses yeux qui semblaient enregistrer toute la vibe qui se dégageait sur la place des festivals en ce dimanche d’août un peu pluvieux. Elle n’était pas dans la liste des artistes que j’avais préalablement sélectionnée dans ma tête pour un brin de jasette. Mais dès que j’ai vu qu’elle avait un moment de libre, j’ai littéralement volé à ses côtés pour lui poser une question. Une question originale, selon ses dires.

Ça m’a flatté. Beaucoup.

La petite wannabe journaliste que je suis était heureuse de voir que ses questions étaient bien choisies.

On a jasé à peine 5 minutes, les jeunes et moins jeunes réclamaient des autographes et des photos. Sa popularité était en train de faire une fulgurante ascension à la suite de son passage remarqué à Tout le monde en parle, mais surtout grâce à sa grande interprétation dans le rôle de Nadia/Amélie/Miss BBQ dans District 31. Elle était comme un papillon délicat qui virevoltait parmi une foule en délire, mais donnant l’impression de contrôler parfaitement son espace. Elle souriait sans cesse au côté de sa maman qui l’accompagnait dans ce bain de foule qui lui permettait de réaliser à quel point elle est devenue une personnalité marquante de l’année 2018.

Dès le lendemain, on s’ajoute mutuellement sur Instagram, ce monde virtuel que j’adore et qui me permet de communiquer avec des personnes que j’admire. Elle y est de plus en plus active, la belle Charlotte, ses réseaux ont carrément explosés depuis son apparition au rendez-vous dominical de Guy A. Lepage. Elle répond à ses fans, entretient le mystère autour de son personnage imaginé par Luc Dionne et se fait un plaisir de mettre de l’avant la série qui captive plus d’un million de téléspectateurs chaque soir. Après quelques conversations ici et là, des likes sur nos photos mutuelles et l’impression de connaître le quotidien de chacune en zieutant nos stories, j’ose lui demander une vraie rencontre en tête à tête. Nos échanges virtuels me donnent envie de mieux la connaître et surtout de la présenter aux lecteurs de Folie Urbaine.

Quand je dis que les planètes sont en symbioses depuis notre première rencontre…

Tout se met rapidement en place pour que nous puissions fixer un rendez-vous. Quelques jours avant, le lieu est choisi ; Charlotte m’invite à découvrir sa ville, son quartier et tout ce qui constitue une partie de son quotidien. Je prépare mes questions pendant des heures, je prends des notes, je lis des entrevues qu’elle a déjà faites. Je suis un peu stressée, mais surtout honorée qu’elle me trouve une petite case dans son agenda. Sa grande accessibilité et notre belle complicité sur Instagram font fondre mes craintes à mesure qu’on se rapproche de notre rencontre. Je ne sais pas si ça se fait, mais je lui ai cuisiné des muffins maisons en me justifiant que c’est ce que j’aime faire pour mes amies. Parce que j’ai envie de la gâter comme une amie, n’en déplaise à l’étiquette à observer entre journalistes et artistes.

À peine arrivée au magnifique Victor Rose Espresso Bar, je m’installe au comptoir, le rouge aux joues, le petit cœur qui bat ben fort et la bouche un peu sèche. Elle m’y rejoint à peine quelques minutes plus tard et se dirige vers moi comme si nous nous étions vus la veille. Je suis frappée une fois de plus par sa beauté, elle me rappelle Bridget Fonda au début de sa carrière. Je ne lui dis pas, mais je suis totalement charmée par son teint lumineux, ses cheveux qui semblent danser sur ses épaules et son sourire rempli de chaleur.

Entrevue avec Charlotte Legault

Elle est belle, Charlotte, s’en est désarmant.

Sa mère l’accompagne une fois de plus, le temps de nous prendre en photos. La pomme n’est pas tombée loin de l’arbre puisque celle-ci est aussi jolie et sympathique que sa fille. Elle s’éclipse après avoir capturé nos plus beaux sourires, m’invitant même à passer à la maison à la fin de l’entrevue. Mon cœur ne s’est pas encore remis d’autant de gentillesse.

On commence à jaser.

C’est tellement facile de se sentir à l’aise avec elle.

Je lui demande de me décrire sa dernière année, assez exceptionnelle, merci. Un premier gros rôle marquant, une première nomination aux Gémeaux, la chance de travailler avec les acteurs les plus chevronnés du Québec, Charlotte qualifie son année d’essai et erreurs. Elle a acquis de l’expérience auprès des plus grands, s’est abreuvée de conseils auprès de plusieurs d’entre eux, notamment Luc Picard et Patrick Labbé, mais elle a aussi tenté d’apprivoiser les réseaux sociaux et de se définir à travers ceux-ci. Elle a voulu trouver sa place, montrer qui elle est tout en restant authentique.

Quant à ce que lui réserve la prochaine année, Charlotte désire avant tout ne pas tenir son rôle pour acquis en amenant son jeu à un autre niveau et désire également mettre un peu plus de l’avant sa passion pour le chant. Parce que, oui, elle chante magnifiquement notre Amélie/Nadia nationale. Elle entame sa troisième année de formation en chant et travaille sur plusieurs projets. Elle a d’ailleurs auditionné pour des comédies musicales dans le but de démontrer son talent dans les trois disciplines qu’elle maîtrise : le jeu, le chant et la danse. Ancienne gymnaste, je ne doute pas une seconde de son rythme et de sa grâce. Chers metteurs en scène, dépêchez-vous de lui offrir un rôle à sa hauteur ! Et qui sait, on retrouvera peut-être son joli visage sur le cover d’un album dans un avenir rapproché ou en première page d’un magazine ! Elle est ouverte à tout, la talentueuse Charlotte, et rien n’est à son épreuve.

Entre deux gorgées de chocolat chaud et de café, on jase de son été passé à courir les auditions, de ses prestations musicales au Festivent de Lévis et à l’Autiste Show, de ses façons de décrocher (oublie le spa, Charlotte préfère l’équitation ou l’aviation) et de sa façon d’approcher les rôles pour lesquels elle auditionne. Nous avons d’ailleurs eu une parenthèse hyper intéressante sur la sélection des comédiens, sur l’énergie qui doit se dégager de ceux-ci pour habiter le personnage. Elle me confie être depuis toujours assez confiante quand elle se présente en audition, mais elle ne se contente plus de vouloir simplement prouver sa valeur, elle veut établir une véritable relation de confiance entre elle et les réalisateurs.

Entrevue avec Charlotte Legault

Elle me questionne sur le blogue, elle est intéressée, sincèrement curieuse. Je suis fière de lui dire que j’écris avec mon cœur et que je le fais au mieux de ma connaissance et de ma passion. Elle semble me faire confiance pour rapporter ses propos, j’espère ne pas la décevoir. Au pire, si je ne réussis pas à lui faire honneur, il lui restera de bons muffins à déguster.

Après deux heures de jasette, on ferme littéralement le Victor Rose Espresso Bar.

Charlotte discute quelques secondes dans un anglais parfait et mélodieux avec les propriétaires qui la connaissent bien. Habitant tout près, elle m’offre de la suivre jusque chez elle. Elle souhaite m’offrir quelque chose.

Pincez-moi quelqu’un.

Tout en me faisant découvrir le petit bout de rue qui sépare la maison familiale du café, on parle de sa famille parce qu’il est évident que celle-ci gravite tout près de Charlotte. Fille unique, ses parents et elle forment un clan tissé serré. Il suffit de voir le regard de fierté que ses parents posent sur elle pour s’en rendre compte. J’ai presque envie de m’inviter pour le souper tellement je me sens accueillie. Son père est dynamique et cool, sa mère est invitante et chaleureuse. Je les aime d’amour, eux aussi.

Le moment est parfait.

Charlotte me remet des brownies spécialement cuisinés pour moi. On est quitte pour les bouchées sucrées.

On se donnera mutuellement des feedback le lendemain sur Instagram, après avoir goûté le tout.

Telle une chum de fille, elle me montre ses outfits conçus spécialement par son papa, designer de profession. Le jour où elle défilera sur un tapis rouge avec l’une de ses superbes tenues, à Cannes ou aux Oscars, je pourrai dire : « Ah, je le savais qu’elle allait porter cette robe-là. » Je pourrai admirer son élégance et sa grande classe en même temps que les spectateurs, mais en gardant le souvenir qu’elle me l’avait montrée avant tout le monde.

Je suis tellement impressionnée par sa volonté de fer et son éthique de travail, sa passion pour son métier transperce tous les pores de sa peau. Hyper disciplinée, elle donne envie de livrer le meilleur de soi en la côtoyant.

Je la trouve tout simplement parfaite.

Je me répète. Et je m’en excuse. Je ne suis tellement pas impartiale quand je me relis, mais je ne changerai aucun mot, c’est vrai qu’elle est comme ça.

J’ai enregistré toute notre conversation, je me repasse le tout, assise à mon ordinateur, et je laisse mes doigts courir sur le clavier en espérant de tout mon cœur que j’arriverai à rendre justice à cet incroyable moment.

J’applique à la lettre le conseil que Luc Picard a donné à Charlotte :

« Si c’est vrai, tu ne peux pas te tromper. »

 

Entrevue avec Charlotte Legault

 

Merci profondément Charlotte pour ce moment magique et ta grande générosité.

 

Photo de signature pour Jennifer Martin.      

Tomber sous le charme d’une allégorie

Ce texte va clairement vous influencer à lire ce livre. Oui, oui! Il s’agit du premier roman de l’auteure Marie-Christine Chartier et je souhaite de tout cœur qu’elle récidivera à plusieurs reprises. C’est rare que je dis cela, mais c’était un réel bijou à lire. L’histoire est touchante, voire enivrante et le style d’écriture est parfait. J’ai été captivée dès la première page et j’ai eu un gros pincement au cœur lorsque j’ai tourné la dernière.

C’est la maison d’édition Hurtubise qui a pris cette auteure sous leurs ailes. Comme on peut le lire sur sa biographie sur leur site internet, Marie-Christine est présentement au doctorat en psychopédagogie à l’Université de Laval. J’ai lu beaucoup d’entrevues qu’elle a offerte à différents médias et je la trouve absolument captivante.

L’Allégorie des truites arc-en-ciel c’est quoi? À tour de rôle, on se retrouve dans l’univers de Cam et Max. Il s’agit de deux humains qu’on apprend à connaître au fil de l’histoire tout en voyant les deux côtés de leur relation pas très claire. Est-ce qu’ils sont amis? Veulent-ils plus? Ce qui est beau dans cette histoire c’est l’amour, dans toutes ses formes. L’histoire décortique à la perfection les émotions des deux personnages à travers le bagage de vie de chacun d’eux, leurs évolutions, leur passé, leur présent, leurs personnalités, leurs habitudes, etc.

C’est un roman où l’on apprend à connaître deux personnes qui s’aiment, mais sans savoir comment.

C’est un roman qui m’a donné le sourire le temps des 256 pages.

C’est un roman qui conservera une place de choix dans ma bibliothèque et que je risque de refuser de prêter par peur qu’il s’abîme.

C’est un roman qui donne un vent de fraîcheur aux histoires d’amour.

C’est un roman qui m’a donné le goût de rencontrer mon Max.

Le livre étant tellement populaire sur les réseaux sociaux, à un tel point que des photos de la couverture se retrouvaient constamment dans mon feed instagram. Jennifer l’a également lu, bien confortable dans son hamac cet été. Je ne pouvais faire autrement que de lui demander une petite critique du livre :

” L’allégorie des truites arc-en-ciel est sûrement mon roman coup de cœur de l’année 2018. J’ai complètement plongé dans l’histoire et je me suis beaucoup identifiée au style d’écriture de Marie-Christine Chartier. C’est fluide, accrocheur, remplis de nuances et surtout, c’est vrai. Si véridique comme récit qu’on ne peut qu’y croire et faire des rapprochements avec nos propres aventures de vie ou nos relations passées. J’ai été émue par le ton, le choix des mots et surtout le dénouement de cette belle histoire qui met en scène deux personnages à qui l’on s’attache après quelques pages seulement. J’ai beaucoup apprécié de pouvoir suivre la narration de Camille tout comme celle de Maxime. C’est franchement divertissant d’avoir les deux points de vue. Bref, je n’ai que de bons mots pour le premier livre de cette auteure dont je me ferai un plaisir de suivre la carrière littéraire. ”

Vous pouvez commander le livre directement sur le site internet de Hurtubise juste ICI ou vous le procurer dans une librairie!

Bonne lecture!

 Audrey photo de signature