Lookbook des boutiques Pentagone : pour des idées de tenues festives

Lookbook de Noel des boutiques Pentagone

Encore une fois cette année, j’ai le bonheur d’être l’une des deux ambassadrices des boutiques Pentagone au Québec. Et c’est avec fierté que je porte les vêtements de cette compagnie québécoise qui sont confortables, abordables et conviennent à plusieurs styles.

Lorsque j’ai vu la collection des fêtes, j’ai eu un véritable coup de cœur et je ne pouvais passer à côté l’occasion de vous présenter les pièces clés qui la composent.

Que ce soit un blazer en velours, un chandail à grosses mailles ou une blouse au tissu léger, on peut retrouver tous les styles de tissus en magasin et c’est ce qui fait la grande force de Pentagone puisqu’on retrouve aussi en boutique de nombreuses marques telles que Vero Moda, Guess, Levi’s, Dex et plusieurs autres.

Qui dit temps des Fêtes, dit aussi garde-robe festive et unique. C’est l’occasion ou jamais de sortir les robes chics, les jupes, les chemises, les paillettes et tout ce qui permet de créer un look festif qui nous représente.

Les boutiques Pentagone ne font pas exception et présente plusieurs modèles de robes toutes plus jolies les unes que les autres.

Lookbook de Noel des boutiques Pentagone
Lookbook de Noel des boutiques Pentagone
Lookbook de Noel des boutiques Pentagone

Coup de cœur également pour ce jumpsuit noir classique avec les manches en dentelle. Le outfit idéal pour le party de bureau ou les réveillons enfamille.

Lookbook de Noel des boutiques Pentagone

J’ai également craqué pour ce pantalon noir à jambe large noué à la taille. Agencé à une camisole ou une blouse, c’est une très belle alternative pour celles qui préfèrent ne pas porter de robe et se sentir plus confortables.

Lookbook de Noel des boutiques Pentagone

Les hommes ne sont pas en reste avec une grande sélection de chandails et de chemises, sans oublier ce superbe veston que l’on peut agencer autant à des jeans qu’à un pantalon plus chic.

Lookbook de Noel des boutiques Pentagone
Lookbook de Noel des boutiques Pentagone
Lookbook de Noel des boutiques Pentagone

Côté accessoires, les boutiques Pentagone peuvent se vanter d’offrir une grande sélection d’articles tels que foulards, mitaines, tuques, bijoux, sacs à main, ceintures et montres. De quoi garnir les bas de Noël de tous les membres de la famille.

Sans oublier les pyjamas, hyper confortables et des plus tendance. Une belle idée de présents à mettre sur sa liste pour le père Noël.

Lookbook de Noel des boutiques Pentagone

Pour connaître la boutique la plus proche de chez toi, c’est ICI.

Toutes les photos sont de Natalia Faustina Fernández-Ruiz

Photo de signature pour Jennifer Martin.
h
h

L’entêtement qui a un prix

Fred parle de l'entêtement

Je me retrouve devant ta porte, à me demander si ça vaut la peine de cogner dans l’espoir que tu me répondes. Je ne sais pas si c’est la bonne chose à faire, parce que pas plus tard qu’hier, tu m’annonçais que tout était fini entre nous.

Je n’avais même pas eu le temps de te prendre dans mes bras une dernière fois avant de partir. Ta décision était prise depuis longtemps, alors que moi je me retrouvais devant le fait accompli. Je t’avoue que j’ai trouvé ça difficile. Tes mots m’avaient coupé le souffle et encore aujourd’hui, j’essaie de me sortir la tête de l’eau avant de m’étouffer pour de bon…

Je me rappelle qu’à notre première rencontre, tu m’avais prévenu que tu n’étais pas facile à vivre. Que tu aurais de la difficulté à t’adapter si nous décidions d’être ensemble, au point de me demander pardon avant même qu’on se soit échangé un premier baiser. Il y avait dans tes yeux la crainte de faire place à quelqu’un d’autre dans ta vie. Et moi, j’avais juste envie de te rassurer. Que tout irait bien si tu te donnais la chance de me laisser une petite place auprès de ton coeur.

Lorsque nos regards s’étaient croisés pour la première fois, j’avais ressenti la même chose que toi. De la gêne, de l’inquiétude et de l’inconfort. Mais on a réussi à tout laisser derrière nous. À apprendre à aimer l’autre, à ne pas s’oublier même en couple, à connaître une belle vie amoureuse comme on le souhaitait tant. Je pensais que tes craintes s’étaient envolées. Je croyais que j’avais eu assez d’arguments pour te convaincre que finalement, tu avais pris la meilleure décision en me laissant entrer dans ta vie.

Je n’ai pas vu ton refoulement émotionnel. Je n’ai pas vu l’inconfort qui te rongeait peu à peu chaque jour que notre vie se soudait de plus en plus. Je n’ai pas vu qu’à l’intérieur de toi, il y avait un poignard qui t’ouvrait le coeur chaque fois que tu m’entendais te dire «je t’aime». Je n’ai pas vu l’appel à l’aide qui se cachait dans tes yeux chaque fois que mon regard cherchait à croiser le tient. Pourtant, tu étais tout sourire. Tu me semblais heureuse et épanouie, au point de me demander si je t’avais enfin libéré des monstres qui te rongeaient de l’intérieur. Ces monstres qui s’acharnaient sur ton estime de soi, ta confiance et l’image de la femme que tu idéalisais d’être.

Aujourd’hui, je sais que ta porte ne s’ouvrira jamais plus pour moi. C’est pour cette raison que je dépose devant elle tous les souvenirs que nous avons vécus ensemble et que tu voulais tant que je garde jusqu’à une prochaine fois, comme si tu voulais amoindrir un malaise en finissant cette histoire de cette façon et que tu n’avais pas envie de me faire de la peine.

Oui, après toutes ces années je te pardonne.

Car c’est ma naïveté qui m’aura finalement mené jusqu’ici.

Fred signature

Je suis un homme, mais humain avant tout

Fred parle de sa réalité de papa monoparental

On parle souvent des mères qui se séparent et qui doivent assumer l’éducation de leurs jeunes enfants, mais on parle peu des pères qui doivent composer avec l’absence dans la vie de leurs plus grandes fiertés.

Ma pire journée de ma vie fut lorsque je foulai la porte de ma maison, alors que tout le monde venait de partir. Je n’étais pas là lors de leur déménagement. Je travaillais. Je tenais à travailler, parce que j’aurais pleuré sans arrêt, le coeur déchiqueté au vif de voir mes petits cocos partir sans que je puisse faire quoi que ce soit. J’avais fait les démarches à la cour pour garder mes enfants. Après tout, la mère déménageait à 75 km de la maison. Mais il aurait fallu que je dépense plus d’une dizaine de milliers de dollars pour me faire entendre sans garantie de jugement en ma faveur. Je ne pouvais pas. Je ne pouvais tout simplement pas…

Alors, j’avais choisi mon combat. J’aimais mieux que mes enfants reçoivent cet argent avec une pension salée au lieu d’engraisser le milieu judiciaire déjà bien nanti dans les causes d’enjeux familiaux. Car après tout, le bien-être de mes enfants était ma priorité, pas celui des avocats.

Par la suite, c’était la routine post-judiciaire qui entrait en jeu. J’avais mes enfants deux fins de semaines sur trois et je devais composer avec les “au revoir” qui chaviraient mon coeur chaque fois que je prenais mes enfants dans mes bras avant de les voir partir dans l’autre auto. Je m’arrangeais toujours pour être le dernier à partir de notre point de rencontre, parce que j’avais les yeux tellement vitreux qu’il m’était incapable de voir clairement devant moi. J’avais le coeur dans la gorge. J’avais envie de maudire la vie de m’arracher mes enfants chaque fois que le changement de garde arrivait.

Puis, un jour, ma fille avait le blues avant même de quitter la maison. Elle me faisait des gros câlins et ne voulait plus se détacher de moi. Pour la première fois, elle me dit papa, je ne veux pas partir…Pis moi j’étais là, à lui rendre ses câlins mille fois plus fort et en me disant que l’impuissance était la pire sensation qui existait.

Tout au long du chemin, je la voyais sur la banquette arrière, le regard perdu par la fenêtre, tout comme son frère qui n’aimait pas plus la situation. J’avais avec moi mes deux plus belles richesses et je devais m’en séparer, tantôt pour une semaine, tantôt pour deux.

Chaque fois que mes enfants me quittaient, une partie de ma vie partait avec eux et ne revenait plus. Je devais me dire à répétition qu’ils devaient faire une grande partie de leur vie sans moi, en espérant qu’ils soient en mesure de bien réussir leur jeune vie. Je devais aussi composer avec le fait qu’un autre homme les voyaient plus souvent que moi…

Un jour, alors que je m’excusais de ne pas pouvoir être plus présents avec eux, mon fils a eu la brillance de me dire la plus belle phrase que j’avais besoin d’entendre: tu sais papa, le plus important n’est pas que tu sois toujours avec nous, mais que tu nous aimes malgré tout. Juste à y penser encore, ça me donne la chair de poule. Ces mots m’avaient enlevé une tonne de pression et de culpabilité sur mes épaules. Je comprenais qu’ils avaient tout simplement besoin d’être aimés par leur papa et que le reste était tout simplement secondaire.

Aujourd’hui, je ne m’en fais plus. Ils savent que je suis là pour eux et que je ne les oublierai jamais. Heureusement, le web facilite la communication avec mes enfants, mais rien n’égale le plaisir de les sentir tout près de moi, à les câliner et les embrasser comme un papa sait si bien le faire quand ça compte.

 

Fred signature

 

Guide 101 de la survie d’un.e célibataire

Cindy te partage son guide de célibataire

Salut à toi,

Tu te retrouves sur le fameux train des célibataires. Certaines personnes peuvent vivre le célibat avec une certaine difficulté, surtout les personnes qui étaient en couple depuis un bon moment. C’est un gros changement qu’ils.elles vivent, mais cela n’est pas une fatalité. Pour d’autres personnes, ils.elles comprennent qu’être célibataire est un moment pour prendre soin de soi. Tu sais, quand tu vois un.e ami.e qui devient célibataire et qu’il.elle a l’air d’être en forme. Cet.te ami.e a compris que les activités sportives lui permettaient d’atteindre un bien-être physique et psychologique. Bien sûr, il y a le classique qui est d’aller s’entraîner au gym, c’est bien et abordable. Mais il y aussi des activités de groupe et je te suggère de jeter un petit coup d’œil sur les nombreuses activités sportives qui sont dans ta ville. Par exemple, la natation en cours ou la natation libre, la boxe, le yoga, le zumba, le karaté, etc. Il y a sûrement une activité que tu faisais durant ton enfance et que tu as laissé de côté par manque de temps. Profites-en pour renouer avec elle, si tu peux et si tu le veux. Le sport te permettra de libérer ton stress, l’anxiété et les émotions négatives que l’on peut vivre parfois dans le quotidien. De plus, il y a des écoles de danses qui font des sorties entre eux pour danser à l’extérieur de leur studio.

Si tu es quelqu’un qui aime lire, tu peux faire quelques petits tours dans les bibliothèques. Tu peux aussi prendre ton temps à lire, écrire ou faire tes travaux dans des petits cafés en sirotant ta boisson préférée. Quoi de mieux que de prendre une petite pause détente pour toi? Le temps t’appartient, pourquoi ne pas exciter un peu tes papilles gustatives en essayant différentes saveurs de boissons? En plus, tu seras auprès de personnes qui partagent la même passion que toi pour la lecture ou qui ont des travaux à remettre bientôt.

Tu es quelqu’un qui aime l’art et la musique? Quoi de mieux que d’en profiter pour t’inscrire dans des cours d’arts, de musique ou simplement écouter tes musiques favorites et faire tes œuvres chez toi? C’est une autre manière de se détendre. Et pour les personnes qui aiment simplement dessiner, il y a des livres mandalas.

Quelques fois, certain.es célibataires ont envie d’en profiter pour apprendre de nouvelles choses. Un retour à l’école pour les faire profiter de leurs temps libres et s’accomplir dans leurs carrières serait alors envisageable. Il existe aussi d’autres façons plus innovantes pour apprendre tout en s’amusant, comme les conférences, les formations et les festivals qui peuvent être intéressants et correspondre à tes intérêts. Es-tu obligé.e d’y aller seul.e? Non.

Si tu sens que tu es une personne qui a envie de s’impliquer bénévolement, tu peux joindre un organisme afin de contribuer à une cause qui t’intéresse. De plus, il existe des associations et/ou des groupes sur différents sujets, si tu utilises Facebook.

Bien sûr, il y a les sorties avec les amis.es, la famille et les connaissances qui peuvent te permettre de socialiser et de passer de belles soirées.

Si tu aimes les promenades, il y a de beaux parcs où tu peux marcher tout en admirant la nature et prendre le temps d’observer ce qui se passe aux alentours. Tu peux aussi te promener dans les centres d’achats si tu préfères courir les boutiques.

Pour combler le tout, il y a des moments apaisants que tu peux t’offrir par des soins esthétiques, te faire masser par un professionnel et faire une petite visite dans des spas. Ce sont des moments de bien-être personnel.

Pour terminer, être célibataire peut aussi te permettre de performer dans certains domaines laissés de côté et réaliser certains projets qui comptent pour toi. Tu peux prendre ce petit temps pour travailler sur toi et faire quelques introspections afin de t’améliorer et devenir une meilleure version de toi. Peu importe quelles sont tes activités, profites-en pour te donner un moment de bonheur. Tu es la seule personne responsable de ton bien-être.

 

Folie Cindy chevry logo auteur

 

 

 

 

 

Le paradigme sentimental

Fred parle de paradigme sentimental

Je me suis souvent laissé prendre à idéaliser ma vie, en projetant une image de moi dans un futur pas si lointain. Juste assez pour me dire que lorsque j’y arriverai, c’est à ça que j’aimerais ressembler ou être. Puis, je souris. Je ferme les yeux et laisse mon imagination tapisser mes pensées.

En amour, je fais le même genre dexercice. Je me vois avec une partenaire. Je colore la relation de manière à ce quelle sagence parfaitement avec mon mode de vie, mes traits de caractères et mes ambitions. Cest comme si, ne serait-ce quun instant, je donnais le plein pouvoir à la pensée magique. Parfois ça fonctionne. Parfois ça détonne.

Je sais que pour plusieurs dentre vous, lamour a su jouer de vilains tours. Au point où lhistoire de votre vie sentimentale daujourdhui ne ressemble en rien à ce que vous aviez projeté par le passé, vous donnant la vive impression davoir manqué le bateau.

Et pourtant

Ces faux échecs sont en quelque sorte de belles leçons de vie. Elles prouvent que les deux choses importantes sur lesquelles vous devez mettre lemphase sont votre intégrité et votre bonheur. Cependant, pour être en mesure de sadapter aux changements que comportent une vie amoureuse, il faut être capable de changer son propre paradigme sentimental.

Par définition, le mot paradigme signifie une forme de rail de la pensée dont les lois ne doivent pas être confondues avec celles dun autre paradigme et qui, le cas échéant, peuvent aussi faire obstacle à lintroduction de nouvelles solutions mieux adaptées. On pourrait dire aussi qu’il est employé pour décrire l’ensemble des expériences, des croyances et des valeurs qui conditionnent la façon dont un individu perçoit la réalité et réagit face à ce qu’il perçoit. En dautres mots, un paradigme est une ligne de pensée unique qui peut porter ombrage à l’évolution si celle-ci ne sadapte pas au changement. En amour, on pourrait interpréter un paradigme comme étant en quelque sorte une ligne de pensée basée sur les relations vécues par le passé. Pour moi, cest terminé avec les hommes ou les femmes parce que Suite à plusieurs échecs, un homme ou une femme qui entre dans ma vie doit maintenant accepter ceci ou cela, etc.

Entendre ces phrases dans la bouche de quelquun minterroge sur la façon dont un célibataire daujourdhui sy prend pour souhaiter vivre une nouvelle relation. Partant du fait que chaque expérience amoureuse est unique, je crois quil faut faire attention pour ne pas tomber dans le piège du AhLes hommes ou les femmes sont tous et toutes pareil.les! Se donner la chance de revivre quelque chose de bon et fort avec quelquun nest quune question de volonté et douverture.  À chacun de choisir lavenue qui mènera au bonheur sentimental tant espéré tout en s’engageant de façon responsable avec une personne qui voudra, elle aussi, plonger dans la grande aventure.

Nous sommes tous différents. Une relation ne peut donc pas se répéter de façon identique. Être capable de changer son paradigme veut aussi dire faire preuve d’adaptation face à l’adversité. Ça veut dire être capable de s’ajuster selon le caractère, l’expérience et le comportement de tout partenaire que nous laissons entrer dans notre vie et d’en tirer les meilleurs avantages.

Si vous n’adaptez pas votre paradigme à chacune de vos relations, ne soyez pas surpris des piètres résultats qui en découleront.

Fred signature      

La pomme

Fred compare les relations avec les pommes

Il est surprenant de constater à quelle point une simple phrase introduite dans une conversation peut enclencher une réflexion soudaine et intéressante. Il y a quelques années, une amie m’avait suggéré de regarder le profil Facebook d’une de ses connaissances, pensant qu’elle pouvait (peut-être) être un bon parti pour moi. Après consultation, elle m’avait demandé ce que je j’en pensais. Je lui avais répondu simplement qu’elle ne correspondait pas à ce qui pouvait m’intéresser.

Aussitôt, mon amie me dit Comment peux-tu te faire à l’idée aussi rapidement, en ne te fiant qu’à une simple photo? Elle avait bien raison. Pourquoi porte-t-on si rapidement un jugement sans même tenter sa chance d’aller un peu plus loin dans le processus? C’est alors que je sortis une réplique à laquelle je ne m’attendais pas: Lorsque tu veux acheter une pomme au supermarché, choisis-tu la première qui tombe sous tes yeux? Je savais qu’à ce moment précis, j’avais touché un point qui méritait toute mon attention, parce que j’avais l’impression que ma réplique méritait une réflexion beaucoup plus approfondie.

Il est vrai que lorsqu’on se retrouve dans un supermarché, on ne choisit pas nécessairement la première pomme que l’on voit. On tend à choisir la plus belle parmi le lot au lieu d’en prendre une endommagée, on achète une viande qui nous semble plus tendre et fraîche qu’une autre, etc. Autrement dit, on fait une sélection naturelle entre ce qui nous plaît et ce qui nous plaît moins. Alors cette constatation m’apporte à me poser cette autre question: Si nous exerçons une sélection naturelle pour tout, pourquoi dénonce-t-on ce même type de comportement lorsque vient le temps de choisir notre futur partenaire? Pourquoi devrions-nous s’interdire d’agir de la sorte alors qu’en réalité, partager sa vie avec une autre personne est loin d’être banal et mérite une sélection plus pointilleuse et consciencieuse? Mieux encore, pourquoi dénonçons chez les autres ce que nous appliquons dans notre propre vie?

Bon, ok. Vous vous dites peut-être qu’aucune similitude doit être faite entre choisir un partenaire et une pomme. Je vous l’accorde. Mais si on prend quelques secondes pour se choisir une belle pomme fraîche et juteuse que l’on consommera en seulement quelques minutes, ne serait-il pas logique de consacrer plus sérieusement notre temps à choisir une personne que l’on voudra laisser entrer dans notre intimité pour le plus longtemps possible? On jase là…

Je suis le premier à l’admettre, je le fais moi aussi quand je suis célibataire. Je trie, je rejette, j’ignore ou j’idolâtre comme bon me semble et ce, presque instinctivement. Devrions-nous nous sentir coupable en agissant ainsi? Je ne crois pas. Est-ce navrant de voir à quel point ce comportement humain connaît une croissance exponentielle depuis l’arrivée du web? Certainement. On doit se rendre à l’évidence que le phénomène du Tindering est là pour rester, alors aussi bien ajuster notre liste d’épicerie en conséquence.

Tiens, une pomme. Seriez-vous intéressés à la prendre? Moi, je passe mon tour. Je choisirai plutôt celle qui me fait de l’oeil.

 

Fred signature       

Petits zizis

Maxine parle de la grosseur des pénis

Notre société actuelle est obsédée par la recherche du corps parfait et de la performance. Plusieurs personnes vont se comparer sexuellement à ce qui est véhiculé par les médias et la pornographie, mais où se situe la norme? Le nombre de demandes de chirurgie pénienne a grandement augmenté dans les dernières années et pourtant une grande majorité se dit satisfaite de la grosseur du pénis de leur partenaire, alors que ceux-ci sont souvent complexés.

En réalité, la taille moyenne du pénis en érection serait de 12,8 et 14,5 cm (4,72 pouces à 5,5 pouces) et varie de quelques centimètres tout dépendant des origines ethniques de la personne.  On parle de micro pénis si ce dernier mesure 7 cm et moins. Ce qui n’est pas la majorité des cas, disons-le. Alors ne nous affolons pas! Chaque pénis est unique, tout comme chaque vagin et corps. Il est donc primordial d’apprendre à danser avec son partenaire et aussi se donner le temps qu’il faut. On peut paraître maladroit.e lors des premières relations et c’est bien normal. Chaque personne est bien différente et elle aimera des choses distinctes. Soyez à l’écoute de votre partenaire, de votre corps et communiquez. Personnellement, je suis très attentive aux sensations ressenties par mon corps et je suis capable de dire que j’aimerais essayer une nouvelle position ou prendre moi-même le taureau par les cornes si je n’éprouve pas suffisamment de plaisir. « Save a horse, ride a cowboy! »

Les positions à adopter pour un pénis que vous ne considérez pas assez long pour votre vagin sont la Levrette (à quatre pattes), la Cavalière, la Cavalière inversée (on s’assoit sur son partenaire en lui tournant le dos). Elles permettront une pénétration profonde. N’oubliez pas que beaucoup adorent regarder vos fesses en mouvements. Gâtez-les et vous par le fait même. Évitez le traditionnel missionnaire (vous êtes couché.e sur le dos, votre partenaire par-dessus) ainsi que la cuillère, car ces positions sont optimales lorsque le membre est plus long.

Je vous recommande aussi d’effectuer des exercices de Kegel afin de raffermir votre plancher pelvien et ils contribueront aussi à éviter les incontinences urinaires et fécales.

En résumé, un brin de foin dans le nez, ça chatouille!  Il vous faut simplement trouver la position qui vous apportera du plaisir à votre partenaire et vous. Communiquez, c’est la base de tout.

     

Des coupes de cheveux au masculin

Cindy parle de coupe de cheveux masculines

La mode masculine. Ça devient un plaisir pour moi d’en apprendre plus et de vous partager ces petites découvertes. Une chose que j’ai apprise est que plusieurs de ces styles de coupes existaient déjà et qu’ils ont fait leur retour depuis quelques années. Je vous présente les tendances de coupes de cheveux que vous avez peut-être vues dans les rues.

Les photos dans le texte démontrent l’évolution actuelle des coupes traditionnelles dont il sera question.

 

Le Pompadour

Cindy parle de coupe de cheveux masculines

C’est un style qui rappelle Elvis, qui lui-même avait la coupe Pompadour à l’ancienne. Le style d’aujourd’hui est beaucoup moins prononcé du côté surélevé des cheveux. En général, ce style implique que les cheveux sont surélevés vers le haut pour se diriger vers l’arrière de la tête. Le visage est souvent dégradé, à moins que la personne ne désire faire un petit changement au style de base.

 

Frohawk

Cindy parle de coupe de cheveux masculines

Venant du Mohawk, le Frohawk vient de Faux-Hawk, donc un faux Mohawk. C’est une coiffure qui implique que les cheveux sont surélevés vers le haut, au centre de la tête, en crête du front à la nuque et que les cheveux des côtés peuvent être rasés à la peau. Ce qui peut donner l’impression que c’est lisse. L’utilisation du brossage et des produits permettent de maintenir l’impression du lisse. L’un des avantages est que les personnes qui ont des cheveux secs ne sont pas obligées d’utiliser des produits comme de la laque afin d’éviter que les cheveux se dirigent dans n’importe quelle direction. On peut voir certaines personnes mettre une touche de teinture, des traits ou des motifs.

 

L’Undercut

Cindy parle de coupe de cheveux masculines

Ce style fait un retour en force depuis quelques années. On peut encore voir cette coupe de cheveux dans nos rues avec quelques ajouts comme des traits, de la teinture, etc. Ce qui distingue cette coupe de cheveux est que l’on peut voir une différence entre les cheveux du haut et ceux des côtés. En fait, les cheveux au-dessus sont plus longs tandis que les cheveux du côté sont coupés très court ou rasés à la peau. La particularité de ce style est qu’elle peut convenir à tous les types de cheveux (épais, normal, fins). Je ne sais pas pour vous, mais je trouve que c’est un très beau style.

 

Les vagues (Waves)

Cindy parle de coupe de cheveux masculines

C’est une coupe de cheveux qui exige de la patience et beaucoup de soin. Les vagues sont aussi appelées waves. Lorsque les cheveux bouclent facilement, c’est plus facile à réaliser. Certaines personnes peuvent faire toute la tête, mais pour d’autres personnes, ce ne sera que sur le dessus de la tête et rasé les côtés.

 

Le Comb Over

Cindy parle de coupe de cheveux masculines

C’est un style qui peut être fait pour tous les âges. Il faut avoir les cheveux d’une certaine longueur pour réaliser ce style. En fait, les cheveux sont coiffés afin qu’ils soient d’un seul côté. Elle a des avantages au niveau du camouflage. Elle permet aux hommes qui ont des pertes de cheveux de camoufler en recouvrant les cheveux d’un seul côté.  Elle peut exiger d’avoir des produits afin de maintenir le style, par exemple, de la cire.

 

Man Bun

Cindy parle de coupe de cheveux masculines

C’est une coupe très simple à faire. Le Man Bun est un style qui implique aux hommes de faire un chignon dans les cheveux. On peut différencier le Full Bun qui est de prendre tous les cheveux de la tête en chignon, alors qu’un Semi Bun est de prendre uniquement les cheveux du dessus de la tête et d’effectuer la même procédure avec un élastique. Pour maintenir cette coupe, certaines personnes peuvent utiliser de la laque ou autres produits tels qu’un fixatif, une cire, etc.

 

En bref, comme la vie évolue, les coupes de cheveux évoluent aussi. Vous pouvez voir des modifications dans les styles comme des ajouts de teintures, des motifs, des traits et/ou des franges, etc. Ce qui peut expliquer pour certaines personnes d’avoir du mal à distinguer les différences dans certaines coupes telles que le Pompadour et l’Undercut, puisque certains coiffeurs peuvent combiner les deux styles. Le plus important est de trouver la coupe de cheveux avec laquelle vous vous sentez le mieux. N’hésitez pas à demander l’avis à un professionnel.

 

 

Inspirée des sites

Top 100 des coupes de cheveux 

Coiffure homme pour les tendances 2018 

Toutes les photos viennent de Pinterest

Folie Cindy chevry logo auteur    

On a testé Tinder… en couple – 1ère partie

Jen parle de Tinder, 1ère partie

Mon chum et moi, on est en couple depuis bientôt 14 ans.

Ouais. Ce n’est pas pire, je trouve.

On considère qu’on est un couple solide, puisqu’on a traversé plusieurs tempêtes et moments difficiles et on a survécu pour en parler.

Ça nous a rendus plus fort et, même si notre couple est loin d’être parfait, on s’aime vraiment beaucoup pis on a confiance en notre relation.

On possède notre maison depuis près de 7 ans et nous sommes les parents d’un garçon de 12 ans. J’ai 36 ans et lui, 43 ans.

Ça, c’était la petite intro pour te mettre en contexte.

Parlons maintenant de notre idée. Plutôt la mienne, je tiens à préciser. Parce qu’une auteure tente toujours de trouver de nouvelles thématiques d’articles et que j’aime bien en trouver qui sont originales.

J’ai donc proposé à mon chum de tenter l’expérience Tinder… en couple.

Je vous explique.

Il y a 14 ans, quand nous nous sommes rencontrés, Tinder n’existait pas. Il y avait bien le site Do You Look Good et le défunt MSN, mais nous n’avons jamais tenté l’expérience ni l’un ni l’autre. À l’ère des réseaux sociaux, nous avons eu envie de savoir comment se déroule la chasse au candidat potentiel dans la jungle du célibat. Est-ce que c’est plus facile ou plus difficile de cruiser aujourd’hui qu’à l’époque? Comment se passent les relations à l’ère d’Internet et de ses multiples applications pour trouver l’âme sœur ou son prochain one night? Est-ce dangereux de tenter l’expérience ou simplement une idée originale à explorer?

Je t’avoue qu’au début, quand je lui ai parlé de mon idée, sans la développer et lui donner d’explications, la première réaction de mon chum a été de dire non.

Catégoriquement, sans même y réfléchir.

Il ne voyait pas l’intérêt de risquer de mettre notre couple en péril juste pour un article. Sur le coup, je me suis demandé : c’est en moi qu’il n’a pas confiance ou c’est en lui? Il a peur que je sois trop sollicitée ou tentée d’aller réellement voir ailleurs ou il a peur d’être tenté lui-même d’aller voir si le gazon est plus vert chez la voisine? Il ne pense pas que nous sommes un couple assez solide pour passer au travers d’une expérience comme celle-ci sans que ça se termine en lancés de casseroles et en valises sur le bord de la porte?

J’ai quand même pris le temps de lui expliquer exactement comment je voyais les choses. On allait tout faire ensemble. Créer nos profils, choisir nos photos et décider de nos descriptions, swiper à gauche ou à droite et vraiment tout se dire. Au fur et à mesure que les matchs ou les messages allaient entrer dans la boîte de réception, on allait vraiment tout vivre ensemble et ne rien se cacher. Interdiction d’aller sur l’application sans la présence de l’autre sauf en cas d’exception (comme genre, je le laisse deux minutes seul pendant qu’on swipe le temps d’aller aux toilettes!). Je voulais vraiment qu’on mette des limites claires et précises afin d’éviter tout malentendu ou situation potentiellement conflictuelle.

Il a quand même refusé ma proposition.

Je dois avouer que j’ai ressenti un certain soulagement sur le coup.

J’étais fière de mon idée, mais je n’étais pas si certaine d’avoir envie de la développer. J’avais confiance en moi et en lui, mais j’avais quand même peur que notre relation devienne un terrain glissant sur lequel on pourrait déraper. Pas nécessairement en allant voir ailleurs. Juste parce que, parfois, à jouer avec le feu, en se pensant immunisé contre les brûlures, ça peut nous jouer de vilains tours.

C’est revenu à quelques reprises dans nos conversations au cours des semaines qui ont suivi. Parfois, je sentais que l’idée le titillait quand même un peu. Il semblait réfléchir et peser le pour et le contre. Je faisais pareil de mon côté. Je le rassurais en lui disant que je l’aimais et que je n’avais pas proposé cette idée en ayant un plan derrière la tête et que je voulais vraiment juste le faire pour avoir un bon sujet d’article pour les lecteurs du blogue. Il a même pensé que la popularité de mon blogue était plus importante que la solidité de notre couple! Je l’ai rassuré en lui disant que jamais je ne choisirais ma carrière au détriment de notre couple et notre famille.

Alors que je croyais le sujet clos, il m’a annoncé un jour vouloir tenter le coup.

Pour le plaisir, pour vivre une expérience ensemble et peut-être aussi parce que la curiosité l’a emporté.

Mon chum, fidèle à lui-même, a transgressé dès le départ la première règle : il a créé son profil et choisi ses photos sans moi. Est-ce que j’ai été fâchée? Non, je m’y attendais même un peu. Je le connais mon chum quand même. Quand il décide quelque chose, c’est maintenant. Pas plus tard. Un jour où je n’étais pas à la maison et qu’il s’ennuyait (de moi, j’espère…), il a décidé de tenter le coup. Télécharger l’application sur son téléphone et suivre les indications. Mon chum n’étant pas très techno côté réseaux sociaux, il a encore du mal à transférer ou télécharger des photos, a alors éprouvé un peu de difficulté avec cette étape. Il a choisi une photo un peu floue où il porte des lunettes de soleil et il a ajouté une photo ou deux prises de son profil Facebook. Rien de bien accrocheur. Sa description était plutôt simple : intéressant et intéressé, j’aime les bonnes choses de la vie. Sens de l’humour très développé. Ça ne dévoile pas grand-chose (il voulait se la jouer mystérieux) et c’est plutôt simple. Il a publié sa fiche et a attendu les propositions. Nous avons mutuellement décidé qu’il serait le premier à tenter l’expérience quelques jours et, qu’ensuite, ce serait à mon tour de jouer le jeu.

Au début, ça a été plutôt tranquille.

Au point où on s’est demandé si ça fonctionnait vraiment ou s’il fallait prendre la version payante pour que ça donne des résultats. Mon chum, ayant un historique assez développé côté conquêtes avant de me rencontrer, c’était un peu dur sur l’orgueil. Les filles qui attiraient son attention étaient toutes au début de la vingtaine (ça, c’était un peu dur sur le mien) et personne ne semblait faire de matchs avec lui. Au point où, après 2 jours, il était prêt à supprimer son profil et laisser tomber le projet.

Après une semaine à le laisser apprivoiser l’application, swiper compulsivement à différents moments de la journée (je n’étais pas toujours avec lui finalement, je lui faisais confiance et on ne se voit pas beaucoup dans une journée) et regarder ce que le marché du célibat a à offrir, j’ai décidé de mettre mon grain de sel dans son profil. Choix de la plus belle photo (je le trouve tellement hot sur celle que j’ai choisie), je corrige les fautes dans sa description et j’ajoute une photo de lui avec notre fils (c’est quand même sexy un papa avec son fils, même si ça peut décourager certaines filles). Il approuve les changements et s’anime d’un petit espoir de voir sa boîte à message exploser. Il ne me le dit pas, mais encore là, je connais mon chum!

On publie sa nouvelle fiche et on est tous les deux prêts à faire face à cette nouvelle offensive sur Tinder.

Pour connaître la suite, ne manque pas mon prochain article qui sortira la semaine prochaine.

Ben oui. Plate de même.

Pas le choix de revenir me lire la semaine prochaine… les détails les plus crunchy s’en viennent! 😉

Photo de signature pour Jennifer Martin.     

Porte ta barbe avec élégance

Cindy parle des différentes barbes

Je croise de plus en plus d’adolescents/hommes portant une barbe, et ce, avec style. Je dois vous avouer que je faisais partie de ces filles/femmes qui n’aimaient pas trop les barbes, parce que ça peut piquer lorsqu’on donne des baisers. Mais avec le temps, j’ai fini par l’aimer, surtout que la barbe peut compléter le style de la personne qui la porte.

En ce mois de juin, qui célèbre la fête des Pères, je dédie ce texte à cette mode masculine : Les barbes populaires que j’ai vues. Il y en a pour tous les goûts et tous les styles. Ce fut quelques heures de plaisir à les distinguer.

Ensuite, ce texte sera accompagné par une vidéo (comment choisir ta barbe?) très intéressante qui propose des suggestions en fonction de la forme du visage.

 

La barbe de 3 jours

Certaines personnes peuvent penser que des gens qu’ils croisent négligent le soin de leur barbe, mais ce n’est pas le cas. La barbe de trois jours donne une impression d’être négligé mais c’est un look populaire et comme le nom le dit, la barbe est rasée aux trois jours. Malgré l’impression que certaines personnes peuvent avoir sur l’apparence légèrement négligée, c’est une barbe qui implique beaucoup d’entretien au niveau du rasage surtout pour ceux qui ont une pilosité qui pousse rapidement.

Cindy parle des différentes barbes

 

 

La moustache américaine

La moustache américaine est une moustache qui est taillée de manière fine. Dans le cas où la personne préfère laisser sa barbe plus épaisse, on peut parler de la moustache en brosse.

 

La barbe sculptée

C’est une barbe qui demande une belle capacité de raser avec précision. Elle implique un entretien, surtout pour ceux qui ont une pilosité qui pousse rapidement. Mais elle exige autant d’entretien pour maintenir son style. Le niveau de pilosité homogène est à considérer puisqu’il faut éviter que cela donne une apparence avec des trous. Ce qui est beau dans ce style est qu’elle donne un look très propre sur celui qui le porte.

La barbe complète

C’est une barbe qui demande d’avoir une grande pilosité. On la voit de plus en plus dans les rues. Au niveau de l’entretien, elle a pour avantage d’éviter à la personne de se raser durant plusieurs mois. Elle implique plus un entretien au niveau du brossage et de s’assurer de maintenir sa douceur par différents produits.

Cindy parle des différentes barbes

La vidéo ci-dessous vous présentera d’autres barbes populaires en fonction de votre visage (comment choisir ta barbe?). Le plus important est que le choix reste toujours personnel à chaque personne. Si vous désirez plus d’informations, il peut être conseillé d’aller consulter un barbier.

Bon rasage!

 

Ce texte est inspiré par :

Les 15 styles de barbes les plus populaires

Monsieur Barbier. Nom d’une barbe

Linternaute.  Tout sur les barbes et les moustaches

 

Folie Cindy chevry logo auteur