Féminisme 101

On parle de féminisme

Qu’on mette les choses au clair tout de suite…le féminisme ne veut pas dire détester les hommes, ni vouloir leur nuire, voir les rabaisser pour dominer le monde, comme le croient quelques antiféministes. Mais comme ça ne semble pas évident à comprendre pour certain(e)s, je vais éclaircir le tout pour vous!

Qu’est-ce que le féminisme?

C’est vouloir l’égalité entre les hommes et les femmes, et ce, à tous les niveaux. C’est vouloir redonner du pouvoir aux femmes, leur donner la place qu’elles méritent au même niveau que les hommes.

Oui, parfois, on peut être « frustrées », comme certain(e)s diront. Et avec raison quand on y pense! C’est fâchant que les femmes représentent environ la moitié de la population, mais sont considérées comme inférieures aux hommes, comme le sexe faible… Parce que oui, bien qu’il y ait des changements depuis les dernières années et que les lois affirment l’égalité hommes-femmes, il y a encore plus de chemin à faire qu’on pourrait le croire.

Saviez-vous que…

Naître homme, c’est commencer sa vie avec des privilèges. C’est naître moins vulnérable aux violences, notamment aux violences sexuelles, puisque 82% des victimes d’agressions sexuelles sont des femmes (Statistiques du Regroupement Québécois des CALACS). C’est avoir plus de chances en emploi. Natasha Quadlin, professeure à l’Université de l’État de l’Ohio a publié une étude en avril dernier dans American Sociological Review démontrant que les femmes les plus brillantes à l’école ont moins de chances d’être convoquées en entrevue que les hommes les plus médiocres. C’est aussi mieux gagner sa vie. Au Canada, en moyenne, une femme gagne 74¢ pour chaque dollar gagné par un homme (Statistique de la Fondation canadienne des femmes). C’est être moins jugé si on a des relations sexuelles avec beaucoup de femmes, car on ne lui apposera pas l’étiquette de « gars facile » contrairement aux femmes. C’est pouvoir exprimer sa colère sans qu’on dise qu’il est hystérique et/ou dans ses syndromes prémenstruels. C’est, en général, vivre moins de pression sur son apparence physique et face aux standards de beauté. C’est avoir moins peur de se promener seul le soir et pouvoir s’habiller comme bon lui semble sans qu’on le juge ou le responsabilise d’être agressé sexuellement.

 

« Bruits de bisous, klaxons et sifflements, demandes de faveurs sexuelles, propos vulgaires, attouchements non désirés dans un métro bondé… Près de 90 % des femmes sondées par le Centre d’éducation et d’action des femmes de Montréal (CEAF) estiment que le harcèlement de rue est un problème bien réel dans la métropole. » (Jessica Nadeau, Le Devoir)

 

C’est être représenté davantage dans les publicités, les médias, et pas mal partout, comme étant un être de pouvoir auquel les femmes plus souvent hypersexualisées doivent se soumettre pour le plaisir de ce dernier. C’est être plus facilement respecté dans son choix entre une vie familiale et une vie professionnelle, voir même admiré s’il s’occupe de ses enfants, alors que c’est tout simplement normal.  Et plus encore! Bien entendu, ces privilèges appartiennent davantage aux hommes blancs, hétérosexuels et de classe moyenne. D’autres systèmes d’oppression entrent en ligne de compte pour certains hommes, mais malgré tout, les hommes en général, sont privilégiés et en situation de pouvoir vis-à-vis des femmes. De plus, les autres systèmes d’oppression désavantagent tout autant les femmes. Par exemple, le taux de meurtre est 6 fois plus élevé chez les femmes autochtones que chez les femmes allochtones (Fondation canadienne des femmes).

Bref, le féminisme est de donner la voix aux femmes, de défendre leurs droits, de croire en l’égalité des sexes, de se tenir debout contre les inégalités et de dire ce que l’on pense. Surtout…c’est de s’entraider entres femmes!

Il n’est pas question de culpabiliser les hommes, mais plutôt de les encourager à prendre conscience de leurs privilèges et à dénoncer le système social qui engendre les inégalités de pouvoir. Ainsi, nous avons besoin d’hommes alliés à la cause, c’est-à-dire des hommes féministes eux aussi. N’ayons pas peur de se déclarer haut et fort comme féministes. Ensemble, nous sommes plus forts!

Texte par Marie-Pier Quessy

Crédit photo de couverture : Laura Baker

Folie Sofia logo reviseure

Zones chatouilleuses de ces messieurs dames

Maxine parle de zones chatouilleuses

Vous désirez pimenter votre couple ou faire fondre votre nouvel amant? Amusez-vous à explorer les différentes zones érogènes qui recouvrent de 22 à 26% du corps. Étonnant n’est-ce pas? Excitant? Oui! Ces chiffres ont été publiés dans les « Archives of Sexual Behavior » par des chercheurs finlandais qui ont recueillis les données auprès de 704  participants volontaires âgés d’une trentaine d’années.

Mais qu’est-ce qu’une zone érogène par définition? Érogène descend de l’ancien Grec. Érôs= amour et désir et le suffixe gène= engendrer. Les zones érogènes se divisent en 3 catégories : Zones érogènes primaires, secondaires et potentielles

Les primaires sont celles qui sont essentielles afin d’atteindre l’orgasme. Nous pouvons penser au clitoris et au vagin où se situe le point G. Pour les personnes qui se disent, « Mais où, où te caches-tu? » – merci à Garou pour cette petite parenthèse musicale. Le point G se retrouve à 3-4 cm de l’entrée du vagin en direction vers le ventre. Petit truc personnel, dites à votre partenaire de former un petit crochet avec ses doigts en pointant votre pubis. Vous pouvez lui indiquer en touchant et appuyant sur votre pubis et lui demander de venir toucher à vos doigts de l’intérieur. Des mouvements circulaires effectués au niveau du clitoris peuvent amener rapidement à l’orgasme. Pour d’autres, la zone érogène primaire peut être le pénis. Aussi simple que ça. Le frein situé sous le gland est très sensible. Croyez-moi! Cette petite partie sensible les amène rapidement au paradis, donc essayez de frotter votre langue en abondance sur cette région.

Pour ce qui est des zones érogènes secondaires, nous retrouvons les mamelons, le pubis, les petites et grandes lèvres, l’entrée du vagin (petite langue fouineuse, MIAM!), le périnée, les fesses, l’intérieur des cuisses, le scrotum et le poing G (prostate). Si vous n’avez jamais tenté l’exploration de la prostate et que vous vous sentez aventureux.se, discutez-en avec votre partenaire avant de vous engouffrer dans ce trou noir…il.elle risque d’être quelque peu surpris.e. Cette exploration nécessite de la lubrification et de la délicatesse, mais une fois que la technique est peaufinée, il.elle vous en sera probablement grandement reconnaissant.e ;).  Les zones primaires ne sont pas obligatoires pour atteindre l’orgasme, mais elles augmentent grandement le niveau d’excitation et de plaisir par leurs terminaisons nerveuses chatouilleuses.

Finalement, les zones érogènes potentielles sont ces régions qui n’ont pas de connotations sexuelles, mais qui se révèlent être érotiques. Nous y retrouvons les oreilles, le cou, les cheveux, la nuque, les paupières, les plis de coudes, le derrière du genou, les orteils et les aisselles. Oui, oui! Je vous entends crier « Ouachhhhhheeee! » Votre mère ne vous a pas dit que vous devez goûter 10 fois quelque chose avant de l’apprécier? Blague. Si vous être en mesure de dépasser le facteur dégoût et que vous vous laissez aller, vous serez amplement récompensé. Parole de scouts…ouin ben de Janettes!

Un jeu que j’aime bien faire découvrir aux hommes qui traversent ma vie, c’est de leur bander les yeux et de les mettre debout ou couchés sur le dos, genoux fléchis et de les attaquer sensuellement avec ma langue chaude et douce. Pour faire des variantes, je mets parfois un glaçon dans ma bouche afin de créer un effet différent de la chaleur et de stimuler davantage les sens.

En résumé, laissez-vous aller, amusez-vous et savourez chaque moment. Ne négligez pas ces zones érogènes, « your body is a wonderland! »

Merci John Mayer, mmmm.

 

 

Folie Sofia logo reviseure

Trilogie de dentelle 3ème partie

Trilogie de dentelle 3ème partie

Pour lire les deux première parties, c’est ICI et ICI.

À mon retour à la maison, je me dirigeai vers ma baignoire et commençai à revoir en boucle dans ma tête cette vedette de pub. Au même moment, une petite clochette sortant de mon téléphone intercepta mon attention, je sorti du bain et regarda mon portable. Un numéro inconnu m’envoyant le texto : « bonsoir la femme à la jupe de cuir. » Le souffle coupé, je compris très vite que c’était le chanteur ! Je lui répondis : « êtes-vous le chanteur du pub ? » Quelques minutes plus tard je reçu : « oui, que faites-vous à cette heure ? » D’un élan et d’une incontrôlable pulsion, je lui dis : « je vous attends impatiemment. » Dix secondes suivirent : « seriez-vous assez aimable pour me donner l’adresse où je puisse me rendre ? » Je lui donnai et prise de panique, commençai à courir dans tous les sens.

Je décidai de me faire une queue de cheval, de me mettre une camisole et d’assumer de ne pas porter de brassière, j’enfilai mon jeans le plus sexy, me maquillai à nouveau mais cette fois-ci avec un gloss naturel. J’ai mis une culotte rouge en dentelle, rien de plus séduisant et féminin que la dentelle selon moi. Je replaçai très vite mon appartement et entendis trois petits coups venant de ma porte. Mon cœur s’arrêta ! Je m’approchai de l’œil magique et aperçu le chanteur à la barbe sexy.

J’ouvre la porte et aperçois qu’il tient une bouteille de whisky dans une main et une bouteille de blanc dans l’autre. Je trouve le geste poli, mais je suis déjà très avancée côté alcool et je suis tellement emballée par son physique que je ne pense qu’à lui sauter dessus. Je l’invite à entrer vers le salon, il dépose les bouteilles sur ma table et me prend tout doucement le ventre pour me ramener vers lui. Je me laisse guider. Il me chuchote à l’oreille qu’il n’a pas cessé de me regarder toute la soirée, cela me fait un velours et enflamme mon corps. C’est alors que tout doucement, il me glisse sur le sofa, me couche tranquillement et faufile ses mains partout sur mon corps. Je sens la fermeté et la tendresse que dégagent celles-ci. Il me lèche le lobe de l’oreille et descend jusqu’à mon cou. Il retira ma camisole tranquillement vers le haut et commença à explorer ma poitrine de manière à me faire sentir que c’est la plus belle qu’il ait vu de sa vie.

Son haleine de bière et de scotch envahit tout mon corps, il commence tranquillement à descendre vers le bas et descend ma fermeture éclair avec ses dents, je ne me gère plus. Il retire son chandail, son corps est athlétique et bien défini, il retire son jeans et ses boxers et j’arrive à voir les muscles découpés de ses cuisses. Ses fesses bombées me donnent juste l’envie de les croquer. Il me souleva du divan, me transporta vers la salle de bain et me guida vers la douche.

Il ouvrit l’eau, me prit par derrière et me fit l’amour comme si c’était la dernière fois, ses mains recouvrant les miennes vers le haut, l’eau coule sur mes cheveux ainsi que dans ma bouche, je n’arrive plus à contrôler mon corps qui est complètement inondé de frissons. Sa barbe frottant dans mon cou et lui me tenant avec autorité mais avec douceur à la fois; un mélange assez unique pour le sexe.

L’orgasme se pointa le bout du nez presque en duo, maintenant rendu yeux dans les yeux, j’arrive à voir qu’il n’en peut plus, j’essaie de prolonger le plaisir que je ne voudrais jamais voir se terminer. C’est alors que je me laissai aller et lui aussi. Après quelques minutes enlacés, satisfaits du plaisir procuré l’un à l’autre, nous décidons de sortir et d’aller dormir nus dans mon lit. La tête sur l’oreiller, le bonheur étampé au visage, la sensation des endorphines libérées par le sexe me laissant faire totalement confiance à Morphée pour dormir profondément des heures et des heures.

Nous voici au matin, à la lumière du jour, un peu mêlée, résultat de la boisson d’hier, sans aucuns regrets, je l’observe, lui, ses muscles, son corps… je n’ai pas le choix  de goûter à son odeur une deuxième fois . Je lui grimpe dessus , l’embrasse , le caresse n’étant plus capable de m’arrêter tellement nos corps fusionnent.

Pas de doute, ce fut une nuit rempli de tempo.

      Folie Sofia logo reviseure

 

 

Le paradigme sentimental

Fred parle de paradigme sentimental

Je me suis souvent laissé prendre à idéaliser ma vie, en projetant une image de moi dans un futur pas si lointain. Juste assez pour me dire que lorsque j’y arriverai, c’est à ça que j’aimerais ressembler ou être. Puis, je souris. Je ferme les yeux et laisse mon imagination tapisser mes pensées.

En amour, je fais le même genre dexercice. Je me vois avec une partenaire. Je colore la relation de manière à ce quelle sagence parfaitement avec mon mode de vie, mes traits de caractères et mes ambitions. Cest comme si, ne serait-ce quun instant, je donnais le plein pouvoir à la pensée magique. Parfois ça fonctionne. Parfois ça détonne.

Je sais que pour plusieurs dentre vous, lamour a su jouer de vilains tours. Au point où lhistoire de votre vie sentimentale daujourdhui ne ressemble en rien à ce que vous aviez projeté par le passé, vous donnant la vive impression davoir manqué le bateau.

Et pourtant

Ces faux échecs sont en quelque sorte de belles leçons de vie. Elles prouvent que les deux choses importantes sur lesquelles vous devez mettre lemphase sont votre intégrité et votre bonheur. Cependant, pour être en mesure de sadapter aux changements que comportent une vie amoureuse, il faut être capable de changer son propre paradigme sentimental.

Par définition, le mot paradigme signifie une forme de rail de la pensée dont les lois ne doivent pas être confondues avec celles dun autre paradigme et qui, le cas échéant, peuvent aussi faire obstacle à lintroduction de nouvelles solutions mieux adaptées. On pourrait dire aussi qu’il est employé pour décrire l’ensemble des expériences, des croyances et des valeurs qui conditionnent la façon dont un individu perçoit la réalité et réagit face à ce qu’il perçoit. En dautres mots, un paradigme est une ligne de pensée unique qui peut porter ombrage à l’évolution si celle-ci ne sadapte pas au changement. En amour, on pourrait interpréter un paradigme comme étant en quelque sorte une ligne de pensée basée sur les relations vécues par le passé. Pour moi, cest terminé avec les hommes ou les femmes parce que Suite à plusieurs échecs, un homme ou une femme qui entre dans ma vie doit maintenant accepter ceci ou cela, etc.

Entendre ces phrases dans la bouche de quelquun minterroge sur la façon dont un célibataire daujourdhui sy prend pour souhaiter vivre une nouvelle relation. Partant du fait que chaque expérience amoureuse est unique, je crois quil faut faire attention pour ne pas tomber dans le piège du AhLes hommes ou les femmes sont tous et toutes pareil.les! Se donner la chance de revivre quelque chose de bon et fort avec quelquun nest quune question de volonté et douverture.  À chacun de choisir lavenue qui mènera au bonheur sentimental tant espéré tout en s’engageant de façon responsable avec une personne qui voudra, elle aussi, plonger dans la grande aventure.

Nous sommes tous différents. Une relation ne peut donc pas se répéter de façon identique. Être capable de changer son paradigme veut aussi dire faire preuve d’adaptation face à l’adversité. Ça veut dire être capable de s’ajuster selon le caractère, l’expérience et le comportement de tout partenaire que nous laissons entrer dans notre vie et d’en tirer les meilleurs avantages.

Si vous n’adaptez pas votre paradigme à chacune de vos relations, ne soyez pas surpris des piètres résultats qui en découleront.

Fred signature      

Trilogie de dentelle 2ème partie

Trilogie de dentelle 2ème partie

Pour lire la première partie de cette trilogie, c’est ICI.

 

Je verrouille la porte, me retourne et examine son corps sculpté dans son habit bleu satiné signé Hugo Boss. Sa chevelure à la Beckham, ses souliers vernis couleur cognac, ses bras définis, étant donné que le tout est ajusté. Et que dire de ses fesses, ouf! À couper le souffle. Il se retourne et me sourit avec ses dents aussi blanches que du lait. Intérieurement, je craque complètement. Il m’ouvre la porte de sa voiture sport, je lève ma jupe pour être plus à l’aise, mais surtout pour qu’il remarque mes bas et pimenter la soirée.

La température est idéale, le vent souffle sur mon visage et dans mes cheveux. Je me sens bien et me laisse emporter par la musique house qui transperce les speakers. Nous sommes arrivés. Un valet arrive près de ma portière et me tend la main, je joue le jeu avec tellement de glamour. Par la suite, mon cavalier me tend son avant-bras et nous entrons. Une table nous est réservée, nous commençons à nous dévoiler puis à se charmer. Les bulles coulent à flots, elles valsent sur ma langue tel un bonbon. Je savoure le moment présent, j’observe cet homme si parfait, j’écoute ce qu’il est, ce qu’il exerce comme métier important, un homme de prestance et d’autorité. Cela m’excite et me donne le trac à la fois.

La soirée avance, l’alcool dans mon corps s’étale en moi tel un avion forcé d’atterrir d’urgence. Le champagne me cogne, mais j’aime tellement le goût! En un instant, je commence à me dire que j’ai envie de lui, là, maintenant, ici! Tout doucement, je retire la serviette de table qui recouvrait mes cuisses, la dépose sur la table et fait signe au gentleman de me suivre. Il attend quelques minutes et se lève. Je suis déjà dans la cabine de la toilette, aussi grande qu’une chambre et d’un chic à couper le souffle. Il cogne et entre, je m’approche de lui, glisse ma main sur ses lèvres, la fait glisser sur son torse jusqu’à l’arrière de ses fesses et barre la serrure. D’un air convaincu et sexy je retire sa ceinture et lui descend la fermeture éclair.

Dans un moment enflammé, sa langue tourbillonne avec la mienne, ses bras forts et musclés  lui ont permis de me lever sur le mur, ses mains si habiles qui défont facilement les épingles de mon soutien-gorge. Son souffle dans mon cou me donne la chair de poule. Il me retourne vers la glace. J’arrive à voir l’assurance et l’aisance dans son mouvement de bassin. C’est tellement bon que je n’arrive plus à retenir ma jouissance et au même moment, on cogne à la porte. Dans un élan de panique, nous remettons nos vêtements et replaçons nos cheveux. Je me refais une petite toilette vite faite et entrouvre tranquillement la porte, plus personne. Nous retournons à la voiture et l’homme m’invite dans un petit pub de la ville.

À première vue, nous sommes beaucoup trop chics pour l’endroit, mais combien chaleureux et convivial. J’avance pour y choisir une table et m’assoie. Le serveur vient nous voir et serre la main de celui-ci. Sur la scène, une lumière tamisée laisse entrevoir une silhouette. Un homme à la chevelure foncée, une barbe négligée de quelques jours, les bras tatoués, un chandail portant la marque d’une bière et un jeans ajusté.

Je l’observe avec mon air de femme-chat qui veut le dévorer. Et puis coup de théâtre, il se met à chanter et gratte sa guitare. Une voix rauque et sexy se dégage de cette bête qui éblouit mon regard. L’alcool continue à pénétrer mon corps, tel un venin. Il est tard, les chansons s’enchaînent, mon cœur est sous son charme, il est irrésistible. Je me lève et me met à danser tranquillement pour me faire remarquer subtilement. Je me dirige vers le mixologue de la place et lui demande un crayon et de quoi écrire, j’y inscris mon numéro avec mes initiales. Je prends le sous-verre et le glisse dans mon chandail. Je demande poliment à mon compagnon de m’excuser, que je dois quitter et que je m’y rendrai en taxi. Il quitte pour les toilettes, j’ai le moment opportun d’aller glisser mon sous-verre entre les cordes de guitare du musicien. Je le fixe et lui fait un regard intensément sensuel. Je quitte l’endroit assoiffée de désir et d’envie de me faire faire l’amour par ce chanteur.

À suivre…

       

Malefycia : une expérience unique!

On a testé Malefycia et wow, quelle expérience!

ATTENTION : cet article peut vous donner le goût d’aller voir une maison d’horreur très spéciale!

Quand nous avons reçu une invitation pour aller voir Malefycia, j’ai hésité un peu, mais j’étais très curieuse de vivre cette expérience. J’en avais entendu parler les années précédentes, alors je savais qu’il fallait que je m’attende à quelque chose d’intense, de triggering et de pas doux. J’avais pas mal raison.

La Zone 4, l’édition de cette année, était remplie d’odeurs, de pièces très dégueulasses, mais, surtout, elle débordait de comédiens et acteurs très talentueux et talentueuses!!!

Pour ma part, lorsque je regarde un film d’horreur, je suis du genre à rire beaucoup. Et ça ne faisait pas exception dans cette maison d’horreur. J’étais donc souvent la victime pour les expérimentations. Ce qui me faisait encore plus rire, mais je sais que ce ne serait pas le cas pour tout le monde, donc assurez-vous de bien vous informer avant d’aller voir ce parcours!

Étant donné que nous avons eu 4 billets (merci beaucoup à Marie-Annick Boisvert, ainsi que Malefycia), j’ai amené des amis qui, je le savais, allaient bien profiter de cette expérience unique : Sylvain, Andrew et Anthony. Ces deux derniers en ont profité pour filmer, avec l’accord au préalable, et vous ont concoté une superbe vidéo juste ICI.

 

 

Sans vous révéler plus, voici leurs impressions finales, le lendemain.

 

Andrew Tchernilevskii :

C’était malaisant, ça rendait inconfortable, ça faisait pas peur, mais tu te sentais hors de contrôle. Le fait que tu sais pas ce qui arrive, c’est pas particulièrement le fun. C’est pas traditionnel, c’est une expérience à faire dans une vie c’est le fun à vivre.

 

Sylvain Savard :

Je trouve ça dur ça expliquer, parce que je suis quelqu’un qui est difficile à choquer facilement. Les props étaient vraiment bien faits, mais les odeurs m’écoeuraient vraiment. C’était très unique, comparé à d’autres places du même genre, c’était plus des situations inconfortables et ça faisait différent. J’ai été un peu déçu, parce qu’il manquait de storyline, de suivi. J’aurais préféré que le début de l’histoire se continue, soit moins disparate, ça me déconnectait un peu de l’expérience.

 

Anthony Airoldi :

J’ai été très émoustillé, le début était très turn on, la proximité, l’expérience faisait vraiment appel à tous tes sens. J’ai vraiment apprécié la durée, tu en as pour ton argent, pis c’est bien dosé par pièce, t’es pas trop rushé dans ton expérience. Les odeurs étaient intenses vers la fin. J’avais encore des flashbacks des odeurs le lendemain. Visuellement, c’était très bien recherché, les acteurs était sur la coche.

 

LES PROCHAINES PHOTOS PEUVENT CONTENIR DES SPOILERS SUR L’EXPÉRIENCE DE CETTE ANNÉE

 

On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage.

 

On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage. On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage. On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage. On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage. On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage. On a visité Malefycia et wow, quelle expérience! Merci à Gaboom Films pour le tournage.

 

 

Photo de signature pour Ariane Martineau.

Tu m’attires…mais t’es en couple!

tu m'attires mais t'es en couple

Tu m’as plu au moment même que je t’ai vu. Je t’ai observé un court instant et je savais que tu pouvais me faire vivre une tornade d’émotions. Mais on ne s’est pas parlés. On n’a jamais appris à se connaître. On est devenus amis Facebook, chose normale puisqu’on côtoyait un peu les mêmes personnes. On se croisait. On se saluait, c’était tout. Je suis entrée dans une relation amoureuse. Mais je te voyais encore, au travers de mes notifications Facebook et Instagram. Être en couple ne m’empêchait pas de continuer de te trouver beau, mystérieux et attirant.

Quand je me suis séparée, je me suis mise à remarquer que tu portais attention à mes publications. Ça m’a flatté. Sans plus. Tu avais une blonde. J’avoue que j’ai trouvé ça dommage, moi qui espérais secrètement apprendre à te connaître davantage. La vie est parfois mal faite, ou simplement qu’on n’est pas dus.

Ç’a commencé avec un ‘’belle’’. Puis, des cœurs. J’ai eu un petit pincement au bas du ventre à chaque fois. Même si je savais que je ne devais pas.

Il y a quelques jours, je n’ai pu me retenir. J’ai répondu. On s’est parlé. Beaucoup. Je crois que c’est toi qui as fait que mes yeux brillent sur mes dernières photos. Je ne comprends pas pourquoi tu as cet effet sur moi en ce moment. Est-ce l’attente? Le fantasme? L’interdit? Aucune idée. Mais les choses que je sais, c’est que tu me fais de l’effet et que tu as une blonde. Deux choses qui ne vont pas bien ensemble. Je sais que tu l’aimes. Vous êtes si hot ensemble. Je m’en voudrais de briser quelque chose d’aussi fort. Mais cette chimie, cette attirance me donne de la force, de la confiance. J’ai l’impression que tu as ouvert quelque chose que je croyais fermé à jamais chez-moi : ma sexualité. Te parler, c’est excitant, même si c’est pas vraiment correct. Mais la ligne est claire. Je sais que je n’ai pas de sentiments pour toi, c’est autre chose. Oui, je rêverais de tes mains sur mon corps. Ce serait fusionnel. Passionné. Intense. Mais ce serait tout. Ce serait quelques heures. On est si différents, pourtant c’est plus fort que moi.

Tu m’as aidé à reprendre possession de mon corps, de mes envies, de mon désir sexuel. Je croyais à tord que je ne plaisais pas. Que je ne plaisais plus. Mais tes compliments, tes mots que je garde pour moi, m’ont donné le boost qu’il me fallait pour rallumer la flamme qui était éteinte. Je veux vivre. Profiter de ma jeunesse. M’ouvrir à de nouvelles expériences et laisser entrer une personne dans mon intimité. Mais ce ne sera pas toi.

Tu es cette chose interdite. Un humain qu’on a envie de posséder l’instant d’un moment. Je ne sais pas encore combien de temps nos discussions dureront. J’apprécie chacunes d’elles, surtout celle du fameux vendredi.

Peut-être qu’un jour nos chemins se croiseront, que nous serons libres tous les deux. Si ce jour arrive, je pourrai te chuchoter à l’oreille les mots qui me brûlent les lèvres depuis plus de 4 ans maintenant.

 

L’homosexualité chez mon enfant

l'homosexualité chez mon enfant

En tant que parents, nous voulons nécessairement le meilleur pour nos enfants. Mais qu’est-ce que le meilleur? Le cadre de société prédéfini? Le chien, la maison, la job parfaite, le mari et des enfants? Mais si c’était autre chose, si c’était de laisser notre enfant choisir son propre bonheur, chemin et de plutôt l’accompagner dans son histoire. Vous savez, être à côté de lui, lui tendre la main s’il trébuche, mais le regarder aller. Mon but avec ma fille, c’est exactement cela. Qu’elle trouve son propre bonheur. Nous lui servons de modèles moi et son père, mais notre bébé louve ne nous appartient pas. Il y aura un jour où elle sera en mesure de prendre ses propres décisions, car elle aura assez de jugement critique pour savoir ce qui est bien ou mal pour elle.

Un jour, ma fille se questionnera probablement sur qui elle est, ce qu’elle veut vraiment, ce qu’elle aime, ce qu’elle n’aime pas et qui elle aime, etc. Peut-être qu’un jour, elle nous affirmera être homosexuelle, peut-être qu’elle sera hétérosexuelle, peut-être sera-t-elle pansexuelle, peut-être bisexuelle ou autre. Nous n’avons pas de contrôle sur qui elle aimera. Pour notre part, tant qu’elle sera heureuse, qu’elle se fera respectée, qu’elle sera écoutée et en sécurité, c’est tout ce que nous lui souhaitons. J’ai entendu dans mon entourage des genres de situations où les parents ne savaient pas comment réagir, par exemple :

  • Maman, je suis homosexuelle.
  • Attends, c’est une passe, à mon travail, il y a ce gentil garçon que tu adorerais, il est si gentil.

Ou encore :

  • Papa, je suis bisexuelle, j’aime autant les garçons que les filles.
  • Mais voyons donc, pas toi, qu’est-ce que tes petits frères vont penser, tu es leur modèle, c’est pas vrai qu’ils vont voir ça et qu’ils vont vouloir le devenir eux-aussi.

Vous savez, j’expose ce genre de situations, car elles arrivent pour vrai. J’accorde qu’il n’y a pas de façons magiques et parfaites de réagir. Il se peut que ce soit une question d’adaptation. J’ai demandé l’aide d’un ami à moi formé en sexologie, Maxime Lévesque, pour m’aider dans ce texte. Il mentionnait que parfois, votre enfant a eu le temps de se préparer à vous en parler. De votre côté, vous aurez probablement besoin également de temps. Vous laisser le temps. C’est un concept bien important. C’est peut-être même un deuil. Autrefois, les parents pensaient qu’ils n’auraient plus de petits-enfants. Il existe maintenant l’adoption. Il y a des solutions. Mais je vous rappelle que c’est la vie de votre enfant et non la vôtre. Nous sommes des accompagnateurs de cette belle histoire de vie. Maxime rappelait que dans la situation où le père avait peur que les plus jeunes veuillent suivre le modèle de la plus grande qui est bisexuelle, il faut savoir ce que l’on veut prioriser : briser un beau lien de fraternité ou bien enseigner aux plus jeunes à mettre en pratique leur esprit critique. De plus, nous pouvons démontrer que cette grande sœur est un modèle positif d’affirmation de soi au lieu de mettre l’emphase sur son orientation sexuelle. Nous avons tous eu une idole, par exemple, pour ma part c’était Britney Spears, oui oui, mais pourtant, je ne suis jamais devenue la copie conforme de celle-ci. La raison est simple, j’avais ma vie et elle, la sienne. D’une autre part, Maxime mentionnait qu’effectivement, cela peut être une passe. La raison est simple, lorsqu’on aime quelqu’un, ça arrive comme ça arrive. On le planifie rarement, donc oui cela pourrait être un garçon, comme ça pourrait être une fille. C’est d’ailleurs important de mentionner que pour plusieurs, ce n’est pas une passe, donc il est important de ne pas s’arrêter à savoir si cela en est une ou pas.

Quelques conseils en terminant :

S’informer :

L’homosexualité n’est pas une maladie qui s’attrape. C’est plus un travail de déconstruction des préjugés disait Maxime, de penser que l’homosexualité va nous amener plus d’obstacles à notre vie, l’orientation sexuelle n’est pas supposée, en fait, nous causer un quelconque problème. De plus, il existe une ligne de soutien aux parents, reliée à Tel-Jeune. Ce sont des professionnels formés pour vous donner des conseils et vous supporter. Un travail d’introspection également est nécessaire. Maxime nommait l’importance de trouver ce qui vient nous choquer, si cela arrive, afin de voir quelle émotion est en jeu, quelle valeur est touchée et ainsi pouvoir faire aussi notre part, un travail sur nous-mêmes.

En parler :

Avec votre jeune, avec vos proches en qui vous avez confiance. Aller chercher de l’aide si cela devient trop conflictuel pour vous.

Prendre le temps :

C’est une adaptation pour vous tous. Cela ne veut pas dire que vous seriez prêt à déjeuner avec le conjoint de votre fils, cela veut dire que vous ne coupez pas les ponts et que vous prenez le temps d’apprendre à en connaître davantage.

VOUS N’ÊTES PAS UN MAUVAIS PARENT, vous n’avez pas créé l’homosexualité chez votre enfant en le laissant jouer avec des Barbies, c’est un mythe. Vous êtes un parent inquiet pour votre enfant, mais la famille, c’est de s’aimer peu importe l’étape à passer. Pour ma fille, je te souhaite, ma chérie, de trouver l’amour de ta vie, peu importe son sexe.

Marie-Pier Carle alix marcoux

Petits zizis

Maxine parle de la grosseur des pénis

Notre société actuelle est obsédée par la recherche du corps parfait et de la performance. Plusieurs personnes vont se comparer sexuellement à ce qui est véhiculé par les médias et la pornographie, mais où se situe la norme? Le nombre de demandes de chirurgie pénienne a grandement augmenté dans les dernières années et pourtant une grande majorité se dit satisfaite de la grosseur du pénis de leur partenaire, alors que ceux-ci sont souvent complexés.

En réalité, la taille moyenne du pénis en érection serait de 12,8 et 14,5 cm (4,72 pouces à 5,5 pouces) et varie de quelques centimètres tout dépendant des origines ethniques de la personne.  On parle de micro pénis si ce dernier mesure 7 cm et moins. Ce qui n’est pas la majorité des cas, disons-le. Alors ne nous affolons pas! Chaque pénis est unique, tout comme chaque vagin et corps. Il est donc primordial d’apprendre à danser avec son partenaire et aussi se donner le temps qu’il faut. On peut paraître maladroit.e lors des premières relations et c’est bien normal. Chaque personne est bien différente et elle aimera des choses distinctes. Soyez à l’écoute de votre partenaire, de votre corps et communiquez. Personnellement, je suis très attentive aux sensations ressenties par mon corps et je suis capable de dire que j’aimerais essayer une nouvelle position ou prendre moi-même le taureau par les cornes si je n’éprouve pas suffisamment de plaisir. « Save a horse, ride a cowboy! »

Les positions à adopter pour un pénis que vous ne considérez pas assez long pour votre vagin sont la Levrette (à quatre pattes), la Cavalière, la Cavalière inversée (on s’assoit sur son partenaire en lui tournant le dos). Elles permettront une pénétration profonde. N’oubliez pas que beaucoup adorent regarder vos fesses en mouvements. Gâtez-les et vous par le fait même. Évitez le traditionnel missionnaire (vous êtes couché.e sur le dos, votre partenaire par-dessus) ainsi que la cuillère, car ces positions sont optimales lorsque le membre est plus long.

Je vous recommande aussi d’effectuer des exercices de Kegel afin de raffermir votre plancher pelvien et ils contribueront aussi à éviter les incontinences urinaires et fécales.

En résumé, un brin de foin dans le nez, ça chatouille!  Il vous faut simplement trouver la position qui vous apportera du plaisir à votre partenaire et vous. Communiquez, c’est la base de tout.

     

Quand odeur rime avec ardeur!

quand odeur rime avec ardeur

Vous êtes-vous déjà posé la question sur le pourquoi un homme vous attirait plus qu’un autre? Moi plusieurs fois. Pourquoi ce mec m’attire plus que l’autre alors qu’il est moins beau et moins charmant? C’est étrange non?

Et bien, les phéromones sont l’explication à ce phénomène. Les phéromones sont des substances chimiques, comparables aux hormones qui sont dégagés dans l’air par la sueur ainsi que par les parties génitales. D’où l’expression «Tu pues le sexe!». Ces messagers puissants et imperceptibles consciemment déclenchent des réactions ou comportements entre les individus.

Les femmes sont très sensibles à ceux-ci. Par exemple, si un homme est excité dans une pièce vs un autre qui ne l’est pas, elle se dirigera automatiquement vers celui qui l’est. Autres phénomènes qu’on peut observer à cause des phéromones; un groupe de femmes qui sont souvent ensemble vont se retrouver à avoir la même période d’ovulation. Vous avez tout compris, les SPM en même temps! Danger si vous travaillez dans un milieu de femmes. Les phéromones vont aussi être sécrétées par les femmes qui allaitent. Elles envoient des hormones sexuelles donnant le goût aux autres femmes nullipares d’avoir des relations sexuelles. Et oui! Ce n’est pas que le bébé de votre amie est trop mignon, mais bien que sa maman vous envoie des messages sexuelles. Cochonne!

De nouvelles théories tentent de démontrer que l’ADN pourrait aussi influencer la durabilité d’un couple. Instant Chemistry propose un test de compatibilité que vous pouvez commander en ligne. Imaginez-vous dans une date dire au gars en face de vous «Pourrais-tu cracher dans ce tube, j’aimerais voir si tu es l’homme de ma vie?». IISSSHHH, bonjour la première impression. Non mais franchement, comment tuer l’amour. Ici c’est mon opinion personnelle. Dites-moi, seriez-vous prêtes à valider votre compatibilité avec votre chum ou une nouvelle fréquentation à partir de ce test? Ils vécurent heureux, grâce à une expectoration! Comme c’est romantique.

En résumé, chaque personne dégage sa propre odeur inodore. Ce qui constitue notre signature sexuelle unique. Quant à l’ADN, il est encore trop tôt pour en tirer des conclusions concernant l’attirance sexuelle. Quand la chimie devient maître de notre couple et de notre sexualité, c’est quand même spécial, non?

 Folie Sofia logo reviseure