Folie bien-être·Folie mode & beauté·Karine Caron-Benoit·Séries de textes

Karine Joncas : nouveauté gel dermo-nettoyant au collagène 4 en 1

J’ai vraiment un gros coup de cœur pour cette compagnie que j’apprends à découvrir depuis quelques mois. Je vous invite d’ailleurs à vous rendre sur leur site Internet pour en découvrir davantage. En plus des détails sur les produits, il y a une multitude de trucs pour des soins pour la peau.

Folie bien-être·Folie familiale·Folie intime·Jennifer Martin·La fois où·Séries de textes·Tous les articles

La fois où… mon fils m’a dit que j’avais l’air déprimée

Mes yeux sont-ils si vides d’expressions à ce moment précis pour que mon fils s’inquiète de mon bonheur ? J’ai pourtant l’impression de dégager la joie et le confort d’être là avec lui, sans pression ni horloge pour nous rappeler que ces heures devraient être consacrées à faire des tâches précises.

Folie familiale·Folie intime·Jennifer Martin·La fois où·Séries de textes·Tous les articles

La fois où…mon enfant a terminé son primaire

J’ai l’impression que tu as vécu ton année à fond, sachant que tu quitterais définitivement l’enfance une fois arrivé en juin. Si pour toi, ce fut aussi enrichissant, pour moi ce fut une course contre la montre de la grande école secondaire qui menace de me voler mon fils à son tour, comme l’a fait sa précédente école.

Folie intime·Karine Caron-Benoit·Série : Dépression·Séries de textes·Tous les articles

Dépression : L’accès à l’aide psychologique 

Je ne comprends pas pourquoi l’aide psychologique est si difficile à obtenir. Toutes les étapes à franchir pour simplement voir un psychologue et dire : « Ça va pas. » Il y a heureusement de nombreuses lignes d’écoute et des organismes d’aide qui peuvent être le premier recours. Ne perdez pas espoir, le chemin est long, mais l’arrivée en vaut la peine.

Folie intime·Karine Caron-Benoit·Série : Dépression·Séries de textes·Tous les articles

DÉPRESSION : Les réseaux sociaux

On m’a jugé, on m’a mis en garde, on m’a traité de plusieurs manières, mais j’ai cessé d’écouter les autres, car mon dossier médical était pour moi la seule chose qui avait du pouvoir. Mon psychologue m’a félicité à plusieurs reprises et quand ça arrivait, l’estime de soi ne faisait que prendre encore plus de place et écraser la douleur qui restait.