Du scotch, la Californie et des folies : CKOI Palooza

CKOI Palooza Folie Urbaine

Hier soir avait lieu le légendaire CKOI Palooza organisé par le 96.9 CKOI à l’Olympia. C’était toute une soirée et je ne l’oublierai pas de si tôt. Chaque invité repartait avec des Converse offerts par X20, pouvait avoir un sac de popcorn offert par Kernel’s Popcorn et avoir une friandise glacée offerte par Breyers. Non mais? Une vraie soirée VIP pour toutes les personnes chanceuses qui ont réussi à gagner des billets. Eh oui! pour assister à ce rendez-vous annuel, il faut réussir à obtenir la ligne à CKOI pour remporter des billets; impossible d’en acheter, c’est une vraie soirée exclusive et VIP.

 

CKOI Palooza Folie Urbaine
Crédit photo: Karine Caron-Benoit

 

Les animateurs de CKOI ont pris un bain de foule et ont pris le temps de prendre des photos avec les gagnants, discuter avec eux, signer des autographes et délirer un peu. Ils ont été super généreux, c’est vraiment un événement unique qui est tout à l’honneur de la station de radio.

 

CKOI Palooza Folie Urbaine
Crédit photo: Karine Caron-Benoit

 

J’ai eu la chance et même l’honneur de photographier certains artistes, que j’ai pu croiser ,et même de leur poser une question, la voici:

Pour toi, quelle est ta plus grande folie dans la vie?

 

CKOI Palooza Folie Urbaine
Crédit photo: Karine Caron-Benoit

« Mettons que je pense à ma folie urbaine sur ma banlieue sud, ce serait en famille, un soir où c’est pas prévu, après un bon repas avec mes petits bonshommes de 5 ans et demi, nos jumeaux, de se regarder pis se dire ”Qu’est-ce qu’on mangerait bien comme dessert?” Et de se rendre en voiture à 8 minutes de distance de chez nous et d’aller manger un Chocolats favoris. ÇA! C’est pas une grande folie, mais quand c’est pas prévu, pas planifié, et que là tu dégustes ton chocolat favori au grand air, c’est un moment en famille, c’est comme une petite folie familiale parfaite et ça nous met un sourire automatique dans la face. »
Patrice Bélanger

 

CKOI Palooza Folie Urbaine
Crédit photo: Karine Caron-Benoit

« Moi, j’aime bien les scotchs, alors je vais dire les scotchs. Sinon les voyages, j’adore Las Vegas. Walt Disney bien souvent aussi, je suis rendu à 7 fois,  donc j’ai un coeur d’enfant pas mal. »
Billy Tellier

 

CKOI Palooza Folie Urbaine
Crédit photo: Karine Caron-Benoit

Lui: « Ma plus grande folie, c’est de me baigner nu le soir chez moi pendant que la lumière des voisins est fermée. »
Moi : « Avec un chauffe-eau? »
Lui : « Avec le chauffe-eau, idéalement quand il fait froid dehors, car il faut qu’il y ait de la boucane; la steam qui sort de la piscine. »
Philo Lirette

 

CKOI Palooza Folie Urbaine
Crédit photo: Karine Caron-Benoit

 « Je te dirais que ma plus grande folie, c’est sûrement de partir en voyage n’importe quand, n’importe où. Avec mon chum, on est vraiment fan de ça; des fois on a une semaine off et on regarde c’est quoi le billet le moins cher et on va à cet endroit-là, ce qui nous amène dans 3 semaines à Amsterdam, au mois de mars en Islande et on revient tout juste du sud de la France. Les deux, on aime beaucoup voyager, j’aime découvrir les endroits avec lui. On est en amour, on est bien à Montréal, mais on veut aussi des fois aller s’aimer ailleurs! »
Valérie Roberts

Psst! En passant, la veste que Valérie portait, c’est elle-même qui l’a faite! Je sais pas pour vous, mais j’en veux une!

 

CKOI Palooza Folie Urbaine
Crédit photo: Karine Caron-Benoit

« Ma plus grande folie? Ce serait de sacrer mon camp sur une île où plus personne existe sauf les gens que je décide d’amener. En fait, concrètement, ce serait de tout sacrer là pour aller vivre en Californie, trouver le moyen d’aller vivre là. En fait, ma plus grande folie ce serait de gagner à la loto, ça, ça ce serait malade! »
Marie-Josée Gauvin

 Leurs folies sont contagieuses, ça donne presque envie de partir en voyage en Californie avec une bouteille de scotch, un pot de Chocolats Favoris avec la veste de Valérie Roberts, son chum et le billet de loto gagné par MJ Gauvin! Ok ok, je divague un peu.

Les artistes qu’on a eu le privilège de voir fouler la scène accompagnés par l’excellent groupe les Vickings étaient : Jonathan Roy, Rémi Chassé, Jonathan Painchaud, les 2 Frères, Jean-Marc Couture, King Melrose, Bleu Jean Bleu, Bodh’Aktan, Ryan Kennedy et Bernard Adamus. Je peux vous garantir que mes oreilles bourdonnent encore après avoir entendu de l’aussi bonne musique qu’on a eu la chance d’entendre. Ce fût des performances à la hauteur des attentes, j’en suis certaine. Mon coup de coeur? Ryan Kennedy avec sa version de Creep de Radiohead; j’avais envie de me rouler par terre tellement j’avais des frissons.

Crédit photos: Karine Caron-Benoit

Jonathan Roy et King Melrose on clairement donné des chaleurs à toutes les femmes qui étaient présentes, dont moi. C’est sûr que d’avoir les fesses de King Melrose dans mon objectif pendant qu’il se dandine, c’est pas plate du tout. Rémi Chassé a également été fidèle à lui-même et a poussé des notes que peu d’humains sur la terre sont capables de faire. Il a toute mon admiration. Les artistes ont littéralement mis le feu sur la scène autant avec leurs succès que par des reprises. On a également eu droit à des prestations de l’équipe de CKOI, dont le gagnant du concours de Debout les Comiques qui a chanté Uptown Funk, ça a littéralement lancé la soirée en force. Aussi, PY qui nous a offert une performance comme seul lui peut le faire, accompagné d’une bouteille de Jack Daniel’s. Et que dire de François Pérusse qui monte sur scène pour surprendre les 2 frères qui reprenaient une de ses chansons? Magique comme soirée.

Crédit photos: Karine Caron-Benoit

Pour finir, le CKOI Palooza, c’est maintenant rendu un rituel pour l’équipe de CKOI et c’est sans aucun doute une soirée mémorable pour toutes les personnes qui ont la chance de pouvoir y être.

Merci CKOI pour cette belle soirée!

 Crédit photos: Karine Caron-Benoit

Karine signatureverifie-ariane-etampe

Lancement officiel de Folie Urbaine

lancement folie urbaine

C’est le 15 septembre dernier qu’avait lieu, après des mois de préparation, le lancement de Folie Urbaine. Après avoir entretenu le suspense sur les réseaux sociaux et après plusieurs spéculations, les nombreuses personnes qui sont venues festoyer avec nous, dans une formule 5 à 7, ont pu découvrir en primeur ce qu’est Folie Urbaine.

Né d’une passion commune pour l’écriture, ce sont 4 femmes ayant chacune leurs forces et faiblesses, qui ont décidé de lancer un blogue à leur image. Nous avons à cœur de parler de tout, sans censure, et nous voulons partager nos états d’âmes et nos coups de cœur avec nos lecteurs.

Le lancement a eu lieu à la Taverne Jarry, qui a accepté de nous recevoir et de nous prêter son animateur Serge-Yvan Bourque pour l’occasion. Celui-ci nous a donné un solide coup de main dans l’élaboration de notre lancement et on vous recommande d’assister aux soirées Je ris donc je suis qui ont lieu tous les mercredis à la Taverne Jarry, afin d’apprécier son travail.

lancement folie urbaine

Pour gâter nos invités, nous avons pu compter sur de nombreuses collaborations, qui nous ont offert généreusement d’ajouter une touche sucrée à notre soirée. Mademoiselle Bonbon a concocté un bar à bonbons des plus colorés et Pierre Martin pâtisseries a mis à la disposition des invités une variété de cupcakes tout aussi alléchants. Nous désirons aussi remercier la Taverne Jarry qui a offert le popcorn et un verre de vin à chaque invité.

De plus chaque invité a reçu un cadeau personnalisé qui contenait un sachet de thé, gracieuseté du Salon de thé Oasis, et un code promo de 10% à l’achat d’un coffret littéraire sur le site Le fil rouge.

Finalement, nous avons eu l’idée de partager avec vous nos impressions, suite à cette soirée si importante pour Folie Urbaine.

Karine: «  Le lancement, pour moi, c’était l’étape où l’on allait concrétiser le projet, où moi-même j’allais réaliser que c’était réel, que les filles et moi allions vraiment nous lancer. Je suis tellement heureuse du résultat de cette soirée, toute l’énergie et la passion que l’on a mis dans la préparation était perceptible le soir-même à la Taverne. C’est clair que je suis contente de ne pas avoir bafouillé ou plongé à la Superman en bas du stage, mais ce dont je suis la plus fière c’est notre team. On a fait ça les 4 ensemble et durant le lancement on rayonnait ensemble. Folie Urbaine a pris d’assaut cette soirée et de voir les visages des gens présents et d’entendre leurs bons commentaires, j’ai su que nous avions réussi notre coup. Ce fût une soirée que je n’oublierai jamais, je suis fière de notre équipe, je suis fière de ce qu’est Folie Urbaine et que tout le monde puisse enfin nous découvrir. »

Ariane: « Après plusieurs mois de préparation, c’est seulement après notre discours final que tout mon stress est descendu. Enfin, notre projet n’était plus secret et était rendu concret et palpable. Notre belle team est prête à partager ses coups de cœur et émotions avec vous, par écrit, à partir de notre bébé: notre blogue sans barèmes qui, nous l’espérons, vous plaira sous tous ses angles! »

Jennifer: «  Pour moi cette soirée a été la consécration de notre projet. Je suis heureuse de pouvoir travailler avec ma super équipe de feu à vous offrir le meilleur blogue possible. Folie Urbaine, c’est une grande réalisation pour moi et lors du lancement j’ai été choyée de recevoir ce bel accueil et de voir que les gens étaient au rendez-vous pour nous supporter dans ce projet. J’ai bien hâte de pouvoir partager avec vous tous mes états d’âme et mes folies. »

Dominique: « Après autant de mois de préparation, c’est toujours un soulagement que de voir le Jour J arriver enfin. C’est fou de voir le résultat d’autant de travail et constater que les efforts ont porté fruit. Je suis énormément reconnaissante envers tous nos commanditaires qui ont vraiment gâté les invités avec toutes les bonnes choses qu’il y avait pour leur bedon. Je suis aussi extrêmement fière de notre équipe qui a su gérer la situation et le stress et je suis impatiente de voir mes collègues et amies évoluer avec moi dans ce beau projet. »

En terminant, nous espérons que vous avez autant hâte que nous de suivre l’évolution de Folie Urbaine et nous sommes impatientes de vous livrer le meilleur contenu possible, à notre image.

Bienvenue dans notre univers!

Ariane, Dominique, Karine & Jennifer

Photographe de la soirée: Andréanne Coggins

Photo de signature pour Jennifer Martin.    ariane reviseure

Les Gémeaux: du talent et du glamour

Dimanche soir avait lieu le gala des Prix Gémeaux, gala qui récompense les artisans de notre télévision québécoise. Pour la 31e édition, ce gala a été animé par Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier qui ont fait un travail exceptionnel. Leurs textes étaient remplis d’humour et ne manquaient aucune occasion de pousser une craque. J’ai eu peur, à quelques reprises, de vivre un malaise, mais tout semble avoir été bien dosé. On peut dire qu’ils ont littéralement bien réussi leur bien-cuit.
Crédit: Page Facebook des Gémeaux

Dimanche soir avait lieu le gala des Prix Gémeaux, gala qui récompense les artisans de notre télévision québécoise. Pour la 31e édition, ce gala a été animé par Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier qui ont fait un travail exceptionnel. Leurs textes étaient remplis d’humour et ne manquaient aucune occasion de pousser une craque. J’ai eu peur, à quelques reprises, de vivre un malaise, mais tout semble avoir été bien dosé. On peut dire qu’ils ont littéralement bien réussi leur bien-cuit.

‘’Julie Snyder est avec nous, en tous cas, c’est ce que nous a dit notre informateur secret.’’

‘’Je ne suis pas Mike Ward, j’ai pas 42 000 piasses pour rire d’un enfant qui chante mal’’.

‘’La série Ruptures. C’est Marilou Wolfe qui a réalisé cette excellente série, bon, malheureusement pour elle, le titre a été un peu prémonitoire.’’

‘’Parles-en au vieux monsieur essoufflé qui remplace Normand Brathwaite à Piment fort’’.

Bref. Les deux animateurs ont vraiment réussi à mettre la barre haute ; il n’y avait aucune longueur, aucun temps mort. Pour moi, c’était un des meilleurs galas que j’ai pu regarder à la télévision. J’ai même regardé le numéro d’ouverture 3 fois après le gala! C’était un duo parfait.

Dimanche soir avait lieu le gala des Prix Gémeaux, gala qui récompense les artisans de notre télévision québécoise. Pour la 31e édition, ce gala a été animé par Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier qui ont fait un travail exceptionnel. Leurs textes étaient remplis d’humour et ne manquaient aucune occasion de pousser une craque. J’ai eu peur, à quelques reprises, de vivre un malaise, mais tout semble avoir été bien dosé. On peut dire qu’ils ont littéralement bien réussi leur bien-cuit.
Crédit photo: Page Facebook des Gémeaux

J’ai quand même eu un pincement au cœur de ne pas avoir pu être sur le tapis rouge et photographier nos artistes québécois avant le gala, mais j’ai ressenti toute la magie de mon salon.

Juste avant le gala, on a eu la chance de voir l’avant-gala avec Claudine Prévost et Herby Moreau qui se sont entretenus avec les artistes. On a pu voir les magnifiques tenues de nos vedettes préférées. Ce que j’ai remarqué cette année, c’est que c’est fini les grosses robes de princesse, j’ai adoré voir la diversité dans les tenues des artistes; plusieurs ont osé et le résultat était absolument magnifique.

Mes coups de cœurs?
Sarah-Jeanne Labrosse
Marilou Wolfe
Vanessa Pilon
Maripier Morin
Valérie Chevalier
Mylène Saint-Sauveur
Magalie Lépine-Blondeau
Mélissa Désormeaux-Poulin
Ève Landry

Pour voir les photos des magnifiques tenues, je vous invite à aller vous promener sur les réseaux sociaux des artistes ou sur les pages des différents médias qui ont eu la chance de les photographier.

Le premier prix de la soirée a été remis par nulle autre que la première Dame du Canada, eh oui! c’est la femme de Justin Trudeau, Mme Sophie Grégoire, qui a eu l’honneur de remettre le prix de la meilleure actrice pour une série dramatique. C’est la magnifique Laurence Leboeuf qui a remporté ce prix pour son rôle dans Marche à l’ombre.

Pour vrai, c’était si difficile de déterminer qui allait remporter les prix dans la majorité des catégories; on ne peut passer sous silence l’immense talent au Québec. C’était des artisans qui méritaient tous un prix pour leur travail exceptionnel dans notre télévision québécoise. Les émissions qui ont fait partie des grands gagnants hier soir: Unité 9, Les pays d’en haut et Les beaux malaises qui ont tous été récompensés à plusieurs reprises lors de cette grande journée où les artisans de la télévision étaient à l’honneur. J’ai trouvé ça super que les animateurs soulignent les prix qui ont été remportés dans l’après-midi, des prix qui méritent amplement leur place dans ce fabuleux gala.

Dimanche soir avait lieu le gala des Prix Gémeaux, gala qui récompense les artisans de notre télévision québécoise. Pour la 31e édition, ce gala a été animé par Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier qui ont fait un travail exceptionnel. Leurs textes étaient remplis d’humour et ne manquaient aucune occasion de pousser une craque. J’ai eu peur, à quelques reprises, de vivre un malaise, mais tout semble avoir été bien dosé. On peut dire qu’ils ont littéralement bien réussi leur bien-cuit.
Crédit photo: Page Facebook des Gémeaux

Les réseaux sociaux étaient en feu! J’ai vraiment eu du plaisir sur Twitter, parce que les commentaires étaient unanimes sur le gala et les mots d’amour que j’ai pu lire à l’endroit de nos artistes québécois étaient très touchants. Ce qui a le plus marqué sur Twitter était sans aucun doute Josée Boudreault qui est venue présenter un prix. Elle était belle à voir, cette femme si courageuse qui a eu droit à une belle ovation. Il y a eu tellement de beaux moments que c’est difficile de souligner que les meilleurs. Que ce soit le trio de Bulldog Bazar qui présente un prix ou les athlètes féminines olympiques qui reçoivent beaucoup d’amour, c’était un gala rempli d’émotion qu’on a eu la chance de regarder.

Le numéro de variété qui mettait à l’honneur les émissions musicales m’a fait frissonner. Annie Villeneuve, de la première mouture de Star Académie, était magnifique. C’était fou de réaliser à quel point les années passent vite, déjà plus de 10 ans. C’était un beau numéro qui a terminé avec un clin d’œil à Pierre Lalonde, ce grand homme nous ayant quittés en 2016.

Bravo à tous les gagnants de la soirée, ainsi qu’aux deux animateurs de la soirée, Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier, le 31e gala des Prix Gémeaux était exceptionnel et on en reparlera certainement toute la semaine.

Je pourrais continuer de vous en parler encore durant plusieurs lignes, mais les internets sont remplis d’articles que je vous invite d’ailleurs à aller lire. Sur ce, on se rejase au prochain gala québécois!

Pour connaître tous les gagnants, c’est ICI.

Pour revoir les meilleurs moments du gala, c’est ICI.

Crédit photo couverture: Page Facebook des Gémeaux

Karine signatureverifie-ariane-etampe

Laisser les livres prendre le contrôle de sa déco

C’est bientôt l’automne, pis ça me déprime toujours un peu. Fini la chaleur, les terrasses, les soirées au coin de feu avec un sac plein de guimauves et les maillots de bain mouillés qui sèchent sur la rampe du balcon. Heureusement, même si je préfère lire un bon bouquin confortablement installée dans ma chaise longue au soleil, en automne, ce qu’il y a de bon, c’est qu’on ne délaisse pas la lecture pour autant. La serviette de plage fait place à la confortable doudou de laine, le feu se fait maintenant à l’intérieur, mais le livre ne perd pas sa place dans l’équation.

C’est bientôt l’automne, pis ça me déprime toujours un peu. Fini la chaleur, les terrasses, les soirées au coin de feu avec un sac plein de guimauves et les maillots de bain mouillés qui sèchent sur la rampe du balcon. Heureusement, même si je préfère lire un bon bouquin confortablement installée dans ma chaise longue au soleil, en automne, ce qu’il y a de bon, c’est qu’on ne délaisse pas la lecture pour autant. La serviette de plage fait place à la confortable doudou de laine, le feu se fait maintenant à l’intérieur, mais le livre ne perd pas sa place dans l’équation.

Pour moi, vivre sans livres est impossible. Je consomme autant de chick lit que de jujubes. Mais comme je préfère m’instruire et m’évader dans les mots plutôt que d’avoir des caries, j’essaie de mettre les livres en valeur dans ma maison plutôt que les gummies.

Habiller sa maison de livres, c’est facile, accessible à tous les budgets et ça laisse place à une grande quantité d’idées créatives. Que ce soit pour des encyclopédies, des romans, des livres pour enfants ou même des dictionnaires, je te suggère ici quelques idées afin de personnaliser ton décor de 1001 mots.

Tout d’abord, bien que ce soit fort beau une ou plusieurs bibliothèques, il n’est pas nécessaire d’investir toutes tes économies chez Ikea ou Rona. Il existe d’autres façons de mettre en valeur ses livres et c’est pourquoi j’ai craqué pour ces quelques exemples.

Mon fils n’aime pas particulièrement la lecture, mais je trouve important que les livres fassent partie de sa vie. J’ai eu un coup de cœur pour ces idées trop mignonnes pour une chambre d’enfants.

Il existe aussi des idées très originales d’utiliser ou d’exposer vos livres et qui susciteront sûrement des réactions positives. J’en ai trouvées quelques-unes sur Pinterest, j’ai même été inspirée par l’une d’elle pour ma propre bibliothèque. Je te laisse deviner laquelle… (Psst…la réponse est à la fin du texte.)

Finalement, peu importe comment tu disposes tes livres, l’important c’est qu’ils ne soient pas encombrants pour toi et qu’ils occupent bien l’espace que tu veux leur laisser.

Réponse: Et oui! mes livres sont bien classés par couleur dans ma bibliothèque!

Crédits photos: Pinterest

 

Photo de signature pour Jennifer Martin.      ariane reviseure

 

 

Quand passion devient obligation

J'ai dû, à un moment dans ma vie, prendre un nouveau départ et m'accrocher à des choses qui s'offraient à moi et me rendaient heureuse. Trouver des choses qui me permettent de me lever le matin et de vivre ma journée. Je suis devenue passionnée et ce, de la tête aux pieds. Simplement parce que sans passion j'étais vide.

J’ai dû, à un moment dans ma vie, prendre un nouveau départ et m’accrocher à des choses qui s’offraient à moi et me rendaient heureuse. Trouver des choses qui me permettent de me lever le matin et de vivre ma journée. Je suis devenue passionnée et ce, de la tête aux pieds. Simplement parce que sans passion j’étais vide. Ma passion guide mes actions ai-je commencé à inclure dans mes dialogues. Mais vient un temps où on se rend compte de la différence pas trop éloignée entre passion et obligation. Vu de même c’est moins rose, hein? En fait j’ai un exemple pour exprimer ce sentiment qui m’envahie depuis quelques temps. La photo. Cette passion, je l’ai dans mes tripes depuis l’appareil jetable et les bobines 35mm 400 iso de ma pharmacie Brunet. J’ai toujours été la fille harcelante qui prenait un million de photos pour avoir des souvenirs. Avec les années, cette manie est devenue une passion qui est entrée dans ma vie là où j’en avais le plus besoin! Cette passion a meublé mes temps libres, ouvert mes horizons, offert des expériences inoubliables et a mis plein de gens merveilleux sur ma route. Mais cette passion est, depuis quelques temps, devenue une obligation que je commence à détester. Quand je ne peux plus simplement faire cette chose que j’adore juste pour le plaisir, quand devoir comprendre le charabia est obligatoire, quand rentrer dans le moule semble la seule option, quand absolument TOUTE sauf juste prendre des photos. C’est là que le boute moins le fun gâche le party et c’est là que je suis rendue. L’envie de lâcher avant d’abandonner ou pire, détester. Je suis rendue à garder une relation à temps partiel, sans attache, pour que ça fasse moins mal quand on se quitte pour un temps indéterminé. Mais surtout garder ça à l’écart, loin du gros public pour ne plus ressentir la pression de plaire ou la déception d’être mauvaise!

 

J'ai dû, à un moment dans ma vie, prendre un nouveau départ et m'accrocher à des choses qui s'offraient à moi et me rendaient heureuse. Trouver des choses qui me permettent de me lever le matin et de vivre ma journée. Je suis devenue passionnée et ce, de la tête aux pieds. Simplement parce que sans passion j'étais vide. Ma passion guide mes actions aie-je commencé à inclure dans mes dialogues. Mais vient un temps où on se rend compte de la différence pas trop éloignée entre passion et obligation. Vu de même c'est moins rose, hein? En fait j'ai un exemple pour exprimer ce sentiment qui m'envahie depuis quelques temps. La photo. Cette passion, je l'ai dans mes tripes depuis l'appareil jetable et les bobines 35mm 400 iso de ma pharmacie Brunet. J'ai toujours été la fille harcelante qui prenait un million de photos pour avoir des souvenirs. Avec les années, cette manie est devenue une passion qui est entrée dans ma vie là où j'en avais le plus besoin! Cette passion a meublé mes temps libres, ouvert mes horizons, offert des expériences inoubliables et a mis plein de gens merveilleux sur ma route. Mais cette passion est, depuis quelques temps, devenue une obligation que je commence à détester. Quand je ne peux plus simplement faire cette chose que j'adore juste pour le plaisir, quand devoir comprendre le charabia est obligatoire, quand rentrer dans le moule semble la seule option, quand absolument TOUTE sauf juste prendre des photos. C'est là que le boute moins le fun gâche le party et c'est là que je suis rendue. L'envie de lâcher avant d'abandonner ou pire, détester. Je suis rendue à garder une relation à temps partiel, sans attache, pour que ça fasse moins mal quand on se quitte pour un temps indéterminé. Mais surtout garder ça à l'écart, loin du gros public pour ne plus ressentir la pression de plaire ou la déception d'être mauvaise!

 

Quand c’est rendu qu’une passion devient une relation amour-haine à la limite malsaine, c’est juste le moment de raccrocher ses patins et de passer à autre chose, mais le problème, c’est que je vis que pour la passion et ça me brise encore plus le cœur de me rendre compte que je ne suis plus nécessairement libre dans ce que j’aime. Pourquoi rendre quelque chose le fun, compliqué? Pourquoi ne pas simplement laisser les choses aller comme elles sont? C’est souvent ça qui arrive. On a beau embarquer dans un projet, parce qu’on tripe et qu’on a ça dans le sang, on finit la majorité du temps par en subir les conséquences. Suis-je claire? Pas vraiment, hein! Ce que je veux dire, c’est que, même quand le projet ou la passion vient de tes tripes, il y a toujours une situation ou une personne qui fait en sorte que tu dois finalement rendre des comptes. Moi, mes passions sont: la télévision québécoise, le cinéma, l’écriture, la photographie, l’événementiel et les tasses. Ok oublions le dernier. En gros, ce que je tente d’exprimer, c’est que, malgré la passion qui m’anime, elle finit par devenir une obligation, donc moins le fun. J’ai le choix d’abandonner ou simplement de me détacher pendant un temps indéterminé pour y revenir avec un regain de passion. Je préfère la deuxième option. Je n’abandonne pas, non. Je reviens plus forte plus tard. Depuis quand une passion doit prendre tout mon temps? Suis-je réellement obligée d’entretenir mes passions pour survivre? Non, vraiment pas, je suis passionnée dans tout ce que je fais, je n’ai pas besoin de me mettre des règles, c’est moi, juste moi. J’ai décidé d’arrêter la photo, mais pas pour toujours, juste le temps qu’il faut pour que la petite pression qui fait rage sur mes épaules finisse par partir.

 

Je vis un retour présentement, celui de l’écriture. J’ai écris de manière régulière pendant près d’un an avant de me rendre compte que le plaisir était disparu, que certaines choses qu’on me demandait ne cadraient plus dans mes valeurs et dans ma manière de voir les choses. J’ai arrêté, drastiquement. J’ai eu mal. J’ai pleuré. Mais j’ai finalement décidé de reconstruire cette passion et d’en faire quelque chose de différent. Ce texte-ci est un des premiers textes que j’écris depuis plusieurs mois et je retrouve le bonheur de taper ces mots remplis d’émotions. Après avoir éliminé les obstacles qui brimaient la passion que j’avais pour l’écriture, c’est avec mon âme libre et saine que je peux enfin retrouver les bons mots pour vous dire à quel point il faut s’écouter. On est maître de notre âme, de notre cœur, de nos passions. On est les seuls à savoir si la limite est franchie et si on est dus pour un petit break. Pour ma part, je prends un break de la photographie et je renoue avec l’écriture et je n’ai clairement pas fini d’être passionnée.

 

Karine signatureverifie-ariane-etampe

Mes courges d’amour

L’automne, c’est ma saison favorite pour plusieurs raisons, mais surtout pour son côté culinaire fort en courges, puisque j’adore les cuisiner. Je dois vous avouer que j’ai découvert ce talent (ben quoi, faut savoir reconnaître nos qualités) il n’y a pas si longtemps, environ 4-5 ans, pas plus que ça et avant ça, j’étais restreinte à quelques aliments vu que chez moi (chez mes parents) on sortait rarement de notre zone de confort. C’est principalement quand je suis partie en appartement que j’ai réalisé à quel point il existait une variété d’aliments. J’ai connu l’existence de l’avocat, le poisson, les pommes grenades, les épinards ET les courges, toutes les sortes de courges.

Vous êtes curieux? Oui le titre est bel et bien mes courges d’amour. L’automne qui commence à s’installer me rend complètement dingue. En fait, la nourriture prend une immense place dans ma vie. J’adore manger oui, j’adore découvrir de nouveaux plats et nouvelles saveurs oui, MAIS, j’adore surtout cuisiner, c’est une passion. L’automne, c’est ma saison favorite pour plusieurs raisons, mais surtout pour son côté culinaire fort en courges, puisque j’adore les cuisiner. Je dois vous avouer que j’ai découvert ce talent (ben quoi, faut savoir reconnaître nos qualités) il n’y a pas si longtemps, environ 4-5 ans, pas plus que ça et avant ça, j’étais restreinte à quelques aliments vu que chez moi (chez mes parents) on sortait rarement de notre zone de confort. C’est principalement quand je suis partie en appartement que j’ai réalisé à quel point il existait une variété d’aliments. J’ai connu l’existence de l’avocat, le poisson, les pommes grenades, les épinards ET les courges, toutes les sortes de courges.

mes-courges-damour_photo-1

Ce que j’aime le plus faire avec des courges? Des potages, des gâteaux, des pâtes, des sautés, et plusieurs autres choses. Quand l’automne s’installe, je prépare mes gros chaudrons, mon mélangeur et ma mijoteuse et je suis prête à l’attaque. On oublie souvent avec l’Halloween que la citrouille est un aliment; il y a tellement de chose à faire avec une citrouille au lieu de simplement lui faire des gros yeux méchants, lui mettre une chandelle et l’oublier devant ta porte d’entrée. Les graines de citrouilles peuvent être apprêtées de plusieurs façon, de la traditionnelle graine salée et grillée jusqu’au gruau à la citrouille. Tu es curieux là hein? Voici la recette:

Gruau à la citrouille

Ingrédients
3 c. à thé de cannelle moulue
1 tasses de purée de citrouille
2 tasses de lait
1 tasse d’eau
1 tasse d’avoine
½ tasse de graines de chia blanc ou noir
20 ml de sirop d’érable

Quoi faire
C’est simple, premièrement, il faut faire une purée de citrouille. Dans un chaudron, fait revenir de la chair à citrouille, un peu plus d’une tasse, avec de l’eau. Dès que c’est fait, laisser refroidir. Dans un grand bol, mélanger tous les autres ingrédients et ajouter la purée de citrouille. Mélanger le tout et verser de petites quantités dans plusieurs pots Mason. Laisser au frigo environ 12 heures avant de déguster.

Savez-vous qu’il y a environ 1000 sortes de courges? Oui je sais, c’est impressionnant. Mais mes favorites sont les suivantes: butternut, buttercup, la courge spaghetti, la halloween (oui, oui) et la sweet dumpling. Elles ont tous leur particularités, que ce soit pour des desserts ou pour des plats. Voici une autre recette:

Courge farcie à la chair de saucisse

Ingrédients
1 courge sweet dumpling
½ tasse de riz brun
100 ml d’eau
3-4 saucisses de ton choix (le nombre varie selon la grosseur de la courge)
1 canne de tomates en dés épices italiennes
1 canne de sauce tomate
Fromage râpé de ton choix

Quoi faire
Couper la courge en deux, déposer une sur plaque allant au four, badigeonner d’huile et mettre au four à 350C pendant 20 minutes. Dans un bol, retirer les boyaux de saucisses et conserver la chair. Ajouter la canne de tomates en dés, le riz brun et l’eau. Remplir les deux moitiés de courges, y verser la sauce tomate et mettre au four pendant 20 minutes. Retirer et ajouter le fromage et remettre au four jusqu’à ce que le fromage soit fondu et doré.

mes-courges-damour_photo-2

Avouez que ça a l’air bon hein? J’adore ce plat, il est facile et parfait lorsque tu reçois des amis. Il est également plus facile de se procurer ce type de courge lors de la saison des récoltes. Il est possible d’aller cueillir ses propres courges, c’est souvent aux mêmes endroits où l’on va pour la cueillette de pommes et je trouve ça super. C’est souvent le moment parfait pour se faire des réserves en s’organisant une journée popotte avec son amoureux ou sa gang de filles. Ce qui est encore plus génial? C’est de planifier des quantités phénoménales de plats qui se congèlent comme des tartes, gâteaux, sautés et potages.

Sur ce, je vous dis bon appétit!

 

Karine signatureverifie-ariane-etampe

L’épilation au fil

Le principe étant de torsader un fil entre ses doigts, d’emprisonner les poils à arracher dans celui-ci et de tirer. Le fil tendu permet de faire des mouvements précis et des sourcils hyper structurés. Évidemment, même si tu peux apprendre toi-même comment le faire, c’est en salon que je te propose d’aller afin de te faire défricher la broussaille sourcilière par une spécialiste.

Si t’es comme moi, tu aimes aussi les choses vite fait, bien fait et si ce n’est pas cher, c’est encore mieux! Bien que sur la pyramide du coût-qualité-délai, la plupart du temps on ne peut pas y retrouver les trois, il y a bel et bien au moins un truc qui passe le test. Qu’elle est cette chose merveilleuse que je vous ai tellement bien vendu, me demanderez-vous? Et bien! c’est l’épilation au fil! Peut-être en as-tu déjà vaguement entendu parler, mais tu en es resté-e à la bonne vieille pince à épiler et que tu réussis quasiment à faire les deux côtés égaux presque toutes les fois. Peut-être aussi que ça ne te dit rien. Mais en gros, l’épilation au fil, c’est, comme tu l’auras sûrement deviné, une méthode pour t’arracher le poil à l’aide d’un fil. C’est une méthode ancestrale qui vient de l’Orient, très prisée dans plusieurs pays, faisant de plus en plus fureur ici. La méthode au fil te permet d’avoir de beaux sourcils on fleek!

Cette pratique est surtout recommandée pour le visage, puisque s’épiler les jambes une ligne de poil à la fois, ça serait vraiment trop long (mais ça reste faisable). Le principe étant de torsader un fil entre ses doigts, d’emprisonner les poils à arracher dans celui-ci et de tirer. Le fil tendu permet de faire des mouvements précis et des sourcils hyper structurés. Évidemment, même si tu peux apprendre toi-même comment le faire, c’est en salon que je te propose d’aller afin de te faire défricher la broussaille sourcilière par une spécialiste. Tout ce que tu auras à faire, c’est écouter ses directives qui consistent normalement à simplement tendre la peau pour faciliter son travail. La pratique n’est pas si douloureuse que ça, considérant aussi que tu arraches beaucoup plus de poils d’un trait qu’avec ta pince à épiler; c’est donc plus rapide. Peut-être que tu auras un peu plus mal, mais beaucoup moins longtemps. Et en ce qui concerne le coût, il te suffit que de quelques dollars pour l’essayer.  Le prix varie d’un endroit à l’autre, mais il se situe normalement autour du 5$. Il est aussi possible de se faire d’autres parties du visage à peu de frais. L’avantage, c’est que c’est doux pour ta petite peau sensible et que vu que le poil est arraché de la tête au pied (racine!), il repousse moins vite et moins dru.

Voici quelques adresses dans Montréal et les environs où tu peux retrouver de l’épilation au fil:

Dee’s Beauty
Plusieurs emplacements; Montréal et Laval

NStyle Nail Lounge 
Place Montreal Trust
1500 Avenue McGill College
Montréal, QC H3A 3J5

Beauté Mantra
4466 Rue Marquette
Montréal, QC H2J 3X8
Plateau-Mont-Royal

 

Crédit photo de couverture

 

dominique-signatureverifie-ariane-etampe

Le layering: sans genre

Okay, à première vue, on pourrait croire que je vais vous parler d'une mode exclusivement masculine, mais non. Ce billet s'adresse à tout le monde! Je ne pense pas être la seule si je vous avoue que j'aime me promener dans les rangées de vêtements pour hommes et m'acheter quelques morceaux. Ça ne veut pas dire que je veux avoir l'air plus masculine (anyway, c'est quoi être masculin ou féminin dans le fond?), mais plutôt que les tendances sont #nogender et J'ADORE. (Secrètement rêver de pouvoir échanger plus de linge avec mon amoureux.)

Okay, à première vue, on pourrait croire que je vais vous parler d’une mode exclusivement masculine, mais non. Ce billet s’adresse à tout le monde! Je ne pense pas être la seule si je vous avoue que j’aime me promener dans les rangées de vêtements pour hommes et m’acheter quelques morceaux. Ça ne veut pas dire que je veux avoir l’air plus masculine (anyway, c’est quoi être masculin ou féminin dans le fond?), mais plutôt que les tendances sont #nogender et J’ADORE. (Secrètement rêver de pouvoir échanger plus de linge avec mon amoureux.)

Que ce soit avec un manteau, un sweatshirt, un pantalon, un t-shirt, le layering est facile à obtenir, tout en mélangeant les styles et les genres.

 

Forever 21
Ce bomber en cuirette est shiny à souhait et est parfait pour l’entre-deux saisons.
Okay, à première vue, on pourrait croire que je vais vous parler d'une mode exclusivement masculine, mais non. Ce billet s'adresse à tout le monde! Je ne pense pas être la seule si je vous avoue que j'aime me promener dans les rangées de vêtements pour hommes et m'acheter quelques morceaux. Ça ne veut pas dire que je veux avoir l'air plus masculine (anyway, c'est quoi être masculin ou féminin dans le fond?), mais plutôt que les tendances sont #nogender et J'ADORE. (Secrètement rêver de pouvoir échanger plus de linge avec mon amoureux.)
Pour vous le procurer, c’est ici.

Un cardigan sans flafla, mais tricoté avec un point qui rend la pièce unique.
Okay, à première vue, on pourrait croire que je vais vous parler d'une mode exclusivement masculine, mais non. Ce billet s'adresse à tout le monde! Je ne pense pas être la seule si je vous avoue que j'aime me promener dans les rangées de vêtements pour hommes et m'acheter quelques morceaux. Ça ne veut pas dire que je veux avoir l'air plus masculine (anyway, c'est quoi être masculin ou féminin dans le fond?), mais plutôt que les tendances sont #nogender et J'ADORE. (Secrètement rêver de pouvoir échanger plus de linge avec mon amoureux.)
Pour vous le procurer, c’est ici.

 

Simons
Les vêtements vraiment longs, parfaits pour le layering.
arianem_nogender_03
Pour vous le procurer, c’est ici.

Gap
Vous pourriez penser que je vais vous parler de leurs jeans, mais non. Leurs joggings ont plus attiré mon attention! Perso, j’adore emprunter ceux de mon copain (chuuut!).
arianem_nogender_04
Pour vous le procurer, c’est ici.

 

Frank & Oak
Vous allez me dire “Ben là, ils vont sortir une collection pour femmes vraiment bientôt!”, oui,  mais avant même de savoir ça, je sais que beaucoup de filles aimaient magasiner dans ces boutiques. Leurs tissus, motifs et coupes sont parfaites!

Une parka noire classique.
arianem_nogender_05
Pour vous le procurer, c’est ici.

 

Quelques autres marques qui font des morceaux qui peuvent être facilement unisexes:

Off the Hook

Atelier b

Zara

Bon magasinage !

 

ariane-signature

 

 

Pink Cherry, érotisme en ligne

Aujourd’hui, je parle à la personne en toi qui cherche à agrandir sa collection de jouets. Je te parle à toi, cher humain, qui cherche à t’épanouir seul-e ou en couple et qui est tanné-e de se rouler la bille oldschool. Tu l’auras deviné, je parle de sextoys, plus précisément d’où tu peux les acheter.

Aujourd’hui, je parle à la personne en toi qui cherche à agrandir sa collection de jouets. Je te parle à toi, cher humain, qui cherche à t’épanouir seul-e ou en couple et qui est tanné-e de se rouler la bille oldschool. Tu l’auras deviné, je parle de sextoys, plus précisément d’où tu peux les acheter.

Tu connais déjà sûrement un petit magasin proche de chez toi, à deux coins de rue, tenu par une petite madame qui t’accueille dans son univers de dildos dès que tu fais vibrer la cloche accrochée sur la porte d’entrée. Tu y es peut-être même déjà rentré et ressorti avec des achats ou tu y es peut-être déjà rentré et ressorti aussitôt, avec un léger sentiment de gêne. Bien qu’il n’y a aucune honte à s’approprier son pouvoir sexuel, je peux comprendre que, des fois, tu aimerais pouvoir magasiner ton lubrifiant chauffant sans une madame qui te fait étrangement penser à ta professeur de sixième année qui te suit partout dans le magasin en te disant que ce produit-là, elle l’a essayé et adopté.

Mais sans blague, pour ceux qui sont déjà habitués à faire leurs achats en ligne, qui sont trop occupés, gênés ou qui simplement préfèrent faire le tout à distance, je te conseille le site Pink Cherry.

Pink Cherry est un site qui vend un éventail de produits érotiques; pour les femmes, pour les hommes, pour les deux, pour les enterrements de vies de jeunes filles, etc. Puisque l’un de leur deux entrepôts est situé ici au Canada, la livraison se fait très rapidement. Au-dessus de 49$ avant taxes, la livraison est gratuite et, même s’ils estiment le temps pour te le shipper à plus de 5 jours, je n’ai jamais reçu quelque chose plus tard que deux jours ouvrables après ma commande! C’est vraiment rapide! En plus, les prix sont vraiment compétitifs.

Si tu te demandes ce que les gens vont penser quand le facteur va venir te porter la boîte, j’te rassure que la boîte n’est pas rose avec des gros dessins de pénis dessus. C’est une boîte bien normale, en carton, et aucun nom de compagnie ou indicatif de ce qui s’y retrouve y est indiqué. Très discret et très bien emballé.

Souvent, le gros problème avec les achats en ligne, c’est que si le produit ne te plaît pas rendu chez vous, c’est toujours un peu ardu de se faire rembourser/échanger/retourner. De l’expérience que j’ai eue avec Pink Cherry, lorsque j’ai endommagé un produit (faites-vous pas trop de questionnements là-dessus!) ils m’ont répondu en très peu de temps et remboursé l’objet détérioré sans trop poser de questions. Le genre de service à la clientèle que l’on aime vraiment!

Alors, au lieu de parcourir tous les magasins des alentours à la recherche du produit qui révolutionnera tes «siestes» d’après-midi, ne cherche plus et navigue ici.

Crédit photo de couverture: aufeminin

dominique-signatureverifie-ariane-etampe

La magie du tapis rouge

Un tapis rouge, c’est glamour. Un tapis rouge, c’est un accomplissement. Un tapis rouge, c’est excitant. Un tapis rouge, c’est un monde à part. Un tapis rouge, c’est magique!

Un tapis rouge, c’est glamour. Un tapis rouge, c’est un accomplissement. Un tapis rouge, c’est excitant. Un tapis rouge, c’est un monde à part. Un tapis rouge, c’est magique!

Avec les Galas qu’on a la chance d’avoir au Québec, j’ai eu envie de vous exprimer la magie qui plane, à mes yeux, sur un tapis rouge, parce que qui dit gala, dit tapis rouge. Avec des artistes et des photographes. J’adore cet univers que j’ai découvert il y a environ deux ans grâce à la photographie. Il n’y a rien de plus excitant que d’avoir les deux pieds sur un tapis rouge et de vivre la frénésie de l’avant-gala ou autre. Voir défiler les artistes dans des tenues magnifiques et prendre la pose pour les photographes, c’est unique comme atmosphère et comme expérience.

Un tapis rouge, c’est glamour. Un tapis rouge, c’est un accomplissement. Un tapis rouge, c’est excitant. Un tapis rouge, c’est un monde à part. Un tapis rouge, c’est magique!

Ce que j’aime au Québec, c’est le fait que nos tapis rouges sont accessibles et vraiment faits pour notre public. C’est quand même lui qui fait en sorte que notre showbizz fonctionne bien, et sans public, rien n’existe! On a la chance d’avoir des galas vraiment extraordinaires comme le Gala Artis, le Gala des Prix Gémeaux, le Gala de l’ADISQ et les Oliviers. Quatre galas pour 4 sphères culturelles de notre beau Québec.

Les évènements comme les galas sont annoncés sur le web; tous les fans peuvent s’y rendre et tenter sa chance d’obtenir un selfie avec une de ses idoles. Il y a cet aspect oui, mais aujourd’hui un média c’est quoi? Un média, c’est un magazine, un site internet, une institution, un blogue ou même une personne qui fait ses preuves et réussit à obtenir l’accès pour couvrir de petits évènements à de gros galas. Le showbizz est accessible dans toutes les sphères de la culture, même un blogue peut devenir tellement populaire qu’il reçoit de la notoriété. Tout cet univers fait en sorte qu’un tapis rouge est encore plus impressionnant. D’un côté le public, de l’autre les médias et entre les deux? Nos artistes généreux et si attentifs au public.

Un tapis rouge, c’est glamour. Un tapis rouge, c’est un accomplissement. Un tapis rouge, c’est excitant. Un tapis rouge, c’est un monde à part. Un tapis rouge, c’est magique!

Ce que j’aime, c’est l’ensemble en entier. Tout commence par les nominations. Par la suite, vient le jour de l’évènement où les réseaux sociaux sont absolument envahis de photos de tenues, de coiffures et de maquillages. Je capote à chaque fois et ne peux m’empêcher de regarder mon Instagram à toutes les 10 minutes. Et là, c’est le moment du tapis rouge. Qui dit gala, dit émission spéciale tapis rouge et c’est mon bout préféré. On voit la fébrilité des artistes et toute la magie du look. Quand on est SUR le tapis, eh bien! la magie est multipliée par mille. Ensuite, vient le moment du gala, là où les gagnants sont annoncés, où ils font leurs remerciements et où certaines prestations deviennent inoubliables. Pour terminer, il y a l’après-gala, c’est le moment durant lequel les artistes publient toutes leurs photos de leurs moments favoris ou bien des selfies avec d’autres artistes. Nos réseaux sociaux débordent pendant des jours et moi, j’adore!

Il n’y a cependant pas uniquement les tapis rouges de gala qui sont très glamour et magiques. Les premières de films, de spectacles, lancements d’albums, de livres et j’en passe. Le showbizz est partout et si près de nous. Pour une fille qui est passionnée par ce bel univers, je me sens vraiment choyée et je vous conseille de rester à l’affût des événements à venir, l’automne est rempli de beaux événements où il est facile de croiser nos artistes favoris juste le temps de leur dire: j’aime ce que tu fais et merci de le faire!

 

Karine signatureverifie-ariane-etampe