2018 : une année de changements !

une année de changements

2Je trouve qu’on met trop d’emphase sur le début de l’année. Chaque fois qu’on entame une nouvelle année, les résolutions de tout le monde se retrouvent sur les réseaux sociaux et on est bombardé d’articles, de trucs sur les bonnes résolutions à prendre. Je m’étais dit, l’année dernière, après avoir dit au revoir à 2017, année de ma dépression, que c’était fini les articles de ce genre pour moi. MAIS. Eh oui, vous me voyez venir!

En fait, je n’ai pas détesté 2018. Elle a été remplie d’émotions et surtout de changements, mais j’ai été assez forte pour passer au travers. J’ai comme l’impression que la fin de l’année n’est pas comme les précédentes, je suis optimiste pour l’avenir et je suis en paix avec le passé. 2018 a été un immense tournant dans ma vie.

En 2018, je me suis séparée, en début d’année, d’un homme que j’ai aimé de tout mon coeur et de son fils. Ça n’a pas été facile, mais aujourd’hui on s’habitue. On se voit moins souvent, pas assez à notre goût, mais on profite de chaque moment passé ensemble. C’est une nouvelle relation que nous avons, mais je reste sa deuxième maman à ses yeux et j’en suis très heureuse.

En 2018, j’ai dû déménager seule en appartement, pour la première fois. Ce fût tout un défi pour moi, mais j’y suis arrivée. Quoiqu’encore aujourd’hui j’aie un peu de mal avec la solitude, je m’habitue.

En 2018, j’ai changé d’emploi. J’ai pris un risque et je suis fière de l’avoir fait. Je ne croyais pas qu’un jour je trouverais ma place et que je trouverais de nouvelles passions qui m’ouvriront peut-être de nouvelles portes dans l’avenir. Je ne regrette absolument pas cette décision, je suis dans une équipe exceptionnelle et j’ai un poste fait sur mesure pour moi.

En 2018, j’ai connu des hauts et des bas, c’est certain. Mais j’en retire que du beau. C’est beaucoup de changements en un court laps de temps, mais je crois qu’ils étaient nécessaires et même indispensables. Je n’aurais jamais cru que j’étais assez forte pour tout traverser la tête haute.

Karelle gauthier

Mes plus belles photos de 2018

Meilleures photos 2018

Eh oui, je répète le concept en 2018, j’ai envie de partager avec toi les plus beaux clichés de mon année. Encore 365 jours remplis de beaux moments, malgré quelques ombres au tableau.

Je me suis laissée émouvoir par la nature, par ma famille, mes amis, par des lieux et des rencontres, j’ai été heureuse, comblée, triste, un peu déprimée, mais jamais malheureuse malgré les obstacles que la vie a mis sur mon chemin.

Voici donc une petite rétrospective en images de mon année 2018.

Si tu lis régulièrement mes articles, tu sais que j’ai une fascination quasi maladive pour le ciel. Je suis toujours à la recherche des plus beaux couchers ou levers de soleil et je collectionne les clichés les plus colorés. L’année 2018 a d’ailleurs été remarquable sur ce point comme en fait foi cette photo prise tout près de la maison. J’ai d’ailleurs eu de la difficulté à ne choisir qu’une photo de ciel tellement j’en ai capturé des beaux cette année.

En 2018, j’ai subi mon plus important changement capillaire des dernières années puisque j’ai laissé tomber ma longue tignasse ainsi que les rallonges de cheveux pour une coupe plus courte faite par mon nouveau coiffeur, Simon. Je t’en parle d’ailleurs dans l’article juste ICI. S’il m’arrive encore de m’ennuyer de mes cheveux plus longs, je dois dire que j’ai tellement reçu de compliments à la suite de ce changement que je crois bien l’adopter encore quelque temps.

En 2018, j’ai eu la chance de passer sous la lentille de la grande photographe Andréanne Gauthier lors de l’événement Une pose pour le rose. Une expérience fabuleuse au cours de laquelle j’ai pu obtenir un portrait portant sa signature en échange d’un don pour la fondation canadienne du cancer. Je suis très fière du portrait qu’elle a fait de moi, je considère d’ailleurs que c’est l’une de mes plus belles photos.

J’ai vécu un beau moment avec ma nièce Maïka lorsque nous avons eu l’occasion de collaborer avec Jean Airoldi pour sa collection du printemps. Ma nièce a pu jouer les mannequins à mes côtés et je dois dire que je trouve le résultat vraiment magnifique. Le jour de cette séance, il faisait très froid, mais elle a vraiment fait ça comme une pro. J’aime beaucoup notre complicité sur cette photo.

Mon fils et moi avons vraiment passé de beaux moments cette année. Toujours prêt à prendre la pose avec moi et surtout à prendre les nombreux clichés pour lesquels je le sollicite trop souvent à son goût, c’est avec un pincement au cœur que je l’ai vu terminer ses études primaires pour entreprendre la nouvelle aventure du secondaire. Nous avons eu la chance de passer presque l’été complet ensemble et nous avons passé des moments mémorables.

Ahhh Montréal, ma belle métropole dont je ne cesse de découvrir les beautés ! J’ai passé une grande partie de mon été à La Ronde, et aussi parmi les rues colorées et animées que j’aime tant, à déambuler simplement. Avec le beau temps que nous avons eu au cours de l’été 2018, ce ne sont pas les occasions qui ont manqué de découvrir de nouveaux endroits et d’observer sa beauté sous les lumières ou un soleil radieux.

Comme des milliers d’autres sur Instagram, j’ai aussi ma photo parmi les champs de lavande. Un endroit à visiter au moins une fois, afin de profiter des magnifiques installations et se laisser charmer par ce lieu bucolique à souhait.

Un des moments forts de mon année fut d’être sélectionnée pour participer à un reportage photo pour le magazine Vero en compagnie de ma meilleure amie, Karine. Prises en charge par une fabuleuse équipe de stylistes, maquilleuses et coiffeuses, c’est une fois de plus sous la lentille d’Andréanne Gauthier que nous avons pu jouer les mannequins. La photo s’est donc retrouvée sur une pleine page de mon magazine préféré.

Une rencontre marquante en 2018 ? Celle avec la comédienne Charlotte Legault que l’on retrouve dans District 31. Un beau moment, une belle complicité et des discussions passionnées. Je suis sortie du café avec une nouvelle amie et une belle entrevue pour le blogue que tu retrouves juste ICI.

Parce que même si mes photos de bouffe sont loin d’être du calibre d’Alexandre Champagne, je m’amuse quand même à en faire. Je suis fière de celle-ci, qui a d’ailleurs été repartagée par l’auteure de la recette elle-même, Isabelle Huot. Cette recette de muffins est d’ailleurs devenue l’une de mes préférées.

Pour la première fois cet été, nous avons loué un chalet pour passer quelques jours en famille. Nous avons définitivement adopté le concept et nous nous sommes déjà promis de renouveler le concept en 2019. Je n’ai qu’à regarder cette photo pour ressentir l’espèce de plénitude qui m’a envahie lorsque je me suis retrouvée dans ce lieu magnifique.

Comme toute blogueuse, j’adore prendre des photos de mes looks, je crois que j’ai photographié chaque item de ma garde-robe tellement j’y prends du plaisir. Cette photo, prise par mon fils, figure parmi mes favorites.

Lorsque mon amie Léane m’offre de poser sous sa lentille, c’est impossible pour moi de dire non. On forme un super duo et je la trouve vraiment talentueuse. On s’amuse à tenter plusieurs choses et on rit toujours des situations dans lesquelles on se retrouve, par exemple les fesses dans la neige ou dans un champ au milieu de nulle part. J’ai tellement de belles photos portant sa signature que ce fût extrêmement difficile de faire un choix.

Et voilà, c’est ainsi que je tourne la page à une magnifique année qui, malgré ses hauts et ses bas, m’a fait grandir et évoluer.

Photo de signature pour Jennifer Martin.
h

La bouffée d’air frais qui frappe à votre porte

La bouffée d'air frais

Qui dit nouvelle année dit aussi transition psychologique. Inconsciemment, on reformule nos plans de carrières, familiaux et sentimentaux. Il y a comme un processus interne qui se met en branle sans qu’on le sache vraiment mais qui existe malgré tout. Comme si l’arrivée de la nouvelle année est ce vent d’air frais qui fait du bien, parce qu’on peut se dire la dernière année est enfin derrière moi!

Pourtant la roue, elle, continue de tourner. Les problèmes ne s’effacent pas d’eux-mêmes si on ne prend pas la peine de les régler, les factures continuent de s’empiler, les taux d’intérêts aussi, les maladies ne s’estompent pas par magie, l’hiver continue son cycle, etc.

Mais ça, le 31 au soir, on s’en fout! On met notre vie ordinaire de côté, dans l’espoir de vivre un moment extraordinaire, ne serait-ce que pour quelques instants. Et qui nous offre un brin de bonheur, entouré des gens qu’on aime. C’est un des rares moments de l’année où on prend le temps de prendre le temps. Où on se dit à quel point il est important d’apprécier ce que nous avons dans l’espoir de l’améliorer dans la prochaine année.

La magie du nouvel an est rarement ordinaire. Peu importe si c’est pour les bonnes ou les mauvaises raisons, reste qu’elle ne changera pas de sitôt.

Alors, en cette dernière journée de 2018, j’aimerais prendre les quelques lignes restantes qui me sont allouées pour vous souhaiter, à tous et à toutes, une bonne et belle année 2019. Je souhaite de tout coeur que vous puissiez remplir votre coeur d’amour et de souvenirs impérissables tout au long de ces prochains 365 jours qui sont déjà tracés devant vous et qui n’attendent que vos ambitions.

Laissez derrière vous les échecs et préparez votre prochaine victoire. Abandonnez les boulets et volez de vos propres ailes. Réalisez-vous!

Pour toutes ses raisons, j’aimerais donc vous souhaiter une seule et unique chose, c’est-à-dire la sérénité. Celle qui permet de respirer à plein poumon une nouvelle bouffée d’air frais qui frappe à votre porte, qui donne à votre coeur la capacité de s’épanouir convenablement, à votre tête de prendre des décisions parfois déchirantes mais réfléchies et rationnelles. Je vous souhaite une sérénité qui vous transportera au-delà des petites angoisses quotidiennes et qui vous donnera le droit de sourire, parce que vous le méritez bien. La sérénité est gratuite et se trouve partout, alors pourquoi ne pas en profiter?

En 2019, cessez de garder près de vous des poisons, des gens malhonnêtes qui vous font miroiter mers et mondes jour après jour sans résultat. Détachez-vous des problèmes auxquels vous n’avez aucun contrôle et faites confiance aux gens qui vous entourent sans les envahir.

Écoutez votre petite voix intérieure, suivez votre instinct et non les autres, prenez le contrôle de votre vie, car vous êtes la meilleure personne pour le faire. Aimez l’autre pour ce qu’il est et ce qu’il vous apporte, et non pour ce que vous aimeriez qu’il soit ou qu’il fasse. Acceptez vos imperfections et votre droit à l’erreur. Communiquez, validez vos craintes auprès des personnes que vous aimez avant de sauter trop rapidement aux conclusions souvent erronées.

La sérénité, c’est être capable de garer la tête froide malgré la tempête. C’est être assez sage pour prendre un recul nécessaire afin d’analyser une vue d’ensemble et être en mesure de s’ajuster sans faire vaciller tout le reste.

Voilà! C’est tout ce que j’aimerais vous souhaiter du fond du cœur. Merci à vous d’être là et à l’année prochaine! 🙂

Fred signature

Ces personnes qui m’ont inspirée en 2018

Ces personnes qui m'ont inspirée

C’est une année riche en émotions de toutes sortes qui se terminent et je peux dire que je n’ai pas manqué d’inspiration au cours des 12 derniers mois. J’ai écrit plus de textes, j’ai pris plus de photos, j’ai assisté à plusieurs événements. Si ce n’est des deux derniers mois où j’ai dû être au repos forcé à la suite de ma fracture de la cheville, j’ai vraiment eu une belle année remplie et entourée des gens que j’aime.

J’ai eu envie de te partager mon petit palmarès personnel des personnes qui m’ont inspiré en 2018. Que ce soit dans l’ombre ou dans l’actualité, ces gens ont réussi à m’émouvoir, m’impressionner ou me donner envie d’aller plus loin. Parce que c’est stimulant de se réjouir du bonheur des autres ou encore de vouloir atteindre des objectifs grâce à l’inspiration puisée parmi ces personnes.

Annick Lemay

C’est MA révélation de l’année. J’aimais déjà beaucoup cette comédienne que l’on retrouve dans la série L’échappée, j’ai donc été très attristée lorsque j’ai appris son diagnostic de cancer du sein. Mais la belle Annick ne s’est pas laissée abattre par sa nouvelle réalité et a trouvé le moyen d’affronter la maladie avec un courage à toute épreuve. J’ai d’ailleurs versé plusieurs larmes en lisant sa série de textes publiés sur le blogue Urbania dans lesquels elle exprime de manière franche et transparente ses traitements, les effets physiques, ses états d’esprit et sa récupération. Des textes magnifiquement bien écrits qui sont synonymes d’espoir et de guérison. Elle a d’ailleurs remporté deux prix lors du gala Mammouth 2018, un gala où des jeunes de 13 et 18 ans récompensent des projets, des actions, des prises de position qui se démarquent et qui te donnent envie d’agir. Annick y a d’ailleurs livré deux discours aussi émouvants que ses textes, tu peux les visionner ICI et ICI. Une femme forte et inspirante qui a réussi à démystifier un peu le cancer et ses répercussions. Je ne peux que m’incliner devant sa force de caractère.

Alexandre Champagne

Ce photographe, humoriste et cofondateur de Trois fois par jour n’a plus besoin de présentation. Pourtant, cette année, ce ne sont pas ses talents derrière la caméra qui ont capté mon attention, bien que ses clichés de la Californie visitée au début de l’année soient parmi les plus beaux que j’ai vus, mais bien son grand cœur et son côté philanthrope. Alexandre est vraiment un homme avec le cœur sur la main. En 2018, il a vraiment réussi à me charmer avec des gestes aussi généreux que d’offrir la totalité de ses droits d’auteur à la fondation Jean Lapointe, qui vient en aide aux personnes ayant des problèmes de consommation, pour la vente des 5000 premiers exemplaires de son livre L’art de réussir toutes ses photos avec son téléphone cellulaire. Les librairies Renaud-Bray se sont aussi engagées à remettre le même montant à la fondation. J’ai d’ailleurs été très émue lorsqu’il a annoncé la bonne nouvelle de sa réussite à Jean Lapointe lui-même dans une vidéo publiée sur Facebook. J’admire aussi le fait qu’une partie des profits qu’il tire de ses ateliers photo servent à offrir des séances photo à des familles dans le besoin afin de leur permettre de se créer des souvenirs. Alexandre, c’est le genre d’humain qui te réconcilie avec l’humanité.

Marie-Philippe Linteau

Pas la peine de la chercher sur Google, cette jeune femme n’est pas connue, mais elle mérite tout de même de se retrouver dans mon palmarès. J’ai fait sa connaissance tout à fait par hasard par le biais des stories Instagram de Josiane Stratis, une blogueuse que je suis depuis quelques années. Elle faisait mention d’une jeune maman qui venait d’accoucher de son troisième enfant après une césarienne d’urgence et dont le bébé n’arrivait pas à respirer par lui-même. Je ne sais pas ce qui m’a poussé à cliquer sur son profil, sauf peut-être mon instinct maternel plus fort que tout, mais j’ai découvert une femme tout ce qu’il y a de plus normale qui devait accueillir son 3e enfant aussi simplement que les deux premiers, et qui a vu sa vie se transformer en cauchemar quand les choses ne se sont pas déroulées comme elles auraient dû. J’ai craqué pour cette petite Romy, branchée de partout et qui tentait de survivre et de respirer par elle-même. Un bébé qui se bat pour sa vie comme il y en a des milliers dans le monde, mais le destin de celle-ci, raconté de façon si émouvante par sa maman, Marie-Philippe, sous des publications Instagram touchantes, est venu me chercher. Une maman qui, après avoir mis au monde deux enfants en parfaite santé, perdait à la loterie de la vie en mettant au monde une petite fille magnifique qui se bat toujours pour apprendre à respirer par elle-même. Si l’histoire semble triste, elle est tout de même très inspirante et c’est avec beaucoup d’espoir et des ondes positives virtuelles que je suis le quotidien de cette famille qui a su me toucher droit au cœur. Comme quoi il ne faut jamais tenir la santé pour acquise. Tu peux aller lui donner de l’amour et du courage en la suivant ICI

Ludivine Reding

Arrivée sur nos écrans de télé tel un raz de marée, la belle Ludivine m’a inspiré avec son talent et sa grande maturité malgré son jeune âge. Sa performance inoubliable dans la série Fugueuse a fait d’elle une comédienne très demandée et surtout immensément populaire, surtout auprès des jeunes. Son discours magnifique lors de sa victoire au dernier gala Artis était des plus inspirants et c’est vraiment une jeune femme dont je suivrai la carrière avec beaucoup d’attention.

Chantal Bissonnette

J’ai tellement lu de livres en 2018 que je n’avais pas le choix d’inclure des auteures dans ma liste. Totalement inconnue avant que l’on m’offre de lire son roman avant sa publication, Chantal est une personne chère à mon cœur et j’ai eu la chance de découvrir sa plume en 2018. Je t’en ai déjà parlé ICI et ICI, mais c’est vraiment un bonheur pour moi d’avoir eu l’honneur de voir ma critique littéraire publiée sur la quatrième de couverture de son roman Et si on s’aimait ? Devenue une amie virtuelle par la suite, elle suit maintenant mon travail de blogueuse et m’encourage même à me lancer dans l’écriture de mes propres histoires. Un beau défi que je compte relever un de ces jours, grâce à ses fidèles encouragements.

Marie-Christine Chartier

J’ai découvert plusieurs nouvelles auteures en 2018 et j’ai un immense coup de cœur pour son livre L’allégorie des truites arc-en-ciel. Celui-ci figure d’ailleurs maintenant au sommet de ma liste de suggestions de lecture. Je n’en sais pas beaucoup sur cette magnifique femme qui publie de belles photos sur son compte Instagram, mais je peux dire que ses publications m’apaisent et que j’espère qu’elle publiera des romans pendant de longues années, puisque je suis définitivement tombée en amour avec sa plume et son style.

Cœur de pirate

Et voilà, je ne peux terminer cette liste sans y inclure ma chanteuse préférée qui ne cesse de m’étonner avec ses chansons, toutes plus magnifiques les unes que les autres. Son dernier album, En cas de tempête ce jardin sera fermé, n’est pas mon album préféré, mais il est quand même à la hauteur de son immense talent. J’ai d’ailleurs pu découvrir son grand sens de l’humour en suivant de plus près son compte Twitter, toujours divertissant, et en regardant ses stories mettant en vedette sa fille et son adorable chien, Nemo.

En écrivant cet article, je réalise que l’année 2018 a été riche en lecture, en musique, en image, en performance, mais aussi en amour et en relations humaines.

Bien hâte de voir à quel point 2019 va m’inspirer.

Photo de signature pour Jennifer Martin.

On a testé Tinder… en couple – 1ère partie

Jen parle de Tinder, 1ère partie

Mon chum et moi, on est en couple depuis bientôt 14 ans.

Ouais. Ce n’est pas pire, je trouve.

On considère qu’on est un couple solide, puisqu’on a traversé plusieurs tempêtes et moments difficiles et on a survécu pour en parler.

Ça nous a rendus plus fort et, même si notre couple est loin d’être parfait, on s’aime vraiment beaucoup pis on a confiance en notre relation.

On possède notre maison depuis près de 7 ans et nous sommes les parents d’un garçon de 12 ans. J’ai 36 ans et lui, 43 ans.

Ça, c’était la petite intro pour te mettre en contexte.

Parlons maintenant de notre idée. Plutôt la mienne, je tiens à préciser. Parce qu’une auteure tente toujours de trouver de nouvelles thématiques d’articles et que j’aime bien en trouver qui sont originales.

J’ai donc proposé à mon chum de tenter l’expérience Tinder… en couple.

Je vous explique.

Il y a 14 ans, quand nous nous sommes rencontrés, Tinder n’existait pas. Il y avait bien le site Do You Look Good et le défunt MSN, mais nous n’avons jamais tenté l’expérience ni l’un ni l’autre. À l’ère des réseaux sociaux, nous avons eu envie de savoir comment se déroule la chasse au candidat potentiel dans la jungle du célibat. Est-ce que c’est plus facile ou plus difficile de cruiser aujourd’hui qu’à l’époque? Comment se passent les relations à l’ère d’Internet et de ses multiples applications pour trouver l’âme sœur ou son prochain one night? Est-ce dangereux de tenter l’expérience ou simplement une idée originale à explorer?

Je t’avoue qu’au début, quand je lui ai parlé de mon idée, sans la développer et lui donner d’explications, la première réaction de mon chum a été de dire non.

Catégoriquement, sans même y réfléchir.

Il ne voyait pas l’intérêt de risquer de mettre notre couple en péril juste pour un article. Sur le coup, je me suis demandé : c’est en moi qu’il n’a pas confiance ou c’est en lui? Il a peur que je sois trop sollicitée ou tentée d’aller réellement voir ailleurs ou il a peur d’être tenté lui-même d’aller voir si le gazon est plus vert chez la voisine? Il ne pense pas que nous sommes un couple assez solide pour passer au travers d’une expérience comme celle-ci sans que ça se termine en lancés de casseroles et en valises sur le bord de la porte?

J’ai quand même pris le temps de lui expliquer exactement comment je voyais les choses. On allait tout faire ensemble. Créer nos profils, choisir nos photos et décider de nos descriptions, swiper à gauche ou à droite et vraiment tout se dire. Au fur et à mesure que les matchs ou les messages allaient entrer dans la boîte de réception, on allait vraiment tout vivre ensemble et ne rien se cacher. Interdiction d’aller sur l’application sans la présence de l’autre sauf en cas d’exception (comme genre, je le laisse deux minutes seul pendant qu’on swipe le temps d’aller aux toilettes!). Je voulais vraiment qu’on mette des limites claires et précises afin d’éviter tout malentendu ou situation potentiellement conflictuelle.

Il a quand même refusé ma proposition.

Je dois avouer que j’ai ressenti un certain soulagement sur le coup.

J’étais fière de mon idée, mais je n’étais pas si certaine d’avoir envie de la développer. J’avais confiance en moi et en lui, mais j’avais quand même peur que notre relation devienne un terrain glissant sur lequel on pourrait déraper. Pas nécessairement en allant voir ailleurs. Juste parce que, parfois, à jouer avec le feu, en se pensant immunisé contre les brûlures, ça peut nous jouer de vilains tours.

C’est revenu à quelques reprises dans nos conversations au cours des semaines qui ont suivi. Parfois, je sentais que l’idée le titillait quand même un peu. Il semblait réfléchir et peser le pour et le contre. Je faisais pareil de mon côté. Je le rassurais en lui disant que je l’aimais et que je n’avais pas proposé cette idée en ayant un plan derrière la tête et que je voulais vraiment juste le faire pour avoir un bon sujet d’article pour les lecteurs du blogue. Il a même pensé que la popularité de mon blogue était plus importante que la solidité de notre couple! Je l’ai rassuré en lui disant que jamais je ne choisirais ma carrière au détriment de notre couple et notre famille.

Alors que je croyais le sujet clos, il m’a annoncé un jour vouloir tenter le coup.

Pour le plaisir, pour vivre une expérience ensemble et peut-être aussi parce que la curiosité l’a emporté.

Mon chum, fidèle à lui-même, a transgressé dès le départ la première règle : il a créé son profil et choisi ses photos sans moi. Est-ce que j’ai été fâchée? Non, je m’y attendais même un peu. Je le connais mon chum quand même. Quand il décide quelque chose, c’est maintenant. Pas plus tard. Un jour où je n’étais pas à la maison et qu’il s’ennuyait (de moi, j’espère…), il a décidé de tenter le coup. Télécharger l’application sur son téléphone et suivre les indications. Mon chum n’étant pas très techno côté réseaux sociaux, il a encore du mal à transférer ou télécharger des photos, a alors éprouvé un peu de difficulté avec cette étape. Il a choisi une photo un peu floue où il porte des lunettes de soleil et il a ajouté une photo ou deux prises de son profil Facebook. Rien de bien accrocheur. Sa description était plutôt simple : intéressant et intéressé, j’aime les bonnes choses de la vie. Sens de l’humour très développé. Ça ne dévoile pas grand-chose (il voulait se la jouer mystérieux) et c’est plutôt simple. Il a publié sa fiche et a attendu les propositions. Nous avons mutuellement décidé qu’il serait le premier à tenter l’expérience quelques jours et, qu’ensuite, ce serait à mon tour de jouer le jeu.

Au début, ça a été plutôt tranquille.

Au point où on s’est demandé si ça fonctionnait vraiment ou s’il fallait prendre la version payante pour que ça donne des résultats. Mon chum, ayant un historique assez développé côté conquêtes avant de me rencontrer, c’était un peu dur sur l’orgueil. Les filles qui attiraient son attention étaient toutes au début de la vingtaine (ça, c’était un peu dur sur le mien) et personne ne semblait faire de matchs avec lui. Au point où, après 2 jours, il était prêt à supprimer son profil et laisser tomber le projet.

Après une semaine à le laisser apprivoiser l’application, swiper compulsivement à différents moments de la journée (je n’étais pas toujours avec lui finalement, je lui faisais confiance et on ne se voit pas beaucoup dans une journée) et regarder ce que le marché du célibat a à offrir, j’ai décidé de mettre mon grain de sel dans son profil. Choix de la plus belle photo (je le trouve tellement hot sur celle que j’ai choisie), je corrige les fautes dans sa description et j’ajoute une photo de lui avec notre fils (c’est quand même sexy un papa avec son fils, même si ça peut décourager certaines filles). Il approuve les changements et s’anime d’un petit espoir de voir sa boîte à message exploser. Il ne me le dit pas, mais encore là, je connais mon chum!

On publie sa nouvelle fiche et on est tous les deux prêts à faire face à cette nouvelle offensive sur Tinder.

Pour connaître la suite, ne manque pas mon prochain article qui sortira la semaine prochaine.

Ben oui. Plate de même.

Pas le choix de revenir me lire la semaine prochaine… les détails les plus crunchy s’en viennent! 😉

Photo de signature pour Jennifer Martin.     

10 choses à faire en 2018

jen 10 choses à faire 2018

Eh oui, 2018 est bel et bien entamée, particulièrement l’interminable mois de janvier! Mais j’ai eu envie de faire fi de ce mois que je déteste en essayant de créer une liste de trucs cool à faire dans la prochaine année. Personnellement, j’adore faire des listes, concrètes ou imaginaires. Ça me motive à avoir des buts, des objectifs, des choses à faire, des projets à réaliser. Si 2017 a été chaotique mondialement avec les nombreux scandales, les décès et les tragédies, la dernière année a aussi été tranquille du point de vue personnel. J’ai donc envie de brasser les cartes un peu et de tenter de démarrer 2018 sur les chapeaux de roues avec des idées plein la tête pour faire en sorte de passer une belle année.

  1. Découvrir de nouveaux auteurs

J’ai énormément lu en 2017, j’ai eu la chance de recevoir plusieurs livres et de me plonger dans des histoires qui m’ont fait décrocher et que j’ai beaucoup appréciées. J’aimerais donc poursuivre sur cette lancée en 2018, mais en sortant un peu de ma zone de confort afin de découvrir de nouveaux auteurs. J’ai envie d’être touchée et même surprise par les lectures que je ferai et j’essaierai aussi de nouveaux genres afin de ne pas rester cantonnée aux mêmes genres d’écrits, que j’adore certes, mais qui finissent toujours un peu par se ressembler.

  1. Faire plus de bouffe

Je déteste cuisiner, sauf les desserts et les soupes. J’ai envie de me forcer un peu et de m’intéresser un peu plus à l’art de la table. J’adore la nutrition, manger et faire les bons choix alimentaires, mais tout le processus qui en découle me fait souvent procrastiner. J’aimerais ça augmenter ma faible base de recettes afin d’être capable de me cuisiner des repas différents pendant quelques semaines consécutives au lieu de toujours manger les mêmes affaires.

  1. Découvrir de nouvelles séries télévisées et aller plus souvent au cinéma

Je regarde beaucoup moins la télévision qu’avant, je préfère maintenant lire et écrire. Mais j’aime une fois de temps en temps me plonger dans une bonne série télévisée ou aller squatter le cinéma même si je préfère habituellement le confort douillet du divan pour pouvoir y bouger à ma guise tout au long du film. Étant donné que c’est l’activité préférée de mon chum, il ne sera pas difficile à le convaincre de passer ces doux moments avec moi.

  1. Multiplier les occasions d’apprendre

En octobre dernier, j’ai eu la chance d’assister à la conférence de l’auteure Amélie Dubois sur le chemin de Compostelle et j’ai adoré mon expérience. Comme c’est sur ma bucket list de faire un jour une partie de ce parcours qui de mieux que l’une de mes auteures préférées pour m’informer sur le sujet ? Je veux donc continuer de m’intéresser à plusieurs sujets en 2018. Trouver des occasions de me dépasser, d’alimenter ma créativité et ma curiosité, et surtout rencontrer de nouvelles personnes. Pas besoin de retourner sur les bancs d’école pour apprendre une multitude de choses.

  1. Arrêter de culpabiliser

Les journées où je ne fais rien de productif, je me sens toujours coupable, j’ai l’impression de ne pas assez rentabiliser mon temps. Je veux apprendre à aimer les moments où je n’ai rien au programme. De me dire que même si je suis encore en pyjama à 11 h (ce qui est très tard pour moi) ce ne sera pas la fin du monde. Arrêter de me dire que le souper doit être prêt avant 18 h absolument, envoyer valser mon ménage et mon lavage si ça ne me tente pas de le faire sans penser que je suis une mauvaise maîtresse de maison. Ne pas penser que je suis une mauvaise mère parce que je ne sors pas jouer dehors assez souvent avec mon fils. Bref, m’en faire moins à propos de tout.

  1. Rire plus, sourire souvent, cesser de m’en faire avec les futilités

Mon Dieu qu’on oublie à quel point l’humour peut dédramatiser une situation ambiguë, un malaise ou une période stressante. J’ai le goût de regarder les gens dans les yeux, leur sourire spontanément sans rien attendre en retour. Je veux juste être plus consciente des gens qui m’entourent. Je le fais tous les matins avec les parents en tant qu’éducatrice et avec les enfants que j’accueille dans mon groupe. Je tente d’être souriante tous les jours, mais je me rends compte que je ne le fais pas aussi souvent dans mon quotidien. J’ai bien l’intention de m’y mettre en 2018. Sourire à pleines dents, le plus souvent possible.

  1. Essayer quelque chose de nouveau plus régulièrement

Que ce soit un nouveau resto , un nouveau plat, une nouvelle activité de couple, un jeu avec mon fils, un style vestimentaire différent, dire ce que je pense à quelqu’un alors que je n’aurais peut-être pas osé. Le mot d’ordre de mon année 2018 sera « découverte ».

  1. Vivre le moment présent

Arrêter de vouloir tout planifier à la minute près, ne plus m’empêcher de dire oui à une invitation de dernière minute sous prétexte que je n’ai pas eu le temps de m’y préparer mentalement. Plus je vieillis, plus je trouve difficile de me laisser aller à la spontanéité de sortir de ma routine et de juste me laisser aller. Pourtant, il est connu que les meilleures soirées sont souvent celles qui ne sont pas planifiées. Arrêter de m’en faire avec la place que j’occuperai dans 5 ans, dans 10 ans. Aujourd’hui, c’est ainsi, plus tard on verra. Pas plus compliqué que ça.

  1. Tomber dans la lune

Ok, ça peut avoir l’air un peu bizarre, mais j’ai l’impression qu’on ne contemple plus rien. Qu’on s’évade dans le virtuel, mais qu’on ne s’évade plus intellectuellement. On regarde, mais on ne voit plus vraiment ce qui nous entoure. On cherche à occuper chaque parcelle de notre cerveau pour être certain de ne jamais s’ennuyer.

  1. Prendre soin de moi

On est toujours tenté de s’oublier pour plaire aux autres ou s’occuper de ceux qui partagent notre vie. Je le fais souvent. Et je me dis que moi, ce n’est pas grave. Que je vais bien pis que je peux passer après tout le monde. Mais je ne dois pas m’effacer complètement de cette équation qui mène au bonheur. Je dois prendre soin de ma santé mentale et physique, je dois me faire confiance et ne pas me laisser envahir par les émotions négatives des autres ou tout prendre sur mes épaules. Un peu plus dur à faire pour une personne comme moi qui a à cœur de voir son monde heureux et de tout faire pour qu’il le soit.

Bref, l’année 2018 n’est peut-être qu’un chiffre, mais j’ai envie d’en faire une année mémorable sans me mettre de pression pour respecter tout ce qui est sur cette liste. Parce que performer ça peut être grisant, mais trop s’en mettre sur les épaules, ça peut être épuisant.

Et toi, quels sont tes projets pour 2018 ?

          

 

 

Ce que je veux pour nous tous en 2018

La fin de l’année semble être le moment opportun pour chacun de se fixer de nouveaux buts ou de choisir encore et toujours le même objectif, année après année.

On jette notre calendrier pour le remplacer par un tout neuf dans l’espoir de repartir l’année à zéro.

Personnellement, pour l’année 2018, j’aimerais avoir plus de temps. Pouvoir donner plus de moments de qualité à mon conjoint et à ma famille en premier, puis à mes amis, ma maison et aussi à moi-même. Mais ce que je demande est une denrée rare… le temps est précieux et chaque minute est comptée. Je dis souvent qu’il me manque au moins, quatre heures par jour pour accomplir tout ce que je voudrais. Une réorganisation de mon temps serait assurément de mise dans mon cas.

En ce qui a trait à mes vœux pour les autres, pour chaque âme sur terre, je souhaite plus d’amour, plus de soutien, de ressources accessibles…

Moins de violence, de souffrance, de solitude…

Ironiquement, j’ai arrêté de regarder les nouvelles depuis bien longtemps… des années déjà, un peu après la tragédie des tours à New York, soit le 9 septembre 2001, justement parce qu’entendre et voir ces images d’une tristesse infinie me décourageait par rapport au futur et au monde dans lequel nous vivons. Cependant, je lis quelquefois les journaux virtuels ou j’aperçois les gros titres lorsque je suis sur les réseaux sociaux.

Enlèvements, fusillade de masse, suicide, infanticide, intimidation, violence conjugale, viol, etc.

Tant de souffrance. 2017 en regorge…

À un tel point que je m’inquiète sincèrement pour mes enfants.

Dans quel environnement les ai-je mis au monde? Vers quel avenir leur chemin les mènera?

Mon instinct maternel déjà surprotecteur ne peut s’empêcher d’angoisser et de se créer des scénarios dramatiques lorsque je découvre ces atrocités qui proviennent de partout dans le monde.

Je crois sincèrement que notre société est malade. Elle dépérit à vue d’œil comme les icebergs au pôle Nord. Elle a un mal de vivre qui ne peut être guéri que par l’amour, et le temps.

Donc, je vous souhaite de l’amour en grandes pelletées, parce qu’il n’y en aura jamais trop.

Profitez de chaque seconde. Vivez.

Aimez sans retenue.

Donnez sans attente.

Restez jeune de cœur.

 

Bonne année 2018!

 marieve duchaine reviseure

Pour 2018, je veux… des sous!

Les résolutions de nouvelle année… Qu’on le veuille ou non, qu’on soit conformiste ou rebelle, on dirait qu’on n’y échappe pas. Le début d’une nouvelle année nous amène en général à contempler celle qui vient de passer, et réfléchir sur la suivante. Voir ce que l’on pourrait améliorer, changer, travailler. Décider si l’on continue sur la même voie ou si l’on bifurque un peu pour trouver notre bonheur au bout du chemin. Il y a toutes sortes de résolutions de nouvel an « classiques », comme perdre du poids… Probablement celle qu’on entend le plus! Moi, cette année, je vais prendre une résolution un peu plate, mais qui, je l’espère, aura un impact positif et c’est de mieux budgéter!

Je suis certaine que je ne suis pas la seule qui panique à propos de l’argent… On dirait que beaucoup de gens (dont moi probablement) ont un train de vie qu’ils peuvent à peine maintenir sans s’endetter. On veut s’acheter le dernier modèle de téléphone portable, comme tout le monde. Ou encore sortir avec nos amis le vendredi, comme tout le monde. Outre le train de vie, il y a les fameux imprévus. L’auto qui tombe en panne et nous coûte 800$ juste avant Noël. Le chauffe-eau qui rend l’âme. La fête de matante une telle qu’on avait complètement oublié et où l’on doit amener un cadeau. Bref, des sources de dépenses, il y en a à la tonne. Par contre, on n’a en général qu’un seul revenu. Il faut donc balancer ça comme il faut!

Est-ce que ça vous est déjà arrivé, vous aussi, d’éviter d’aller voir le solde de votre compte bancaire pendant quelques jours, parce que vous SAVEZ que vous avez dépensé plus que prévu? Et que vous êtes dans un stade de déni? Éventuellement, il faut bien être un adulte responsable et faire face à la musique, mais bon dieu que ça ne nous tente pas! Ou LE moment (ou LES, souvent c’est pluriel) où tu fais ton budget et tu te dis « mais pourquoi il ne me reste pas une cenne? ». Ou recevoir un compte et éviter de l’ouvrir pendant quelques jours, pour se donner une petite pause. Bon, ok… peut-être que c’est moi qui suis dans le déni trop souvent. Mais je suis sûre que je ne suis pas la seule!

À la longue, l’impression de se fendre le derrière (pour rester polie!) au travail sans arrêt et de ne pas pouvoir utiliser le fruit de notre labeur comme bon nous semble, ça devient vraiment frustrant. L’année dernière, je me suis dit « enough is enough »! On essaie de se serrer la ceinture, de payer les dettes, et après on pourra éventuellement profiter de notre salaire pour se faire plaisir. Ça, c’était la théorie. En pratique, des petits imprévus comme… un divorce, ça vient compliquer les affaires! En fait, me réinstaller dans un nouvel endroit et me remettre sur pied m’aura coûté plus cher que prévu. Mais je garde le cap. En 2018, je veux dire « bye » à mes dettes. Pas juste « au revoir » … bye!!!

J’ai demandé à une amie ses trucs l’autre jour. Elle est une fan de finances personnelles. Oui, oui, ça existe, moi aussi j’étais surprise! Son premier conseil, qui est évidemment excellent, est de faire un budget qui tiendra compte des imprévus et de toutes les catégories de dépenses. J’ai tendance à faire mes catégories larges, d’y aller avec l’essentiel (épicerie, compte de cellulaire, essence, etc.) et ensuite laisser le reste dans une catégorie non-définie style « dépenses personnelles ». Le fait de catégoriser davantage, par exemple vraiment définir restaurant, vêtements, magazines, cafés… permet de mieux voir où va notre argent. Et ainsi de se rendre compte que notre café Tim ou Starbucks du matin… finit par coûter plus cher qu’on ne le pense!

Pour éliminer les dettes, on m’a suggéré d’y aller avec l’effet boule de neige, donc de régler la plus petite en premier et ensuite s’attaquer aux plus grosses. Éliminer les paiements mensuels d’une carte de crédit fait en sorte qu’il nous en reste plus à mettre sur une autre carte, c’est bien logique. En ce qui me concerne, éliminer les dettes reste un challenge constant. Dès que je me sens proche d’y arriver… les imprévus m’éloignent à nouveau de mon but. D’où l’importance du conseil #1 : de budgéter pour les imprévus également.

Ma résolution d’adulte responsable pour 2018, ce sera de rester centrée sur ces deux objectifs : de bien garder mon but en tête et de penser à tout le positif qui pourrait en découler, si j’y arrive! L’argent est un sujet souvent tabou et difficile à aborder entre amis… Et c’est bien dommage, car souvent c’est en s’entraidant, en se donnant des trucs et en s’encourageant que ça devient plus facile! À tous ceux et celles qui tenteront la résolution avec moi, je nous souhaite un bon succès!

Folie Marianne logo auteur 

Au revoir 2017 !

L’année 2017 a été difficile pour moi. Malgré les nombreux beaux souvenirs que j’ai, les mauvais prennent un peu trop de place. Dès janvier et même en 2016, je n’allais pas très bien. En mai, je suis partie d’urgence à l’hôpital et j’ai été en arrêt de travail jusqu’en octobre dernier. J’ai donc passé le printemps et l’été à la maison sans trop faire de sortie. Je vous ai d’ailleurs partagé quelques moments de mon arrêt de travail sur mon compte personnel et sur mon Instagram (@KCB.passion). Je vais mieux, mais je sais que je dois travailler très fort pour ne plus m’effondrer et continuer de prendre des forces pour être à mon plein potentiel dans tout ce que je fais. Je vois l’année 2017 partir petit à petit et je ne peux m’empêcher d’être heureuse. Malgré le fait que j’ai vécu plein de magnifiques choses, il me tarde de traverser cette nouvelle année en laissant 2017 derrière moi. Ce n’est pas que 2017 que je laisse derrière moi, c’est plusieurs années de souffrance, d’incompréhension et de tristesse. J’ai l’impression que 2018 m’amènera force, détermination et bonheur, simplement parce que maintenant je sais quoi faire pour ne plus souffrir. Je ne dis pas que je ne souffrirai plus jamais, mais je saurai maintenant quoi faire pour ne plus me rendre jusqu’au fond d’un gouffre.

J’ai décidé que j’avais amplement le droit de me mettre en priorité dans ma vie. J’ai lâché prise sur plein de choses, ce qui me libère d’un gros poids. J’ai également appris à me confier, parler de ce qui ne va pas et surtout de m’écouter moi-même. J’ai vraiment l’impression d’avoir tous les outils pour réussir à prendre ma vie en main et focaliser sur les belles choses. Je sais maintenant que je peux créer du beau.

2017, tu as été une année de connaissance et d’apprentissage. Tu m’as donné une chance, une chance unique de vivre.

C’est toujours spécial de voir le nombre de gens qui font un doigt d’honneur à l’année qui termine. Je l’ai souvent fait en croyant très fort que le meilleur arriverait avec la nouvelle année. Mais cette fois-ci, je suis plus optimiste que les dernières années parce que j’ai appris que j’étais la seule responsable de mon bonheur.

C’est donc avec fébrilité et enthousiasme que je tourne la page et que je débute l’année 2018 avec beaucoup de détermination.

Valérie_réviseure