Quand fêter rime avec SUCRÉ

Charline parle de sucre

Note de l’auteure: Avant tout, j’aimerais vous dire que ce texte en est un d’opinion et de constatation. Je n’ai pas l’habitude de juger les gens et je ne considère pas non plus détenir une quelconque vérité.

L’Halloween, la St-Valentin, Pâques, les fêtes d’enfants… le sucre y est ROI!

Étant moi-même une bibitte à sucre, je ne peux qu’aimer célébrer en me gâtant!

D’ailleurs, habituellement je n’ai même pas besoin d’une date spéciale pour me goinfrer de jujubes de toutes les saveurs imaginables et de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Cela vient tout seul.

Néanmoins, depuis que je suis devenue mère, je ne peux m’empêcher de voir les chocolats envahir ma maison.

C’est bien simple, je n’ai jamais besoin d’en acheter car il y a toujours une personne bienveillante pour regarnir la «réserve».

Dans cette fameuse réserve, il y a présentement un demi-sac d’épicerie de bonbons datant de l’Halloween passé, deux canards de Pâques et quatre suçons chocolatés de St-Valentin.

Avec l’Halloween qui revient (déjà!) et Noël qui se pointe le bout du nez, je suis quelque peu découragée. Ha! Ha!

Deux enfants qui font l’équivalent de 12 rues environ, cela fait un assez bon butin pour tenir jusqu’au prochain 31 octobre.

Sous mon toit, du moins!

Car leur permettre de manger du chocolat, c’est rare par chez-moi!

Il y a bien eu la période où je les laissais faire le calendrier de l’Avent avec leur friandise quotidienne et je me disais que c’était une belle tradition pour faire le décompte de la nouvelle année à venir, puis j’ai découvert les nouveaux calendriers de jouets, de mini-livres, ou d’activités à faire et cela a été une préférence depuis.

À Pâques, j’aime bien leur préparer une chasse aux trésors où les richesses à dénicher sont; des petits tatouages temporaires, des collants, des carnets à colorier et des entrées de cinéma, par exemple.

Quant à la St-Valentin, je suis plus portée à leur préparer une giga montagne de fruits avec un coulis de chocolat et leur offrir des billets échangeables contre des extra câlins, des moments privilégiés ou des sorties spéciales.

Mais je vous rassure, mes enfants n’en sont pas plus malheureux.

Ils s’en portent très bien et je dois spécifier que ceux-ci sont aussi heureux devant un bol d’une dizaine de bonbons que devant un bol de fruits coupés et de fromages.

Je suis chanceuse en ce sens.

Ce sont des gourmands et des épicuriens très facilement assouvis.

Ils sont juste plus calmes qu’après une décharge de sucre! 🙂

Je ne suis pas tyran pour autant.

D’ailleurs, je ferme les yeux sur ce qu’ils peuvent empiffrer comme sucreries lors de leurs séjours dans la famille…

À mon avis, cela vient avec le plaisir d’être avec eux.

En somme, je crois que ce n’est pas tant le sucre en soi qui me dérange mais plus l’excès de celui-ci.

Dans le même ordre d’idées, de mon opinion personnelle, les fêtes sont devenues un peu trop commerciales dans le sens qu’elles incitent à une surconsommation de sucre (et de produits) qui crée presque l’obligation d’offrir du chocolat (ou un cadeau) à chacune de ces occasions.

Mais, je ne vais pas commencer à débattre maintenant et ici sur mes pensées envers les jouets qui s’accumulent dans une maison… je le laisse pour un autre texte!

Ne vous gênez surtout pas par contre de me laisser en commentaires, votre vision, votre relation et votre expérience avec le SUCRE chez vous. Et d’autres alternatives que vous avez trouvées pour le remplacer lors des fêtes diverses.

 

     Folie Sofia logo reviseure

 

La nostalgie de l’Halloween

Vous êtes prêts? Je vais me mettre à déblatérer comme une personne âgée, alors que je viens à peine de souffler mes 30 chandelles et c’est ce qui est le plus désolant là-dedans. Ce que je veux dire, c’est qu’en moins de 20 ans, l’Halloween a perdu à mes yeux beaucoup de valeurs.

Dans mon temps, la féérie de cet événement commençait un bon 2 semaines avant LA journée de l’Halloween. Celle que tout le monde attendait avec impatience et fébrilité. Celle où il y était permis de devenir n’importe qui que nous rêvions d’être : un cowboy, une sorcière, un clown, un monstre, un bébé (qui n’a pas revêtu les deux lulus, une suce et un pyjama?), etc. Toutes les maisons du quartier étaient décorées, sans exception et pas que des petites décorations, mais la totale! Il y avait aussi le Village de l’Halloween à Ste-Annes-Des-Plaines où les décorations étaient hallucinantes : des serpents géants fabriqués avec des tuyaux souples, des accidents de voitures sanglants, un écrasement d’avion dans un arbre, un arbre fantôme et le village de L’étrange Noël de M. Jack avec une fontaine de sang. De quoi faire lever le poil de bras à tous ceux qui ont gardés leur cœur d’enfant.

Je me rappelle préparer les sacs de confiseries avec ma tante. On s’installait sur la table de cuisine avec les sacs, les suçons, les rockets, les barres chocolatées contenant des arachides, les tires pas mangeables que nos parents adoraient mais qu’elles donnaient du fils à retordre à leur dentier et finalement les cigarettes Popeye. Parce que oui, quand on était petits, on se fabriquait de fausses cigarettes et on chantait «J’ai du bon tabac dans ma tabatière». Heureuse que ma fille ne vive pas cette petite partie promotionnelle pour la tabac. DOUBLE FIOU! FIOU! FIOU!

Nous faisions nos petits sacs et on brochait le tout avec l’idée que les enfants seraient si heureux de cogner à sa porte. Avec ma maman, nous décorions nos citrouilles et recueillions les graines à l’intérieur de celles-ci enfin de les enfourner et les déguster. Miam miam! Tradition que je perpétue avec ma fille, après avoir été cueillir notre propre fruit orangé dans les champs de St-Augustin. Ma mère était aussi excellente pour fabriquer des décorations grandioses et nous participions avec elle à ses réalisions. Plaisir assuré!

La semaine de l’Halloween était le festival du film d’horreur et les films familiaux classiques du style Casper, L’étrange Noël de Mr. Jack, Ghosts Busters et Abracadabra. Cinéphile que je suis, j’étais au paradais!

Et LA journée de l’Halloween, quel moment magique! On se levait à l’aurore afin de préparer nos costumes et notre maquillage. On allait à l’école où une tonne d’activités nous attendaient. Le soir venu, on se dépêchait d’engloutir nos repas pour courir l’Halloween. Les petits bambins commençaient leur tournée à 16h30. Ensuite, c’était notre tour. Bonbons et frayeurs étaient au rendez-vous à chaque porte. Dans mon temps, il était permis de faire une petite peur aux enfants. Les messieurs déguisés en épouvantail ou autre créature, bien camouflés dans leur décor, se mettaient à bouger au moment opportun pour nous faire sursauter. Notre taie d’oreiller, nous servant de sac à friandises, était pleine à craquer après seulement une rue. Nous savourions chaque moment relié à cette fête.

Maintenant, les gens n’achètent plus de bonbons car les magasins les vendent à des prix exubérants. On voit des maisons un peu décorées par-ci par-là, mais sans plus. Je vois même des gens circuler en voiture avec leurs enfants pour faire le porte à porte. Et parfois les enfants ont même l’audace de dire… «C’est tout?» en recevant leurs bonbons. Ben voyons!

Je m’ennuis de ce qu’était l’Halloween de ma jeunesse et je regrette que ma fille ne puisse jouir de ce plaisir. Peut-être que tous les gens nostalgiques comme moi réussiront à ramener l’Halloween du temps? Je le souhaite ardemment!

 

Logo de Joannie      

Kandju, des bonbons frais et savoureux

Jen parle de Kandju

S’il y a quelque chose qui me rend heureuse, c’est bien de manger des jujubes ! Véritable bibitte à sucre depuis ma tendre enfance, je n’ai aucun mal à refuser un plat de frites ou un bol de chips au profit d’une poignée de bonbons. C’est donc un véritable bonheur pour moi d’avoir eu la chance de goûter aux bonbons de la compagnie Kandju, compagnie québécoise qui ne cesse de prendre de l’expansion puisqu’elle vient juste d’ouvrir sa 9e boutique, sur la rue Saint-Jean, dans le Vieux-Québec.

Jen parle de Kandju

Tu en as sûrement déjà entendu parler sur les réseaux sociaux puisqu’ils sont effectivement très actifs sur Facebook puisqu’ils organisent régulièrement des concours pour leurs 100 000 abonnés. J’avoue d’ailleurs avoir souvent partagé leur publication dans laquelle on peut gagner un seau de 5 lb de bonbons. N’en déplaise à mon dentiste ou à mon bourrelet de ventre, j’aurais bien aimé gagner quelques sucreries à me mettre sous la dent.

Jen parle de Kandju

J’ai donc été euphorique lorsque la compagnie nous a envoyé quelques échantillons de bonbons à déguster et… le fameux seau de 5 lb rempli de jujubes tous plus alléchants les uns que les autres. Ariane a même dû me rappeler que nous devions faire les photos des produits reçus avant que ceux-ci n’atterrissent dans ma bouche. Heureusement qu’elle est efficace et qu’elle a réglé le tout assez rapidement pour que je commence à les dévorer un à un.

Jen parle de Kandju

Bien que j’affectionne pas mal toutes les catégories de jujubes, je dois avouer que ceux qui sont acidulés sont vraiment mes préférés ! J’adore leur côté surette et le fait que les saveurs soient très prononcées. Mes coups de cœur ? Les framboises bleues, les anneaux aux pêches et les gros pieds bleus. C’est simple, je peux en manger jusqu’à m’en brûler la langue !

Jen parle de Kandju

La petite histoire…

Kandju ouvre sa première boutique en mars 2014 à même son siège social à Saint-Césaire. Elle propose une vaste sélection de confiseries de différents manufacturiers et s’engage à toujours offrir des bonbons 100 % frais.

Alors que l’entreprise compte annoncer d’autres ouvertures dans les prochains mois, on peut décidément dire que Kandju a le vent dans les voiles.

Kandju offre un service d’achat en ligne vous permettant de commander vos bonbons qui seront directement livrés à la maison, la possibilité de commander un bar à bonbons personnalisé et même de vous inspirer avec plusieurs idées colorées pour votre prochain événement.

Alors si tu es comme moi et que tu raffoles des sucreries, empresse-toi de découvrir les bonbons Kandju et tu ne seras pas déçu.

Pour connaître les points de vente ou passer une commande, c’est ICI.

 

Photo de signature pour Jennifer Martin.      

5 coups de cœur de janvier

Ah que j’aime faire ce type d’article ! C’est toujours plaisant de réfléchir très fort pour trouver 5 choses que j’aime et que je veux absolument partager avec vous.

1- Mademoiselle Bonbons
C’est en premier lieu ma voisine . Oui, oui, j’habite à côté d’un magasin de bonbons. Mais ce n’est pas n’importe quel magasin de bonbons, il est unique. J’adore y aller et discuter avec Daphnée, la propriétaire. Elle est passionnée par ce qu’elle fait, ne s’arrête pas et trouve toujours de nouvelles idées à offrir à ses clients. Les bonbons sont variés et toujours frais. J’avoue y aller au moins une fois par semaine! Mes préférés? Les petites boules à la cerise surette : miam!

2- Les gros tricots avec col roulé
Je n’ai jamais osé m’acheter de gros tricots et encore moins des cols roulés. Finalement, après avoir eu un coup de cœur pour un chandail au H&M, je suis en amour avec ce type de chandail. Parfait pour écouter la télé à la maison quand il fait froid (je suis frileuse) et encore plus au travail puisqu’il fait assez froid. Ce chandail est comme une grosse doudou calineuse qui garde au chaud et qui réconforte. C’est littéralement un gros coup de cœur de cet hiver pour moi !

3- Simon Boulerice 
J’en avais entendu parler il y a un certain temps, mais c’est vraiment cet été que j’ai découvert qui il était ainsi que ses œuvres. Wow. Le premier roman que j’ai lu c’est L’enfant mascara, que j’ai dévoré en une nuit. J’aime sa plume, son expression et les sujets qu’il aborde. J’ai maintenant plusieurs de ses livres à la maison et je suis sous le charme. On a tellement de talent au Québec!

4- Le rouge à lèvres
J’apprends à sortir un peu de ma zone de confort en me maquillant un peu plus. Depuis que je n’ai plus de broches, j’ai un gros coup de cœur pour le rouge à lèvres qui change complètement mes looks. Je n’ai pas besoin de passer des heures à me coiffer ou à me maquiller. Un petit rouge à lèvres qui fit avec peu importe ce que je porte et je suis prête pour une sortie, un souper ou un évènement. Je trouve tellement que c’est un accessoire polyvalent et mes selfies sont toujours magnifiques!

5- Catherine, tatoueuse talentueuse

Si vous suivez mon Instagram, vous savez que je suis présentement en train de me faire tatouer une manche. C’est chez Ink Your Soul que j’ai débuté ma tournée de salon de tatouage pour trouver LA bonne personne. Ce fut le coup de foudre dès que j’ai rencontré Catherine. J’ai vraiment hâte de vous montrer le résultat final et je ferai un article complet sur mon expérience à ce super salon de tatouage prochainement !

 

Voilà ce qui conclut mon top 5 de janvier, je vous souhaite une bonne année 2018 !

 

 Valérie_réviseure

Des cochonneries

beignes chocolat bonbon

Bonbons, chocolats, chips, beignes, pizza, poutine, gâteaux… les possibilités de cochonneries sont presqu’infinies! Que ce soit quand on a un craving ou juste pour compléter son repas, cette mal-bouffe, salée ou sucrée, fait partie de notre vie. Rares sont les personnes qui ne succombent pas un jour ou l’autre.

 

chocolat

J’ai la dent sucrée, oui, je ne m’en cache pas. Plus particulièrement tout ce qui touche le chocolat, et plus précisément le chocolat au lait. Offrez-moi du chocolat avec des noisettes, du caramel, de la fleur de sel, du piment rouge, de l’orange… et je vous jure qu’il va disparaître de votre vue en claquant des doigts! J’essaie de diminuer et je sais que le chocolat noir est le moins néfaste pour la santé, mais c’est celui que j’aime le moins; son côté moins sucré me rappelle le café noir, que je n’aime pas vraiment! Sinon, j’aime un bon sac de chips Miss Vickies. Mon coup de coeur je dirais. Attention: celles au vinaigre sont intenses et peuvent brûler votre langue, histoire vécue! Oopsie!

– Ariane

 

Ça serait difficile de nommer ma cochonnerie préféré. Ça dépend toujours de mes envies. Des fois, c’est du chocolat, des fois des bonbons, des chips, du cheese con queso (!!!). Des fois, c’est de la nourriture grasse (genre de la pizza, ça compte?). J’ai pas de préférence, car je les aime tous, dépendamment du moment. J’aime bien les bonbons mélangés Sweet Sixteen qu’on retrouve dans les dépanneurs, ils sont toujours frais et j’ai un dépanneur avec une panoplie de cette sorte juste en bas de ma job, alors c’est toujours ben facile de juste descendre pour aller me prendre un sac.
– Dominique

 

bonbon

Oufffff… c’est comme demander à Mozart quelle est sa note préférée! J’ai une relation amour-haine avec les cochonneries, puisque j’essaie la plupart du temps de me limiter dans ma consommation de sucreries, vu que je prends du poids facilement et que mon alimentation est importante pour moi. Par contre, je suis une vraie bibitte à sucre. Je suis incapable de résister à des jujubes. Mes préférés sont les pieds bleus sûrs qu’on appelle Big Foot : je suis capable d’en manger jusqu’à m’en donner mal au coeur. Tous les jujubes sûrs me font de l’effet, mais ceux-ci sont vraiment dans une classe à part. J’ai également beaucoup de difficulté à résister à une assiette de nachos gratinés. Quand il y en a sur le menu dans un resto, j’ai tendance à en commander pour les tester et les comparer d’un endroit à l’autre.

– Jennifer

 

bonbons chocolat

Des cochonneries. YAY! J’adore manger des bonbons, surtout les petites boules de cerise sûrette, ce sont mes favorites. Mais si j’avais à choisir MA cochonnerie préférée de tous les temps? Les gâteaux Vachon. Ben oui toi! Et si j’avais à choisir entre des chips, du chocolat, de la barbe à papa, de la crème glacée ou des bonbons, ce serait une bonne grosse boîte de rouleaux suisses ou des Maywest. Je tripe. Je peux manger une boîte en une seule soirée. En partant, je n’aime pas les chips, eh oui! Le chocolat et les bonbons j’adore, mais il n’y a rien de mieux que d’ouvrir l’emballage d’un petit gâteau Vachon et le manger soit en 3 bouchées ou… en 1 seule!  MIAM. Et, en plus, ça coûte tellement moins cher.

– Karine

 

equipeariane reviseure

 

Crédit photo Jennifer : Amazon
Crédit photo Ariane : ICI