L’Gros Luxe a les meilleurs Grilled Cheese

Au début du mois, nous avons eu la chance d’aller essayer un des délicieux grilled cheese au L’Gros Luxe sur le Plateau. Vous avez peut-être vu passer nos photos et stories sur Instagram! En fait, nous avons été invitées pour tester le concept du Mois du Grilled Cheese. Dès notre arrivée, nous avons eu droit à un service exemplaire. Notre serveur nous a d’abord servi un petit drink : un Appleton sucré avec de la lime. C’était juste parfait! Puis, le choix du sandwich fromagé devait se faire. On nous a expliqué que, chaque semaine, chaque succursale avait sa recette spéciale, plus excentriques les unes des autres. Passant du grilled-cheese poutine, pain aux raisins, bleuets, fromage à la crème et sucre glace et plus encore. C’est plus de 32 recettes de grilled cheese qui ont été créées pour l’événement, et ce, aux 8 succursales.

Ariane et Karine ont décidé de se partager les deux choix qui suivent :

  • Le grilled cheese fromage de chèvre & betteraves se trouvant sur le menu régulier;
  • Le grilled cheese au havarti frit, oignons caramélisés et pommes vertes qui était disponible sur le menu spécial de l’événement à la première semaine.

C’était complètement décadent. Les deux étaient délicieux et même complémentaires. L’événement se termine cette semaine, soit le 30 novembre, mais il est encore temps pour vous de vous rendre à une des 8 succursales et de vivre l’expérience! Sinon, L’Gros Luxe a toujours des options de grilled cheese sur son menu régulier. Et pour les personnes qui ne raffolent pas de ce met, je vous conseille de tout de même y goûter éventuellement, car ça n’a rien à voir avec ce qu’on peut se faire chez-soi à 3h du matin, sur le coin du comptoir. Et les portions sont immenses. On a à peine touché à notre salade et on avait malheureusement plus faim pour un dessert. Tristesse, je sais!

 

La Fraîche : un récit culinaire qui inspire!

lancement la fraiche

Le 6 septembre dernier, Ariane et moi avons eu la chance d’assister au lancement officiel du livre de recettes La Fraîche – mon récit culinaire. Nous avions déjà reçu le livre par la poste la semaine d’avant et déjà, j’étais envoûtée par les recettes et le contenu en général. Il faut dire que depuis un peu plus d’un mois, j’ai diminué ma consommation de viandes. Je ne prends pas nécessairement le chemin vers le végétarisme, mais j’ai pris comme décision de changer mon alimentation et faire des choix différents. J’apprends à découvrir et adapter mes recettes en utilisant des alternatives «sans viandes». C’était comme un adon plus que parfait que de recevoir le livre d’Eve-Lyne Auger. J’aimais déjà beaucoup son blog et son magnifique compte Instagram, alors j’étais très contente de pouvoir en découvrir un peu plus sur elle.

lancement du livre la fraiche

Crédit photo : Sarah Dagenais

C’est au Pub West Shefford et Vinyle Chope que le lancement a eu lieu, en partant, c’était super comme ambiance. On a eu la chance de goûter à certaines des recettes d’Eve-Lyne. C’était vraiment délicieux! Ce que j’aime du livre, c’est qu’on dirait un journal, celui de l’auteure qui partage ses recettes, sa passion et son histoire culinaire. Au travers des pages, on mange littéralement avec les yeux grâce aux magnifiques photos prises par Eve-Lyne et ce, avec son cellulaire : oui oui! Je trouve que ça ajoute un côté très personnel au livre.

Lors du lancement, Ariane et moi avons eu la chance (enfin) de rencontre Eve-Lyne et on a profité de l’occasion pour lui poser quelques questions.

Comment te sens-tu là à l’instant?

Fébrile à un niveau jamais vécu de ma vie, je pense. Je ne comprends pas ce qui se passe. Se retourner et voir toutes les personnes que tu connais, une après l’autre, c’est tellement weird comme sentiment. Tout le monde est là pour toi, c’est fou!

Tu as ton blogue, mais d’où t’es venue l’idée du livre?

Au départ, les éditions Goelettes m’ont approché pour faire un livre. Ils ne voulaient pas faire un livre ordinaire avec juste des recettes, ils voulaient vraiment avoir quelque chose de plus. Alors mon chum et moi, on a eu la bonne idée de faire le récit du jour 1 quand j’ai arrêté de manger de la viande à aujourd’hui et c’est ce qui découle du livre. Les chapitres sont vraiment construits comme ça, c’est 5 chapitres complets avec des astuces et mon histoire pour que les gens se sentent interpellés. Je sais aussi que beaucoup de gens désirent diminuer leur consommation de viandes.

Moi : J’en fais partie. Justement j’entamais le processus quand j’ai reçu ton livre et j’ai trouvé que c’était une super belle coïncidence, ton livre arrive au bon moment.

 

Eve-Lyne : Je suis trop contente et c’est ce que je veux et je sais que c’est ce que les gens recherchent, que ce soit simple, que ce soit bon et que ce ne soit pas plate, c’est donc vraiment ça l’objectif avec le livre. J’ai inclus du poisson et des fruits de mer parce que je sais que les gens veulent faire la transition tranquillement, ça donne quand même la chance aux gens de faire des bons choix.

J’ai entendu dire que c’est toi qui as pris les photos pour ton livre, avec ton cellulaire?

Oui. J’ai pris toutes les photos de bouffe dans le livre, excepté ma couverture, je ne voulais pas faire un selfie, c’est Sarah qui m’a photographié. Sinon, oui toutes les photos de plats ont été prises avec mon iPhone 6S.

Est-ce que tu as en tête un deuxième livre?

Le livre 1 n’était même pas encore dans mes mains que je pensais déjà au deuxième. J’aimerais peut-être plus une thématique par exemple un livre 100% végétarien.

Comment as-tu choisi les recettes pour ton livre?

J’ai fait une sélection avec des gros coups de cœur que j’avais sur le blogue, comme le blogue n’avait pas une ampleur phénoménale encore, je me suis dit que je pouvais me permettre d’ajouter certaines recettes. Le but c’était aussi que les recettes fitent avec mon historique, donc la première recette que j’ai faite à vie est dans le livre. Une recette que je fais toujours avec mes parents est aussi dans le livre. C’est vraiment mon récit culinaire!

On ne se le cache pas, il y a beaucoup de gens qui font des livres de recettes et qui ont des blogues de recettes. Est-ce qu’il y a de la place pour tout le monde selon toi? Que dirais-tu à la personne qui aimerait aussi se lancer là-dedans.

C’est un parcours énormément long à faire, un processus tellement fou, je pense qu’il y a de la place pour chaque personne qui a une idée innovatrice, qui a quelque chose ou un propos à amener. Je pense que c’est ce que j’ai pu réussir à amener avec mon livre, de vraiment me déclasser du reste des livres de bouffes végétariennes ou de cuisine régulière, en plus je ne suis pas chef, je suis blogueuse. Il y a quand même de la place pour tout le monde, dès que quelqu’un est passionné, ça peut marcher, c’est sûr.

Tu te souhaites quoi pour l’avenir?

Je me souhaite que ça aille bien, je me souhaite que les gens aiment le livre, je souhaite que les gens fassent mes recettes et qu’ils soient contents et que ce soit bon. Je souhaite vraiment juste que ce bébé-là s’envole de ses propres ailes et que les gens en profitent au maximum.

C’est quoi ta plus grande folie dans ta vie?

Je vais vous dire un gros secret, j’ai vraiment une grosse passion dégoutante, j’adore concasser mon sac de popcorn et le lécher quand j’ai fini de le manger, sinon je lèche mes chips une à une, mais ça je le fais au confort de mon intimité.

lancement la fraiche

C’est un outil que je vais utiliser sans hésitations dans ma nouvelle aventure culinaire et je vous partagerai les résultats sur Instagram. Si vous aussi vous aimeriez vous procurer le livre, c’est maintenant disponible en librairie! De plus, gardez l’œil ouvert sur notre page Facebook, il y a comme une odeur délicieuse de concours dans l’air!

Pour ne rien manquer de La Fraîche :

Page Facebook

Instagram

Blogue

Photo de signature pour Karine Caron-Benoit. Folie Sofia logo reviseure

Bouffons Mtl, un rendez-vous gastronomique à ne pas manquer

Jen parle de Bouffons Mtl

Alors que le festival Juste pour rire bat son plein au cœur de la Place des festivals, pourquoi ne pas en profiter pour unir gastronomie et humour en faisant un arrêt à Bouffons Mtl, un village gourmand réunissant une cinquantaine de stands pour se sustenter. Pour sa 4ème édition Bouffons Mtl s’est doté d’un site plus central qui se trouve en plein cœur du quartier des spectacles. Parfait pour déguster un bon repas entre deux ou trois spectacles ou éclats de rire.

Proposant le meilleur de la cuisine de rue, Bouffons Montréal propose une multitude de plats ainsi que des rafraîchissements que l’on peut commander dans un vrai Tiki Bar! C’est avec le ventre vide que nous sommes arrivés sur place et je peux dire que nous avons pu amplement profiter des bonnes choses qui nous étaient offertes. Croisant sur place de nombreux humoristes et artistes québécois, c’est dans une ambiance des plus festives que nous nous sommes régalées de nombreux plats offerts.

Si nous avons toutes les deux craqué pour la poutine plutôt salée de chez Hoogan et Beaufort, c’est vraiment le Fish’N Chips du stand Brit and Chips qui nous a comblé l’estomac. Et que dire des churros, qui sont venus compléter à merveille notre repas des plus copieux.

Jen parle de Bouffons Mtl

Jen parle de Bouffons Mtl

Jen parle de Bouffons Mtl

Voici d’ailleurs ce que Karine avait à dire à propos de son expérience gastronomique.

« C’est la première fois que j’allais à l’événement Bouffons Montréal, mais j’en avais beaucoup entendu parler. J’ai vraiment apprécié mon expérience! Il y a certains kiosques qui m’attiraient moins, mais il y en a tellement pour tous les goûts qu’il est facile d’y trouver son bonheur. Mon estomac a A-D-O-R-É le Fish’N Chips hips de chez Brit & Chips, que je suis d’ailleurs sur Instagram depuis ma dernière bouchée. C’était tellement bon et goûteux, j’en aurais mangé plus, mais bon, je devais partager avec Jennifer…ha ha ha. Puis, j’ai pu goûter à des churros : c’était ma première fois. Je suis sous le charme, mes papilles gustatives m’en ont voulu de ne pas avoir goûté ce délice avant hier. Bref. Bouffons Montréal c’est à mes yeux un événement à découvrir pour le plaisir de manger, d’essayer de nouveaux plats et simplement pour passer un beau moment d’été à Montréal! »

Quant à moi, je suis tombée sous le charme des petites cabanes qui abritent chacun des restaurants, de l’ambiance très dynamique qui règne un peu partout sur le site et du nouvel emplacement, qui est tout simplement parfait pour ne rien manquer de l’animation du festival Juste pour rire, qui se déroule tout près.

Jen parle de Bouffons Mtl

Jen parle de Bouffons Mtl

Jen parle de Bouffons Mtl

Bref, un endroit à visiter en couple, entre amis ou en famille si vous voulez bien manger certes, mais aussi passer un moment incroyable dans ce que Montréal a de plus beau à offrir en cette belle période estivale.

Pour découvrir le plan du site et connaître les restaurants participants c’est ICI.

Le festival Bouffons Mtl se déroule tous les jours à la Place des festivals et ce, jusqu’au 29 juillet.

Toutes les photos sont de Folie Urbaine.

 

Merci à Thara Communications pour l’invitation.

Photo de signature pour Jennifer Martin.

Pourquoi je ne suis pas de diète

Charline parle de diète

Je suis une épicurienne.
Une amoureuse des plaisirs de la vie.

Certes mon rapport à la nourriture est particulier.
Je mange mes émotions, peu importe ce qu’elle est.

Je suis triste : mmmm des raviolis à la courge ou aux champignons, pour panser ma peine.

Je suis amoureuse : du filet mignon, des crevettes et des légumes grillés au bbq, pour gâter mon Homme.

Je me sens fatiguée : un bon sandwich au prosciutto, pour me remettre sur pieds.

Je suis heureuse : un appétissant poke bowl, pour célébrer la Vie.

Je me sens malade : une bonne vieille soupe Lipton avec des cubes de fromage, pour réconforter mon corps.

Je suis exténuée d’une semaine chargée : d’excellents sushis, pour me récompenser…

Et cela, c’est sans compter les vendredis McDo, les déjeuners en famille, les soupers entre amis, les anniversaires, les journées ordinaires (!)…

Aussi bien le dire, la nourriture est ma meilleure amie.

Cuisiner en fait, est une de mes nombreuses passions.
Cela me relaxe, cela me motive, me stimule.
Mes sens en ont plein les bras, et moi, je suis dans un état d’esprit divin.

L’odeur de la coriandre fraîchement hachée.
La texture onctueuse d’un avocat mûr.

La saveur d’une tomate en vigne qui éclate entre mes dents.

Du foodporn, cela existe!

Alors, suivre une diète équivaut pour moi, à me contraindre dans ma créativité, dans mon plaisir et dans l’expression même de mon affection.

 

Par contre, comme dans bien des aspects de ma Vie, j’y vais dans la modération.

Je ne me prive pas, je me contiens juste dans mes portions.

 

Une poutine smoked meat me fait de l’œil? Miammm, une fois par mois, pourquoi pas?

 

L’envie de chips se pointe pendant que je regarde une série sur Netflix?
Pas de problème, je vais me verser un bol, et c’est tout!

 

Je suis chez des amis et ils servent du gâteau, une mini portion et cela fait mon bonheur.

 

 

Mais, je ne dis pas que les diètes c’est mauvais, ou que ceux et celles qui mangent plus « santé » ne profitent pas de la Vie.
Au contraire.

À chacun ses plaisirs et à chacun sa manière de faire des choix qui lui convient.

 

Quand j’avais 20 ans, c’était une autre réalité.
Je travaillais dans un gym, je m’entraînais 4-5 fois par semaine, je buvais des shakes de protéines à chaque jour et je me permettais mon Vendredi Mcdo. Je sortais souvent et je passais la soirée sur la piste de danse à dépenser des calories!

 

Aujourd’hui, à l’aube de mes 40 ans, les données ne sont plus les mêmes.

J’ai deux enfants, une maison, un travail auprès d’un groupe de 2 ans et je croule sous les maux : genoux sensibles, bursite du pied droit, courbatures au dos, et j’ai deux enfants… oui je prends la peine de le répéter dans mon énumération, car passer du temps avec mes merveilles du Monde occupe une grande partie de mon existence et de mon temps.

 

Je n’essaie pas de me trouver des excuses pour mon manque de temps pour m’exercer chaque semaine, je crois que c’est plus une question d’organisation. Je sais que mon corps bénéficierait grandement d’avoir une pause de mon train-train quotidien et de faire renaître des muscles presque relégués aux oubliettes, mais dans le contexte présent, je n’y trouve pas de case horaire.

Choix personnel que j’assume totalement.

 

Donc, qui dit diète, dit aussi poids et balance.

Je me pèse à chaque matin. Je me checke quand même!
150 lbs est le poids que je ne veux pas dépasser.
150 lbs est la limite à mon bien-être psychologique.

Je fais fi du poids santé, idéal ou autre, des IMC, de ma hauteur par rapport à mon poids. Je suis celle qui vit avec ce corps et je crois que l’important c’est que j’aime la personne qui me fixe dans le miroir.

 

Dans mon idéal, j’aimerais peser entre 135-140 lbs.
C’est faisable. C’est un objectif raisonnable et qui me permet de ne pas me laisser aller. Et je sais exactement quels changements je devrais apporter.

Or changements et moi ne font pas bon ménage.
Je suis une routinière.
Les détours me pétrifient, les plans de dernière minute sont un cauchemar.

 

Cependant, j’y travaille. Un à la fois. À mon rythme.

 

Mes courbes, je les aime dans le fond.
Autant que la satisfaction de manger un de mes plats favoris.

 

À quand une diète de plats fétiches?!?

Crédits photos : @i.charline

 

          

Sérénité, vins et bons plats – Vignoble Rivière du Chêne

Nous sommes allées visiter le Vignoble Rivière du Chêne et tester le menu.

J’apprécie grandement faire des découvertes.

Explorer des terrains moins connus.

Goûter à de nouvelles choses.

Élargir ma palette gustative.

J’ai donc été très satisfaite lorsque je suis allée découvrir le menu du Vignoble Rivière du Chêne à Saint-Eustache, en compagnie de mes amies et collègues! Basé principalement, mais pas uniquement, sur le concept des tapas, le menu offre une grande variété de plats à partager… ou non! Pour notre part, nous avons opté pour 2 plats chacune et nous avons adoré tous nos choix. Avant de recevoir nos assiettes, un cocktail apérol, pamplemousse et bulles de Gabrielle nous a été servi : délice! Pour la suite, nous avons eu de judicieux conseils des serveurs et serveuses pour les accords mets et vins. À 3, nous avons goûté à un blanc, un rosé, ainsi qu’un rouge. Les détails se trouvent au bas de l’article. C’est unanime, nous avons beaucoup aimé les options sur le menu, par contre, j’aurais apprécié y voir quelques options végétariennes pour pouvoir y retourner avec mes ami.es! Peut-être pour un prochain menu? Qui sait!

Voici donc nos magnifiques tapas, qui, ma foi, nous ont complètement comblées avec la planche souvenirs de vacances comme “dessert”! (Il y a une option sucrée aussi.)

Mentions spéciales au boudin, à la salsa, ainsi que les keftas d’agneau!

 

LES BONS PLATS

Boudin noir et saucisse du terroir sur pain brioché.

Accord suggéré : William rouge

Nous sommes allées visiter le Vignoble Rivière du Chêne et tester le menu.

 

Dumplings farcis au canard et sauce asiatique

Accord suggéré : Phénix rouge

Nous sommes allées visiter le Vignoble Rivière du Chêne et tester le menu.

 

Petits ravioles aux champignons

Accord suggéré : Phénix blanc

Nous sommes allées visiter le Vignoble Rivière du Chêne et tester le menu.

 

Crevettes grillées avec salsa de poivrons, mangue et coriandre

Accord suggéré : Rosé Gabrielle

Nous sommes allées visiter le Vignoble Rivière du Chêne et tester le menu.

 

Tartare de boeuf

Accord suggéré : William rouge

Nous sommes allées visiter le Vignoble Rivière du Chêne et tester le menu.

 

Céviche de pétoncles et salade de fenouil

Accord suggéré : William blanc

Nous sommes allées visiter le Vignoble Rivière du Chêne et tester le menu.

 

Planche souvenirs de vacances : empanadas, keftas d’agneau, légumes à la grecque, hummus, olives et patatas bravas.

Nous sommes allées visiter le Vignoble Rivière du Chêne et tester le menu.

 

LE VIN

Avant même de se rendre à ce souper au coucher de soleil, nous avions reçu deux bouteilles de vin de La Cantina, Vallée d’Oka, pour les déguster. Le rosé est tout simplement délicieux ; il se boit parfaitement avec la chaleur du moment et ne laisse pas de goût trop sucré en bouche. Pour ce qui est du vin que j’ai bu lors de notre soirée, le Phénix rouge, je l’ai tellement aimé que je vais devoir aller m’en procurer à la SAQ pour mon prochain souper entre ami.es! Je ne suis pas spécialiste, mais son goût était prononcé et boisé, ce que j’ai adoré. Malgré cela, il ne cachait pas les saveurs du boudin et des dumplings que j’ai mangés. Très bel accord!

Nous sommes allées visiter le Vignoble Rivière du Chêne et tester le menu. Nous sommes allées visiter le Vignoble Rivière du Chêne et tester le menu.

 

Merci encore pour le superbe accueil et ce fût un grand plaisir de converser avec le propriétaire de l’endroit, ainsi que sa femme! Ainsi que merci à La Cantina pour les délicieux vins!

 

Crédit photos : Ariane Martineau

 

Photo de signature pour Ariane Martineau.

Miniburgers, tartares et cocktails sur la terrasse du Taboo

Même si on a une température pas très stable ces jours-ci, les terrasses commencent déjà à sortir de l’ombre depuis quelques semaines et on aime tellement ça! L’autre jour, Karine et moi sommes allées ouvrir celle du restaurant Taboo (on avait été à l’ouverture de leur succursale au centre-ville) et nous avons déjà hâte d’y retourner. Leur concept, si vous ne le connaissez pas encore, est très nice avec leurs multiples combinaisons de miniburgers et tartares, c’est sûr que vous allez trouver plusieurs coups de coeur dans le lot!

Lors de ce 5@7, nous avons pu goûter différentes versions de leurs plats offerts. Pour ma part, j’ai tellement raffolé du miniburger sucré-salé (très fan de cette combinaison de saveurs en partant) qui est fait avec un beigne des Délices D’Antan, rien de moins! Préparez-vous des napkins par contre. C’est dégoulinant, mais tellement bon!

Mention spécial au cocktail Olé Olé, qui se boit très bien, très très bien!

 

Les photos suivantes comprennent :

Miniburger sucré-salé (avec beigne Délices D’Antan)
Miniburger Bubba Gump (crevettes)
Tartare Boeuf Style Jack Beef
Tartare Thon Rouge Lotus
Gâteau de Sucrée Sam
Cocktails :
Bulles par Fiol & Zonin
Cocktail Olé Olé avec Tequila 1800
Corona
L'ouverture de la terrasse du restaurant Taboo au centre-ville de Montréal. L'ouverture de la terrasse du restaurant Taboo au centre-ville de Montréal. L'ouverture de la terrasse du restaurant Taboo au centre-ville de Montréal. L'ouverture de la terrasse du restaurant Taboo au centre-ville de Montréal. L'ouverture de la terrasse du restaurant Taboo au centre-ville de Montréal. L'ouverture de la terrasse du restaurant Taboo au centre-ville de Montréal. L'ouverture de la terrasse du restaurant Taboo au centre-ville de Montréal.
L'ouverture de la terrasse du restaurant Taboo au centre-ville de Montréal.
DJ : Charles Valentin
Roses éternelles : MFleurs
Crédit photos : Ariane Martineau
Photo de signature d'Ariane Martineau en aavril 2018.

Des huîtres pour 10$ pendant 10 jours!

Des huîtres pour 10$ pendant 10 jours

Après le TartareFest vient le OysterMania! Oh oui!

Hier, je suis allée à la soirée de lancement de cet événement qui s’étendra jusqu’au 3 juin et je n’ai pas été déçue, loin de là. Je me suis rendue au Bord’Elle (bar que j’avais sur ma liste de places à visiter depuis l’ouverture) avec mon ami Syl et je lui ai fait redécouvrir les huîtres. Je dis redécouvrir, car il en avait déjà goûté, mais n’avait pas eu une bonne expérience. Étant donné que j’adoooore ce mollusque, je ne pouvais pas laisser cette situation comme ça. Nous avons donc pris place à un des balconnets du restaurant, sur un superbe divan rouge en cuir, dans une ambiance feutrée, autour d’une table basse, un verre de Code Rouge (bulles) à la main. Notre plat de 12 huîtres n’attendait plus que notre bouche.

 

“ Je trouve que c’était une belle ambiance et un bel endroit. La musique était clairement trop forte pour pouvoir jaser par contre. J’ai vraiment apprécié le champagne et les huîtress aussi! Les divans et le deuxième étage rajoutent un plus. Les mini spectacles sont une bonne idée aussi. Agréable soirée! “

– Sylvain

Pour connaître les endroits participants, cliquez ici!

“ Les huîtres seront à l’honneur dans plusieurs restaurants à Montréal du 24 mai au 3 juin 2018.
Chaque restaurant proposera une douzaine d’huîtres bien fraîches préparées par les chefs. Un accord cocktail, une bière ou un verre de vin seront inclus pour offrir aux consommateurs une expérience gastronomique exceptionnelle. “

 

 

 

 

Photo de signature d'Ariane Martineau en aavril 2018.

Ma paresse culinaire

J’aimerais tellement être une de ces personnes qui aime cuisiner, et qui trouve l’activité relaxante, avec une coupe de vin à la main. J’adorerais être de celles (ou ceux!) se plaisant à cuisiner un souper en 4 services après une longue journée de travail, pour son propre plaisir ou faire plaisir à son partenaire ou sa famille. Malheureusement, ce serait vous mentir que de prétendre qu’il s’agit de mon cas. Je n’aime pas vraiment cuisiner. Pas que l’activité en soi me dérange. Pour moi, c’est davantage une question de temps. Quand j’arrive chez moi après une journée de travail, faire à manger est en général assez bas dans la liste de choses que j’ai envie de faire. Mon niveau d’énergie est faible, j’ai faim, mais je suis aussi impatiente. Je n’ai pas le goût ni l’énergie d’entreprendre une recette.

J’ai essayé plusieurs trucs au fil des années pour essayer de cuisiner davantage. Parce que le vrai problème à mon avis, c’est qu’un plat cuisiné maison est meilleur pour la santé et plus économique. Donc, mes choix me coûtent chers en termes d’argent, mais aussi en termes de nutrition! Bref, je sais que ce n’est pas une bonne habitude d’aller vers les solutions faciles comme les surgelés, ou le « take-out »!

Il y a un certain temps, j’ai essayé de préparer tous les repas pour la semaine, le dimanche. Durant quelques semaines le concept a assez bien fonctionné. Ma collègue m’avait suggéré un livre où toutes les recettes sont basées en fonction de ce principe. Je dois dire que si après un temps j’ai démissionné d’occuper mon dimanche après-midi à faire de la popote, il n’en reste pas moins que j’ai découvert de très bonnes (et simples!) recettes à travers cette expérience.

J’ai aussi essayé les recettes supposément très rapides qu’on peut trouver dans des magazines ou en ligne. Pour finalement réaliser que même si la recette promet un succès étincelant en 20 minutes top-chrono, je n’ai pas plus l’intérêt et la motivation de le faire.

Parmi les autres trucs qui sont passés sur le banc d’essai : les services livrant des boîtes d’ingrédients frais accompagnés d’une recette. Encore une fois, cette méthode n’a pas été un succès pour moi. La qualité des ingrédients et des recettes rendent cette option vraiment intéressante, mais en ce qui me concerne, l’effort demandé venait diminuer le plaisir de cuisiner ces recettes.

J’ai bien dû me l’admettre à moi-même, mon problème en est probablement davantage un de paresse que d’intérêt.

Mes solutions favorites sont : les surgelés et les services de traiteur. Point de vue nutritionnel, la 2e option est sans aucun doute à favoriser. Il y a même des services de traiteur faisant affaire avec des gyms et concoctant des plats sur mesure pour les besoins nutritionnels d’une personne. Ce genre de service peut être un peu dispendieux, mais pour quelqu’un ayant une relation avec la cuisine semblable à la mienne, ça vaut la peine.

Les surgelés, je sais que je devrais en consommer beaucoup moins. La quantité de sel dans ces plats est souvent astronomique. Mais je trouve que la qualité par contre peut être assez bonne. Au goût, certains plats de type diner congelé sont excellents. Et certaines marques, comme le Choix du Président, offrent une variété de mets surgelés qui peuvent être intéressants et délicieux. Je pense entres autre à mon nouveau coup de cœur rayon surgelé, les crevettes sriracha et érable enrobées de bacon. Si vous les voyez à l’épicerie, je recommande chaudement.

J’essaie toujours de trouver une solution à mon problème, et quelque chose de plus réaliste que m’engager un chef cuisinier pouvant se plier à mes demandes à chaque soir. Ma nouvelle idée, c’est tout simplement de me forcer davantage. On dit que l’appétit vient en mangeant, alors je me dis que le goût de cuisiner vient peut-être en cuisinant? Peut-être que si j’arrivais à dépasser la phase « ça me tente pas, c’est long, je veux manger à l’instant même » je découvrirais que la phase suivante est « que c’est agréable couper ces légumes et pouvoir créer de mes mains quelque chose de délicieux ». Qui sait, peut-être qu’avec un peu de ténacité, je vais me découvrir un talent inégalé de cuisinière et épater mes proches!

Folie Marianne logo auteur 

Recevoir à la maison

Recevoir à la maison. C’est quelque chose que j’ai toujours aimé faire. Lorsque j’étais en colocation avec mon amie Catherine, on avait toujours des amies à l’appartement et nous organisions toujours des soirées! J’aimais tant cuisiner et recevoir avec une bonne bouteille de vin. C’est quelque chose que je ne fais plus vraiment aujourd’hui.

Cependant, j’aime toujours autant cuisiner pour les autres, essayer des trucs, créer un bel environnement en décorant une belle table. C’est quelque chose que j’aimerais recommencer à faire plus souvent. Depuis la création de Folie Urbaine, j’ai cuisiné deux fois pour l’équipe et à chaque fois, elles ont apprécié, à mon grand bonheur. Quand je regarde les photos qu’elles ont prises, je ne peux m’empêcher d’être fière de moi. J’aime trouver des recettes, changer certains ingrédients et surtout improviser et essayer des choses. Suivre une recette à la lettre? Je tripe pas trop! J’aime la créativité dans une cuisine et c’est pour ça que lorsque je reçois, je tente d’élaborer un menu original et improvisé!

La première fois que j’ai cuisiné la courge poivrée, j’ai tellement aimé mon expérience que c’est maintenant un plat que j’aime faire régulièrement, surtout l’automne. Les photos de ce repas me donnent l’eau à la bouche à chaque fois que je les regarde. On était à nos débuts du blogue, on se rencontrait pour discuter de quelques points et je n’ai pu m’empêcher de cuisiner pour mes 4 grandes amies. Chose que j’essaie de faire au moins 2-3 fois par année. C’est mon petit plaisir et ça fait tellement du beau contenu pour Folie Urbaine.

Entrée : tartare de tomates

Repas : courge poivrée farcie à la saucisse au vin blanc, tomates et fromage cheddar

Dessert : gâteau vanillé en pot, avec crémage au matcha et framboises

 

Pour le deuxième repas, encore une fois lors d’une rencontre de Folie Urbaine, je me suis laissée aller et j’ai improvisé, parce que c’est tellement le fun de s’amuser avec la nourriture et construire quelque chose!

Ici, j’ai créé trois bouchées avec des ingrédients que j’avais sous la main:
– Concombre farci de salade de thon
– Boulettes de bœuf avec tartinade de piment d’Andrea Jourdan
– Prosciutto farci de mangue et bocconcini

Pour l’entrée, rien de moins qu’une salade d’épinards avec asperges, raisins, pastrami et fromage de chèvre avec vinaigrette maison à base de moutarde au miel, huile d’olive et sirop d’érable.

Pour le repas principal, un étagé tiède avec filet de porc, pommes de terre, zucchinis, épinards et fromage brie avec une sauce au pesto.

Pour accompagner le tout, j’ai fait un mojitos sans alcool.

C’était un super repas, j’étais super contente du résultat, tout était super bon et les filles ont également apprécié. Même Dominique qui n’aimait pas les légumes choisis a tout mangé.

Laissez vous aller en cuisine, recevoir avec des plats créés par soi rend la soirée encore plus personnalisée. J’ai très hâte de refaire l’expérience!

 Valérie_réviseure

Des pâtés chinois pour se réchauffer l’âme

restaurant food bouffe

Quand je vais au restaurant, j’essaie d’opter pour un plat que je ne ferais pas chez moi. Par contre, lors d’une soirée au Quai no4, j’ai changé d’idée et j’ai choisi leur pâté chinois inversé. Wow. Depuis, j’aime bien essayer les alternatives qui s’offrent à moi lorsque je sors manger. Voici quelques unes des nombreuses options disponibles. Coup de coeur pour le pâté chinois du Mâche!

 

QUAI NO4

Accompagné d’un cocktail, leur pâté chinois n’est presque plus un pâté chinois. Ses morceaux sont généreux et il n’y a pas de viande hâchée dans leur plat. Les tomates remplacent le ketchup à la perfection!

https://www.instagram.com/p/VcocfEsXk9/?taken-by=quaino4

 

MÂCHE

Je ne pense pas vouloir essayer autre chose au Mâche tellement j’aime ce plat : pâté chinois à la patate douce! Attention : il est très chaud, alors il vous faudra être un petit peu dôté.e de patience. J’aime aussi le local qui est petit, mais joli et chaleureux.

 

MCKIBBIN’S PUB

Les pubs sont parfois méconnus pour leurs repas, mais il faut les essayer. Des trésors s’y cachent souvent! Mention spéciale à leurs ailes piquantes que je n’ose même pas sentir.

 

LES ENFANTS TERRIBLES

Je ne pense pas avoir déjà été déçue de mes commandes aux Enfants terribles. Juste à voir cette poutine déjeuner, j’ai faim! Je mangerais un déjeuner n’importe quand.

 

BRASSEUR DE MONTRÉAL

Malgré le fait que je ne bois pas beaucoup de bière, j’aime les brasseries pour leur nourriture grasse et qui ne te laisse pas sur ta faim.

 

LA BANQUISE

Oui oui, il n’y a pas seulement des poutines à la Banquise! (Psst, il y a même des burgers.) Je ne pense pas être déjà allée à ce resto autrement qu’aux petites heures du matin, mais bon, je vais devoir y remédier.

 

 

 

ariane photographie cheveux verts portait