Parlons poils

parlons poils

Cet été, je me suis fais dévisager et traiter de mal propre dans le métro par deux jeunes filles pas du tout polies. Pourquoi? Parce que mes jambes arboraient de la pilosité. À peine, d’ailleurs! J’aurais pu les envoyer chier, car elles le méritaient amplement pour avoir jugé ma personne. Cependant, je leur ai simplement dit que ce n’était pas de leurs affaires et de regarder ailleurs. Si j’ai été blessée? Oui et non. D’un côté, c’est certain que j’ai eu un petit pincement au cœur et que je me suis questionnée; est-ce que je devrais recommencer à me raser les jambes si je veux porter des robes? Par la suite, je me suis ressaisie. Si j’ai arrêté de le faire, c’était pour moi. Mes poils ne me dérangent pas. Ils ne sont presque pas apparents sur mes jambes et j’haïs me raser. J’aime mes poils, bon. J’avoue que j’ai hésité longtemps avant d’être libre de me raser ou non. La société met tellement de pression aux femmes d’être parfaites et douces que je craignais l’opinion des autres. Depuis, j’ai lu tellement d’articles sur les femmes ayant pris la décision de faire tout simplement ce qu’elles avaient envie, que j’ai moi aussi assumé.

Je me rase les aisselles et la madame (oui c’est comme ça que je la surnomme), mais pas mes jambes. C’est mon choix, à moi. Je m’occupe aussi de la pilosité de mon visage, mais pas de mes sourcils. C’est mon choix à moi. Je ne comprends pas pourquoi les gens ont tant d’opinions sur le corps des autres. Pourquoi la pilosité féminine doit être limite un règlement d’état? L’humain a du poil, qu’il soit masculin ou féminin, un corps a de la pilosité. Je crois que c’est quelque chose de personnel et qu’il n’est en rien lié à l’hygiène, si le dit poil est bien entretenu, comme par exemple les cheveux ou la barbe, non?

Bref! Maintenant, vous savez que moi, je ne me rase pas toujours les jambes, pis que c’est ben correct comme ça!

J’ai posé la question à l’équipe et voici ce qu’elle avait à dire :

«Moi, j’ai pour mon dire que chaque femme doit faire ce avec quoi elle est à l’aise. Moi, je suis plus à l’aise de m’épiler. Je suis très pâle et j’ai le poil foncé, donc quand ça devient long ça commence à me déranger. Mais surtout l’été quand je sors mes jambes. L’hiver, comme elles sont cachées, je ne les vois pas. J’ai pas vraiment d’opinion concernant les poils des autres. J’avoue avoir déjà été surprise de voir des vidéos avec des tresses aux aisselles. Je sais que moi, je me rendrais jamais là, mais je reste d’avis : nos poils, notre corps, notre choix. » – Catherine Héroux

«À chacun son opinion sur le sujet, mais pour moi, pour mon corps, c’est important de toujours être bien rasée et ce, de partout. Moi, je me sens bien dans mon corps quand je suis sans poils. Bien sûr, il va m’arriver l’hiver de passer une semaine et demie, voire 2 semaines, à ne pas me faire les jambes comme tout le monde, mais quand ça devient moindrement long, je ne me supporte pas et je rase! Et sous les bras, c’est non discutable. Du moins, pour moi!  » – Catherine AL

«J’ai participé au mouvement Maipoils cette année! Je suis plutôt habituée de m’épiler, mais je voulais essayer pour voir quel serait mon regard sur ces poils que j’épilais tout le temps et puis pour voir aussi le regard des gens qui m’entouraient (conjoint / ami.e.s). Je n’ai pas réussi à tenir tout le mois sans m’épiler.  Au départ ça ne me gênait pas, mais il faisait beau, je mettais des jupes et des hauts bras nus et je me sentais chaque fois obligée de me justifier auprès de mes amies si elles regardaient mes poils! Et je me cachais derrière le mouvement pour justifier pourquoi j’avais des poils. Pour mon conjoint, il l’a accepté mais a fait quelques remarques pas négatives, mais du genre « ça ce termine quand? ». Finalement, ça m’a appris que le poil a quand même quelque chose de très féminin! Et, que si on se sent bien avec, alors laissons-les vivre. Et puis, on peut avoir du poil, mais faire quelque chose de joli avec. Entre nous, l’hiver ça tient au chaud. 😉 » – Céline Guérin

« Son propre corps. Pendant -trop- longtemps, j’ai eu ultra honte de tout ce qui est poil sur moi, et ce n’est pas toujours évident encore, mais je lâche prise beaucoup plus. Pourquoi la moitié de la population devrait se raser selon les standards de beauté? Ça ne fait aucun sens. Que tu veuilles te raser ou pas, c’est ton corps, ton choix. » – Ariane Martineau

« Il y en a pour tous les goûts! Par exemple, moi, j’aime les pommes, mais pas les kiwis et encore moins la luzerne . Plus sérieusement, le port du poil est un choix bien personnel et doit être respecté, même si on sait très bien que des gens peuvent mettre fin à une relation juste à cause de ça. C’est illogique, navrant, mais pourtant bien réel, hélas… » – Fred Le libre penseur

«C’est une construction sociale récente. Les femmes en Amérique du Nord se rasent les jambes depuis les années 1950 seulement. C’est tellement bien intériorisé que l’on se sent laide et mal dans la peau si on oublie de le faire avant un rendez-vous ou même juste pour aller faire l’épicerie. Je me rappelle que, dès le primaire, je me trouvais trop poilue. Poils foncés sur les jambes et sourcils fournis, je n’aimais pas ça. J’ai commencé à me raser à 13 ans pour la sortie de fin d’année pour aller à La Ronde. Mais je suis du genre très «low maintenance». Je ne me maquille pas, mes cheveux doivent se coiffer en 3 minutes. Alors le rasage, je ne le fais pas tellement durant l’hiver. Sauf pour les aisselles, je trouve qu’il fait trop chaud avec du poil. J’aimerais dire que je suis à l’aise avec mon poil, mais ce n’est pas vrai. Je suis moins stressée qu’avant quand j’ai une repousse de quelques jours, mais il reste que je ne me rends jamais à des poils d’un centimètre de long non plus. Mon chum s’en fout pas mal, après 17 ans ensemble, il s’est habitué, haha! De toute façon, je ne le gosse pas moi avec sa barbe qui pique et qui me «scrape» la face!?!  Tout ça pour dire que la maternité a amené son lot de changements hormonaux et je me retrouve avec des poils plus foncés au visage. Ça, je le vis plutôt mal. J’utilise un produit pour les pâlir. Et les trop indisciplinés, je les enlève, comme lorsque je m’occupe de mes sourcils. Je déteste profondément avoir à m’occuper de mon bikini et et mes problèmes de poils incarnés me mettent toujours dans une certaine ambivalence : est-ce que ça vaut vraiment la peine? Aussi, j’aimerais pouvoir inculquer à mes filles qu’elles sont et seront toujours magnifiques, peu importe les choix qu’elles feront pour elles et non pour les autres. Comment expliquer à une enfant de 5 ans que maman se rase, mais pas papa? Ça n’a pas de logique autre qu’un discours bien imprimé dans notre imaginaire collectif. Bref, oui ça me fâche ce double-standard, mais je n’arrive pas encore à m’en détacher. » – Catherine Duguay

«Moi je n’aime pas les poils, mais je suis d’accord que tout le monde est maître de son corps et fait ce que bon lui semble. Moi je me rase tous les jours ou presque, parce que je n’aime pas attendre quelques semaines avant d’aller me faire épiler. Je peux bien sauter une journée ou deux l’hiver, parce que tsé ça fait quand même du bien de prendre un break du rasoir, mais, en général, j’apprécie beaucoup la peau douce comme un bébé. » – Jennifer Martin

Et vous, quel est votre opinion à ce sujet?

Fruits & Passion : sentir bon en faisant attention à l’environnement

Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère.

J’aime les odeurs. J’adore les fragrances douces, mais vibrantes, que ce soit dans ma cuisine, ma salle de bain ou sur moi. Reste que je suis plutôt difficile dans mes choix et que je n’ai jamais gardé un parfum très longtemps. C’est sûrement pour ça que j’ai été surprise par ce que j’ai senti lors de la réouverture du Fruits & Passion à Place Rosemère. J’ai particulièrement apprécié le superbe service, ainsi que toutes les informations reçues sur les produits qui se dirigent de plus en plus vers un mode de vie plus écologique et naturel.

” Depuis 1992, Fruits & Passion, entreprise fièrement fondée au Québec, réinvente l’univers des produits de soins pour le corps et d’ambiance pour la maison en imaginant de captivantes aventures sensorielles qui puisent leur source dans la richesse de la nature. Nous prenons part au quotidien des gens en leur offrant ce petit plus qui fait toute la différence: des produits parfumés pour le corps et la maison formulés à partir d’ingrédients d’origine naturelle, développés dans le respect de l’environnement et sans jamais être testés sur les animaux. Fragrances uniques, emballages innovants, formules originales et efficaces: nous vous invitons à vivre une expérience sensorielle sans pareille en plongeant dans un univers de douceurs et de parfums enivrants. “

Pour ma part, j’ai eu un coup de coeur pour les bougies, qui sont faites à base de soya, donc ton contenant en verre est facile à nettoyer après les heures et les heures de bonne senteur. J’ai aussi opté pour le petit ensemble Belif, parce que j’adore la crème pour le visage et je voulais tester les autres produits. Connaissant Fruits & Passion depuis très longtemps, je peux dire que j’ai vu leur belle évolution et leur virage vert est très bien reçu. Vous pouvez même acheter des recharges de plusieurs produits au lieu de toujours vous procurer le petit format ; économie sur tous les plans!

 

Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère. Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère. Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère. Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère. Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère.

 

Depuis toujours, je craque pour l’odeur Orange et Cantaloup, c’est une odeur qui traverse bien le temps et que je me fais toujours un plaisir de sentir. Pour moi c’est vraiment LA senteur à laquelle je pense quand on me parle de Fruits & Passion. Mais j’étais bien heureuse de découvrir toutes leurs nouvelles fragrances automnales, ainsi que leurs autres odeurs classiques comme Pamplemousse et Goyave. Mon coup de cœur? La brume pour la literie que l’on peut vaporiser sur les draps et les oreillers. J’en suis complètement accro, j’en ai littéralement mis partout dans ma chambre et tout ce qui constitue linge de maison. L’odeur est franchement relaxante, j’ai l’impression de me retrouver au spa dès que je me glisse dans mes draps. Mention spéciale à toute la gamme Cucina qui offre des fragrances toutes plus appétissantes les unes que les autres.

– Jennifer

 

Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère. Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère. Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère. Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère.

 

J’ai toujours aimé les produits Fruits & Passion. C’est également une boutique qui me rend nostalgique. Ma marraine m’achetait toujours mes cadeaux d’anniversaires à cette boutique quand j’étais jeune! Je me souviens des bulles pour le bain, les barres de savons colorées et des crèmes fruitées pour le corps. Lors de notre passage au magasin de la Place Rosemère, j’ai vraiment adoré faire le tour des différents produits et la vendeuse a pris le temps de nous faire sentir chaque fragrance. J’ai toujours été plus plus fruitée, j’ai donc opté pour une crème fouettée pour le corps et une crème à mains Poire et Pivoine, ainsi qu’une chandelle Pamplemousse et Goyave. Puis, comme les deux filles, je n’ai pu m’empêcher d’acheter le petit kit de voyage des produits Belif, dont j’ai beaucoup entendu parler. Le petit kit comprend 5 produits que j’ai très hâte de tester! Quand je pense à Fruits & Passion, je pense automatiquement à leurs odeurs fruitées et emballages colorés!

– Karine

 

Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère. Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère. Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère. Réouverture de la boutique Fruits & Passion à Rosemère.

 

N’hésitez donc pas à demander conseils en boutique et à sentir toutes les fragrances ; vous tomberez assez facilement sous le charme!

 

Photo de signature pour Ariane Martineau.

J’ai envie de dire « Ta yeule » aux gens qui parlent de poids !

Chacun a le droit de chialer sur son corps. De l’aimer, le haïr. Le critiquer ou bien le contempler. Je suis à un stade de ma vie où je suis crissement tannée de parler des corps. J’ai juste envie de dire « Ta yeule » à tout le monde quand ils parlent de leurs bourrelets, pertes ou prises de poids. On peut-tu arrêter d’en parler et juste vivre esti? VIVRE! Mettre l’accent sur ce qui est important? Arrêter de mettre de l’énergie sur ce dont on a l’air, mais d’en mettre plus sur ce qu’on peut faire? Passer notre temps à faire des choses qu’on aime et qui nous font du bien au lieu de garder notre attention sur les choses qui nous font du mal?

J’apprends à m’aimer comme je suis. J’ai des formes. Je suis ronde. Je pèse 230 livres. Je porte du 2XL. J’ai des gros seins. Des vergetures. Des grosses cuisses. Mais j’ai plein de qualités. Ceci n’est que mon enveloppe corporelle. Mon contenant. Je vaux plus que ce que tu vois.

J’aimerais arrêter de feeler weird quand une amie me dit se trouver énorme quand elle porte du médium et que ses cuisses ont l’air de ne faire qu’une. Parce que oui, tout le monde a le droit de se sentir mal dans son corps et de se trouver gros. Mais si les personnes grosses n’étaient pas une « catégorie » à part, je suis certaine que tout le monde s’en porterait mieux. Les gens ont si peur de franchir LA ligne. Tsé celle où ta grandeur de vêtements passe de la lettre unique à une double lettre. Quand le X apparaît sur tes étiquettes et je ne parle pas du X-Small. Mais c’est juste une grandeur, une méthode de classement, pis sérieusement, ça veut rien dire! C’est à cause de ça que les gens, peu importe leur silhouette, ont des complexes et une hantise avec la prise de poids. L’emphase de la planète est pointée sur quelque chose qui n’a pas de sens à mes yeux.

J’apprends à faire les choses pour moi. M’aimer tel quel, et oui, je m’aime. J’aime me sentir belle, rayonnante et sexy. Peu importe le poids que je pèse. Mon corps n’est pas qui je suis. Mon âme, mon cœur ET mon corps, c’est ça, dans son ensemble, qui constitue la personne que je suis.

MAIS! Oui, il m’arrive d’avoir envie de péter des coches à des gens, des compagnies ou même à la société au grand complet. Pis pourquoi pas à la planète entière! Alors je me lâche lousse. À toi qui n’es pas une personne ronde, taille plus, taille forte, nomme-nous comme tu veux, tu ne peux pas dire que tu es énorme si :

  • Tu peux t’habiller dans toutes les boutiques qui offrent du S-M-L. Donc PARTOUT.
  • Tes cuisses ne frottent pas au point de faire des plaies et des boutons. Parce que tes cuisses passent leur vie collées une sur l’autre, peu importe ta méthode de marche.
  • Tu n’as pas à mettre du déodorant entre tes bourrelets.
  • Tu n’as pas à être mal à l’aise quand tu t’assois quelque part et que tu n’entres pas dans le siège.
  • Tu n’as pas à t’empêcher de faire une activité qui a une limite de poids.
  • Tu peux trouver des vêtements abordables et tu n’as pas à te rendre dans un magasin ou une section spécialisée où il y a de grosses chances qu’avec 100$ tu aies 1 ou 2 morceaux. Car toi, pour 100$, t’as plusieurs kits grâce au Urban Planet.
  • Tu n’as pas à gérer tes bobettes parce que ton ventre déborde par dessus.
  • Les vêtements ajustés… ouin c’est ça !
  • Quand tu t’assois, ton ventre ne t’empêche pas de respirer et ne fait pas rentrer ta brassière ou ton bouton de pantalon dans ta peau au point de souffrir et créer des marques qui, à la longue, restent marquées sur ta peau.
  • T’as pas à vivre avec le jugement des gens qui te regardent et se disent: « Elle est grosse, elle doit manger comme une truie. » Ou bien te faire dire si tu manges une salade : « Elle est sûrement au régime ! » Ben non, c’est bon de la salade, tout simplement, ok !
  • Tu n’as pas à relever ton ventre ou essayer mille acrobaties pour atteindre ton vagin pour t’assurer de bien te raser/épiler. Alors si tu vois ton vagin quand tu es debout, fille, t’es pas énorme, ok ?
  • Tu n’as pas la face dans tes seins et le souffle coupé quand tu t’assois et te penches pour attacher tes souliers.

Alors c’est ça. Je suis « grosse » comme les gens disent parce que c’est le terme employé et j’aimerais avoir la liberté de me sentir comme un humain et non comme une personne en surpoids qui ne cadre pas dans les standards établis par je ne sais pas trop qui! Y’en a pas de corps parfait, ok?

 

** Après avoir rédigé ce texte et avant sa publication, je suis tombée sur ce texte,du blogue Les Folies Passagères et je vous le conseil.

Photo de signature pour Karine Caron-Benoit. Valérie_réviseure

 

Folies vertes : des produits naturels pour tout le monde

folies vertes des produits naturels fait au québec

Au début de l’été, on a eu la chance de recevoir un magnifique colis de la compagnie Folies Vertes. Il s’agit d’une compagnie de produits corporels naturels et faits à la main. La fondatrice raconte qu’elle a d’abord créé des produits pour elle et sa famille, pour ensuite en offrir en cadeau et finalement, au fil de temps, elle a créé sa compagnie. La boutique en ligne est vraiment belle. En partant, j’adore le branding de la compagnie, le logo est super beau et le site internet est bien détaillé en plus d’avoir des photos absolument magnifiques.

folies vertes des produits naturels fait au québec

L’ensemble des produits sont naturels, faits à la main, faits d’ingrédients biologiques. De plus, les produits sont vegans, sans gluten, sans huile de palme, sans agent de synthèse et non testés sur les animaux. Toutes des choses que nous apprécions beaucoup!

Dans la boutique, on y trouve une variété de produits tels que : des bombes et des produits pour le bain, des baumes à lèvres, des huiles, des exfoliants, des produits pour bébé, des produits pour homme et plus encore. Il y a également des ensembles disponibles. Pour ma part, je trouve que c’est une superbe idée cadeau!

Pour notre plus grand bonheur, la fondatrice nous envoyé les produits suivants :

– Un vaporisateur démêlant pour les cheveux;

– Une eau florale;

– Un savon hydratant;

– Un sérum pour le visage;

– Une huile nettoyante;

– Une crème hydratante pour le visage;

– Un baume à lèvres;

– Un déodorant hydratant;

– Un gommage exfoliant pour le visage.

Comme vous pouvez constater, nous avons été super gâtées! Voici nos coups de cœur :

J’ai essayé le gommage exfoliant à la rose que j’ai particulièrement aimé. Ce produit contient du sel de l’Himalaya, de l’huile de coco, de l’huile d’amande douce, des pétales de roses et des huiles essentielles de rose (toutes biologiques). En plus de sentir bon, le produit est efficace. Je l’ai utilisé dans mon visage, mais également sur mes mains et sur mes pieds. Un réel bonheur. J’avoue être assez difficile sur les crèmes que j’utilise pour mon visage et je ne suis pas très ”exfoliant” puisque j’ai la peau sensible. J’ai donc principalement utilisé ce produit pour mes mains qui me remercient maintenant qu’elles sont douces! Puis, deuxième produit chouchou, le sérum pour le visage qui est un mélange d’huile de rose, de babassu, d’argan, de boabab, de pomegrenate, de chanvre, de macadamia, d’huiles essentielles, de palmarosa, géranium, bois de rose et citron! Ouf hein. J’ai la peau grasse et sèche, oui c’est un peu spécial dit comme ça! J’ai été surprise lors de ma première utilisation, j’avoue que la texture, je n’ai pas du tout apprécié. Mais le résultat m’a beaucoup fait de bien. Ce sont deux produits que j’ai beaucoup aimé et que je vais continuer à utiliser.

– Karine.

Belle découverte pour moi que Folies Vertes! Le démêlant me permet réellement de venir à bout des nombreux petits noeuds qui se forment dans mon cuir chevelu lorsque je passe sous la douche pour les laver. Son odeur boisée est réconfortante et le format de la bouteille est tout simplement parfait puisqu’il en contient suffisamment pour de longs mois, puisque je n’ai pas besoin d’en vaporiser beaucoup pour que ce soit efficace. Quant à la crème hydratante, c’est un coup de coeur, puisque j’adore sa texture qui s’étend bien sur mon visage et qui rend ma peau toute douce. J’ai vraiment remarqué une belle amélioration de l’hydratation de mon épiderme, surtout cet été, alors que les canicules et le soleil intense assèchent ma peau quotidiennement. Même chose pour l’eau florale et l’huile qui font des merveilles avec ma peau qui tiraille après de longues séances d’exposition sous les rayons UV. Bref, une belle découverte pour moi que les produits Folies vertes qui sont efficaces et abordables, tout en étant québécois.

– Jennifer.

Pour vous procurer des produits et pour en apprendre plus sur chacun d’eux, je vous invite à consulter le site internet de Folies Vertes, celui-ci est vraiment complet et il y a des descriptions complètes sur chacun des produits, chose qui est grandement appréciée lorsque l’on recherche un produit en particulier.

Photo de signature pour Karine Caron-Benoit. 

C’est quoi un corps parfait?

c'est quoi un corps parfait

J’ai passé par plusieurs silhouettes dans ma vie. En ce moment, j’apprends à vivre avec un surplus de poids causé par l’anxiété et la médication, mais aussi par le manque de motivation à bouger un peu plus. J’ai du mal à magasiner sans être découragée par le peu de vêtements à ma taille ET abordable. Je suis tombée sur une phrase qui m’a beaucoup fait réfléchir : « C’est quoi un corps parfait? », et depuis que je l’ai entendue, je n’arrête pas d’y penser. Effectivement, c’est quoi un corps parfait? Qu’est-ce qui définit qu’un corps est mieux qu’un autre? Pour moi, un corps parfait n’est pas nécessairement ce que l’on voit en premier plan dans la société : c’est à dire dans les magazines, les publicités, etc. On parle de plus en plus de diversité corporelle, chose que j’apprécie, mais il reste tout de même beaucoup de choses à concevoir pour que le corps humain ne soit plus séparé en catégorie. Effectivement, on parle d’un corps et d’un humain qui habite ce corps. Je peux comprendre qu’avec un surplus de poids important il y a des dangers pour la santé et que plusieurs problématiques peuvent nuire à la routine. C’est la même chose pour les personnes n’ayant pas un poids suffisant. Mais mis à part ces deux extrêmes, c’est quoi un corps parfait? Qui détermine que des courbes, c’est pas beau? Qui détermine qu’il faut absolument mesurer telle grandeur pour être mannequin? Pourquoi faut-il absolument des critères et des standards? Comment peut-on en établir et surtout : pourquoi?

J’essaie de voir pourquoi un corps a plus d’avantages qu’un autre et je n’arrive pas à comprendre. Je m’embarque peut-être dans une réflexion où une réponse est quasi inexistante, mais ça me touche. Il y a peut-être des réponses existantes, mais j’aimerais surtout connaître la raison pour laquelle des boutiques ne tiennent pas des vêtements de tailles XL. Pourquoi les vêtements tailles fortes sont premièrement identifiés par « taille forte »? Deuxièmement, pourquoi sont-ils plus chers? Et finalement, pourquoi sont-ils seulement disponibles dans des sections ou magasins spécifiques? Pourquoi les courbes ne sont-elles pas incluses dans le « standard »? Je peux comprendre qu’il y ait des choses particulières, par exemple les soutiens-gorges, mais ceci ne touche pas uniquement les personnes de taille forte, une poitrine plus abondante peut toucher l’ensemble des femmes, un peu comme les gens portant des grandeurs de chaussure de plus de 13-14 qui doivent faire affaire avec des compagnies spécialisées. Mais une robe, un modèle, pourquoi est-ce difficile pour une boutique ou une compagnie d’ajouter les grandeurs XL, 2XL et même 3XL, et ce, pour le même prix? Pourquoi dois-je être déçue lorsque je trouve un morceau de vêtement que j’adore en ligne et que lorsque vient le temps de choisir la grandeur, les seules disponibles sont XS à L?

Je ne suis pas designer et je n’ai jamais confectionné de vêtements, mais si des compagnies québécoises ou autres sont capables d’offrir des grandeurs variées sans jouer dans les prix, pourquoi ceci ne peut-il pas être généralisé?

Vous savez, une personne avec des formes, qui a des bourrelets et un ventre, ce n’est pas automatiquement une personne sédentaire qui mange mal. C’est peut-être uniquement une personne qui a des raisons médicales ou génétiques. Une personne avec des courbes n’a pas à avoir d’excuses pour être telle qu’elle est. Personne ne se dit que son corps est peut-être juste comme il est, tout simplement? Pourquoi devrait-elle subir une pression? Pourquoi doit-elle travailler sur elle-même pour soit perdre du poids ou s’accepter telle qu’elle est? Ce sont toutes des choses dont je ne comprends pas la logique. Pourquoi une personne ayant des formes et portant du 2XL ne pourrait pas se sentir aussi bien dans son corps qu’une personne portant du médium? Et dans la même ligne de pensée, pourquoi une personne portant du médium ne pourrait pas se sentir mal dans sa peau? Pourquoi ce ressentiment devrait uniquement être pour les gens tailles fortes?

J’aimerais vieillir dans un monde où chacun a sa propre définition de la beauté et de la perfection. Un monde où la perfection n’est pas définie par un standard, mais bien par des milliers, voire même un infini de standards. Un monde où les complexes sont personnels et non une affaire de société. Un monde où les humains priment sur l’enveloppe corporelle. Un monde où tout est accessible de manière égale. Un monde où seule la santé a le droit de donner son opinion sur un corps.

karine signature  Valérie_réviseure

Apprendre à méditer avec Dre Sophie Maffolini

J’ai eu l’immense chance de recevoir une copie du livre Méditer sans complexe – 28 jours de pleine conscience du Dre Sophie Maffolini. Quand nous avons reçu le communiqué de presse, ça faisait déjà quelques mois que je tentais de m’initier à la méditation et ce livre est arrivé à point ! En premier lieu, je dois dire que le livre est M-A-G-N-I-F-I-Q-U-E. Les photos, les couleurs, tout est super inspirant. J’ai reçu le livre le 29 mars, juste avant le long week-end de Pâques : timing parfait ! Dès le vendredi, j’ai plongé dans le livre avec beaucoup de motivation, je me suis dit que 28 jours, c’était exactement ce dont j’avais besoin pour m’aider à respirer et relaxer.

En ce moment, je suis à 17 jours, je n’ai pas terminé le livre, mais je peux déjà dire que je l’adore. Je ne vais clairement pas me restreindre à 28 jours. J’avoue ne pas avoir été rigoureuse, j’ai sauté quelques étapes, mais ce qui est bien de méditer avec un livre, c’est qu’on peut y aller à son rythme et selon comment on se sent. J’ai toujours essayé de méditer, soit par moi-même, soit avec des CD ou des applications, mais jamais avec un gros succès.

On passe par plusieurs étapes dans le livre : la réflexion, la posture, la visualisation, etc. J’ai appris plusieurs choses sur mon corps, la respiration et sur ma relation avec mon mind, body and soul (ce terme emprunté à Alexandra d’OD Bali). J’ai beaucoup apprécié le jour 14 : il parle de la réflexion et de la relation avec les situations difficiles de la vie. Disons que c’est une lecture qui m’a aidé énormément. Je n’ose pas en dire trop sur le livre parce que je trouve qu’il mérite d’être connu dans son entièreté. Je sais que la méditation est quelque chose que beaucoup pensent ne pas être adapté à soi, mais je vous confirme que d’essayer, de l’apprivoiser, c’est l’adopter.

Sophie Maffolini est médecin et a un parcours de vie avec plusieurs embûches ; maladie mentale, anorexie, elle trouve la paix dans la méditation. Son site internet est très personnel et on y voit sa ligne du temps où elle partage les moments marquants de sa vie. Je vous invite d’ailleurs à vous rendre sur son site pour tout apprendre de cette femme inspirante qui a atteint le bonheur et qui telle une étoile, saura vous guider si vous le souhaitez.

Pour terminer, est-ce que la méditation m’aide dans mon quotidien ? Je confirme que oui. Je ne suis pas toujours les méthodes, mais j’ai appris à écouter et à ressentir mon « moi intérieur » ainsi qu’à ressentir les choses. J’apprends à être zen, à lâcher prise sur plusieurs choses et la seule chose que j’ai à dire c’est : ça fait du bien !

karine signature Valérie_réviseure

Ton corps

« Il est beau. Il semble amusant. Tu sembles amusante en fait. » Long silence. Je dis « silence », mais quand c’est par message texte, on devrait dire quoi? Moment awkward durant lequel je ne sais pas trop quoi répondre. Je suis en couple, je suis heureuse et j’ai clairement mentionné ces deux points primordiaux auparavant. Alors pourquoi est-ce que je suis en train de lire ces mots-là? Est-ce de l’acharnement de sa part? Ou plutôt un défi personnel qu’il s’est lancé étant donné que je ne suis pas accessible/disponible/intéressée? Je lui pose la question, mais la question est détournée par d’autres commentaires. 

C’est triste quand tu te dis que vous auriez pu former un beau duo, un duo d’amitié tsé. Il vient gâcher ça à coups de « Je pense à toi », de « T’es tellement belle que je te vois dans ma soupe » et des phrases clichées – ou pas – qui dérangent, alors qu’elles auraient pu être cute pis respectueuses. Dans un contexte différent. 

Quand tu oses dire « même si je n’avais pas été en couple, je n’aurais pas désiré plus », là des glaciers se séparent, des volcans explosent et des requins font semblant d’être ben méchants mais au fond, ne sont pas tant intéressés par tes jambes qui se débattent dans l’eau chaude. Bref, c’est un friendzonage intense, alors que ça allait pas mal de soi. Anyway, j’y crois pas au friendzone. Ce n’est pas parce que tu décides que tu ne veux pas plus, pis que tu mets ça au clair, que ça implique autre chose. Un conseil: si tu veux plus avec quelqu’un, apprends à connaître la personne, développe quelque chose avec lui.elle, tout en restant respectueux.se. Tu te rendras compte si l’autre est intéressé.e ou pas. C’est quand même simple comme concept quand on y pense. Moi, ça me fait penser aux films ou séries télé, quand la fille n’est pas trop into le gars et qu’au final, il est donc charmant, cute et attentionné. Tu développes. C’est de même que ça fonctionne presque tout le temps. Par contre, faut pas trop pousser. Si la personne est célibataire ou en couple, ça ne sera pas la même approche. Capisce? Un mot d’ordre à garder en tout temps: respect.

De soi et des autres.

 

ariane-signature

 

Mon corps, mon acceptation

Depuis toujours, mon corps joue au yoyo.

Plusieurs facteurs dans ma vie ont fait en sorte que j’ai pris ou perdu du poids. J’ai toujours réussi à rentrer dans mes vêtements, un peu serré ou un peu lousse selon les périodes, mais j’ai toujours pu remettre mes vêtements et ne jamais devoir refaire ma garde-robe en entier. Mais depuis plus d’un an, je fais face à quelque chose de nouveau. J’ai atteint un poids que je n’ai jamais eu et je n’arrive pas à perdre les livres qui font tant de mal à mon estime. J’ai même dû aller me racheter des sous-vêtements tellement j’étais serré, chose que je n’ai jamais eu à faire. Peu importe le poids pris ou perdu, mes bobettes moyennes étaient toujours correctes.

Ayant toujours eu le yoyo facile avec mon corps, j’avais encore dans l’idée que j’allais perdre mon poids en trop, que j’avais juste à faire telle ou telle chose qui avait fonctionné dans le passé. Erreur. Ça faisait plus d’un an que je tenais le même discours, ce qui a fait en sorte que je n’étais pas bien dans ma peau et que je me trouvais grosse et même laide. Disons que mon estime pour moi-même n’était pas à son meilleur. J’étais rendu au point que je ne voulais pas être prise en photo. Je me comparais, et l’idée de partir Folie Urbaine me stressait puisque je me sentais immense à côté d’Ariane, Jennifer et Dominique. J’avais peur de clasher ou briser l’image de notre blogue. Oui, dans ma tête, c’était à ce point-là !
Mes amies, mes collègues, mon chum et ma famille ont tenté de me faire changer d’idées de plusieurs manières, toutes meilleures les unes que les autres. Mais comme tout dans la vie, c’est uniquement nous-mêmes qui pouvons nous aider. Oui, les autres peuvent aider, mais comme j’aime dire « Si tu ne t’aides pas, personne ne le pourra ». J’ai décidé de me prendre en main et d’arrêter d’attendre de perdre du poids. Oui, côté santé, ce serait l’idéal, mais ce qui est important pour moi en ce moment, c’est l’estime que j’ai pour moi. Tout part de là. En me trouvant grosse, je suis déprimée, je me trouve laide, j’ai envie de ne rien faire et je mange mes émotions. Je me suis donc départie de plusieurs vêtements qui ne me faisaient plus pour m’en acheter des nouveaux. Me départir de vêtements que j’adorais porter et qui ne me font plus m’a brisé le cœur. J’avoue avoir pleuré à plusieurs reprises. Garder ses vieux vêtements dans l’espoir qu’ils finissent par te refaire un jour. Pire chose au monde, et je l’ai vite compris. Vaut mieux recommencer à zéro.

Puis le temps du magasinage est venu. Au début, c’était difficile puisque toutes les boutiques dans lesquelles j’avais l’habitude de magasiner n’étaient plus faites pour moi. Les grandeurs étaient trop petites. J’ai donc dû partir à la découverte d’autres magasins. Mon gros coup de cœur est l’Aubainerie, principalement la collection de Véronique Cloutier où les grandeurs varient énormément tout en ayant des prix abordables. J’ai donc pris mes économies et je me suis racheté des pantalons, des vestes, des chandails, des robes, et ce dont j’avais besoin pour me sentir confortable dans mes vêtements. J’ai racheté des sous-vêtements et des soutiens-gorges. Maintenant, je me sens plus confortable, sans être toujours serré et sans avoir peur de déchirer certains de mes vêtements.

C’est sûr que ce n’est pas toujours facile. Je regarde quelquefois mes photos et le souffle me coupe. Mais je recommence à trouver le plaisir de me mettre belle, de peaufiner mon maquillage, mon look et d’essayer des trucs pour le plaisir. Mais quelquefois, je suis découragée parce que mon ventre et ma poitrine sont trop visibles. Bref, les complexes féminins normaux, hein ?

Je me suis posé tellement de questions. Pourquoi dois-je absolument perdre du poids ? Pourquoi dois-je perdre du poids et pas simplement me mettre en forme ? Et si je me remets en forme, mais que je ne perds pas de poids, est-ce si grave ? Pourquoi est-ce si important pour les gens qui m’entourent que je maigrisse ? Pourquoi on me dit chaque fois que je maigris que je suis belle, mais personne ne me dit que je suis belle quand je dis avoir engraissé ?

On parle beaucoup du corps de la femme depuis quelque temps et je me rends compte à quel point je subis moi aussi la pression d’être l’image parfaite de la femme. Lire des phrases comme : « Je rêve d’avoir son corps à elle. » ou « Elle ne devrait pas s’habiller comme ça parce qu’elle est grosse. » Je lis également des choses sur les filles minces qui se font insulter à cause de leur maigreur ou si elles daignent dire qu’elles ont engraissé ou qu’elles ont des bourrelets, elles se font insulter en se faisant dire « Tu es mince, tu es parfaite, je t’envie », « Tu cherches de l’attention », « Où ça des bourrelets, tu n’es pas grosse ». Fuck really ? Personnellement, j’en ai marre de contempler le corps des autres filles et me dire à quel point je serais heureuse d’être comme elles. C’est faux. Si j’étais comme elles, j’aurais encore des insatisfactions. C’est dans la nature humaine d’être insatisfait de son propre corps, peu importe le poids. Et pourquoi une personne mince n’a pas le droit de se plaindre d’avoir pris du poids ou de se trouver grosse ? Pourquoi une personne ronde n’aurait pas le droit d’avoir confiance en elle et de se trouver sexy ? Pourquoi l’idéal corporel doit être un seul frame préétabli ? Pourquoi dois-je me sentir obligé de cacher mes rondeur?

Pantalon et veste sans manches: L’Aubainerie

Chandail : Dynamite

Tuque et foulard: Le Garage

Bottes : Ardène

Jeans : L’Aubainerie

Manteau : Reitmans

Manteau d’hiver : l’Aubainerie

Bref, ça sonne comme un pétage de coche, mais ce que je veux dire, c’est que moi, Karine, j’ai envie de me sentir belle, de me sentir sexy, de me sentir désirée. Je vais vraiment travailler là-dessus. J’ai décidé que je n’avais plus envie d’attendre que les autres approuvent mon physique, ce que je fais avec mon corps m’appartient. J’ai pris du poids, j’ai dû refaire toute ma garde-robe, j’ai décidé de me mettre en forme pour ma santé et non pour maigrir. Et si je décide que je suis belle et que je me sens bien avec mon 236 lb, eh bien c’est tout ce qui compte !

folie urbaine karine look
Crédit photo : Ariane Martineau

Robe verte : L’Aubainerie

Karine signatureverifiedjenevieve