Auteur éphémère·Folie intime·Tous les articles

Pour mes 30 ans

Je ne serais pas fidèle à moi-même si je n’avais pas ce désir d’avancer et faire mieux. Ce besoin d’évoluer et donc de me questionner. Mais c’est dur. Être dans ma tête c’est épuisant. Puis là, je venais de finir un projet important… ce gros CHECK sur ma bucketlist qui durait depuis 4-5 ans. Qui m’a accaparé depuis le début de l’année en me mettant dans un état constant de fille qui court à 100 miles à l’heure.

Folie intime·Jennifer Martin·La fois où·Tous les articles

La fois où…j’ai revu ma conception de l’amitié

Une fois adulte, on n’a pu vraiment le temps pour ça. Ceux qui sont restés dans nos vies et qui ont passé le test des années, bravo. Pour les autres, c’est plus rapide, on n’a pas de temps à perdre. On se rencontre au travail, on fait la même job, on a des intérêts communs, on se voit tous les jours, on se fait chier 40 heures par semaine à gagner notre vie, on s’aime ben.

Auteur éphémère·Tous les articles

La jeune femme et ses dragons

Pour la première fois de sa vie, la jeune femme comprenait que ces deux dragons, bien qu’ils fassent partie d’elle, ne pouvaient plus prendre le contrôle. Elle devait par tous les moyens, dompter ces deux bêtes. Elle savait que ce ne serait pas facile, mais elle devait demander de l’aide afin de ne pas revivre d’autres mésaventures comme celles-ci.

Charline Ibarra·Folie intime·Tous les articles

Ma jeunesse à Montréal Partie 1 – les années 80

À l’heure de la récréation, je cours vers l’immense arbre qui se trouve dans le fond, près de la clôture. J’aime bien sentir ses écorces sous mes paumes. Je marche sur ses grosses racines et tourne autour de lui, en chantant des comptines. Il me fait du bien. Je ressens sa vieille âme, son vécu, je communique avec le seul bout de nature qui existe dans notre cour d’école.

Tous les articles

Invisibilité

Au bras d’un homme, je suis hétérosexuelle. Au bras d’une femme, je suis homosexuelle. Ma bisexualité leur est invisible ; mon partenaire me définit. On se fie aux marqueurs relationnels que l’on connait pour mettre des mots sur MA réalité. Le problème? JE, mon identité sexuelle, n’est pas aussi saute-aux-yeux. On s’attend à des indicatifs, des descriptifs, des représentations claires de «ça a l’air de quoi».